Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Studio d'enregistrement


Notre grand "recherchiste" BUKU, nous a envoyé cette photo non datée d'un studio d'enregistrement d'une certaine époque. Sans légende, il nous a été difficile de le commenter. C'est ainsi que nous l'avons considéré comme une pièce archéologique et avons essayé de le décortiquer en tant que tel.

De prime abord tout laisse croire que cette photo daterait de l'époque coloniale ou post-coloniale. Elle représenterait ce que furent les groupes ayant existé avant la naissance des orchestres modernes.

Le nombre des musiciens est réduit (8) . Une seule femme, probablement Lucie Eyenga, portant une large robe wax. Les hommes sont en chemises claires, certaines avec col dressés. Deux musiciens sont en sandales en plastique, en vogue à une époque de notre histoire. Le trompettiste en culotte rappelle la tenue des anciens agents coloniaux belges, qui préféraient cet accoutrement conforme au climat tropical.

Ce groupe était photographié lors de l'enregistrement d'une chanson que nous supposons être " Brigitte", chantée par Lucie Eyenga, en compagnie du Rock-A- Mambo.

Nous attendons les commentaires des anciens qui reconnaitront ceux qui sont sur cette photo. Nous pensons  notamment à notre papa Albert Luampasi qui a déjà eu à intervenir sur notre blog.


Messager

 


Brigitte, par Lucie Eyenga et le Rock-A-Mambo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

OSSINONDE 03/07/2010 15:15



 

























SERVICES




 Galerie


 Ecouter


 Vidéos


 Blogs


 TV














Faits marquants:








     Comprendre la crise grecque et ses enjeux     Fredy Massamba. Ethnophony     Littérature. « Embrouillamini Terre des Tronifer » (1) : Quand le récit interpelle le conte     
















JP BOUCK 13/05/2010 19:34



Donc, apres ba precisions ya Emmanuel Kandolo sur le drummer et le trompetiste, les personnes sur la photo (Musiciens de l'ecurie Opika ou AFRICAN JAZZ en studio vers
1953)                               (de
gauche-a-groite)           


Albert Taumani (bass), Etienne Diluvila "Baskis" (Percussion), Francois Boyimbo "Gobi" (guitar accompa), Joseph Kabasele "Grand Kalle" (chanteur), Lucie Eyenga (chanteuse), Emmanuel
Tshilumba Wa Baloji "Tino Baroza" (guitar solo), Dominique Kuntima "Willy" (trompette), Joseph Mwena (bass).


 


Sikoyo motuna na Emmanuel Kandolo na ba anciens: qui etait Francois Boyimbo "Gobi"? Contrairement a Tino Baroza et autres, on fait presque pas cas de lui quand on parle de la
musique congolaise des annees 50. On le voit meme jouer la guitare avec Jhimmy Elenga vers 1951-1952 pendant que le petit debutant Dechaud Mwamba (qu'on connaitra plus tard comme guitariste
rythmique) fait du chanmt.



Buku 06/05/2010 19:31



Ba ndeko,


Motuna na ngayi, nani akangaki elili ya studio d'enregistrement oyo pe azalaki kosala na presse nini?


Buku


 



Complément 04/05/2010 14:18



Ndeko Muana Ngembo,


Oyebi ke likambo ya 100-1 na suka ekomaki injure, puis ebimisa ba bagarre ya marke na marke, nazalaki petit ya muke ya ba 10 ans à peu près, soki ba vieux bazali koleka biso kaka miso na biso na
lokolo, soki alati Patoga problème ezali te, jumbo d´accord, kasi ameka kolata na ye 100-1 te, puisque mosusu ebimaki ya couleur verte, ezalaki ya kokotisa entre mosapi ya munene ya lokolo
na oyo elandi na kati, ezalaki lokola lipapa na liboso, alors soki vieux bal alati 9 9, yoka ba cri 100-1 nonante-neuf, vieux akolanda bino, puis oyo akokueya na malchance bakangi yo, il faut
oliya frappe to NKUBA epayi ya vieux, alors yo petit pe il faut o dié ko kisté vieux bal wana epayi ya Grand na yo, ekosuka se BIDING...



muan'a mangembo 04/05/2010 09:43



100 - 1=99 et le sourire de Malata Loko en plus!Qui ne se souvient pas de cette chanson, cent mois un, neu-neuf? Un coup de pub extraordinaire réussi par Bata qui avait lancé
ses premières sandales en "cahoutchouc". A l'origine, de couleur blanche, ses sandales moins couteuses que de chaussures, vont rapidement séuire les Léoman de toutes les catégories. Et que dire
de son prix...inférieur à 100(F?). Argument suprême de sa séduction la petite chanson du 100-1=9-9.En attendant que mon aîné Crispin Lukoki me complète sur le cout réel de ces sandales? il me
revient que la "Ville" de Kintambo avait sa boutique Bata. tenue, dans les années 68/70, par l'une des plus belles femmes dont je sois tombé amoureux du haut de mes 8/10 ans. Elle, c'est notre
aînée Marthe LOKO. Jumelle de du Dje des Madjesi, Loko Masengo, cette belle femme na "muindo ya ngolo" - elle l'est restée, devrait avoir autour de 20 ans, lorsqu'elle a été embauchée par Bata.
Sa beauté qui ne devrait pas laisser indifférent les clients, a du surement jouer pour son embauche - et la stratégie publicitaire de ce groupe. Ainsi se rendait-on à Bata, pas seulement pour
aller chercher de nouvelles chaussures, mais aussi pour admirer "Malata LOKO" a travers les grandes baies vitrées du magasin Bata. Pour mes copains et moi, c'était notre passage obligé. On s'y
arretait juste après les marches qui remontent de Kin Viande. C'est là qu'on s'installait pour croquer à belles dents, les mangues que nous venions de cueillir du côté de Kilimani (la forêt de
mangues, propriété des bana kintambo). La vue de cet endroit était imprénable. On voyait Yaya Malata, les jambes croisés, sur sa chaise tournante, adresser des sourires aux clients qui passaient
à la caisse. Un vrai sourire Pepsodant, je vous dis. Une fois nos mangues finies et que nos dents commençaient à devenir "ngayi", on se levait pour aller demander de l'eau, question de voir de
près La Belle Malata LOKO. Très serviable, elle nous servait elle même avec un Kopo de quaker, de quoi nous remplir le ventre pour le reste de la journée. On en repartait encore plus amoureux
d'elle, convaincus que le sourire qu'elle m'avait adressé était "seulement" pour moi. Et là, je revais encore plus d'elle, jusqu'a la prochaine escapade na Zamba ya Kilimani., avec arrêt obligé
au magasin Bata, non pas pour acheter des "cent moins un, neuf-neuf, mais uniquement pour recevoir son lot de sourire accomagné d'un "quaker" d'eau des mains de la seul et unique belle femme qui
pouvait exister pour un gosse de 8/10 ans : Ya' Malata LOKO.


 


 



Messager 04/05/2010 06:47



Nous acceptons toutes les propositions jusqu'à ce que la vérité jaillisse. Il y a des noms qui reviennent sur toutes les propositions. Signalons que ceux qui citent tantôt Rock-A-Mambo
tantôt l'African-Jazz ne se contredisent pas. En effet, après le départ de Benatar, le patron d'Opika, L'african-jazz avait évolué sous le label Esengo où certains enregistrements étaient
réalisés sous le nom de l'Africa-Jazz ou Rock-A-Mambo, par les mêmes musiciens.


Donc continuons à chercher. peut-être que la vérité se trouve déjà parmi les réponses proposées par les mbokatiers auxquels nous exprimons notre gratitude pour leur sens de recherche.


 


Messager



JP BOUCK 04/05/2010 05:15



D'apres mes recherches, c'est l'AFRICAN JAZZ en studio en 1954, année ou Lucie  Eyenga et Isaac Musekiwa rejoignent ce nouveau
groupe.                               (de
gauche-a-groite)           


Albert Taumani (bass), Antoine Kaya "Depuissant" ou Etienne Diluvila "Baskis" (Percussion), Francois Boyimbo "Gobi" (guitar accompa), Joseph Kabasele "Grand Kalle" (chanteur), Lucie
Eyenga (chanteuse), Emmanuel Tshilumba Wa Baloji "Tino Baroza" (guitar solo), Isaac Musekiwa (saxophone), Joseph Mwena (bass). 


Note: l'African-Jazz avait deux percussionnistes en 1954 (Depuissant et Baskis). Donc, c'est l'un ou l'autre au drum. En plus, la personne qui la guitare-accompa n'est
Dechaud Mwamba. C'est certainement Gobi Boyimbo, un grand guitariste congolais de l'epoque qui avait joué avec Jhimmy Elenga et Joseph Kabasele pour le compte de l'ecurie
OPIKA. 


 



Richard Kasongo 04/05/2010 01:30



Ntoma oui oyo ezali kaka ba decouverte. mais je rviens encore na likambo ya batterie , totali bie que photo oyo ezali ya kala..mais na mopanzi tozali komona ndeko , toloba papa na biso AZALI pe
avandi na DRUM naye . Elingi koloba ete , eloko oyo ebandaka kala na kobetama na mboka na biso... Mama Tekele Mokango ayebanaki natango na bango...Banzembo naye toyoka yango te. ntoma soki ezali
boki kotiela biso yango.  Merci.-   Richard Kasongo.-



jo maly 04/05/2010 00:15



Bonjour chers mbokatiers !


J'apporte un complément d'info importante à cette photo du studio d'enregistrement, qui, je pense intéressera beaucoup d'anciens. Il s'agit en effet de l'indentité des personnes présentes sur la
photo. Je l'avais déjà vue sur le site Youtube.com, avec le nom manuscrit au-dessus de chaque artiste. Il suffit donc d'aller sur Youtube et taper "Tino Baroza". Vous aurez ainsi une liste
de ses chansons agrémentées chacune d'une photo, dont celle qui nous intéresse. Il y a dessus Kalé (à côté de Lucie Eyenga), tino baroza, isaac musekiwa, taoumani, brazos, etc... Il s'agirait de
l'orchestre Rock A Mambo.


Allez-y, une mine d'or des bakolo misiki se trouve sur Youtube !


J'espère avoir satisfait tous les mélomanes amoureux des racines de notre musique moderne.


Fraternellement


A bientôt


Jo Maly



Messager 03/05/2010 21:49



Sonny,


 


En tout cas photo oyo toko analyser yango malamu kino tokoyeba ba musiciens banso.


 


Messager



sonny mokonzi 03/05/2010 21:00



Messager,indice nazali n'ango ezali trompetiste wana ezali ISAAC MUSEKIWA pe studio ezali OPIKA,pona nini  nalobi boye??Tango mondele oyo ya belge ou grec(mokolo studio) asalaki voyage na
elisabethville entre 53-54,azongaka na leo avec ISAAC MUSEKIWA COMME remplacant na ye nde esika bakutanaka bango banso na ba KALLE JEFF,DEWAYON ,LUCIE EYENGA ETC.... yango na reconnaitre quattre
personnes en allant de gauche a droite:BOSUMA DESSOIN(DRUM)???,2,3,4JOSEPH KABASELE(juste avant eyenga)5LUCIE EYENGA,6TINO BAROZA??,7ROITELLET(Basse)????



Messager 03/05/2010 17:18



Mwan'a mangembo ,


 


Ton analyse est remarquable. Puis-je encore me permettre d'ajouter que celui qui tient la guitare solo pourrait être Dewayon. Son visage et la forme des  yeux lui ressemblent . On y retrouve
le profil de Bokelo, son frère. N'est-ce pas?


 


Messager



muan'a mangembo 03/05/2010 16:36



Quelques observations sur la photo de studiopubliée ici


je doute fort qu'il s'agisse du groupe Rock-a-Mambo, sinon on aurait du reconnaître Essous "3S" et son sax, sinon les piliers du groupe comme Lando Galo "Rossignol Cantador" ou Ebengo Isenge
Dewayon.
Bien entendu que la jeune femme au micro ressemble à Lucie Eyenga, mais je rappelle qu'à cette époque elle n'était pas la seule femme à fréquenter les studio, puisqu'il y avait aussi Tekele
Mokankale pour ne citer que celle-là.
Je pencherai plutôt pour un groupe antérieur à Rock-a-Manbo sinon du studio NGOMA. En effet, de mémoire, je reconnais le profl de Tchadé Mpiana, fidèle à son col relevé "modegan en l'air" et son
côté yanké tenant la contrebasse "Libaku ya nguma".
Pour le reste, si la photo a été pris pour illustrer un disque, rien n'indique que tous ceux qui sont sur la photo, sont utilisateur des instruments qu'ils tiennent.
je soulignerai aussi que dans les années 57/58 où Rock-a-Mambo s'installe dans le paysage musical, les cullottes courtes et sandales ne font plus partie, depuis longtemps, de l'acoutrement des
artistes.
Sur la base de ces indices, je daterai cette photo de studio entre 1951 et 1953. A l'âge d'or des studio NGoma et OPIKA. Ce n'est pas encore un groupe constitué mais, je me risquerai à parler
d'un groupe de studio. on ne sent pas, au regard de cette photo cet esprit de groupe. aucun leader ne semble s'en dégager. ils sont tous sagement sur la même ligne. Et puis tous les autres me
semble si anonyme...