Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Vu le nombre de sujets à publier, nous sommes obligés d’avancer, tout en ayant une pensée en la mémoire de Pépé Ndombe, qui vient de disparaître et dont les obsèques n’ont pas encore été organisées.

 

Le portrait du grand Mwat Yav.

 

Muat Yav-copie-1

Tambour Lunda

Dans son dernier article, notre ami Zéphyrin Kirika Nkumu avait mentionné le nom de Mwat Yav comme étant le nom de scène de Marie Paul. Parmi tous les noms de scène évoqués dans ledit article, Mwat Yav et Mulopwe sont les seuls titres royaux issus des anciens empires et royaumes du Congo à avoir été adoptés par un artiste musicien.

 

A la suite de cette publication, nous avons effectué des recherches afin d’avoir ne fût-ce  qu’une seule image de l'illustre chef traditionnel des Lunda(Mwat Yav), dont le pouvoir s’étendait jusqu’en Angola. Heureuse coïncidence, nous avons retrouvé le portrait de cette figure historique dans un livre en Allemand sur la culture africaine intitulé "Helden Afrikas", que notre fils venait d’acheter.

 

Nous y avons découvert le portrait de Mwat Yav Chamana, peint par Paul Pogge en 1888, et repris en 1973, en habits d’apparat, dans une attitude impériale, s’appuyant sur une corne ou une pointe d’ivoire. La photo du chef Lunda Hitenda (à droite), réalisée au milieu du 20e siècle fait ressortir une ressemblance frappante avec l’ancien Mwat Yav . Ce qui atteste une filiation indiscutable. Ces documents proviennent du musée de Dundo, en Angola. 

 

  Il convient de souligner que le titre Mwat Yav ou Mwata Yamvo est aussi répandu parmi le peuple Tchokwe disséminé à travers le Katanga,  le Kasaï-Occidental, le Bandundu, et l’Angola. Donc son usage par un ressortissant de ces provinces nous paraît  normal.

 

Pour démontrer l’unité de ces peuples, Tshikapa au Kasaï-Occidental est le fief des Tchokwe du Kasaï, Bandundu, Katanga et d’Angola. Ainsi, il était difficile de retracer l’origine du diamant dans cette région. Il peut provenir de Tshikapa,  de Lukapa (Angola) ou de Kahemba, territoires occupés par un peuple aux mêmes origines. Les trafiquants de ces contrées, parlant la même langue, passent d’un village à l’autre sans tenir compte des frontières imposées par la colonisation.

 

Une anecdote.

 

Guitare Tchokwe

 

Nous sommes à Kinshasa, au début des années ’70, un ami Tchokwe de Bandundu était parfaitement intégré au sein du groupe de Bandundu. Un jour, une équipe d’athlètes du Katanga est venue participer aux compétitions sportives marquant les événements politiques sous la 2e République. Au sein des athlètes Katangais il se trouvait quelques ressortissants Tchokwe,  lesquels ont fini par dénicher le Tchokwe de Bandundu. Ils l’ont immédiatement incorporé dans leur groupe afin de leur servir de guide à travers Kinshasa, s’exprimant en Tchokwe et abandonnant respectivement le shwahili et le munu kutuba. Ce qui prouve l'affinité entre les ethnies en dépit des frontières artificielles.

On se souviendra encore que le parti politique UFERI, de Nguz Karl i Bond avait beaucoup de sympathisants parmi les ressortissants de Bandundu, en raison des mêmes affinités ethniques.

 

La carte ethnique des Tchokwe.

 Tchokwe-copie-1

Sur cette carte retrouvée dans le même livre en Allemand, figure la carte du peuple Tchokwe installé en RDC et en Angola.

 

 

 

Messager

 

.

Commenter cet article

Bernard Manseka 30/05/2012 18:01


Les colonisateurs ont cause un grand tort aux Africains en leur separant de leur frontieres naturelles; une oeuvre diabolique qui ne permettra jamais le developement de l'Afrique quelle que
soient les efforts. La liaison ethnique et clanique est une obligation au progres d'un peeuple. Les juifs l'ont compris c'est ainsi qu'ils se sont reunifies a travares le monde. Nous devons
arriver a ce point si pas nous allons sauter sur place, perdre le poid mais sans avancer