Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

Certes, nous avions fait un tour d’horizon des nombreux souffleurs de la musique congolaise des années 1950 à nos jours, Cependant, il nous faut revenir  un peu  plus en arrière pour connaitre deux des plus grands saxophonistes que  les deux rives du Congo ont connus, pour avoir été les premiers à créer des orchestre à cuivre, et que nous pourrions placer au rand des précurseurs, dans le cadre des Premiers foyers musicaux qui ont vu le jour en 1948. Ils sont :

 

A Kinshasa : Antoine KASONGO du groupe ODEON KINOIS ou (L’Harmonie kinoise)

A Brazzaville : Emmanuel DAMONGO-DADET du groupe MELO CONGO ou (Mélomanes congolais)

Ces deux groupes étaient entièrement constitués des instruments à vent et une batterie de jazz, Tous les deux sont dans la même année, c’est-à-dire en 1948

1 – Antoine KASONGO fit de son orchestre à cuivre, le premier de Kinshasa, par la qualité de ses musiciens et de la discipline qu’il sut leur imposer. Son œuvre claire, équilibré, d’une grandeur chaude, est à l’image de l’art de son temps. Parmi ses plus grands succès un peu plus tard aux éditions NGOMA, citons « libala liboso sé sukali » - « Baloba balemba » - « Ndumba moke »

A propos d’Antoine KASONGO, retenons un détail très important : Il aura le mérite de lancer à la guitare une forme toute spéciale et particulière de la musique congolaise, en introduisant le « SEBENE » que l’on trouve dans la rythmique de la rumba. Un éminent connaisseur du solfège le,  Saxophoniste Guy Léon FYLLA décrit le « Sebene » comme suit : (pour ceux qui lisent les notes)

C’est une répétition successive d’un certain nombre de notes pendant le passage de 2 accords : Fondamental et accord de 7ème. Soit Pour le ton de DO les notes seraient :

-       Fondamental : DO MI SOL

-       Accord de 7ème : SOL

-       Octave inférieur : FA SOL

Enfin, il y a lieu de savoir que le guitariste « hawaïen » JHIMMY (Zacharie ELENGA) a commencé à jouer dans le groupe d’Antoine KASONGO en 1950.

2 – Emmanuel DAMONGO DADET, grand saxophoniste a créé son groupe à cuivre sur les cendres d’une fanfare. En effet au début des années 40 existaient à Brazzaville 4 fanfares, notamment : Militaire – Catholique -  Milice et la fanfare Municipale d’où est sorti le groupe MELO CONGO d’Emmanuel DAMONGO DADE, car, en fait c’est à la faveur de la dislocation de la Fanfare de la Milice qu’Emmanuel DAMONDO DADET restructure la fanfare, élabore un style dans lequel il instaure une musique de danse, avec, comme chez KASONGO des instruments à vent et une batterie de jazz...

 (Notons qu’Emmanuel DAMONGO DADET fut l’oncle à Nino MALAPET chez qui il a passé toute son enfance en France, DAMONGO DADET fut conseiller territorial dans l’administration coloniale française, sénateur et ambassadeur. Nino MALAPET a donc appris à jouer le saxo, grâce à son oncle, mais après avoir appris  à jouer à la guitariste) 

3 – Un nom me vient également en tête c’est celui du kinois Jean LOPONGO, qui a commencé les cours de solfège très jeune, en 1941 en classe de  6ème année. Il eu le privilège d’enregistrer  aux éditions Philips avec le groupe KASONGO, un morceau légendaire qui porte le titre « La marche ya bana Kitambo ».Mais, il ne jouait  pas qu’au saxo. Il a excellé à la trompette, au bugle, au cor, au trombone, à la contrebasse, à la batterie et à l’accordéon. Un véritable homme orchestre dont l’influence s’est exercée sur l’ensemble des musiciens de sa génération, parmi lesquels Joseph BOTO (attaché au conservatoire national de musique de Kinshasa  dans les années 60,) Charles KIBONGE, organiste et grand pianiste dont il a laissé s’épanouir librement la personnalité de ses nombreux élèves musiciens.

Notons enfin que, Jean LOPONGO qui n’a pas fait partie des grands ensembles que nous connaissons, a été cependant, un éminent professeur au conservatoire national de musique de Kinshasa.

Clément OSSINONDE

 


Ps. Je pense que nous devons incorporer aussi le saxophoniste camerounais Manu DIBANGO, recruté par KABASELLE en 1961 comme organiste (piano..) mais, qui s’est affirmé véritablement au saxo, grâce à sa pratique de la musique congolaise dans l’African Jazz. Certes, un grand musicien qui à Bruxelles n’exerçait qu’en Boîte de nuit.

1.jpg

Manu Dibango, tout en haut à droite

 

 

LES AS DES CUIVRES  DANS LA MUSIQUE CONGOLAISE


Fud Candix-Henriot- Antoine Kasongo- Jean Lopongo- Emmanuel Damongo Dadet-Jean Serge Essous-Nino Malapet-Dominique Kuntima dit Willy Mbembe-Edo Clary Lutula- Léon Bukasa- Manu Dibango-Isaac Musekiwa-Biolo- Kiamuangana Verckys-Empompo « Deyesse »-Jean-Marie Makutukala-Matalanza-Michel Ngoualali-Dele Pedro-Jeff-Christophe Djali-Michel Sax-André Menga-Maproco-Albino Kalombo-Etari Henri-Balla Vital-Popol Margo-Pierrot Loukouamoussou-Nona Arthur Samba-Jean-Pierre Nzenze dit Jean Trompette-Armando Samu Bakula-Gabriel Kayumba-Victor Kasanda (Vixon)- Niclor Niki-Bosmin-Mbole Tambwe-Saïdou Jean-My Broder-Rigobert Massengo-Claude Bivoua- Max Massenge- Max Clary-Penki-Vickson-Cailloux- Sabas- Terziet-Diablo- Mangelbre Justin & Paul Teuwens (deux belges de Los Nickelos)-Boniface Matingou- Mingiedi-Barami- Vieux Gerard- Jean Delacroix-Lunama  Jeff- Saki-François Landu- Samuel Malonga dit Samy Trompette-Massengo Big’s-Mangenza- Gustave- Demavin- Moreau Maurice- Mekanisi Modero - Mboka-Kidumu- Nzunga Ngolu-Jean-Marie Kabongo-Benazo Mbuta- Sasa Luyeye-Domé Domingo-Maubert- Jeannot Mboko-Jean-Marie Rondo-Pigeon- Kunsita Rubbens-Mozart-Louison-Akuda-Feli Soki Mikanda Somida-Sijog- Angelino- Gombi Paul- Sumbu Simon- Muteba Celio- Massa Visi- Micky Michael- Engenge-Dibuidi- Makamba- Ya Zozeta—Sita Sitos-Denis Abel Malanda- Paul Nguiamissango.

Cete liste n’est pas exhaustive


Musique-congolaise-0030.jpg

Bankolo Miziki

 

Nous remercions notre aîné Clément Ossinonde qui nous permet d’inclure les Bankolo Miziki sur la page des souffleurs. Nous lui rappelons que Manu Dibango figurait déjà sur la liste dès son élaboration. Nous venons de retrouver une de ses photos ainsi qu’une de ses chansons « Ekedy » aux éditions Ngoma. Nous auditionnerons également Merengue Rumba Rumba d’Oliveira , toujours aux éditions Ngoma. A travers ces deux chansons les instruments à vent sont bien présents,

 

Messager

 

Ekedy, par Manu Dibango aux éditions Ngoma

Merengue Rumba Rumba, par Manuel D'Oliveira

Commenter cet article

Angolais 17/06/2011 00:56



Bonsoir


Nalingi ko expliqué na frere Serge Kongo na ba question na yé sur les instrument á vent na ba fanfare et leus role et puit na musicien oyo ya Ok jazz na chanson Mamou.


Je pense que ozali ko se referé na Vieux Deca Pundi le bassite qui imité la voix d´une femme le sois disant Mamou.


Pour les instrument a vent dans des fanfares et leurs differences. Komoa yango kaka té na ba instruments a vent. Mona yango na tous les instruments en general. Chaque instrument ezali na son
na yango different l´un a l´autre. Mellange ya chaque son, yango wana ekosala bon harmonie ya kitoko. Il y des instrument ya "DO ou C dur) exemple guitar, flûte, misusu ya "SI b) comme trompete,
quelque trombone, instrument, et instrument ya "Eb" etc...


Na ba instrument nionso depend ya ba arrangement et kozuela yango rolle ou espace na yango na chanson ou compsition.


Ce pour cela il faut ko felicité ba vieux musicien ya Congo. Ba vieux ana bazalaki ba grands musiciens et arrangeur. Puisque bakokaki ko kotisa na chanson moko beaucoups des instruments pour 2 ou
3 minutes na duré ya chanson moko. Et chaque instrument est se retrouvé. Et voir même bouteille ya primus ba beti yango comme instrument. En ecoutant les chansons de la musique congolaise
enciennes, tu ecoutes tous les intruments. La musique actuelle congolaise avec un groupe des plus 15 instrumentistes 9 chanteurs au podium ou studio, le resultat ezali kobima comme un travail
de 7 musiciens. La plupart des orchestres  congolais actuel doivent remercié la nouvelle technologie de studio.


Come preuve, ecoute l´orchestre Wenge de Werrason au concert stade de France. Des guitares dereglé, des chanteurs chantant hors gamme. Et meme comme ça il dansent. Aucune reaction des
intrumentistes lá derriere.


Tous musiciens il faut kozala na oreil musical. Wana ezali base ya connaissance pour un musicien. Succé n´est pas toujours synonime ya koyeba.


 


 


 



Messager 16/06/2011 18:23



Serge,


Flûtes, trombes, etc, etc ya bo nkoko ezalaka tii lelo. Tanga article sur ba instruments traditionnels okomona ndenge ba nkoko na biso bazali kobeta ba intruments à vent traditionnels.


 


Messager



Serge Kongo na biso 15/06/2011 22:29



Mbote.


Merci mingi Kulutu Messager pona lumière opesi, kaka nalingi nayeba b’instruments ya souffle
ewuta wapi? Ezalaki na bonkoko na biso to ba mindele nde bamemela biso yango?  Tina nango ezalaki nini na
ebandela, ezalaki pona kaka kobinisa to ezalaki pona kobenga batu ndenge toyokaka?


Matondo na ndeko nionso akozua tango ya kobakisa biso mayele.


Ba armées nionso ya mokili esalelaka yango pona milulu minene, pona ba hymnes nationales pe
bongo na bongo.  B’instruments yango ezalaka boni (to combien de sorte) pe ekesani na nini kati nango ?


Musicien oyo pene ya Gd Me Franco azalaki koloba « allo Mamou… » on dirait azalaki
mutu ya saxo pe lokola, kombo naye nani ?  Ba questions nionso oyo ndenge kulutu Clément alobaki eza po tozangi b’archives.


Serge Kongo na biso.



Angolais 15/06/2011 22:28



Reponse a Serge Kongo.


 


Je peux affirmé que vieux Barami akotaka Angola. Puisque nayebi ba petits freres na yé en Angola. Et il faut koyeba que ce Barami
bazalaki ko habité presque quartier moko na Domé Domingos na Ndjili. Sasa Luyeye mpe ya Bella-bella trompetiste azalaki muana ya Ndjili.


 


Concernat vieux Dessoin, ye azalaki kobeta mbonda (tam-tam)



Messager 15/06/2011 20:56



Serge,


 


Nabanzi kombo ya Barami eza na liste. Po na Dessoin, azalaka batteur depuis ebandeli ya Ok-Jazz.


 


 


Messager



Messager 15/06/2011 19:18



Nous allons ajouter tous ces noms sur la dernière liste.


 


Messager



Serge Kongo na biso 15/06/2011 18:21



Mbote,


Tozalaki na kulutu moko na quartier na kombo ya Baramy azalaki pe mutu ya
instrument ya souffle, tango wana bazalaki koloba na biso abetaka na OK Jazz est ce que mutu moko akoki ko confirmer yango? Akota Angola kala. Lisusu vieux Dessoin ya OK Jazz instrument azalaki kobeta?


Mokolo malamu na bino nions


Serge Kongo na biso.



adei toko 15/06/2011 15:42



En dehors de MASSA VISI(bella-bella 1973à1977) que j'ai rajouté hier, un autre saxophoniste et même chef d'orchestre de Bella Bella(1971-1973) me revient à l'esprit il s'agit de MICKY MICHAEL
malheureusement j'ai perdu son nom de famille



Messager 14/06/2011 20:11



Le nom de Modero est sur la liste depuis sa publication. Nous venons de le souligner en rouge en ajoutant mêmme le nom Makanisi, pour éviter toute confusion.


 


Messager



Samuel Malonga 14/06/2011 15:43



Un nom me vient à l'esprit. C'est celui de ENGENGE FA de la fanfare salutiste qui a aussi joué dans Continental comme trompettiste.



gubeteka 14/06/2011 14:54



Pourquoi ne cite-t-on pas Makanisi Modero



Muan'a Mangembo 14/06/2011 10:10



De Kasongo à Lopongo


Au risque de finir par me faire traiter de "Ngembo vantard", je ne peux m'empêcher d'apporter à cette série des As du cuivre, mon grain de sel et de souligner la place essentielle de la Fanfare
Sainte Cécile de Kintambo dans la formation de ses souffleurs de légendes que sont Antoine Kasongo et Jeannot Lopongo. Ces deux là étaient bien de chez nous: KIntambo.
Lorsqu'en 1986 j'organise la course du cinquanténaire du Vélo Club de Léo II avec le Centre Culturel Mangembo que j'animai à l'époque dans l'enceinte de l'Ecole Saint Georges - Bondeko, c'est
naturellement vers Papa Lopongo et Joseph Booto (pour info à Clément Ossinonde) que je me tourne pour agrémenter la soirée de remise de trophées. C'est à cette occasion que mes deux Papa
vont battre le rappel des Bakolo Miziki encore actifs. J'ai pu à cette occasion, non seulement serrer la main de ses légendes, mais surtout, me familiariser avec leur musique, puisque les
uns et les autres vont interprêter leurs morceaux pour un concert "acoustique" qui aura duré un  peu plus de deux heures.
On notera que Jeannot Lopongo et Joseph Booto ont animé pendant plusieurs années le piano bar de l'Hotel Intercontinental de Kinshasa, avec un repertoire essentiellement Bakolo Miziki, exécuté au
piano - contrebasse et sax et trompette.
Jeannot Lopongo et Joseph Booto étaient, selon les bana kintambo, des Motolu de Kintambo, l'un des club les plus fermés de l'une des plus vieilles communes de Kinshasa. Est Motolu toute
personne pouvant justifier que son cordon ombilical est enterré à Kintambo. Ce qui passe par les registres de baptêmes de l'Eglise locale Saint Francçois de Sales pour tous ceux qui sont nés
après 1938 et Saint Leopold ( Grand seminaire Jean 23).
Jeannot Lopongo s'est formé à la musique sous la houlette des Frères des Ecoles Chrétiennes à la Montagne (Kilimani). tout comme Nico Kasanda, il y a appris le solfège et le maniement de
plusieurs instruments. Cependant, c'est vers la fanfare qu'il choisira de se tourner et ce sera Sainte Cécile où il retrouver a notamment son aîné Kasongo. Jeannot Lopongo, malgré son jeune a^ge
était doué et très rapidement, il assurera la direction des répétitions, en l'absence du "Cher Frère". La Fanfare Sainte Cécile de Kintambo a ainsi animé régulièrement, les processions mariales
du 15 août, dans le sillage de la fanfare de la police congolaise, qui se terminaient toujours par un grand bal dansant, dans les jardins des soeurs du coeur immaculé de marie - Bamamelo.Saq
réputation allait au délà des limites de Kintambo où le groupe a animé d'autres bals catholiques. C'est peut être cela qui poussera le saxophoniste Kasongo à monter son Jazz Band Odéon kinois,
pour animer les bals du parc de Boeck.
On notera aussi que Jeannot Lopongo était un excellent chanteur deuxième voix qui s'amusait à faire le choeur en studio, pour renforcer l'attaque chant comme sur ce morceaux des années 50. Bomba
na motema et Olingi nasala boni paru chez Ngoma et signé Pierre Kalima



Pour se faire une idée de ses jazz bands de Kinshasa des années 50, je vous propose ces deux morceaux extraits de Roots of rumba rock.


 


 



Samuel Malonga 13/06/2011 23:54



Bien cher Sony Mokonzi,


Samuel Malonga alias Samy Trompette azali musicien ya Bantous de la Capitale ndenge ndeko Angolais akomi. Comme par hasard tozali na même nom  mpe même prénom. Azali homonyme na ngai à 100%
kasi malheureusement toyebani te . Kombo ya MALONGA ezali très fréquent na les deux Congo.



Angolais 13/06/2011 23:30



Je veux encore un peu aidé mon frere Sonny Mokonzi sur Samuel Malonga.


Je suis sûr ce le trompetiste du Bantou de la capital. Grand trompetiste et salutiste a Brazzaville.


Moi même je suis souffleur (tromboniste) et joué dans des grands orchestres en Angola (Inter-palanca de Matadidi, 1 de maio. Os merengues, etc...) et maintenant vivant dans un pays européen.



sonny mokonzi 13/06/2011 23:07



Messager,namoni kombo ya SAMUEL MALONGA ALIAS SAMMY TROMPETTE parmis ba souffleurs,nalingi natuna soki ezali obele  SAMUEL MALONGA  oyo na biso na mbokamosika(rire). nayebi que na
mokili ba kombo ekokanaka mingi...pona kobakisa nga pe nakotanga trompetiste moko ya OK JAZZ na kombo ya ADAMO SEYI, pe mosusu na kombo toyebelaki ye mingi VIEUX KALOU toujours na OK JAZZ nayebi
te soki ye wana kaka otangi CAILLOUX.



Samuel Malonga 13/06/2011 22:01



Comme Mboka Mosika rend hommage aux souffleurs de notre musique, je fais un grand coucou à Tabu Ley pour avoir à la fin des années 70 lancé deux LP sur le marché du disque où les
instrumentalistes étaient en l'honneur. Ils avaient joué seuls sans les chanteurs les chansons comme Maria Maria, Bazuwa ya bosenzi, Mokolo na kokufa, Hortense, Congo nouveau Afrique
nouvelle etc. Quelle belle musique instrumentale!



Samuel Malonga 13/06/2011 21:22



Il y a lieu d'ajouter aussi le nom du saxophoniste SAKI qui a joué dans l'African Fiesta National



Clément OSSINONDE 13/06/2011 18:09



Il y a lieu de noter que le "SEBENE" (cette partie "chauffer" de la rumba) est la


déformation de mot Seven (7) en anglais, pour situer l'accord de la 7ème qui


constitue la base du "sebene". Les meilleurs "sebene", on les trouve dans les


chansons de Wendo et Bowane, mais surtout dans l'OK Jazz des années 1957 à


1960