Publié par Messager

 

  Les Bakongo de l’Angola (2)

 

 
 

En Angola il y a sept provinces dont la population parle kikongo, en l'occurrence: Cabinda, Zaire, Uíge, Kuanza Norte, Malange, Bengo et Luanda. Ce qui représente 13% de la population angolaise. Troisième population en nombre, après celles de Ovimbundo (majoritaire en Angola) groupe linguistique de Jonas Savimbi dans le plateau central angolais, entre les provinces de Benguela, Huambo, Bié et une partie de Kwanza Sul; et celles de Ambundo, le tribu de Agostinho Neto, qui habitent les province de Luanda, Bengo, Kwanza Norte, Malange et une partie de Kwanza-Sul.

 

 

Les provinces de Cabinda et du Zaire parlent kikongo à 100%. Dans la province du Uíge, 90% parlent la langue de Zinga N'kuvu, mais on trouve des enclaves de Kimbundo (la langue des N'gola) dans les territoires de Quitexe, Puri, Negage et Cangola, tandis que dans le Kuanza-Norte c'est l'inverse du Uíge. C'est un territoire Kimbundu, mais il y a des communes qui parlent kikongo dans les territoires de Camabatela et Piri.

La municipalité de Massango dans la province de Malange parlent kikongo (Basuku et Bayaka). Dans la province de Bengo (qui appartenait à Luanda avant l'independence, dont une partie va revenir bientôt), les municicípalités de Ambriz et Nambuangono parlent kikongo.

Dans la capitale Luanda , les congophones cohabitent avec les population parlant d'autres langues du pays.

  Bakongo ndamba 1

Depuis l'annexion du Congo Portugais à l' Angola, lors  de la Bataille d'Ambuila (ou Bataille de Mbwila) le 29 octobre 1665,  les armées portugaises vainquirent les troupes de l'Empire Kongo et décapitèrent le roi Antonio I, connu également sous le nom de Nvita Nkanga, mettant fin au contrôle indigène sur le pays. Le district du Congo Portugais dont la capitale était Cabinda était autonome, avant d'être transféré à Maquela do Zombo, au  début du siècle passé. En 1961, le district du Congo portugais a eté totalement demembré, en trois province: Uíge, Zaire et Cabinda.

 

Les congolais de l'Angola s'identifient selon l'origine géographique et non selon la tribu comme leurs cousins des deux Congo ont l'habitude de faire. Le préfixe musi (singlier) ou Basi (pluriel) précède toujours l'espace géographique dont un mukongo de l'angola est originaire. Um mukongo de Púri ( Mpudi en kikongo), dirá pour s'identifier, qu'il est Musimpudi ou Basimpudi en pluriel, or en realité il peut être un munsoso ou um mumpombo.

Les angolais d'expression kikongo ignorent ou méprisent leur apartenance tribale, ce qui renforce leur unité. Un exemple: Le territoire du Zombo a , presque la même superficie que celui des Cataractes au Bas-Congo. Au Zombo nous trouvont une seule tribu, tandis que dans les Cataractes, cinq tribus (voire plus) partagent le même territoire. Si je ne me trompe pas, je pense que les tribu Mbanza Manteke, Bamboma, Bandibu, Bambata, Basingombe et Banianga(divisé en dix secteurs) sont "basicataractes". Je laise aux sages de Mbokamosika le soin de me corriger.

 

Bakongo Ndamba 2

 

Depuis longtemps, les congolais  avaient l'habitude d'identifier les angolais selon  leur origine. Ainsi le basikongo, venant de São Salvador, ont ete nommé Basansala, ceux du Zombo des Bazombo, les Kimbundo(bambunda) de Basanpolo, référence à São Paulo de Luanda, etc.

 

Par contre même si au Congo de l'Angola on méprise l'identification par tribu, mais cellle de LUVILA, prend une place importante dans les relations entre les tribus. Pratiquement Luvila bannit les frontières régionales, voire même des pays. Prenons un exemple: si un Muyombe dont Luvila est Nanga dya Kongo (le clan de Joseph Kasavubu), arrive à Mbanza Kongo, et qu' il s' identifie par son Luvila, il sera reçu en véritable cousin sans discrimination, par ceux qui ont le même luvila. Comme dans tout le royaume du Kongo, il y a douze Luvila, en relation entre-elles, il serait facile de réunir tous les Bakongo par rapport aux centaines de tribus. Ce qui favorise la division. Luambo Makiadi avait raison quant il chantait "Nkonso muntu ya Luvila Luani, Nkoso muntu ye Kanda diani", dans "Lukoki". Je laisse aux chercheurs Bakongo dont certains sont de Mbokatiers de donner la définition de Luvila.

 

Pour eviter la confusion, nous allons etudier les bakongos de l'Angola selon l'origine geogarphique et non selon les tribus, mais celle-ci seront referencié pour completer.

 

Nous remercions vivement Mbokamosika, pour l'intérêt très particulier pour l'Angola et nous sommes reconnaissants.

 

 

 

Ngiele muna Nzila Kongo(folklore Kongo)

 

Lukoki ,par Franco et l'OK-Jazz (envoyée par Samuel Malonga)

 

A suivre...


  Ndombasi Kupessa Ngombo   

©Mbokamosika 2012                    

Commenter cet article

Samuel Malonga 23/01/2012


Bel article, je voudrais seulement dire que le préfixe musi veut dire habitant de. Son pluriel est bisi ou besi selon les
tribus. Exemple:  musi Kasi devient au pluriel bisi (besi) Kasi, musingombe devient bisingombe ou besingombe, musi Kinsasa devient bisi (besi) Kinsasa (Kinois) etc.


Le luvila ou clan est le groupement des Ne-kongo qui ne sont pas forcément de la même tribu et qui
dans un passé lointain auraient eu des ancêtres communs. C'est une véritable famille élargie au-delà de sa propre tribu, une famille éclatée depuis des siècles sûrement pour cause
des migrations.

adei toko 23/01/2012


j'ai aimé ce commentaire de Sam qui comme son nom (malongi) l'indique nous renseigne et nous enseigne.

Samuel Malonga 24/01/2012


Merci Adei Toko pour ces mots pleins de gentillesse et de courtoisie.

Soba Kadhi 25/01/2012


Merci pour cet article tant interessant pour l'histoire et connaissance de notre existance, ce pendant, je voudrais demander à toute personne qui detient la connaissance de 12 luvila de les
publier. je vous dirai en passant que ici à Luanda prsonnellement j'ai déja lu une publication sur les luvila, malheureusement par méprise j'ai perdu les traces de ce document qui appartenait a
un cousin. La connaissance de luvila dans la societé Bacongo est d'une importance capitale

Alvaro 26/01/2012


Je remercie notre frère Ndombasi Kumpesa Ngombo pour ton article sur les Bakongo d'Angola.Vous nous replongez dans nos racines, nos origines donc, par-là, vous faites comprendre à ceux qui
croient et pensent que tout angolais est de la tribu Zombo qu'ils se trompent largement. Il y a différentes tribus en Angola comme en RdC.


Si je reviens sur le préfixe musi on peur le prononcer aussi muisi, à ne confondre muisi = fumée. Ex. Musi Kibokolo ou Muisi Kibokolo.


Dans le Bas-Congo, on a les Besingombe, des localités comme Ngombe-Matadi et Ngombe-Sud, et en Angola, existe un village appelé Ngombe-Zulu situé entre Mbanza Kinzau et Mbanza Zulu (Kibokolo).


Ma question est de savoir pourquoi ce nom NGOMBE ? En mémoire de qui cette appelation est reprise par-ci par-là ?


Si notre frère Ndombasi me donner la réponse à cette question qui me hante depuis longtemps : qqui était Ngombe?


Alvaro.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog