Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager




Le football de Léo des années 1960 (Suite)

 
                                                                                           MAX MAYUNGA                                             
1963 : BANGA DARINGimage011                                   


Au moment où les trois grands broyaient du noir au championnat de Léo, Daring Imana Matiti Mabe fut le premier à avoir vu le bout du tunnel. Merveilleusement encadré par le Président Kinkela, cette équipe qui passe pour une grande école de football va remettre les pendules à l’heure avec une nouvelle génération des jeunes joueurs pétris de talents qui ont permis aux vert et blanc de récupérer leurs lettres de noblesse après cette traversée de désert. Kibiasi Vignal, Elifa, Léopold Kisuaka, Damena Damar, Kalambay, Muwawa Pélé, Gaby Nsay, Kiala Decoulo « Petit Puskas », Mondonga alias Mombito (le roi des mabanga) et Nganga Dafirma furent parmi ces goleadors qui remirent le sourire aux Tupamaros. Champion en 1963, Daring fut à proprement parlé, la meilleure équipe de cette année-là.


Avec un Gaby Nsay tous feux, Daring, tous flammes s’adjugea le premier titre de championnat national (Coupe du Congo), face au champion du Katanga, le FC Saint Eloi Lupopo de Mukewa Zeke et l’intrépide Mutombo "Robison". L’histoire retiendra donc que les verts blanc sont non seulement le premier Champion du Congo, mais aussi la toute première équipe congolaise à avoir disputé un match en compétition africaine des clubs. C’était contre le FC Oryx de Douala du géant Mbappe Leppé. Battu à l’aller sur le score de 3 buts à 2, le match nul de 2 buts partout réalisé au stade Roi Baudouin ne suffit pas. Il fut débarqué de la compétition et les camerounais eurent le bonheur de remporter le premier titre africain.


Entretemps, V-Club connut l’une des saisons les plus agitées de son histoire. Tenez, à la dernière journée du championnat, le maintien du grand Véa, Bana Mbongo en première division ne tenait qu’à un fil. Son dernier match qui l’opposait au FC Espoir de Léo était considéré comme celui de la vérité. A Moscou, les supporters ont suivi cette rencontre dans l’angoisse la plus totale. Heureusement, Luc Mawa et Nlandu Katap’s vont délivrer leur équipe des mains des amis de Delo, Monsieur But. Cet avant centre racé ne rentrait jamais bredouille d’un terrain de jeu. Après avoir inscrit son but hebdomadaire au profit de son équipe, il sera surpris par la prompte réaction des verts noirs qui réussirent par cette victoire sur le score étriqué de 2buts à 1, de quitter la zone de relégation, sauvant ainsi leur saison.


Pour la petite anecdote, nous profitons de cette occasion pour signaler aux amoureux du ballon rond que plusieurs joueurs qui ont évolué au championnat de Léo avaient fourbi leurs armes dans les équipes de Thysville. Parmi ces célébrités, nous vous rappellons seulement Ernest Mbaki, le grand gardien de buts du FC Union et Nlandu Katap’s, tous les deux, anciens joueurs du FC Amicale. Ce dernier fut en 1962 et 1963, en compagnie de Luc Mawa, l’un des fers de lance de l’attaque de V-CLUB.


Faison un détour aux parcs pour suivre l’évolution du FC Dragons qui jouait son championnat dans la fournaise de la deuxième division. Trop fort pour tous ces adversaires, les Monstres réalisèrent presqu’un sans faute, excepté une cuisante et retentissante défaite encaissée face à Kalina Sports sur le score de 4 buts à 2 au stade Reine Astrid. La remontée en première division assurée, les rouge et or, merveilleusement encadrés par le Président Apenela soutenu par Majos, Samuna Félicien (le grand frère de Kisombe) et Idrissa effectuèrent à l’issue de cette saison un retour en force en première division avec une jeune équipe complètement rajeunie avec des joueurs comme Bembo Didi, Muila Misisa, Kalombo Appolon, Lessa, Valutunu, Buanga Tison, Kabeya, Mayombo alias Bakwanga, Makengo Eusebio, Ntinu Mokili Saïo et son prince Mvukani. Ils  vont faire valser tous leurs adversaires jusqu’à remporter le championnat de Léopoldville en 1964. Les rouge et or venaient ainsi de prendre leur revanche de belle manière sur tous leurs rivaux qui les minimisaient par leur passage aux parcs.


Entretemps, le FC Union avait perdu de sa superbe. La disparition brutale de Sekele, son joueur-fétiche et la grande campagne de désinformation qui s’en est suivie avec notamment, le départ de Lukumina, l’autre maître à jouer de cette équipe à Thysville où il était engagé comme Professeur d'Education Physique à l’Athénée de Mbanza Ngungu ; le changement à la tête du club où Papa Jean Aimé » Longby fut remplacé par son adjoint Louis Roger Dongo pour calmer les esprits surchauffés ; le retour précipité de Makanda Trois Hommes et Samba Ndjo Léa, refoulés dans leur pays d’origine avec tous leurs compatriotes du Congo Brazzaville sur une décision du Gouvernement Tshombe ; le départ à la retraite de Mbaki Tanzi, Mampio, Morgado, et surtout du capitaine Vimpi Matelot pour des raisons d’âge, et malgré l’arrivée de Mampuya Lepère, Bula Ivon
alias Vontas, Mayiwanga Raph, Jacques Bokoko et Black Thagar, les choses finirent par s’envenimer pour cette équipe qui va descendre très bas. Les enfants terribles de Kasa Vubu vont perdre de leur superbe. C’est une équipe diminuée techniquement et psychologiquement qui jouera le rôle d’un simple figurant, permettant à d’autres formations plus fûtées de marquer nos esprits.


Parmi les grandes révélations connues durant cette décennie, citons le FC Himalaya du Président Kuba di Vita avec son football ABC, le Tout Puissant Foudre de Nitumfuidi Nythouf et le FC Nomades Eboulement
de Renkin / Matonge, …


Jean KOKE MIEZI

Commenter cet article

Jean KOKE MIEZI 03/11/2011 22:33



Le football de Léo des années 1960 (Troisième partie) : V-Club, Daring et Dragons, des véritables familles sportives


C’est pour nous aujourd’hui, l’occasion de vous rappeler toutes ces formations dites de seconde zone qui
évoluaient au championnat de Léo dans le sillage des trois grandes formations de la capitale. Comme dans un triangle nucléaire où chaque extrémité constitue un point de forte concentration,
Kinshasa et son football était dominé par un trio de choc qui a perdu son originalité depuis que le FC Dragons a cessé de jouer les premiers rôles. Pour les habitués des stades, Daring avait sous
sa coupe les équipes Union, Mikado et Espoir de Léo. V-Club entretenait des bonnes relations avec Vaticano et V-Sports. Tandis que Dragons était le 
parrain de Léo Sports et Olympic. Des équipes comme Liège (qui prendra plus tard le nom de Etoile du Congo), Foudre, Himalaya, Nomades, Racing de Matete ou Sainte Thérèse de Ndjili, tout en
adoptant une neutralité positive, étaient parfois influencés par la tendance affichée ou non de leurs dirigeants.


Considérés comme les pépinières naturelles de leurs équipes fanions, plusieurs joueurs du FC Union Infanterie,
Mikado et Espoir ont terminés leurs carrières dans Daring. Paul Bonga Bonga, Androkwa, Damena Damar, Mombito pour ne citer que ceux-là, avaient transité par le FC Union avant d’intégrer le team
vert blanc. Mampuya Lepère, Pala, Makiadi Castello, Kalondji Amalphi, Mana Krubondo, ont fait autant et ont suivi cet exemple… Cela ne va pourtant pas empêcher Mbuya, Jean Bisi, Diasonama Moreau,
Raph Mayiwanga et le frêle Jaques Bokoko (considéré comme le latéral gauche qui savait, comment empêcher Saïo Mokili de tourner en rond), ou Masta Doula et autres Lembi Lemons de revêtir les
maillots vert et noir. Pour votre information, Amalphi, Makiadi, Donglish, Lemons sont des anciens de Mikado, alors que Mana et Delo avaient débuté leurs carrières dans Espoir de
Léo.


Vaticano qui portait les couleurs bleu et noir était considéré à juste titre comme l’équipe cadette de V-Club,
comme l’est aujourd’hui Don Bosco par rapport à Mazembe. Vaticano dont le niveau de jeu était très appréciable, disposait à cette époque lointaine de l’un des meilleurs gardiens de buts de sa
génération. Vieux Paul Tandu qui aurait sans nul doute terminé sa carrière dans V-Club fut obligé, la peine dans l’âme de rentrer chez lui à Brazzaville en compagnie de Trois Hommes et Ndjo Léa.
Si les deux Unionistes furent incorporés au sein de l’équipe de Patronage Sainte Anne, Bana Nzambe, Vieux Paulin, fut par contre recruté par les dirigeants de Renaissance Cara
« Malembe ». Tandu justifia sa grande classe et tout le bien dont on disait de lui au stade de la Révolution et finit par rivaliser avec Matshima des Diables Noirs « Yaka dia
Mama » au poste de goal keeper des Diables Rouges, l’équipe nationale du Congo Brazzaville.


Vaticano, c’était aussi l’équipe de Diantela. Un demi-défensif qui était à lui seul, le dépositaire du jeu de son
équipe. C’est le plus naturellement du monde que cet excellent joueur de milieu du terrain et qui était déjà titulaire dans l’équipe nationale de la RDC fut transféré par le président Zere dans
V-Club. Avec son départ, malgré la présence de Kimbandu, Décante, Monteiro, Mipro, Mavuluka Jogo, Kinzunga Ricky et de la légion des joueurs venus de Mbanza Ngungu composée des frères Kintaudi
(Georges et Léon), de Mbumba de Masquin, et Zinu Mulongo, les protégés du Président Zere Makangila finirent par perdre leur statut de club phare au championnat. Lentement mais surement, ils
finirent par disparaître de la circulation.


Un fait majeur mérite aussi d’être signalé au sujet des équipes faisant partie du clan vert noir. V-Sport, une
équipe atypique avec des joueurs comme Malolo Buffalo, un joueur au comportement très belliqueux provoqua une bagarre  généralisée après une défaite
enregistrée par leur équipe au Stade Roi Baudouin. Une fois de plus, le comité exécutif de l’AFLEO qui appliquait scrupuleusement la loi, ne badina pas avec les règlements. Cette équipe fut
radiée et ces joueurs autorisés de s’affilier dans les clubs de leurs choix. Ainsi, Maître Nkoko et Martin Tuntu furent recrutés par Daring, tandis que Jeff Kibonge alias Gento et autres Mossimi
furent récupérés par leur équipe fanion. Ce malheureux concours de circonstance fut très profitable aux Dauphins Noirs qui furent gâtés par l’arrivée de Kibonge. Celui-ci  va constituer avec Luc Mawa, l’un des duos d’attaquants les plus percutants qui ont redoré le blason de cette équipe. C’est cette nouvelle génération qui a
enfanté la fameuse attaque mitraillette qui restera sans nul doute la plus grande promotion de Bana Véa de tous les temps.


A chaque règle, il y a toujours des exceptions. Léo Sports, c’est l’équipe de Bana Léo II, aujourd’hui Kintambo.
Très fier de leur équipe, des joueurs comme Mabela alias Patron, qui jouait au poste d’arrière central, n’avait jamais quitté son équipe. Malgré son statut d’international et de capitaine de
l’équipe nationale des Lions, il résista aux chants de sirène et termina sa belle carrière dans son club formateur. Dans cette équipe de Léo Sports, on se souviendra aussi d’un joueur de très
grande classe qui répondait au nom de Nsimba alias Machine. Ce joueur n’hésita pas de se mettre à la disposition des autorités du pays dans l’encadrement des jeunes footballeurs en herbe qui
évoluaient au sein de l’ASIC.  Par contre Pembele Ngunza alias Tchang Laï du FC Olympic, l’un des meilleurs joueurs que nous avons vu à Kinshasa, un
jongleur émérite dont la classe et le talent ne laissait personne indifférent ; il n’hésita pas de rejoindre l’équipe des rouge et or, avant de s’affilier dans Daring Faucon où il fit voir
des vertes et pas mûres à ces adversaires…



Messager 01/11/2011 18:24







Messager 01/11/2011 18:32




@ Adei Toko et Samuel Malonga,


Le capitaine Ntuntu Martin doit faire partie de l'équipe qui a remporté la 1ère Coupe du Congo face à St Eloi Lupopo en 1964. Je ne sais plus s'il est encore en vie, car il n'était plus très
visible au stade vers la fin des années '60. Or tous ses collègues étaient toujours là: Gaby Nsay, Kisuaka Léopold, Nganga Dafirma, Bessy Heubreux, Elifa, ( Essamba et Damena, après leur retour
de la  Belgique) Domingos, Bokote (Gabon), mêmes les anciens des années '50 étaient toujours présents: Balondo major, Androkwa, Ngelebeya, Ebumba, Mpasse carré (rare au
stade), en tant que Directeur Adjoint à la Présidence.


En ce qui concerne Max Mayunga, la dernière fois que je l'avais aperçu, c'était vers 1980 dans un restaurant à Gombe. il travaillait quelque part en ville.


L'ironie du sort est qu'en 1958 ou '59, Mobutu, lors de son stage en Belgique s'était fait phographié à une fête de baptême d'un enfant de Mayunga. Quelques années après, soit en 1968, Mayunga
revenu au pays avec les autres belgicains était obligé de saluer en s'inclinant, en maillot de l'équipe nationale, son ancien invité devenu Président de la République.


 


Messager




adei toko 01/11/2011 16:03



Je me rappelle encore d' une chanson de Negro Succès? qui disait ceci


Daring ya Imana, bana ya lokumu, bana ya tembe


soki olingi renseignement...Bila François ye nde Président


Ntuntu Martin...Imana matiti mabe


wapi Ngunza...Imana matiti mabe


je sais aussi que Ngunza et Bilaf sont décédés mais qu'est devenu le capitaine Ntuntu Martin?






Samuel Malonga 01/11/2011 15:51



Qu'est devenu Max Mayunga? Est-il toujours en vie? Il y a vraiment très très longtemps que je n'ai plus entendu parler de lui.



paulin 01/11/2011 14:22



suite aux mes archives laisses au pays je me rappelle que mon equipe cherie Daring effectuau un voyage en Belgique en 1963 et je me rappelle que le bilan etait vraimen tres sombre sur les trois
match joues, bien que je ne me rappelle plus des adversaires qu'ont avaient rencontres ni les scores mais je retiens seulement nous avions fait un match nul de 2 buts partout avec une equipe
hote, nous avions eu un carton de 6 buts ou 8 buts il faut que je consulte encore mes archives et comme l'a souligne ce frere a notre retour a leopodville deux autres betes noirs qui nous
attendait pour nous defier  c'etaient  le f.c Vaticano et le f.c Saint -Therese



Messager 31/10/2011 16:11



J'aimerais ajouter sur la liste de notre excellent compatriote Jean le nom du capitaine de Dragon (Bilima) du milieu des années '60, en l'occurrence BAROMETRE MAYUMA.


 


Messager



Messager 31/10/2011 15:45



Faut-il rappeler aux plus jeunes que Gaby Nsay, l'un des meilleurs attaquants d'Imana de cette époque n'était autre que le petit frère de Boboliko. Après sa retraire, il a longtemps travaillé aux
Affaires étrangères. Je le vois encore dans la tribune d'Imana, bien habillé, avec sa moustache à la Bongo. Il est mort il y a de cela plusieurs années.


Je suis à la recherche de ses photos.


Messager



adei toko 31/10/2011 15:16



En cette année 1963, Daring va aller jouer en Belgique et certains de ces joueurs sont réperés (Muwawa,Damena...)pour jouer dans des formations del'élite belge; je revois encore les vieux de mon
quartier (Kibiasi,Muwawa,Coq six...) se pavaner en jogging dans tout Linguala. Et à leur premier match ils vont tomber sur leur bête noire en championnat qui n'estt autre que Vaticano qui va
d'ailleurs les étriller par 3 buts contre un



paulin 31/10/2011 14:23



Moi, je suis toujours confiant malgre que les gens disent que nous serons dans l'impossibilite de retrouver les archives du football congolais et nous qui sommes encore en vie nous sommes en
occident depuis plus de 10 ans, et nos memoires sont toujours intactes malgre la quantite des archives laisses au pays mais chaque fois quand de tels sujets apparaissent il y'a toujours
concordance sur les ecrits donc rejetons la negativite de nos freres qui se disent que nos services d'archives n'existent pas et nous qui sommes encore en vie avec tout ce que nous avions vecus
au pas sur le plan de football, l'ensemble de ses souvenirs la que nous l'appellons les archives.