Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

 

Le peuple a toujours payé pour les  fautes des ses chefs !

 6736410-rdc-funerailles-nationales-pour-tabu-ley-rochereau-.jpg

Les funérailles de Tabu Ley «  Rochereau » ont eu lieu le lundi 09 décembre 2013 à Kinshasa. Un hommage planétaire a été rendu le  mardi 10 décembre 2013 au stadium  de Soweto à Nelson Mandela. Sa dépouille est exposée durant trois jours à L’Union Building avant son enterrement à Nkunu, son village natal, le dimanche 15 décembre 2013.

 

Ainsi, nous mettons fin à la période  de recueillement observée par notre site en la mémoire de ces deux figures.

 

Mais, avant de reprendre le cours normal de nos publications, nous aimerions éclairer nos lecteurs sur un point soulevé par notre ami Claude Kangudie, concernant l’attitude de Nelson Mandela dans le conflit Congo-Rwandais.  Si nous avons bien compris Claude, les archives diront un jour le rôle joué par Mandela dans ce conflit.

 3399211_file-mandela_640x280.jpg

Recueillement devant la dépouille de Mandela

A cet effet , nous voudrions  apporter notre témoignage sur l’attitude du gouvernement  Sud-Africain à l’égard de la RDC dans la mesure où nous avons vécu personnellement l’arrivée au pouvoir de Mandela  en RSA.

 

Lorsque l’ANC a pris le pouvoir en RSA, leur première préoccupation a été de  récompenser  tous les pays qui les avaient aidés durant leur longe lutte de libération.  Ces pays furent notamment la Zambie, la Tanzanie, et l’Angola, qui accueillirent les maquisards de l’ANC. Notre pays la RDC, alors dirigé par Mobutu était considéré comme ayant été du côté des Américains et de l’apartheid. Et Mandela n’a  jamais pardonné Mobutu pour son appui au régime blanc de Pretoria.

 

Par voie de conséquence, tous les ressortissants Angolais, Zambiens et Tanzaniens avaient plus de considération en Afrique du Sud sous le règne de Mandela . Ils avaient toutes les facilités pour l’obtention des visas et des  résidences par rapport aux Congolais.


Suite à cette animosité, l’Afrique du Sud a considérablement aidé l’AFDL à chasser Mobutu du pouvoir, tout comme l’Angola qui reprochait à Mobutu son soutien respectif à Holden et à Savimbi.


Voici la principale raison qui avait amené Mandela à haïr Mobutu, la RDC et par ricochet le pauvre peuple congolais. Une attitude observée aussi en Angola jusqu’à ces jours à l’égard de la population de la RDC.


Donc le peuple congolais est en train de payer pour les mauvais choix politiques opérés par ses dirigeants à l'époque..

 

Messager

.

Commenter cet article

José Kula 17/12/2013 19:19


Flash !  Flash  !


 


Papa Messager, c´est très très important, le grand Guvano Mwana Vangu Paul rend hommage à Tabu Ley Rochereau www.radiookapi.net grand témoin -audio - il
parle de tout même de la chanson MOKOLO NAKOKUFA. c´est confirmé la chanson est de Tabu Ley Rochereau.

José Kula 17/12/2013 04:21


Malgré ba imperfections humaines, motu il faut otikala kaka na ligne de conduite surtout ya idéal oyo bozali kobunda, likambo ya BONSOMI to liberté basakana na yango te, yango nakamuaka ba
africains mingi tangu ba jugeaka batu lokola ba Nkruma, Lumumba, Nasser, Mandela, Kimbangu, Martin Luther King... sans oublier na mokili mobimba ba oyo banso babungisa bomoyi mpo na etumba
ya bonsomi.

Claude Mukunay 16/12/2013 21:24


Belle formulation mon frère Marcellin...tout est clair. J'ajouterai au sujet de l'ANC que sa dernière représentante en France fut assassinée au mois de mars en 1988 à Arcueil. Sa
voiture fut piègée par les services de renseignement du régime de l'apartheid. La France ne s'est jamais montrée pressée de retrouver les coupables de cet assassinat...dossier classé sans suite.
Quand Mandela vint en France, malgré son programme chargé, il partit à Arcueil se reccueillir à l'endroit où cette dame avait été assassinée au nom de l'ANC. Et le Grand Homme eut ces mots:
"Finalement, moi, en prison j'étais plus en sécurité. Elle a été assassinée loin de son pays au nom du combat de l'ANC et nous ne l'oublierons jamais." J'écris ceci pour montrer que Mandela était
fidèle et reconnaissant à ceux et celles qui étaient tombés sur le chemin de la liberté au nom de son parti, l'ANC...RD Congo, mboka ya Pasteur Lukusa na Monseigneur Kataliko, ezali Libanga
ya Talo.


 


Claude Kangudie.


 

Marcellin 16/12/2013 14:38


Mobutu aboyaka ANC a tiya ba camps ya formation ya ba MK (soldats ya ANC) na Zaire, mpe aboyaka ba exiles mpe ba refugies ya Africa Ngele bakota Zaire, koleka lisusu ba soldats ya ANC, ba Cubains
na mapinga ya Angola bazalaki kobunda contre ba mapinga ya UNITA, SADF (armee Sud Africaine) na lisalisi logistic ya FAZ na Angola. ANC etiyaki ba camps ya formation ti na Ouganda, kasi Mobutu
aboyaka. Ba etudiants bayindo ya ANC batanga tii mosika na Nigeria, Ghana, Guinee mpe na Congo Populaire, kasi bakota Zaire te. Mandela na lisanga na ye ya ANC balingaki a ta moke regime ya Zaire
te, kasi bazalaki na likambo na ba peuple te, mpobango bayebaki dictature ya Mobutu malamu. Solo na sima ya lipanda, biso ba Zairois tozuaki ba avantages ya ba ekolo oyo basalisaki bayido ya awa
te, ezalaki nde na bozangi ya ba relations kitoko kati ya ANC mpe regime ya Mobutu, kasi tomonaki e te tango Mobutu alongwaki ba avantages mingi epesanaki mpe na ba neKongo.


Mbuta muntu Kini Kiesse, lisolo oyo ya Winnie na Mobutu to mpe ba Z ewuti wapi? Biso nioso toyebi e te bokwabuani ya Winnie na Mandela ezalaki nde makambo etali Stompie Sipei mpe avocat Dali
Mpofu.


Mpo nasukisa, ba peuple neKongo to mpe ba Zairois bazali ba laches te. Kasi bakambi to pe ba leaders ya Kongo bango nde ba laches. Ezala ba oyo bazali na bokonzi to mpe ya oppositions bango nioso
se ndenge moko. Na ba mbula 70 mpe 80, bakambi nioso ya ANC mpe ba parties anti apartheid bazalaki to na prison to na exile to mpe lisusu babomaki bango. Peuple bamonaki dedication ya bakambi na
bango, mpe peuple bandimaki bakota boloko to mpe bakufa ndege moko na bakambi na bango. Mpe bakambi wana batikala jamais ko trahir ba ideals mpe visions ya peuple wana. Kasi tala ya biso, lelo na
opposition lobi na pouvoir, ofingi Mobutu lelo, okumisi lobi. Mpe bamisusu kaka makelele na libanda, balingi peuple akufa, akota boloko, tango ye na libota na ye mobimba na Miguel. Peuple neKongo
ayebi yango mpe amonaka yango, mpo na nini peuple akufa mpo na bato bazanga ideal mpe vision?


Mwan'a Joburg

MWENZE 16/12/2013 09:05


BIEN VU MESSAGER,ANALYSE JUSTE ET TRES PERTINENTE  !!!


Mwenzé

KINI KIESSE 15/12/2013 17:22


Je voulais ecrire "un etre conduit par l'instinct et non pas par le raisonnement" Merci et bonne comprehension.

KINI KIESSE 15/12/2013 05:30


Merci Messager naza nanga kaka ko meka, permettez moi d'user de ma liberté d'expression pour avancer ce raisonnement qui n'engage que moi seul.


Le syndrome de stocklom est décrit comme une situation,fondamentale paradoxe ou les agressés vont developper des sentiments de sympathie, d'affection voire d'amour, de fraternité de grande
comprehension vis a vis de leurs agresseurs. Il ya souvent adhésion à la cause des agresseurs. Vu ce qui précede et l'angouement  de tetes couronnées de la planete aux osbseques de Mandela,
j'en suis arrivé a comprendre l'attitude discutable de Mandela après sa sortie de la prison, lui qui jadis été un lion indomptable deviendra un agneau après sa libération. Cette asertion peut
s'appliquer aussi dans le cas de Sedar Senghor, qui fut un défenseur de la négritude sous la colonisation mais une fois l'indépendance acquise les clés du pouvoir en poche, la porte de
l'accadémie française grandement ouverte pour lui et sa place reservée au panthéon, Seghor dira ceci "La raison est hélène et l'émotion est nègre" annihilant ainsi le combat de sa jeunesse et par
ricochet donant des munitions aux détenteur de la théorie de supériorité de la race blanche. Car en des mots simples, decortiquons les mots clès utilisés par Sedar Senghor en parlant d'helène il
faisait réfference à la civilisation hellenistique (grecque) representée par les blancs, etre cartésien et réfléchissant. Tandis qu'en affublant le nègre de l'épithète rebarbative "émotif " Sedar
seghor a sans fioritures rabaisser le négre au niveau de l'animal car étant un etre conduit par l'instinct et par le raisonnement. Hier Senghor, aujourdhui Mandela, ces deux dignes fils africains
pour avoir bien compris les regles du jeu des dominants et l'avoir trop bien joué au gout des maitres de ce monde au détriment de leur peuple toujours croupissant dans la misère vont etre sauf
imprévu canonisés ainsi nous aurons le st Mandela et le st Senghor à l'opposé du diable en personne Mugabé qui a commis le péché mortel du fait d'avoir reffusé la spoliation des terres de ses
ancetres.

Flash 14/12/2013 16:04


Les nouvelles ne sont pas bonnes pour Mama Olive Lembe Kabila - il y a trop de nuingu-nuingu sur santé à la suite de sa dernière apparition aux côtés de son mari en Afrique du Sud lors des
obscèques de Nelson Mandela.

Messager 14/12/2013 11:46


Kin Kiesse,


 


Bravo pour ton sens de la dialectique. 


 


Messager

KINI KIESSE 14/12/2013 06:06


Oui mr Messager je suis tout a 100% d'accord avec vous; sur le role nefaste et à double face de mobutu dans le dossier sud africain ce  qui expliqua la rancune et l'ire de Mandela comme
Santos à tout un peuple (congolais). Mandela en tant que nationaliste africain il s'été laisser aller par sa fureur de vengeance dans le dossier OUTENIKA I et II pour en découdre avec Mobutu avec
comme domage colateral l'occupation de notre pays bon toloba nini moto soki akufi balobaka kaka ya ye ya malamu, ex papa pascal to garder kaka ka azalaka papa malamu pe un bon mari malgrè bana
103 atikeli biso na mokili d'ailleurs bana bango moko balobi azalaki ko suivre de près ba kelasi na bango pe azalaki rensembleur. revenons à notre ntaba, sur ce Mandela nous avait trahit pour un
problème personnelle (il parait que apart ba coop ya ba diamants na mindele sud africains, vieux seskul asololaka bien mingi te e revessa love na ye na winnie mandela, winnie alelaka ba "Z"
makasi ya ngo nde ba sud bayinaka ba "z".


OUI mr Kangudie vous avez raison sur toute la ligne, j'aimerai toutes fois surencherir que ce meme role joué Jadis par notre Marechal est maintenant imité à perfection par KAGAME nous connaissons
déjà ndengé  ye pe akosuka car l'histoire est eternelle recomencement.


Oui Serges kongo je sais que tu ne t indigne pas sur ma personne sur le fait que j'ai pu partager ce brulot avec les Mbokatier mais plutot vous soulever le role nefaste de son auteur en
l'occurrence Tshimbombo mukuna fossoyeur de la république, qui veut nous faire croire qu'il se repanti en bon politicien. seulement nonobstant l'auteur en question, le texte en soi est séduisant.


Non mr Messager mon posting n'avait pas pour objectif de vous contredire mais plutot que chacun de nous puis constater l'eccard entre le "dire" et le "faire" de nos politicalleur qui font la
politique du vendre. Mis à part l'auteur ,le  corpus du texte est aléchant. " c'est un bon document historique émanent d'un piètre policien". 


 

Messager 13/12/2013 20:45



Claude,


Je suis d’accord avec  tout ce que tu as avancé sur le rôle de Mobutu à l’égard des partis de libération en Afrique. Ce qui m’étonne c’est la
crédulité des nos frères congolais qui me semblent très mal renseignés très conquis par la propagande politique.


A propos de l’Afrique du Sud, je me suis beaucoup retenu.  Il y a des  points très sensibles que je
m’abstiens de mentionner sur le net. Pourquoi les congolais oublient-ils les faits qui se sont passés sous leurs yeux ?


Concernant mon premier commentaire, je disais  ceci : . « Si Mobutu est resté au pouvoir pendant 32
ans, c’est en partie pour avoir été soutenu par les services secrets Américains ».  Je n’ai pas
dit partiellement, mais en partie. Ce qui veut dire que Mobutu était resté au pouvoir en partie suite au soutien de la CIA, en partie suite à notre lâcheté (nous les congolais) . Une lâcheté
qui profite actuellement à Joseph Kabila.


Messager

Claude Kangudie 13/12/2013 19:39


 


Bonjour chers tous. Je voudrai ajouter quelques rappels sur notre Mobutu « défenseur » de l'Afrique du Sud contre
l'apartheid.


1) On cite le discours de Mobutu aux Nations Unies (1974) comme un acte de lutte contre le régime d'apartheid et autres colonialistes en Afrique. C'est une grande
fumisterie. Regardons sans émotion la réalité mobutiste de ce moment-là. Au même moment qu'il se présentait en grand combattant des libertés pour l'Afrique, notre maréchal annonçait aussi la
rupture des relations diplomatiques avec Israël... « Entre un ami et un frère le choix est clair » clama le Kuku Ngbendu. Mais en réalité, Israël continua comme si de rien n'était ses relations
en tout genre avec notre pays. Mieux encore, le Mossad renforça sa coopération avec les services de renseignement de Mobutu...Pendant que notre guide éclairé (pardon, clairvoyant, qui pouvait
éclairer Mobutu ???) divertissait la galerie (moi compris) sur son engagement africaniste, que se passait-il du côté d'Angola ? Mobutu impliqua notre armée dans une guerre contre un pays frère.
Pays avec qui nous avons des liens séculaires de sang, l'Angola. Au nom des intérêts de ses maitres occidentaux. Il y eût un seul homme politique courageux pour dénoncer cette violation de notre
constitution par la déclaration de guerre à un pays frère. Cet homme s'appelle Cléophas Kamitatu, qui bien avant Étienne Tshisekedi, avait découvert le danger que Mobutu représentait pour le
Congo...


2) Mobutu fut un danger permanent pour les mouvements de libération africains à cause de son rôle de taupe de la CIA. Le MPLA en sait quelque chose. Les pays qui
avaient soutenu l'ANC, la ZANU, la SWAPO sont connus et ont payé un lourd tribu à ce soutien. Fait étonnant, j'ai vu le Ouattara ivoirien aux obsèques de Mandela. Mais son mentor Félix Ufuwe
Boigny (c'est comme ça qu'il écrivait son nom avant de devenir un nègre blanc) et le maréchal du Zaïre se disputait le rôle de félon auprès des pays occidentaux soutien de l'apartheid. Nous en
profitons pour rappeler que c'est la France de Giscard qui fournit une centrale nucléaire au régime de l'apartheid. Centrale qui permit à ce dernier de fabriquer l'arme atomique. J'en profite
pour rappeler que le fils de Maman Yemo, voyant que ses maitres occidentaux allait le lâcher, menaça d'écrire un livre où il allait dénoncer tout ce d'inavouable que ceux-ci lui avait fait
faire...


3) MSG, Mobutu n'est pas resté 32 ans au pouvoir à cause d'un soutien partiel de la CIA. Il est resté si longtemps à cause d'un soutien total de la CIA. Nous sommes dans les années 1988...l'affaire du massacre des étudiants de Lubumbashi vient d'éclater. La classe politique belge veut le
départ de Mobutu. Mais celui-ci inonde la famille Bush des milliards de dollars, d'or et de diamants...et l'homme réussit à se cramponner à son siège. Fin de mandat de Bush père. Les démocrates
arrivent à la Maison Blanche avec Bill Clinton. Le ministre belge des affaires étrangères Willy Claes, sortant de sa réserve diplomatique déclare « plus rien ne s'oppose maintenant au départ de
Mobutu ». Mais l'homme réussit encore à survivre au premier mandat de Bill Clinton. Que s'est -il passé ? Mobutu connaissait très bien les barons historiques et les familles démocrates influentes
aux USA. Les milliards de dollars, les diamants et l'or prirent le chemin de la famille Kennedy et Clinton fut prié de se calmer...Au deuxième mandat de Bill Clinton, il ne fut plus possible au
maréchal du Zaïre de jouer encore les prolongations. Souvenons-nous des paroles d'un certain Bill Richardson, l'envoyé des USA à Mobutu: « Mobutu promettait depuis longtemps qu'il allait
démocratiser son régime. Des promesses qu'il ne respectait pas et il cherchait à gagner du temps. On me chargea de lui transmettre un message oral. C'est ainsi que, quand il me reçut, je lui dis
que les États-Unis d'Amérique le remercier pour son rôle joué lors de la guerre froide. Et que maintenant, il devait partir. » Et Bill Richardson d'ajouter « maréchal, si vous ne partez pas, dans
3 jours, votre corps sera trainé dans les rues de Kinshasa ». Les mots ne sont pas les mêmes, mais le sens y est. On peut trouver ce passer sur internet. Deux jours plus tard, l'indécrottable
Mobutu prenait la fuite...donc, on sait par la volonté de qui « l'aigle de Kawele » a si longtemps maltraité les Congolais et les Africains. RD Congo, mboka ya Tungulu na Bazana, ezali Libanga ya
Talo.


 


Claude Kangudie.




Serge - Kongo na biso 13/12/2013 18:53


Mbote ba ndeko,


**Non, non, Naza ko blâmer ndeko Kin Kiesse te ndenge otieli biso makomi ** kaka nde soki namoni
Tshimbombo Mukuna image ezongelaka nga na mutu ezali ndenge azalaki kobinela Mobutu na N'sele "Paaarti Etat etikala libela, loookuta monene, lokuta moneneeee ..." eza juste ba images ya liboso na
film ya Thierry Michel "Mobutu Roi du Zaïre to Mobutu King of Zaïre," baza mua mingi genre na batu oyo bayokisa musala ya politique soni, na mitunaka azalaki kobina lokola Conseiller politique to
azalaki kobina lokola vice gouverneur honoraire? Tshimbombo Mukuna azali ennemi ya progrès to enny of progress, un jour fois na N'sele, Mobutu ayebisa bango ke asi ayokani na Etienne  Tshisekedi azali ko nommer ye 1er Ministre, le fameux Tshimbombo asala crise, soki pe ya ki motema mabe to pe ya kobanga toyebi te, mua minutes kaka tension
emata ye pene ya liwa, chance minganga ya Mobutu, Dr Diomi et Dr Biamungu batu babikisa ye (ezuami na livre ya Me Nimy). Sénat ya RDC = moziki ya bana MPR, ba orphelins Mobutistes, esika ya
récupération, prise ya suka. Mibeko nionso kuna elekaka lokola mayi na passoire, avec leur éternel président mwana mundele suki elala Léon Lobitsch.  Ki Conseiller ya kwanga na makayabu. Dans ce pays certaines personnes devraient se taire et lui est l'un d'eux, l'homme aux partis alimentaires. Maloba na bango
etondi makila, ezali ko salir mémoire ya Mandela. Boboto o mboka bino.


Serge - Kongo na biso  

Za de Dié 13/12/2013 14:52


Toyokaka ete Mobutu na Félix Houphouët Boigny bakomaki kosuana mpo na kowela ki leader ship na likambo etali aparteid na Afrique du Sud, d´ailleurs Houphouët ayebisaka Nkwame Nkruma ke nzela oyo
yo oponi, ya koyokela ba occidentaux te, ekosukela yo mabe, on dirait bango batu bazalaki koyokela ba occidentaux bazalaki ba immortels...


Na UTENIKA esika Mandela alakisaki na ba Africains banso ete LIKAMBO YA KALA, EBOTAKA LIKAMBO YA SIKA... Mobutu na Savimbi tala ndenge balandana...


Papa Messager ozali na raison, politique ezali lisano ya NDOKI, na moyi bolobi eloko mosusu, mpe na butu bosali eloko mosusu....

Messager 13/12/2013 06:42



@  Kin Kiesse et Zacharie Muepu,


J’ai lu  vos commentaires et permettez-moi de conclure que vous avez été , comme bon nombre de congolais, victimes de la propagande politique du
régime Mobutu.


Ce que je vous raconté je l’ai vécu personnellement en Afrique du Sud. L’ANC est un parti très bien renseigné depuis sa création vers 1912, avec des connections à tous les niveaux.


Ce que vous semblez oublier est que la RDC était le fer le lance du CIA depuis la disparition de Lumumba. Durant la guerre froide, notre pays était utilisé par les Américains pour effecteur des
sales opérations en Afrique. Si Mobutu est resté au pouvoir pendant 32 ans, c’est en partie pour avoir été soutenu par les services secrets Américains.


Le voyage de Mandela au Zaïre fut une action diplomatique. La RDC n’a jamais été parmi les pays ayant soutenu la lutte de l’ANC. Au départ, ce sont les pays progressistes africains qui
soutenaient l’ANC, La Guinée de Sekou Touré, La RAU (République Arabe Unie), la Tanzanie, L’Angola, L’Algérie, le Congo Brazzaville, etc qui furent derrière l’ANC.


Ce que vous oubliez est que Mobutu fut un grand jongleur. Parfois il faisait semblant de satisfaire les deux côtés. Mais les Sud-Africains savent qui  ont  été  derrière eux. Notre pays a fait le minimum pour sauver la
face, il ne pouvait pas s’opposer à ses maîtres américains.


Ceux qui ont côtoyé les milieux de l’ANC en Afrique du Sud peuvent confirmer ce que j’ai avancé dans mon article.


Enfin je voudrais vous rappeler que derrière l’image de l’agneau, Mandela fut un homme très déterminé et très bien renseigné. Savez-vous pourquoi il avait divorcé avec sa femme quelque temps
après sa sortie de la prison. Pourtant, on a vu cette femme l’embrasser et voyager avec lui à travers le monde ?


La vengeance est un plat qui se mange froid. Mandela a attendu le moment pour régler ses comptes avec les pays qui furent du côté de l’apartheid, tout en restant poli avec notre pays, pour des
raisons stratégiques.


 


Messager

MZacharie Muepu 13/12/2013 04:44


Mon cher messager voudrais tu permettre je puisse te contredire sur ce que tu viens de dire au sujet du peuple qui payerai pour les fautes de ses dirigeants?J'ose affirmer ici que Nelson
Mandela avait fait son premier voyage à l'etranger au Zaire d'alors,et ce voyage avait pour but de remercier Mobutu pôur son soutient financier a l'ANC.Et par conséquent,on ne peut pas
pretendre qu'il(Mandela) avait une certaine aversion du congo et des congolais que nous sommes.Mais si ton argument est vrai,cela est peut être du a la real politique.


Merci d'avance pour la suite que tu donneras a mon commentaire


mbokatier Zacharie Muepu 


 

kini kiese 12/12/2013 22:08


suite et fin du temoignage de Jacques Tshimbombo mukuna


 Mandela ne s’était pas accroché au pouvoir. Non
seulement il a attendu quatre ans pour y accéder, mais il ne s’est plus représenté après son unique mandat quand bien même les chances se sa réélection étaient restées intactes.


 


Mon appel à l’actuelle génération de politiciens


 


J’ai une longue expérience de la vie politique. Il est évident que dans ma trajectoire politique je
n’ai pas été totalement à l’abri d’erreurs de gestion ou d’égarements politiques. Je ferais preuve de manque d’honnêteté intellectuelle si  j’affirmais le contraire. Cependant, mon effort a
été de minimiser ces erreurs et je m‘y étais attelé dans relâche.


            En ma qualité de vieux roulard de
la politique, je m’estime redevable vis-à-vis de la génération qui est sur mes traces de politicien. C’est à elle que je lance un vibrant appel. Cet appel, c’est celui de la capitalisation par
elle de l’héritage politique de Nelson Mandela. Un héritage constitué d’amour, de la paix, du sens du pardon, l’unité des peuples, de non violence, de réconciliation nationale, d’humilité, de
simplicité, d’ouverture à tous, d’esprit de justice, d’alternance du pouvoir… Qu’elle fasse sien ce précieux legs.


            A mes frères et sœurs sud-africains, je lance un appel pour qu’ils conservent jalousement l’héritage de Tata Madiba. La
meilleure façon d’assurer la conservation de cet héritage consiste à l’intérioriser. Ainsi, Tata Madiba demeurera immortel et l’Afrique du Sud, éternellement une nation arc-en-ciel.


 


Kinshasa, le 08 décembre 2013


Tshimbombo Mukuna Jacques


sénateur

kini kiesse 12/12/2013 22:05


suite de tonton Jacques le dinausore


De son côté, pour la cause de Nelson Mandela et dans le
souci de l’éradication de l’apartheid, Mobutu fut contraint de violer les consignes internationales en accueillant ces dirigeants sud-africains.


Sorti de la prison le 11 février 1990, en guise de
reconnaissance au peuple du Zaïre ( RDC), le prisonnier le plus célèbre du monde fera grand honneur à notre pays, en réservant sa première visite à l’étranger à son président, le maréchal Mobutu,
avant de sillonner le reste du monde pour exprimer sa gratitude et remercier toutes celles et tous ceux qui l’ont soutenu dans son combat contre l’apartheid. Pour rappel, Mandela avait passé 27
ans en prison.


Pour permettre à Nelson Mandela d’effectuer le déplacement
du Zaïre, le président Mobutu mit à sa disposition son avion présidentiel, un Boeing 727 baptisé «Ville de Lisala» et qui continue d’être utilisé encore aujourd’hui par le président de la
République démocratique du Congo, Joseph Kabila Kabange.


Il confia à une équipe de ses proches collaborateurs, la
mission d’aller chercher Nelson Mandela à Cape Town, pour le conduire à Goma où il se trouvait en séjour, après le Sommet des chefs d’Etat de la Communauté économique des pays de Grands Lacs (
CEPGL), tenu à Bujumbura au Burundi. Je fis partie du groupe. J’exerçais à cette période, les fonctions de Conseiller politique et d’Envoyé spécial du président Mobutu.


Au terme d’un grand dîner et de quelques heures d’entretien
avec le maréchal, nous avons repris notre vol sur Kinshasa à bord de l’avion présidentiel avec le futur président d’Afrique du Sud.


Arrivé à Kinshasa, Nelson Mandela fut accueilli par le
Premier ministre de l’époque qu’était l’actuel sénateur Lunda Bululu. Représentant le président de la république, le Premier ministre organisa dans la soirée, une somptueuse réception au Palais
du peuple en son honneur. Plusieurs personnalités de notre pays et étrangères furent conviées à ce grand toast. Après une nuit passée à Kinshasa, le visiteur de marque avait quitté notre
pays.


Je voudrais souligner un élément important de cette visite de Nelson Mandela, c’est qu’il avait
effectué le déplacement de Kinshasa tout seul, sans être accompagné par personne. A mon humble avis, ceci constitue le témoignage de ce que Mandela avait pleinement confiance au peuple congolais
et à son président.


Cette mission m’a permis de passer quelques heures inoubliables avec l’icône que le monde pleure
aujourd’hui.


 


Ce que j’ai pu garder


de Nelson Mandela


 


Il est vrai qu’en quelques heures, il serait
prétentieux  d’affirmer connaître une personne. Il est vrai également qu’il y a des qualités qui apparaissent aisément chez un individu et qui permettent de l’identifier sans trop de peine.
Ainsi je fus vite frappé par le charme et l’humilité de Mandela, ainsi que par la facilité d’accès à sa personne. Toutes les fois que je m’adressais à lui, il réagissait tout de suite par un
sourire. Il était toujours disposé à m’écouter avec attention et à me répondre. Quand je lui avais fait part de mon désir de me faire photographier avec lui, il s’y était aisément prêté. Il
s’agit de la photo affichée ci-haut et qui a été prise en plein vol dans l’avion présidentiel. En quelques heures, j’avais décelé dans Mandela, les qualités d’humilité, de charme, de simplicité
et d’ouverture aux autres.


 

kini kiesse 12/12/2013 17:17


A LIRE pas mal de la bouche de tonton Jacques le grand dinosore.


Nelson Mandela  :  Jacques Tshimbombo Mukuna témoigne


            Ancien
Conseiller politique du maréchal Mobutu, ministre honoraire de la Jeunesse et des Sports et Gouverneur honoraire de la ville de Kinshasa, Jacques Tshimbombo Mukuna tint particulièrement la
vedette de l’actualité durant la Conférence Nationale Souveraine (1991-1992). La chronique lui attribua notamment la paternité de nombreux partis dits «alimentaires» créés à la pelle pour le
compte de la Mouvance présidentielle, sérieusement mise à mal par les «forces acquises au changement».


            Il fit particulièrement trembler le Palais du peuple le jour où il s’amena avec une pile de dossiers et menaça de déballer
les «taupes» qui fréquentaient régulièrement la Cour de Mobutu, tout en se prévalant du statut d’opposants radicaux.


            On était  loin de penser que ce fidèle lieutenant de l’homme de la toque de léopard avait joué un rôle majeur lors du
voyage historique de Nelson Mandela dans l’ex-Zaïre. Son témoignage mérite d’être décrypté avec attention.


Le jeudi 5 décembre 2013 à 20 heures 50 minutes, Nelson Mandela a quitté la terre des hommes. Né en 1918, il est
mort à 95 ans. Des vagues d’émotion ont déferlé du monde entier. L’illustre disparu a marqué le monde. Pour le président américain Barack Obama, le monde a perdu l’un des hommes les plus
profondément bons. Il était une source d’inspiration du monde, a renchéri Ban Ki Moon. Mandela est mort physiquement, mais comme partout au monde, les héros sont immortels, a réagi le président
Denis Sassou Nguesso.


            Pour ma part, j’ai tenu à me joindre à toutes celles et à tous ceux qui pleurent Tata Madiba. C’est ma façon d’accomplir
mon devoir de mémoire à l’égard de l’homme que le destin m’a permis d’approcher dans le cadre de l’exercice de mes anciennes fonctions politiques.


 


Les conditions dans lesquelles j’avais rencontré
Mandela


 


Quand Mandela était en prison, le maréchal Mobutu Sese Seko faisait partie des dirigeants africains
qui soutenaient les peuples noirs d’Afrique dans leur lutte de libération contre les oppresseurs blancs. Cet engagement, Mobutu l’a prouvé à la face du monde au travers de son discours historique
prononcé devant l’Assemblée générale de l’Onu en 1973. Un discours dans lequel il avait décrié les conditions inhumaines infligées aux noirs en Afrique du sud, dans les colonies d’Angola, de
Mozambique, de Rhodésie du sud ( Zimbabwe), de Namibie, et fustigé les pays occidentaux qui soutenaient les régimes racistes et colonialistes dans ces pays.


Pendant que l’Afrique du sud se trouvait sous le coup de
l’embargo international, des contacts secrets avaient été noués entre certains dirigeants africains, Kenneth Kaunda de Zambie, Julius Nyerere de Tanzanie, Mobutu Sese Seko du Zaïre, actuelle
République démocratique du Congo, et le régime raciste d’Afrique du sud en vue de la libération de Nelson Mandela de la prison et du démantèlement de la politique de ségrégation raciale connue
sous l’appellation d’apartheid. C’était l’axe Kinshasa-Lusaka-Dar-Es-Salam dont Mobutu a parlé dans son discours à l’Onu.


            A cause de son discours historique
devant l’Assemblée générale de l’Onu et du soutien financier qu’il apporta aux mouvements de libération dans le continent, le président Mobutu était passé pour le dirigeant africain le plus
engagé à la causé des opprimés. C’est à ce titre que les présidents sud-africains Pieter Willem Botha et son successeur Frederik De Clerk n’ont pas hésité à venir le rencontrer au Zaïre (
République démocratique du Congo), bien que le pouvoir sud-africain eût été indexé à l’époque par la plupart des Etats du monde. De son côté, pour la cause de Nelson Mandela et dans le souci de
l’éradication de l’apartheid, Mobutu fut contraint de violer les consignes international

Za de Dié 12/12/2013 09:54


Ya solo ba peuple bafutaka kaka nzela oyo mokonzi aponi, kasi mpe il faut kotala mokonzi yango akomaki mokonzi ndenge nini, est-ce que peuple motu aponaki ye mpo avanda na libonga wana ya ki
mokonzi to ayaki na ndenge na ye moko. Yango bomonaka ELOKO YA MOYIBI ezalaka se ELOKO YA MOYIBI, botala exemple monene oyo ewuti koleka na palais du peuple na Kinshasa na matanga ya nkondo Tabu
Ley Rochereau, lokola ba videos yango ezali nanu na net, bino moko bosala comparaison, arrivée mpe départ ya Président élu Etienne Tshisekedi wa Mulumba puis botala arrivée mpe départ ya
Président sortant Joseph Kabila Kabange. Constat ezali nini Vieux Tshitshi ayeyi na matanga na moyi mpe na miso ya bato banso, mpe azali na kati ya peuple, na ngambo mosusu botala Général-Major
Joseph Kabila Kabange ayeyi na matanga na tongo-tongo entouré na ba gorilles ata peuple moko te. Maréchal Mobutu mpe azalaki soda kasi tozalaki komona azalaki toujours entouré na ba peuple,
nabanzi force ya président Mobutu ezalaki mpo ete peuple ayebaki ye, ye mpe ayebaki peuple, ndenge balobaka MPO MWANA ALINGA YO, IL FAUT AMESANA NA YO. Nabanzi nalobi nionso. Ndenge toyokaka ba
occidentaux batu batiyaki Mobutu na ebonga wana ya ki président de la république, donc azalaki na mission ya ko accomplir, tout comme Joseph Kabila Kabange azali na mission ya ko accomplir, c'est
clair, ils n'ont pas de choix, on les dicte la voie à suivre.


Mpo na ngai nasuki awa, ba oyo bayebi mingi ba continuer.


 


Za de Dié