Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

1

 

 

 

LE SEIGNEUR LOKOMBE

 

Il est né Caille Lokombe et il est âgé de plus d’une soixantaine d’années. Il devient Lokombe Nkalulu Baend’Afe avec le changement de nom imposé par la deuxième république. Le grand public le découvre dans les années 70 au sein de l’orchestre Les Grands Maquisards aux côtés de Ntesa Nzitani, Kiese Diambu et Diana. Lokombe est  l’une des meilleures voix de notre musique moderne. Il a brillé au sein de Grands Maquisards de glorieuse mémoire. A l’époque, cet orchestre était tout feux toutes flammes avec les chansons telles « Tokosenga na Nzambe», «Delya», «Mado», «Obotama mobali ndima pasi», «Jarrya», «Essesse», « Biki», « Maria Mboka» pour ne pas tout citer. Et c’était la belle époque. Ceux qui l’ont vécu peuvent bien le témoigner.

 

En 1969, Le Festival des Maquisards avait connu une scission. Guvano est allé monter l’orchestre Dua, Sam Mangwana change le nom de son groupe qui devient le Festival de Sam, Diana retourne dans l’African Fiesta et Lokombe rentre travailler dans la fonction publique. Peu après, Lokombe pousuivra sa carrière musicale dans le TP OK sous le Grand Maitre Franco.

 

A la fin du mois de janvier 1993, il fait parti de tous les transfuges du TP OK Jazz qui sont allés créer l’orchestre Bana Ok sous la présidence de Lutumba Simaro. On  reconnaitra sa voix  dans les chansons telles que «Cabinet Molili», «Bel agneau», « MT Imongo», «Omo Bienvenu»… Dans le TP OK Jazz, dans le Bana OK tout comme dans les autres formations musicales que Lokombe a montées en Europe avec des collègues, son talent de chanteur et auteur-compositeur est demeuré intact, inépuisable et sa voix ne s’est jamais usée. Lokombe est toujours demeuré Seigneur Lokombe et égal à lui-même. Dalienst n’avait-il pas raison de déclarer que «Lokombe andimi césar ekotoboka… kaka  po tobongisa lingomba oyo ebunga».

 

Depuis 2002, Lokombe s’est établi en Belgique où il évolue au sein du groupe congolais OK International et dans un autre orchestre multiracial flamand.

 

Je vais terminer ce récit en rappelant aux Mbokatiers que Lokombe est l’auteur du vocable « Deuxième bureau» contenu dans une de ses chansons avec les Grands Maquisards. Ce vocable a été unanimement adopté d’abord  par tous les Congolais, ensuite les Africains et par-delà le continent pour désigner les maîtresses ou les concubines.

 

Zéphyrin Kirika Nkumu Assana

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Serge Kongo na biso 07/06/2011 13:45



Mbote ba ndeko,


Eloko esalaka ke ba vieux Lokombe, Kiesse Diambu, Dalienst, Josky Kiambukuta, Sam Mangwana, Djo Mpoy etc…, bazala na dinstiction
eza po mutu na mutu azalaki na mongongo pe eyembeli naye.  Bazalaki batu oyo basalaki effort po bamema mingongo ya sika miziki kaka nde baliya na
musala yango ndenge penza elongobani te, kasi ba “clones” ba féants oyo baye sima na bango pe bakomi koyemba na mingongo oyo ya ba kulutu oyo, bakomi komekola bango, babeti libaku na zelo, baza
kozua ebele pe batondi makelele ebele kasi baza ata pene ya ba kulutu oyo te.  Tozua naino ndakisa ya Meridjo na ba ndeko naye ya Zaïko basala rythme
Cavacha oyo e existaki te liboso na muziki, babimisi yango na makelele ya bibende ya train, baza batu ya ko féliciter, kasi balobelaka na bango yango te.  Ba nzembo ya ba vieux Lokombe ezalaki tellement propre ke ba papa bazalaki kobeta yango na weekend na tourne disque na nse ya nzete na kati ya lopango po maloba
nango ezalaki bien, ezalaki presque ba histoires ya vie ndakisa ya nzembo oyo: “Zela nga, na koya nayebisa
yo ke nazali wayo wa motema Kayumba Martha.  Tomonani te mikolo eleki mingi, oyokaka sango na ngai te na ba radios, basusu balobi kombo ya Maquisards
elimue, bazali kosepela babotoli b’instruments, sango epanzani tokomaki ko débrier, tickects po tozonga ezalaki te, Marthe okokaki kotuna nga sango ya pamba mokolo tokitaki na mpepo, na N’djili
national…” emonani ke ezalaki composer na tina moko boye mais sans bafinga batu oyo ba panzaki bango sango.


Merci Kulutu Kirika ndenge okanisi vieux Lokombe po akomi presque enterrer alors ke ye aza naino
vivant.  Kolongua naye na Bana OK ezalaki n’esengo te po natala intervew naye kala kasi naza nango lisusu te.  A critiquaki admnistration ya vieux Lutumba ke Bana OK ke eza orchestre ya ba kongo etc…  wana mutu nionso amesana na maloba ya ndenge wana na minoko ya bayembi nzembo ya Kongo na biso.


Boboto o mboka bino.     


Serge Kongo na biso.



Zephyrin Kirika Nkumu 06/06/2011 14:52



James,


Comme je l'avais si bien souligné, j'ai beaucoup apprécié votre commentaire et surtout l'intérêt que vous avez porté sur l'article. Il a suscité les commentaires des autres à tel point que
 c'est devenu intéressant. C'est ce que j'aime beaucoup. Ce qui nous importe, ce n'est pas de chercher qui a tort et qui a raison. Notre seul souci demeure la vérité que nous voulons
transmettre à nos jeunes. Votre dernier commentaire posté ce matin est plus éloquent dans ce sens que c'est peut-être une appellation qui n'a pas collé à la personne. Chaque fois que
j'écris, j'ai toujours besoin des commentaires des autres. Cela m'aide à m'améliorer. Écrire un article n'est pas synonyme de tout connaitre. J'ai besoin de vos remarques, vos connaissances et
vos commentaires surtout lorsque c'est fait de la manière que tu as faite. Tu as donné des idées constructives.


Je te remercie beaucoup pour ta contribution et te souhaite une excellente journée.



James 06/06/2011 13:06



Cher frère Zephyrin Nkumu


Merci pour vos remarques combien pertinentes dans votre intervention. Comme vous venez de le preciser, nous apprenons des uns et des autres tous les jours à travers les articles publiés
dans Mbokamosika; raison pour laquelle, je lis avec beaucoup d'intêret les différents articles ainsi que les commentaires y relatifs.


En ce qui me concerne, je pense que l'appelation dont il est question ici ne peut pas faire l'objet d'un doute d'autant plus qu'elle s'est faite d'une manière plutôt timide càd que cette
appelation n'a pas été collée à la personne. Aujourd'hui, nous avons tendance à comparer les vedettes du football et de la musique aux jeunes en le prenommant par exemple franco Mongo, Petit
Wendo par son doigté ou imitation, par son timbre vocal ou imitation, Petit saïo par ses dribbles,etc.... C'est plus dans cette optique que j'ai placé mon intervention. Je pourrais complèter en
disant que les avis de ses collègues musiciens nous seront d'une grande utilité dans lamesure où ils peuvent nous apprendre encore plus sur la personne et la carrière musicale de Lokombe, ce
grand chanteur de charme


Encore une fois merci mon frère Zephyrin pour ton travail combien louable dans Mbokamosika.


Fraternellement


James.


 


 



Messager 06/06/2011 11:27



Nandeko,


Lisolo kitoko mingi. Nalingi nabakisa mua moke te na kati ya Afrisa, moyembi moko na kombo ya Mimy Ley  azalaka lokola "clone" ya Tabu Ley sur la plan artistique. Asila
kokufa sima ya kobala moko ya ba Yondo Siater, soki nabosani te. Kombo naye ya mboka nabanzi eza Muaka?


Mokolo ezali tokoyoka nzembo naye.


 


Messager



Seli-Ja 06/06/2011 10:09



Wa Nkumu mpe Wa James,


Bokende mosika te, nabanzi ndeko Lemba Souvenir alobi yango malamu : . Mpo tomonaki na miziki baye bazalaki ko "donké" (kokamata) ba titres ya baninga
bazalaki nde kosala publicité ya mokolo titre wana. Soki nakoloba na bino motu lokola Sam Mangwana azalaki mpe Maréchal lokola Rocherreau, Lessa Lassan azalaki mpe Petit Rochereau, Dicky azalaki
mpe Petit NIco, Lokombe azalaki mpe Seigneur lokola Rochereau, ba exemple ezali mingi... nionso oyo ezalaki ko contribuer na publicité ya moto ya yambo na titre wana.


Ata na bokonzi ya Lola, toyokaka Nzambe Mokonzi na Nzambe Moke, kasi bango banso bazali se ba Nzambe, kasi soki otangi kombo ya Nzambe (nabanzi nasali lisumu te, mpo balobaka KOTANGA KOMBO YA
NZAMBE PAMBA PAMBA TE) ata motu moko te akanisaka na Sainte Trinité, tomonaka obele Tatu Nzambi.


Ndeko James asali mabe te, kasi alobi oyo ye ayebeli, mpe ndeko Nkumu ayanoli ye na ndenge likambo ezali mpe ezalaki, mpo na mayele ma ngai soki nabungi te, na tango wana mpe na mokili ya
Kinshasa ba journalistes   babengaki Vieux Lokombe mpe Seigneur Lokombe, je le confirme, kasi ebengeli yango ezalaki populaire te, yango ntina ya ba doute, peut-être, na ba
souvenir ya bato mingi, puisque Seigneur oyo ya yambo mpe oyo biso banso toyebi na mokili mobimba ezali obele Seigneur Ley.


 


Seli-Ja



Zephyrin Kirika Nkumu 06/06/2011 03:37



Mon cher Frère James,


J’aimerais bien vous répéter que Mbokamosika est un travail de mémoire. Personne et je dis bien personne n’a le monopole du savoir
de notre culture. Nous faisons un travail de mémoire et l’apport de tout Mbokatier est important. Nous devons nous compléter dans le souci de transmettre aux générations futures ce que nous
connaissons de notre culture.


Ceci dit, je partage entièrement ton point de vue et je te prie de ne pas te sentir offusqué outre mesure par cette appellation de
Seigneur. Si tu prends le temps de lire la presse, tu constateras que le terme Seigneur n’a pas été lancé seulement de Josky. Tu constateras que dans un certain nombre d’articles, mais ses
mélomanes l’ont toujours ainsi appelé. Pour preuve, je joins cet extrait que vous pouvez également retrouver dans digitalCongo.net du 20/08/2010 sur la rubrique Musique.


À près de 68 ans (né à Mbandaka le 21 septembre 1942), Lacombe N’kA lulu Ba’endefe
Camille, à l’état civil, Seigneur Lokombe, pour les
mélomanes, a ainsi démontré que son talent était resté intact. Un talent qu’il a su mettre au profit
de Bana Ok de Lutumba, Ndombe et Kiambukuta partis de l’OK Jazz de Franco après le décès de ce dernier. À noter que cette étape de son parcours a été précédée par son passage au Festival [des
Maquisards] avec notamment Sam Mangwana puis dans Les Grands Maquisards aux côtés de Ntesa Dalienst aujourd’hui décédé, et autres Diana, Michel Sax, Dave Makondele... On retrouve ainsi sa belle
voix dans de nombreuses oeuvres portant sa signature ou celle de ses anciens compagnons dans les groupes précités.|Jossart Muanza (AEM)


Ceci pour vous dire que lorsque je produis un article, je prends le temps de consulter plusieurs archives. Cela ne
signifie nullement que j’aie toujours raison. Lokombe vit en Belgique et Josky à Paris. S’ils lisent Mbokamosika, ils peuvent nous aider à éclairer la religion. J’aimerais terminer par préciser
que je n’ai aucune intention de te contredire, mais nous avons besoin de la vérité pour aider les générations futures. Je peux bien être fautif mais si les Mbokatiers qui côtoient les deux
artistes  peuvent leur poser la question, cela nous aidera à rétablir la vérité. Je te remercie pour ton intervention et pour l’intérêt que tu as
porté sur l’article.


Fraternellement



James 05/06/2011 21:08



A vous mbokatiers,


Mon commentaire sur cet article n'a pas pour objet de contredire les mérites de ce grand chanteur et auteur compositeur. J'ai toujjours admiré sa voix, ses compositions ainsi que son timbre vocal
depuis ses débuts en musique jusque dans le Bana Ok. Mais c'est surtout pour l'appelation de "Seigneur Lokombe" d'autant plus jamais il n'a été appelé comme tel par ses collègues
musiciens. Dans notre musique, il ya eu le Grand kallé, le Grand maître Franco, le poète Simaro Masiya et le Seigneur
Rochereau mais jamais un deuxième seigneur bien que Lokombe fait et continuera à faire la fierté de notre musique tant que Dieu le gardera en vie. Si dans la chanson
"cabinet molili" de Bana Ok qui a été d'ailleurs bien chanté par ce vieux routier (car c'est une chanson que j'auditionne sans jamais me lasser), Josky Kiambukuta a lancé : "
Seigneur, Lokombe chante"; cela voulait signifier "Seigneur, écoutez cette belle voix qui chante" et non une qualification comme telle. Personnellement je
m'inscrits en faux contre cette appelation sans que cela fasse bien sûr un objet de polémique car j'ai beaucoup du respect pour ce vieux qui me connait très bien. Ainsi, je voudrais demander
qu'on nous fasse écouter la chanson "cabinet molili" ou qu'on vérifie mes propos auprès du vice-président de Bana Ok Josky qui vit à Paris. Si ce que je dis est non fondé, qui
pourrait me dire depuis quelle année le vieux Lokombe a été considéré comme Seigneur dans la musique car même ceux qui ont connu ses débuts, son ascension dans la musique peuvent en temoigner.


Je vous remercie


James



Lemba-Souvenir 04/06/2011 23:56



Lokombe "Mwana Mongo awelaka te", je l´ai beaucoup aimé dans l´orchestre de vieux Miesi Maison Blanche, le Kossa-Kossa, avec le Dizzy et autres... quand il interprétait les chansons de l´autre
Seigneur, à savoir : Mocrano "Mado", tout le monde le confondait avec son idole qu´est le vieux Ley, je me suis toujours demandé pourquoi "Mwana Mongo awelaka te" n´avait pas postulé dans
l´Afrisa. Peut-être cette doublure avec Mwana Tabu allait lui porter ombrage, vu ce qu´ont été les Diassi, Mimi Ley et autres qui chantaient exactement comme Tabu Ley Rochereau.


Dans l´orchestre Grands Maquisards, c´est surtout la chanson IRENE qui avait retenu mon attention, et je peux le dire sans crainte d´être contredit, tout Kin prenait Seigneur Lokombe pour un
véritable Mokitani ya Rochereau.


Ah ! Kin-Malebo, tango Mboka ezalaki na ba Nkolo na yango.


 


Lemba Souvenir.



Zephyrin Kirika Nkumu 04/06/2011 20:29



ERRATUM: Une erreur de frappe s'était glissée sur le prénom de Lokombe. Lisez Camille au lieu de Caille. Je sollicite votre indulgence et vous prie de m'en excuser.