Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

En 1978, le couple Mateta Kanda fêtait ses dix ans de mariage.

Il y a 33 ans, l’animateur Mateta Kanda et son épouse Luzayadio Moke, fêtaient les dix ans de leur union. Un événement immortalisé par Elima Dimanche du 1er janvier 1978 à travers sa rubrique : « Elles parlent de leurs maris, les vedettes ».

Mateta Kanda , pour les plus jeunes, fut un brillant animateur qui marqua par sa voix et ses formules la publicité sur les ondes de la Voix du Zaïre.

En reproduisant ce document d’archives , nous ne savons pas si sa veuve (au centre de l’interview) serait toujours en vie. Mais nous espérons que l’un de leurs cinq jeunes enfants à l’époque sera en mesure de réagir, en vue de rendre hommage à leur papa.

 

Voici l’interview intégrale accordée par le couple Mateta Kanda à Elima Dimanche.

Elima :Parlez-nous du début de votre union. Comment viviez-vous ?

Mateta Kanda : Tous ceux qui nous avez connus ne pensaient pas que notre union pourrait durer cinq mois. C’est parce que nous nous disputions chaque jour. Et, chaque fois qu'il y avait une brouille, ma femme rentrait chez ses parents pour revenir deux jours après. Je ne lui permettais pas d’adresser la parole à un homme. Mais, nous avons lancé un véritable défi à nos détracteurs. Et, pendant dix ans, nous sommes restés unis. Nous vivons heureux avec nos cinq enfants.

Elima : Citoyen Mateta, que pensez-vous encore de votre épouse après dix ans de vie commune ?

-          Mateta :Je dois dire que j’ai eu une chance extraordinaire, en tant qu’homme d’épouser une femme qui m’a toujours compris. Quand j’ai connu mon épouse, je n’avais même pas un fauteuil à la maison. Nous avons bâti notre vie ensemble, en nous contentant de ce que nous avons eu, sans envier personne. Aujourd’hui, après de nombreuses années d’amour, je serais l’homme le plus ingrat de la terre si je doutais de son amour et de sa fidélité.

Elima : Après tant d’années de vie commune, éprouvez-vous encore de la jalousie ?

Mateta Kanda : Je ne parle pas à un journaliste, mais ici je me confie à une jeune frère : Je suis encore plus jaloux qu’aux premières semaines de notre union. C’est autant dire que la jalousie grandit avec le bonheur. Ils voyagent la main dans la main, pour le meilleur et pour le pire.  

Citoyenne Luzayadio Moke : Mon mari a une grande confiance  en moi, intervient la citoyenne Luzayadio, et, je ne le décevrai jamais. Je suis responsable d’un foyer. Je ne cesse, comme je vous l’ai dit un jour citoyen journaliste, de songer à son bonheur.

Elima : Quelle définition pouvez-vous donner au mot bonheur ?

Cit. Luzayadio : Chaque foyer a une définition propre pour ce mot. Mais, pour moi, le bonheur c’est la paix, la tranquillité et l’entente. Nous n’avons pas de recettes magiques. Notre bonheur repose sur l’entente et la compréhension mutuelles. Nous ignorons surtout l'hypocrisie.

Elima : Pourquoi cette incompréhension au début de votre union ?

Cit. Luzayadio : C’était la jalousie. Nous manquions de maturité.. J’étais assez capricieuse. Entre-nous soit dit. Et comme mon mari manquait d’expérience aussi, la brouille était notre lot quotidien. Maintenant, tout cela n’appartient qu’à un passé que nous avons oublié.

Elima : Quel conseil pouvez-vous prodiguer aux jeunes mariés ?

Cit. Luzayadio :Je leur demande de ne jamais envier qui que ce soit, pour quoi que ce soit. Parce que, croyez-moi, tout vient avec le temps : la richesse, le bonheur. Je leur demande surtout de mûrir leurs fiançailles, de s’étudier suffisamment, avant de s’unir pour la vie. Car, il ne sert à rien de s’unir aujourd’hui pour divorcer le lendemain. Aux couples ayant une petite expérience de ce qui précède, je souhaite qu’ils gardent le secret conjugal et que l’entente règne au sein du foyer quoi qu’il arrive. Pour ce, il ne faut pas que le mari se comporte en dictateur. Il doit plutôt apprendre à accepter les conseils et les remarques de son épouse. C’est à ce prix seulement qu’un couple peut arriver eu bonheur.

Elima : Votre mari a-t-il de secret pour vous ?

-Mateta : Je peux répondre à cette question, intervient intempestivement Mateta Kanda : J’aime ma femme et je n’ai pas de secret pour elle. J’ai toujours partagé tout ce que je gagne avec elle. Et, il n’y a pas un coin de ma maison qu’elle ne connaît pas.

Elima : A l’occasion de vos dix ans de bonheur, quel cadeau avez-vous offert à votre épouse ?

Mateta Kanda : A l’occasion de nos dix ans de bonheur et de fidélité, je lui ai offert un sper-salon de luxe.

Elima : Cit. Luzayadio , un jour, vous m’avez confié que vous êtes la plus fidèle fanatique de l’animateur Mateta Kanda. Etes-vous heureuse de vivre dans l’ombre de cette grande célébrité ?

Cit. Luzayadio : C’est avec émotion que je réponds à cette question. Oui, je suis heureuse de vivre avec M.K. Et, je crois que tous les Zaïrois doivent être fiers de lui. Pour deux raisons : d’abord, parce qu’il est Zaïrois authentique, Ensuite, parce qu'il est le premier à avoir imposé un style de publicité sur les antennes de radiodiffusion. Pour preuve, il est imité par les animateurs de certaines stations régionales et africaines de radiodiffusion. C’est dire que son style est apprécié et il fait école à travers quelques pays africains.

Elima : M.K : Avez-vous une deuxième femme ?

M.K : je n’ai pas de deuxième femme.

Elima : Pourqoui ?

M.K : Moi, j’aime comme un fou. Et, j’ai peur de la trahison.

Elima : Votre dernier mot ?

M.K :Je remercie de tout cœur pour l’honneur que vous m’avez faite d’être la dernière vedette à passer dans l’une des meilleures pages des vedettes du Zaïre pour l’année 1978.

Elima Dimanche du 1er janvier 1979, texte de Nila Mbungu

 

Passe-present 0006

Commenter cet article

Mr Carlos 31/10/2011 20:02





Oui, Mateta kanda etait exceptionel dans l'art de publicite. Il est imite
par plusieurs mais le meilleur parmi eux aujourd'hui c'est Ruff Mbuta Nganga.


Il ouvrait son emission en plusieurs langues
et differentes salutations seulement il m'enervait parce que son emission annoncait deja la fin de weekend et le je voyais
le Lundi qui approchait pour aller a l'ecole. RDC
a perdu beaucoup des journalistes de renomes tels que Mateta Kanda, Muyuyu wa Mua Muyuyu, Makoko Mushiene et la liste et longue, les uns sont morts et les autres ne sont plus actives aujourd'hui, c'est dommage.


Mr Carlos.


 
 



 




L.Shango 29/10/2011 21:20



Mbote mingi na ba ndeko pe balandi ya mboka mosika,site na biso ba mbokatier,nalingaki juste kosenga surtout na ba ndeko oyo babotami pe bakoli na quartier Kauka oyo ezalaka kala na kombo ya Camp
Nicolas Cito cité, na ba année 71 ti 76 tanngo tozali ko passer ba periode ya puberté ,tozalaki pe na ba orchestres na biso ya ba jeunes ya quartier,ba orchestre lokola Zeke Molende,Lossa
Longo,Muzungu,Les Abeilles, Belela Lolaka ,Venus,pe Mi Venus,ba orchestre ezalaki mua ebele,mais nazali kosenga na ba ndeko oyo bakoki kozala na ba disques ya orchestre oyo ezalaki na kombo ya
Bana Ekanga ya kulutu na biso Paulino Ike ike ,Ikeyi Mambu ,ba nzembo na kombo ya Ban'ekanga baye,pe Sango epanzani nionso ezalaki ba compositions ya Paulino,soki moto azali na ba nzembo wana
atiela ngai svp na site na biso,ba nzembo yango ebimaka na edition Mara ya Matabisi Ramazani.Nasuki awa,j'esperes bien que nakozua suite ya malamu surtout na ba ndeko ya Camp cito oyo ekoma
Kauka.