Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

Article 64 de la constitution de la RDC adoptée par référendum le 18 février 2006



"(...) Tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente Constitution... (...)"

 

La fièvre du 6 décembre 

La température monte. On ne sait pas exactement le degré atteint. Mais elle monte inexorablement,  dangereusement. Les esprits s’échauffent et se surchauffent. L’opposition a gagné selon sa propre compilation des  bulletins par ses observateurs éparpillés dans le territoire national. La CENI n’est pas muette et affirme que c’est elle, et elle seule qui publiera les résultats officiels. Par la voix de son président,  elle a déjà commencé à les publier au rythme du nombre des bulletins dépouillés. Certaines médias sur le net  ne sont pas en reste. L’opposition conteste et met le pouvoir sortant en garde contre toute fausse manœuvre susceptible de lui ravir sa victoire.

La rumeur court  selon laquelle le pouvoir a déjà sablé le champagne de la victoire la semaine passée. Radiotrottoir continue à alimenter les ragots qui nourrissent les conversations dans la capitale sur l’arrivée des soldats zimbabwéens qui ont atterri à Ndolo. Et la température n’a pas baissé d’un cran, l’émoi non plus. Cette maladie a un nom : la fièvre du 6 décembre. Quel est le médicament qui pourrait la contenir ? Sera-t-elle une antibiotique ou un simple calmant. Les tradipraticiens de la CENI sauront-ils trouver le bon diagnostic et le médicament nécessaire qui guérira le Congo de cette maladie ? Le compte à rebours à commencer. Les Congolais attendent.

Le destin des cinq années à venir est entre les mains d’une organisation, la CENI et d’un homme, son président. Cette température baissera-t-elle au lendemain du 6 décembre ou au contraire donnera-t-elle lieu à une sanglante empoignade. La pression monte sur celui qui se fait appeler homme de Dieu. Seul devant sa conscience et devant l’Eternel qu’il sert en tant que pasteur, le président de la CENI doit, la main sur la Bible qu’il lit chaque jour, donner le nom du vrai vainqueur des élections présidentielles congolaises du 28 novembre dernier.   

Samuel Malonga

 

Commenter cet article

Marcellin 07/12/2011 10:45


Ndenge bino moko bana Kongo bolobaka:" MISO MAKASI NDOKI TE", leki Kanambe afungoli miso makasi mpe azali koluka nzela nioso mpo alonga. Kasi bana Kongo tango ekoki mpo botelemela miso makasi
wana bolakisa e te bino mpe bozali ba yankee. Ndenge nalobaka mpe nakobakisa na tango oyo bana Kongo bazali koluka ba leaders ya solo solo, ba oyo bakoganga na mosika te, ba oyo bakopesa ba
mitindo na phone te, ba oyo bakopesa makanisi na internet te, kasi ba oyo bazali na makasi mpe na mpiko ya kotelema liboso ya peuple oyo mpe balakisa nzela, ba oyo bakotiya bomoyi na bango liboso
ya peuple, ba oyo bakozala na interet mosusu te kasi kaka interet ya peuple. Mgr Mosengwo na baninga na ye ya ba catholiki batiye mikila na kati ya makolo lokola inbwa, kobanga eleki, bazali na
ba resultat kasi kobanga kobimisa yango, ba pasteurs nioso mabolongo eyindi kaka kosambela, ngonga ya masambo esi eleki, bapoliticiens bakoti sous sol, kobanga liwa. Peuple atelemi mpe azali
kozela mpe koloba :"nani akosunga ngai na etumba na leki Kanambe?". Bino kuna na Miguel, bozonga mboka tango ya etumba esi ekoki, tango ya ba marches esi eleki, tango ya lopoto kitoko mpe molayi
esi eleki. Ndenge tolobaka na bomuana :" la guerre est...".


Mwan'a Joburg.

soungari 07/12/2011 04:24


Une constitution qu'on nous avait présenter comme etant un fruit du travail des fils et filles du pays, alors que celle-ci n'est en realité que le fruit de la volonté d'un homme en l'occurence
louis michel ( le parain ) et sa clique de soit disant experts tels que Bob kabamba et consorts. Tailler sur mesure pour un individu ( hippolyte kanambe alias joseph kabila ) et le
regime qu'ils ont voulut mettre sur pied au congo pour leurs interêts privés et personnelles, avant de l'imposer au peuple congolais sous la forme d'un réfèrendum, or dans leurs projet
machiavelique ils ont oublier que certains articles de cette constitution voulut par eux pourrait se retourner contre eux, comme l'article 64 dont il est question ici. Les juristes pouront nous
faire tout une leçon sur le sujet concernant"l'esprit du texte, sa compréhension, son interprétation selon des circonstances et j'en passe. Il s'avere ici, qu'ils sont pris à leur propre
piège, car l'article 64 confère le droit à tout citoyen congolais a l'appliquer dans le cas de figure actuel, parceque cette même constitution reconnait aux congolais le droit
d'exercer leurs devoir civique en élisant les personnes pouvant conduire à leur destinée au moyen du suffrage universelle, or aujourdh'ui plus que jamais ils veulent lui privé de cette
prérogative, bafouant ainsi même le precepte élementaire de la democratie que nous appelons de tous nos voeux, deja qu'ils ont privés les congolais de la diaspora de leurs droit à
participer aux élections voici maintenant deux législatures. Le peuple ne pas dupe car il reste vigilant et il nous l'a demontrer au cours de ces élections. Ils ont ériger en mode de gestion
de la chose public des methodes illégales du genre "violence, corruption, contrainte, tricherie" et j'en passe, malgrè leurs methodes de prédilection ils nous ont prouvés aujourd'hui qu'il sont
des pietres tricheurs, ils suffit de voir leur organisation pour ces éléctions et la manière d'en publier les resultats. N'en deplaise à notre ami athanase, mboka mosika ansi que samuel malonga
resterons toujours cette eglise au beau milieu du village et ce ne sont pas son analyse  ou son interpretation de l'article 64 de la constitution sur mboka mosika qui incitera le
peuple a appliquer celui-ci, car ils le font deja il suffit de voir la pression faite par les combattants et des politiques au pays ou sous d'autres cieux et cela même avant le début des
élections, pourquoi est ce qu'ils ne continuerons pas maintenant qu'on veut leur voler leur victoire? Je crois même que les choses se passent sous de mauvaises auspice pour eux, car le
report de ce soir par leur ceni de malheur n'augure rien de bon et là j'aimerais que des juristes nous éclaire parceque la date butoir de la fin du regime était celle du 06 decembre, maintenant
que le nouveau président n'est pas annoncer y a t il ou pas vacance présidentielle? si c'est le cas qu'adviendrait-il de la présidence en attendant la publication du nom du futur président!!!!
SUSPENS.


SOUNGARI

adei toko 05/12/2011 22:43


cher Sam Malonga,


tu n'es pas obligé de repondre car comme la plupart des congolais tu n'as fait demander que le pasteur rende la vérité des urnes sans trucages. 

Samuel Malonga 05/12/2011 21:34


Cher Athanase,


Je suis l'auteur de "La fièvre du 6 décembre" et non de l'article 64 de notre constitution qui fut élaborée par le pouvoir. Pouvez-vous me donner la (les) phrase(s) où  j'incite les
Congolais à la violence? J'ai seulement fait allusion à la tension qui a lieu au pays en ce moment précis de notre histoire. je ne suis pas en colère. C'est plutôt le peuple congolais qui par son
vote sanction et ses autres actions patriotiques menées le 28 novembre dernier qui a fait voir son ras-le-bol à la classe dirigeante. Le peuple se trompe rarement. Comment expliquer qu'un
scandale géologique se transforme subitement en un scandale humanitaire? Le Congo malgré ses richesses est parmi les pays les plus pauvres de la planète. Et il ne cesse de s'appauvrir alors que
nos pairs africains progressent. Quelle est votre réaction devant la misère de votre propre peuple? Etes-vous insensible à la fraude à grande échelle, à la loi de la jungle, à la boucherie qui
ont fait du Congolais l'homme le plus malheureux du monde? On ne récolte que ce que l'on a semé. Le pouvoir pour le pouvoir doit prendre fin au Congo et en Afrique. Ma dissertation n'a
rien avoir avec la violence. Bien au contraire.

Albert Maketo 05/12/2011 20:22


TOUT LE MONDE SAIT DEJA QUE L´IMPOSTEUR SERA PROCLAME VAINQUEUR DES ELECTIONS DU 28 NOVEMBRE PAR LE PASTEUR COLLABO NGOY MULUNDA .C´EST   VRAIMENT REGRETTABLE QU´UN HOMME DE DIEU SACRIFIE LA
TERRE DE SES ANCETRES POUR DES INTERETS EGOISTES.CHACUN SEMBLE RETENIR SON SOUFFLE TOUT EN ATTENDANT QUE LE PASTEUR COLLABO ,REFUGIE,DIT-ON A L´AMBASSADE DE BELGIQUE POUR DES RAISONS
INCONNUES,DAIGNE ENFIN DIRE LA VERITE DES URNES.MAIS MALHEUREUSEMENT,LES JOURS ET LES HEURES PASSENT,LES NOUVELLES EN PROVENANCE DE LA RDC N´AUGURENT RIEN DE BON .l´HEURE EST TELLEMENT GRAVE QUE
TOUTES LES COMPAGNIES AERIENNES INTERNATIONALES ONT SUSPENDU LEURS VOLS SUR LA RDC.TOUS LES HOTELS A BRAZZAVILLE AFFICHENT PRESQUE COM PLETS A CAUSE DES KINOIS QUI ONT PREFERE FUIR AVANT LA
PUBLICATION DES RESULTATS.
                                                       
KANAMBE A FAIT APPEL A DES   MERCENAIRES ANGOLAIS POUR REPRIMER LES MANIFESTATIONS.LA RDC A PLUS QUE JAMAIS BESOIN DE TOUS SES ENFANTS POUR DEFENDRE SON INTEGRITE ET SA SOUVERAINETE.QUE
CHACUN FASSE SA PART.DEBOUT,DEBOUT CONGOLAIS!!NE PERMETTONS PAS A L´IMPOSTEUR DE BRIGUER UN DEUXIEME MANDAT.

Athanase 05/12/2011 18:48


A vrai dire Mr Malonga, votre intrepretation de cet aticle de notre constitution est hors paysage du point de vue juridique et civique. votre dissertation est incitative et menace pour la paix au
Congo. nul part dans le dictionnaire il fait mention d'une fraude, ou malice comme une FORCE. Comme individu,  vous avez toute lattitude de connoter un fait,  ou occurence d'un incident
pour fait de votre memoire, un jalon de votre desir. Mais ne mettez jamais cela a la consomation du publique. N'oublie pas vous etes,sur Mboka Mosika, une eglise au millieu du village, ne soyez
pas le village dans une Eglise, car le village  prie  en cacophonie dans l'eglise! sooufffrez en gardant votre colere en vous car TOUT les CONGOLAIS vous tiennent comme reference.

adei toko 05/12/2011 15:48


LA VERITE des urnes est à l'heure actuelle ce que demende le peuple congolais à la CENI. Nous savons que son Président NGOY MULUNDA est face à un grave problème de conscience car tiraillé entre
la fraude et la vérité; mais la bible qu'il tient chaque jour déclare ceci: "mieux vaut plaire à Dieu qu'aux hommes".Nous espérons qu'il se rappelera que la voix du peuple c'est la voix de
Dieu.Nous espérons que le pasteur qui a eu la lourde charge de trancher pour la concorde nationale au Congo ne va pas gâcher la journée du 6 décembre, une journée choisie par l'ensemble des
congolais pour dire MERCI à l'Eternel pour les avoir accompagnés pendant ces temps difficiles de l'oppression et de l'occupation.


Le président de la CENI doit comprendre qu'en choisissant les éléctions au lieu de la guerre de libération, le peuple congolais ne jouait pas à un jeu de "QUI PERD, GAGNE" 

adei toko 04/12/2011 20:02


La situation de la RDC risque de nous pousser à ne plus croire aux hommes de Dieu;je comprends maintenant pourquoi les temoins de Jehovah ne se compromettent pas dans la politique car l'exemple
de NGOYI MULUNDA qui semble t-il enseigne la justice pour la paix des hommes est sujet à dubitation. Ce pasteur corrompu va sans vergogne réaliser le plus grand hold up électoral de ce début de
siècle. Ne dit on pas que la conscience n'existe pas en politique? Heureusement pour nous que Dieu n'a jamais été corrompu,or la voix du peuple c'est la voix de Dieu; tôt ou tard le peuple
vaincra et le  ridicule s'istallera du côté des ennemis du peuple.