Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

LE POETE LUTUMBA SIMARO ET LE STYLE "LOLAKA"

 

Lutumba m’inspire encore cette semaine. L’immensité de son œuvre fait qu’on pourra écrire des tonnes et des tonnes des livres et d’articles. Parlons de lui pendant qu’il est encore vivant sur cette terre des hommes et faisons-lui l’honneur qu’il mérite.

 

Vous conviendrez avec moi que Lutumba Simaro, ce monument vivant de la musique congolaise moderne sur les deux rives du fleuve Congo n’est plus à présenter. Cela dit, je m’empresse d’ouvrir une parenthèse puis la refermer directement en vous disant qu’on aime bien l’appeler "le Poète Lutumba" à cause de ses proverbes (traduisez Masese en Lingala) et ses œuvres qualitatives et quantitatives qui peignent la société congolaise. Chaque mot, chaque phrase dans la chanson de Simaro doit être examiné en profondeur pour bien en saisir la portée exacte. Sinon on reste dans le superficiel. Il faut dire que ses phrases magiques ont traversé des frontières. Un exemple palpable,  dans les années 70, les passages de ses chansons avaient constitué des sujets de philosophie pour les examens de baccalauréat de l’autre côté du fleuve Congo. Quoi de plus encourageant qu’on parle à nos élèves et étudiants de notre propre philosophie au lieu de leur bourrer la tête avec la philosophie occidentale. Lutumba est un auteur-compositeur d’exception qui a œuvré au sein du TP OK Jazz de 1961 à 1989, année de la mort du grand Maitre Franco. De 1989 à 1993, il va diriger des mains de maitre le TP OK Jazz avant d’aller fonder avec Ndombe Opetun, Josky Kiambukuta, Camille Lokombe N’kalulu, Partick Mangasa et autres le Bana OK. Pour rappel, Lutumba totalise aujourd’hui plus d’un demi-siècle de vie musicale.

 

Fidèle au style "Odemba" du TP OK Jazz, Lutumba est le fondateur de l’école du "verbe". Ceci consiste à utiliser dans les chansons des proverbes et autres éléments caractéristiques de notre sagesse. Ce style a été adopté à sa juste valeur par la plupart de nos musiciens qui n’hésitent plus un seul instant à introduire des proverbes dans leurs chansons. Il y  en a qui utilisent ces proverbes à bon escient; d’autres par contre les utilisent à tort et à travers, c’est-à-dire non pas dans le véritable sens de transmettre la sagesse africaine, mais pour s’injurier au fil des jours, pour lancer des jetons ou quolibets autres musiciens. Disons en passant que le proverbe est un mode d’éducation par excellence  dans la culture bantoue.

 

Lutumba est également le créateur du style "Lolaka". "Lolaka" en lingala signifie simplement la voix. Ce style consiste à ce qu’une chanson soit interprétée par un seul chanteur. Les exemples sont légion dans les œuvres anthologiques de ce grand artiste. Il suffit d’écouter "Ebale ya Zaïre", "Faute ya commerçant", "Mabele" pour se rendre vite compte qu’elles étaient interprétées par une voix monocorde, celle du brillant Sam Mangwana. Il était le premier à exceller dans cette pratique. "Maya", "Affaire Kitikwala" seront chantées par Lassa Carlyto tandis que Djo Mpoy Kanyinda s’illustrera dans "Kadima" et "Mandola". Madilu System  figure la liste pour avoir interprété "Eau bénite", "Dathy Pétrole" et "Melesi bapesa na Mbwa". Malage de Lugendo viendra allonger la liste avec "Testament ya Bowule".

 

Plus tard, il introduira une autre innovation dans ce style. Au lieu que la chanson soit interprétée par un seul artiste, il combinera deux ou trois artistes. C’est ainsi que la chanson "Verre cassé" sera interprétée par Lassa Carlyto et Madilu System, "Mwana ndeke" et "Tuba-Tuba" par Carlyto, Pépé Kallé et parfois avec Malage, "Nalembi" chantée par Pépé Kallé et Mbilia Bel.

 

A suivre

 

Zéphyrin Kirika Nkumu Assana

 

 

Commenter cet article

Vieux 55 24/04/2011 08:59



Papa Messager, à travers yo bana mboka banso, d´après ba rumeurs ya radio trottoir, toyokaki ete nzembo ya Mabele (ntotu) ya vieux Simaro masiya oyo eyembamaki na Sam Mangwana et l´Ok Jazz,
balobaki bongo ete Mama Mobutu Antoinette asepelaka mingi na loyembo yango mpe apesaka Sam Mangwana libonza to cadeau ya ba kiti (fauteuils) ya luxe, bongo tangu Grand Maître ayokaki lisolo yango
ya ba kiti, asilikaki makasi, Franco asengaki na Sam apesa ba kiti wana na compte ya Ok Jazz, kasi Sam aboyaki, balobi ebotaki problème...


Est-ce que likambo yango ezali ya solo, kasi totunaka te, bongo ye moko vieux Simaro Masiya nkolo nzembo réaction na ye ezalaka nini na affaire ya ba kiti wana, puisque idée wana ekoki pe koya
te, kasi à travers Mboka-Mosika, tolingi toyeba vérité, likambo yango ezali ya solo to ezalaki kaka simple rumeur to masolo ya Kin-malebo.


 


Vieux 55



Messager 20/04/2011 21:41



Ndeko Kupesa,


Soki nazui tango, nakosala mua retro ya ba nzembo ya Simaro.


 


Messager



Ndombasi Kupessa 20/04/2011 03:06



Merci Muana Mangembo, soki Lutumba Ndomanueno azali "monument " na style lolaka, ezali pe génie na ba rytmes mosusu, nani abosani ba nzembo lokola "Minuit eleki Lezi, Cedou, Inoussa, Rádio
Trotoir, Bisalela...ti ba année 80, Melesi ba pesa na mbwa", ba nzembo nionso wana ezali classique ya OK Jazz. Komona Lutumba na ngambo ya lolaka tozali kokabola ye na kati-kati. Ayembisa ba
musiciens minene ya Congo, (soki tolongoli b'oyo batangami dèjá), lokola: Josky, Ntesa, Boyibanda, Wuta Mayi, Djo Mpoyi, Kiawakana, Papa Wemba, Kester, Dindo Yogo, Esperant, Lokombe, Kiesse
Diambu, etc. Ayebaki (ayebi) kosangisa mingongo ya ndenge na ndenge pona kopesa ndimbola ya masese na kati ya ba nzembo na ye. Azali likolo ya style ya lolaka. Na dimension ya Lutumba, ko
consacrer article moko na quelques commetaires, ezali moke! Soki Mbuta Messager azalaki na tango, akokaki ko reserver une semaine, pona kolobela masolo ya tata oyo ndenge asepelisaka mitema na
biso. Heureusement  ndeko Zephyrin Kirika Nkumu Assana (merci pona article ) a promettre biso a suivre, tozali kozela...



Muan'a Mangembo 19/04/2011 12:43



Simaro Massiya et l'OK Jazz: 10 ans pour imposer un style.


De la patience, il lui en a fallu à Simaro Lutumba, à la fois pourr faire son trou dans l'OK Jazz que pour imooser son style à Franco. C'est sûrement aux côtés de Madiata qu'il est tombé amoureux
des belles Voix, puisque Madiata reste à ce jour le seul de nos artistes capables d'interprêter des grands classiques et grandes voix comme Tinon Rossi. Ces belles voix étaient bien là aussi au
sein de l'OK Jazz, à travers Vicky Longomba Vicklong ou Gilbert Youlou Mabiala. Cependant, il était encore loin du cercle des "compositeurs-maison" et des patrons du Groupe qu'étaient Franco et
Longomba. Lorsqu'il proppose Ma Hélé dans le repertoire de l'OK Jazz, nous sommes dans les années 68/69, Franco est à la recherche d'un nouveau style à la fois pour se démarquer de l'influence de
Longomba et pour répondre à Rochereau dont le succès le déstabilise. C'est la série Bomba makambo et Mosala tokosalaka où le mariage des voix entre Franco et Youlou fait merveille. dans la foulée
il propose Fifi nazali innocent pour coller à l'odemba. Si l'artiste et guitariste est talentueux, il ne fait pas partie du cercle de Franco. ce n'est qu'un musicien parmi d'autres
et pas des moindres. Il lui faudra pratiquement 10 ans, pour avoir droit au chapître et s'affirmer comme compositeur de référence de l'OK Jazz. Dix ans, parce qu'il a été fortement marqué par son
expérience Madiata et se fréquentations Vox Africa (Casino est un ami de quartier).


De 1961 à 1971, Simaro se contentera de proposer au répertoire de l'OK de moins de 5 titres, alors qu'entre temps, selon certains témoignages, il aurait été tenté u n temps de colaborrer avec
Rochereau. Tony Dee Bokito a en tout cas obtenu de lui quelques compositions pour le répertoire de Tabu national (Groupe de Linguala).


En attendant donc d'intégrer le cercle fermé de fournisseur de tubes du Tout Puissant OK Jazz, Lutumba répète chez lui à Linguala ou à Yolo (Chez Zuani Mbole) son style lolaka, qu'il voulait à la
fois proche et éloigné des Fiesta. Des voix couleur Odemba. le premier et le plus légendaire c'est Diatho Lukoki qu'il a afit chanter dans une atmosphère de Nganda "Ya Jimmy". on imagine les
artistes sous les chantant entre deux volutes de fumées de "Nwa", toussant entre deux fumettes avec à l'autre bout, la guitare sèche "Gamtare" de Grand Prêtre Goza, dirigeant ses petits à la
baguette. On en est pas loin, puisque c'est à l'insu de Yorgho que na Lifelo bisengi bizali té a été enrégistré chez Verckys nuitamment. Un peu à "godias".


L'effet sera immédiat. Franco ne va plus ignorer Simaro, puisque entre temps, la séparation avec Longomba est consommé. Franco qui veut diversifier sa musique donne carte blanche à Simaro, tout
en incorporant dans son groupe des Voix Fiesta. Sam Mangwana est l'une des premières Lolaka que va utiliser Massiya: Ebale ya Zaire (rêpété à Yolo chez Jeanne Mbole) et Mabele (répété à Lemba)
vont cansacrer le génial compositeur, qui multiplie les collaborations: Mpongo >Love, les Ya Tupas passent par là.


Il faudra encore attendre les années 84/85 où resté à Kin avec une aile OK Jazz dite seconde division, grâce à son réseau Singa Kwanga, mettre en orbite Lassa Carlyto. Un jeune de Linguala
encore à travers la série Maya et Kitikwala. Malage de Lugendo en profitera pour interprêter Testament ya Bowule.


je pense que ce qui distinguera toujours les rumba de Simaro des autres, c'est sa touche OK, une guitare d'accompagnement ququel on ne fait pas toujours attention. Plus que le Kiwele wele de
Franco, cette rythmique qu'il a fignolé au fil de ses années OK Jazz reste le soubassement incontourbale pour une bonne Rumba. Quant à la touche de Franco, très caractéristique
pour l'odemba, Simaro avait réussi dans son style Lolaka à le réduire au strict minimum,  au point qu'avec Faute ya Commerçant, il fit appel à une guitare Fiesta, celle de Dino Vangu,
sans que l'on s'en rende compte.


Il reste que l'un des ingrédients essentiels du style Lolaka à savoir le Saxo et la clarinette de Loway Empopo n'a jamais été remplacé. Gageons que d'ici là, Simarro Lutumba, avec la patience que
l'on lui reconnait et son réseau Singa Kwanga nous trouvera le digne successeur de cet instrument incontournable pour une bonne rumba.


Muan'a Mangembo



Serge Kongo na biso 19/04/2011 11:25



Mbote ba ndeko,


Ça c’est un bon travail et une grande contribution à mbokamosika comme toujours.  Nos ainés ont déjà essayé de signaler le duo qui ont chantés Verre Cassé et j’ajouterai que le vieux Lutumba a dit à Paulin Mukendi: « To repetaki nzembo wana na Lemba epai na nga, tango tokeyi ko enregistrer yango na Brazza, technicien aza kosala Pépé
Kallé signe ya loboko, reculez, reculez, Pépé Kallé ayemba nzembo wana na 2 mètres ya micro, po mongongo naye elekaki makasi.  Nzembo yango (Verre
Cassé) nayembela yango moninga nanga moko oyo ozuaki ba problèmes wana mais moninga yango aza lisusu na biso te alors… » Face B et cette cassette est intitulée « Les
larmes de Lutumba ».  Vieux Lutumba regrette parfois le faite de ne pas avoir eu une belle voix pour chanter ces propres œuvres de sa
manière.  Il a dit: « Na zembo ya Mabele mais ezalaki
likambo nga na Sam Mangwana, lobi nayebisaki même ba leki baza wana bakoki koyebisa yo Paulin,
soki Nzambe apesaka nga mongongo ndenge apesa bango, elingaki kozala likambo mususu ».  Ce jour là il avait donné plusieurs masese
mais ce qui m’avait beaucoup plu c’est : « Na nzoto ya muasi ya kitoko, miso ezangaka komona esika
ya kofinga te ».  Aussi Il a dit que c’était pour la toute première fois qu’il avait entendu cette expression :
« Dans quelques poussières des secondes il sera 7h du matin »
 Je vous laisse écouter « Fifi nazali innocent », nzembo oyo ebimisa ye na miso
ya bato na 1971 selon ye moko alors ke bazalaki na Soudan et une fois Grand Kallé est venu assister à un concert de OK Jazz a dit à Lutumba : « Nalingi na kende mais avant na kende, betela nga Fifi nazali innocent » pe epesaki ye makasi ya kokoba
na mosala yango tii lelo. 


Losako pe longonia na yo Kulutu Kirika N’kumu, kobaka be na mosala!


Kimia bisika nionso tozuami.


Serge Kongo na biso.



James 18/04/2011 22:11



Cher Zéphyrin, salut.


Merci pour ton article sur Lutumba. Je souhaite apporter une précision sur la fondation de Bana Ok dirigé par le President Lutumba (aile europe et kinshasa), suivi de Josky comme vice-president,
de Ndombe Opetum et de Makosso. Ils sont des administrateurs avec chacun ses parts qui diffèrent selon la position occupée. Je tiens à préciser que Patrick Mangasa n'est pas un musicien de Bana
Ok mais un membre qui soutient le groupe comme les autres. Quant au style lolaka, les chanteurs cités dans l'article sont choisis selon des critères qui lui sont propres et chantent
selon ses souhaits, donc il est très très exigeant de ce côté. Les chansons "na lifelo bisengo bizali te et charlie" avec Diatho Lukoki ont été exécutées presque dans le même style
lolaka. Disons que c'est un genre musical propre à Lutumba pour véhiculer d'une façon claire un message dans la mesure où ces belles voix captivent notre attention. A suivre



Messager 18/04/2011 16:17



Je voudrais compléter Zéphyrin en précisant que Lutumba Simaro n'a fait que perpétuer le style LOLAKA., initié durant les années '40 et '50 par ses aînés. Il eut même un groupe dénommé LOLAKA au
sein duquel avaient évolué plusieurs anciens musiciens tels que:Adekwa, Colon Gentil,Depioano etc, etc.


 


 


Messager



Simba Ndaye 18/04/2011 12:41



Je voulais dire une version autre que celle que nous avons ci-dessous en live?



Simba Ndaye 18/04/2011 12:38



Bravo Zéphyrin, Comme d'habitude, tu nous invites à un véritable cours ''d'instruction civique'' comme on disait autrefois. Je reviendrai plus tard
pour un commentaire plus approprié. En attendant, juste une précision: la version de ''verre cassé'' que j'ai, a été interprétée par Carlito et Pépé
Kallé. Y'a t-il une autre avec Carlito et Madilu System? A bientôt. Simba Ndaye