Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

LE BUSONGYE

Nous avons reçu un courriel de Jules Kibambe Malangu, de l’Afrique du Sud qui voudrait connaître l’origine de son ethnie, les BASONGE. Comme nous avons déjà essayé de faire avec les AMBUUN et les MBALA , nous proposons à notre ami de l’Afrique du Sud la synthèse de ce que nous avons retenu de  quelques publications ,articles, et récits exclusifs sur l’histoire des BASONGE. Nous espérons que les chercheurs Basonge vont certainement enrichir ce modeste travail, à l’instar de leurs collègues Bambunda et Bambala.

 

Bonjour,

Je m appelle JULES KIbambe Malangu, de la République Démocratique du Congo, je suis Musongye, vivant en Afrique du sud  et j'aimerais connaître l'origine de mes ancêtres. Pouvez-vous m'aidez avec notre histoire.

 

Jules

 

Songye Nsapo Nsapo 02 Small

                                                         LA HACHE SONGE (KILONDA)          


 

Selon des sources concordantes, Les Basonge , comme le grand nombre des Bantous proviennent de l’Egypte.Cette hypothèse a été soutenue par les différentes publications du Dr Kabamba Nkamany, un grand spécialiste du Busonge, particulièrement à travers son livre intitulé «Busongye, Minorité Pharaonique ? Ed Nkamanyland, Kinshasa, 1996, préfacé par le Prof Ndaywel è Nziem. Bien avant cette publication, Tshitenji,  ancien interprète de Mobutu et Songe d’origine, avait publié un livre aujourd’hui introuvable sur les « LUBA-SONGE ». Dans ce livre abondamment commenté à la télévision durant les années ‘70, l’auteur, se basant sur des fouilles archéologiques, avait démontré la ressemblance frappante des tissus et des objets trouvés dans des anciennes tombes des chefs coutumiers Songe  avec ceux découverts dans certaines tombes en Egypte.

En ce qui concerne le parcours suivi par les Basonge, Le Bureau d'Etudes Politiques Muteba, B.E.PO,M en sigle, donne la version suivante:« L’histoire de peuple Musongye remonte à plus de 4000 ans, son début date de l’époque de l’apogée de la Civilisation Égyptienne, autour des rives de la Mer Méditerranée et de la Mer Rouge. L’invasion de l'Egypte par des peuples du Proche-Orient a été la cause principale de l’émigration massive des descendants des bâtisseurs de célèbres pyramides en direction du Sud du Continent. Le refus d’être colonisé par de nouveaux maîtres d’Egypte a contraint les descendants des Pharaons à émigrer en suivant soit le fleuve Nil soit la Mer Rouge.

Le peuple Musongye emprunta la Mer Rouge et accosta au niveau de l’Ile de Zazimbar, traversa l’actuelle Tanzanie et le Lac Tanganika et vint s’installer à « Kantu à Muasa » (dans l’actuel Territoire de Kabambare ) avant de se fixer définitivement dans l’actuel territoire de Kasongo sous la direction grands chefs de guerre dont le plus connu est LUSUNA (RUSUNA d’après les écrits des auteurs arabes).

Au début du 16é siècle, un des princes Songye, nommé NKONGOLO MWAMBA, grand chasseur et guerrier hors pair vint s’installer non loin du Lac Boya, imposa son autorité aux autochtones de part et d’autres du fleuve Lualaba et fonda l’empire LUBA, il est le premier MULOPWE.

Vers 1585, son neveu ILUNGA MBIDI alias Kalala Ilunga, général des armées royales, réorganisa l’empire et élargit ses frontières au-delà du Lomami et du Kasaï. Le général Kalala Ilunga est le fondateur du deuxième empire Luba.

Au 17ème siècle, un des descendants de Mulopwe ku Musengye fonde un royaume appelé Royaume de Yakitengye à EHATA (EPATA), ayant la capitale à Ebwe, près du village actuel d’Eoni dans le Territoire de Lubao. Le premier Yakitengye connu est Kilunga Kya Nkupi alias Elemba, père de Mbu Elemba (mère de Mpibwe Kitengye, ancêtre de Bekalebwe), de Ndjibu Elemba (mère de Bena Kiofwe) et de Mulo Elemba (mère de Kalanda, ancêtre de Ben’Eki), de Kakulu, ancêtre de Balaa, de Kitoto (mère de Kalume Kitoto, ancêtre des Belande.) »

Selon le site Busongye du Dr Kabamba Nkamany, Nkongolo Mwamba fit partie des BAKALANGA qui, dans leur émigration de l’Egypte vers le Sud, s’était établi au site de Zimbambo avant de remonter vers le Nord en suivant la Kafue, puis à la frontière du futur Katanga, la Lufila jusqu’au Lac Zimbambo  dans le groupe des lacs du Bupemba.

Faisons remarquer que selon le site des Luba du Katanga « Kyoto Kya Bana Ba Mbidi », Nkongolo Mwamba, fondateur de l’empire Luba se surnommait « KIMUNGU KYA BAKALANGA », l’hyène des Bakalanga. En effet, «  Kimungu » désigne l’hyène en Kisonge jusqu’à nos jours. Par ailleurs, chaque notable  Basonge appelé  TSHITE se surnomme jusqu’à nos jours « Tshite KIMUNGU », ou Tshite, l’hyène, comme son ancêtre Nkongolo Mwamba.

S’agissant du terme BAKALANGA, il importe de mentionner qu’il est encore très courant dans le vocabulaire Songye. C’est le pluriel de MUKALANGA qui signifie un homme intègre, scrupuleux, et surtout courageux, bref, un brave homme.

Comme l’a mentionné le livre du Dr Kabamba, les Bakalanga avaient emprunté plusieurs directions. Au Zimbabwe, il existe un peuple appelé les KALANGA dont la langue est très proche du Kisonge et du Luba. Les recherches poussées sur l’origine des Kalanga du Zimbabwe pourraient nous révéler beaucoup de choses. Le royaume de "Mona Mopata" du Zimbabwe peut être traduit en kisonge par Royaume de "mwana a muipata", l'enfant de la cour.

EVOLOUTION DE L’IDENTIFICATION DU PEUPLE SONGYE

Sur base des documents sus mentionnés ,on peut avancer que l’identification du peuple Songe a évolué à travers son l’histoire :Chronologiquement ils se sont fait appeler : des : BAKALANGA ; des BENA KANTU A MUASA (appellation prisée jusqu’à présent par les vieilles personnes Basonge) ; des BAYEMBI (une appellation utilisée jusqu’à nos jours par tous les peuples issus de l’empire Luba, à savoir les Luba du Katanga et les Luba du Kasaï). Bayembi signifiant ceux qui portent une arme blanche tranchante; enfin des BASONGYE, nom spécifique d’une tribu Songye ( Basonge) située sur la rive droite de la rivière Lomami à laquelle on a appliqué à toutes les autres tribus.

Voici la liste des principales tribus des Basongye  telles qu’énumérées par Dr Kabamba Nkamany.

Les principales tribus [sous-tribus, clans, et familles confondus] de l’ethnie Songye sont: les Basonge de la rive droite de la Rivière Lomami (Lubao, Bena Malela, Bahina, Samba, Kisengwa, Kasongo I et II, Kabalo, Kubu, Wangongwe, Buku Kiloloshi, Bena Baye et Kongolo, Bena Nsala, Bena Malungu ; etc.). Alors que les Bekalebwe, Ben’Eki(desquels sont issus les Bena Nsapu), Belande(Musolo et Kibeji),Bakooji Betundu, Bena Moona, Batempa, Bashilangye, Balaa, Basanga,Bena Ngandu,Bena Male, Bakankala, Bena Milembwe, Bambo, Bakwa-Nkoto, Bena Paye, Bena Majiba, Bena Budia, Bena  Kiofwe, Sangwa, Bena Mpania Mutombo…peuplent la rive gauche de la Rivière Lomami et ses affluents.

Héritage Africain

 

LES BASONGE DURANT LA COLONISATION

Durant la colonisation, affirme le Bureau d’Etudes Politiques Muteba," tout le peuple Songye dans sa totalité se retrouve dans le District du Lualaba par le décret du 1er Aoùt 1888 de l’Etat Indépendant du Congo divisant le pays en onze Districts. L’arrêté Royal du 28 Mars 1912 divise le Congo Belge en 22 Districts dont celui du LOMAMI, lequel comprendra, à sa création, les Territoires de Kabinda, Pania Mutombo,Tshofa,Kisengwa,Kanda-Kanda (actuel Territoire de Mwena Ditu et Ngandajika), Mutombo Mukulu (actuel Territoire de Kanyama), et Mato (actuel Territoire de Kamina). L’ensemble du District du Lomami se trouve dans la Province du Katanga, elle-même créée depuis le 07 Mars 1910.Le poste de Kabinda créé en 1892 fut choisi pour être le chef lieu du District du Lomami.Les belges implantèrent à Kabinda, vers 1917, quatre services importants ; la Banque belge d’Afrique (B.B.A), INTERFINA, COTONCO et CLASSE MOYENNE pour le recrutement des travailleurs destinés aux travaux des chemins de fer BCK (KDL) et CFL, et pour l’exploitation des minérais de l’Union Minière du Haut Katanga (UMHK).Par ailleurs, les finalistes de l’Ecole Professionnelle Artisanale des Frères de la Charité à Kabinda étaient d’office engagés à l’Union Minière, qu’ils rejoignaient aussitôt leurs certificats en poche.

La réforme administrative de 1933 créant 6 provinces au Congo a provoqué l’éclatement du District du Lomami dont une partie des territoires a été annexée au District du Sankuru dans la nouvelle Province de Lusambo, et une autre partie transférée dans le District du Lualaba, province du Katanga.En 1945 le District de Kabinda est crée."


LES BASONGE APRES L’INDEPENDANCE:

L’EPOPEE DE LA PROVINCE DU LOMAMI

La province du Lomami créée.par l’ordonnance loi du 14 Août 1962 regroupe de nouveau tous les territoires et Secteurs Songye y compris ceux du Maniema, Kongolo, Lubefu, élargis au Territoire de Dimbelenge..


Cette entité est formée au moment où les Bena Nsapu, une partie des Ben’Eki, partis sous la conduite du chef Muana Mbô en 1888 à Luluabourg (Kananga), viennent de rentrer à Kabinda sous la conduite du chef Louis Tshibambe, après une décennie d’exil. Suivis par les réfugiés Basonge chassés en 1960 du Katanga,et qui furent protégés durant leur cantonnement au camp des réfugiés à Elisabethville par certains gros-bras conduits par Nkunka Louis  .


Cette époque peut être considérée comme marquant le plus grand regroupement des Basonge depuis l’empire Luba. L’élite Songe venue de tous les coins du Congo s’est retrouvée pendant quelques années à Kabinda sous la conduite des leaders Basonge des années ’60 : Aloïs Kabangi ( Député National et fondateur du MUB <Mouvemenet de l’Unité des Basonge> le tout premier Ministre du Plan et Coordination économique du gouvernement Congolais (de Lumumba à Tshombé ); Dominique Manono, Président de la Province du Lomami ; Théophile Lumanisha, Vice-Président, chargé de l’agriculture ; Kasende Michel; Sébastien Ngoy Kalenga (Commissaire de Distrcict de Kabinda après le départ des belges et père de l'avocat Me Kalenga ka Ngoy); André Ditende, Liévin Kasongo,….. font partie des premiers Députés Nationaux lors de la création de la province du Lomami.

Signalons que Christophe Muzungu, alors proche collaborateur de Patrice Lumumba, avait effectué une tournée en 1960 afin de présenter Aloïs Kabangi qui n'était pas encore connu par le peuple Songe. Par prémonition, il avait annoncé un jour aux élèves de la Mission catholique de Tshofa, non loin de son village natal de "Ngandu", qu'étant donné le risque qu'il encourait de disparaître prématurement, la mission de conduire le peuple Songe revenait à Aloïs Kabangi. Effectivement, c'est ce dernier qui soutena la création de la province du Lomami en dépit de l'opposition de grands leaders kasaïens. 


Du côté du Maniema il y a eu Salumu, ministre des fincances ; Amisi,  ministre ;  Masudi, député ; Fundi Bonaventure, Secrétaire général adjoint à l’Assembleé Provinciale, sans oublier de nombreux fonctionnaires et agents de la fonction publique. Munganga,venu du territoire de Kongolo au Katanga était ministre de la santé ; Muteba de Lusambo  était Vice-président de l’Assemblée, Ilunga Emile, ministre….  . Même l’ancien ministre de Tshombe, Gabriel Kitenge est revenu à Kabinda avec ses camions de transport (Kite-Trans)et un orchestre(Kite-Jazz) qui animait chaque soir au Bar de Ntambwe Benatar sous la conduite du jeune soliste Suzi Kaseya (venu avec l'orchstre de Likasi) , avant de briguer le poste de gouverneur de province, perdu au dépend de Dominique Manono.


 Bien avant lui, la province du Lomami avait bénéficié de l’apport de nombreux commerçants revenus de Luluabourg (Kananga), du Maniema et de Lubumbashi. Matunga Léon, resté à Lubumbashi ,avait envoyé une vingtaine de camions de transport.Sur place Kitenge Emile (le père de Kitenge Yezu) hérite du prestigieux Hôtel du Lac,où logeaient des blancs à l’époque coloniale, tandis Mutamba Petrous s'affirme dans le commerce général.


 Le territoire de Dimbelenge qui a refusé d’adhérer à Luluabourg (Kananga) en 1960, sera valablement représenté  par les leaders de Bakwa Luntu, Bakwa Mputu, et Bena Koji  dans la nouvelle province du Lomami à Kabinda.Il s’agit notamment de : Tshimanga (Secrétaire Parlementaire) aux côtés de Ngoy Marcel (un musonge) ; Dipumba (Président de l’Assemblée), et Kadiebwe Samuel (Secrétaire général de l’Assemblée Provinciale, avec comme adjoints Ngoie Lumano Placide et Fundi Bonaventure (deux basonge).


D'autres cadres tels que Ngoy Tshilombo, Basanga Pontien, Ngoy Mpanda, Ngoy Laurent,Muembo Puis, Milambo Katambwe Kiyoyo, Ejiba Olivier, Kuminga,( le père du joueur François Mupikule "Epiku"),Maole Laurent (fils du Chef Lumpungu Kamanda), Maole Vincent ,Mulolo, Nkongolo(père du Colonel Kongolo), Yamulenge (père du Dr Salumu et de l'ingénieur Tshomba), Kangombe(Régideso),Kabondo Antoine (le père de Tshikudi M.T), Kanyama (père du chimiste Kanyama et du Dr Mukonkole, tous décédés); le journaliste Muana Mbô Kankieza(venu de Léopoldville comme conseiller du gouverneur Kikangala Jean-Marie), sans oublier Kimankinda (représentant de Lomami à Luluaboourg) et Kyungu Pierre (représentant à Léopoldville) .....avaient pris une part active au sein de la province du Lomami, avant que certains ne repartent ailleurs. Les actuels ministres Tambwe Mwamba et Lumanu Bwana Sefu ont vécu cette épopée durant leurs études universitaires. Quant à ceux qui sont restés ailleurs, à l'instar du Dr Makombo;  le père du professeur Malu wa Kalenga; le père de Nsapu Kalimasi,.... on les remarquait souvent durant les deuils en train d'exhiber la danse songe.  Ceux qui sont nés ailleurs (comme le professeur Mudimbe et les Ngolo Mingi....)  s'expriment   quand- même  en Kisonge , afin de préserver leur identité .


Même la Police a vu les officiers formés ailleurs revenir à Kabinda pour servir leur province d’origine, il s’agit notamment de : Mbuyu Gaspard (Inspecteur), père de Djamba Diagas,  Luhaka (Inspecteur); Malangu (commissaire) ; Kasongo (Commissaire) ; Jean Onokoko( commissaire) ; Muteba (Commissaire) ; Mulenda (Commissaire); Kabambula (commissaire) ; Rolin , le métis (Commissaire) ; Nyembo, venu du Maniema (commissaire) ; Kaboto Marcel (commissaire) ;Mutuale (commissaire et grand artibre de football),….

L’hôtel de ville est dirigé par Kasongo Nkongolo, revenu de Luluabourg, un très bon arbitre de football.


Sur le plan sportif, plusieurs équipes de football animent la vie sportive à Kabinda  , il s’agit de : F.C. YAKAUMBU, de Kakesse Damas, Mupikule François, Tshibambe (Bouton), Mukusa (gentil), Ndjibu (Chouchou), Mudimbi (Tout puissant), Malandala Alexis (Mexicain), Kalanda (double- poumon) ; Nsapu Nsensele (Daring) et François Lukunku qui effectuaient de navettes entre Léopoldville et Kabinda jouaient de temps en temps dans la grande équipe de Yakaumbu, sponsorisées par Pande Moya Kasongo et Mushengezi Laurent depuis Kinshasa ; F.C. LUMUMBISTE, de Nkishi (Cuisse), Lumbwe (Nkrouman), Kapuku et Malala Léopold ;F.C. VATICANO, (formés principalement des Bena Nsapu revenus de Luluabourg), du coriace Mukonkole (Imbécile), grand frère de Nsapu Bonaparte, Tshamala (Moscou) et Lonji Médard (De Lodja);F.C. DIABLES-ROUGES (équipe des Militaires et du quartier Bunduki), de Lumpungu (Air Congo), Katontoka, "satan" et "excellent", un militaire..

Les ressortissants du Maniema ont formé une équipe dénommée : COCASSE, dirigée par le jeune frère de Fundi Bonaventure ;F.C.ATHENNEE, de Kabongo (Poteau) qui fut à l'origine du forfait infligé au F.C Bilima de Kinshasa, Mulungo(Bondis) actuellement Professeur à Kisangani, Tshibangu Jean-Marie (John Mary), et du gardien volant Mutuale (Bwatom) rentré à Lubumbashi.


Une anecdote : après les troubles survenus à la suite de l’accident de circulation ayant provoqué le décès d’un enfant d’un militaire du camp de la Force Publique, le ministre Jérôme Ananis est descendu à Kabinda pour  calmer la situation. A la fin du match de football organisé en son honneur, les jeunes seront surpris de voir le ministre venu de Kinshasa s’entretenir avec un joueur en maillot, François  Lukunku (dit Franco). Ce dernier était un leader du (MNC/Lumumba) résident à Léopoldville et  se rendant de temps en temps chez-lui à Kabinda où il en profitait pour jouer au sein de la plus grande équipe locale, Yakaumbu.


Sur le plan scolaire, la province du Lomami, sous l'oeil vigilant de Mgr Kanyama Matthieu , a bénéficié des structures très fiables des l’enseignement catholique à l’époque. L’INSTITUT ST PAUL du Père Urbain dit Kangulu ; L’INSTITUT ST. AMBROISE des Frères de la Charité (des frères Rombeau, Pamphile, "Caisse", Kalonda..) , anciennement réservé aux métis du Kasaï et du Katanga, et qui a récupéré  le corps enseignant et les élèves des Frères de la Charité ayant fui la rébellion à Lusambo en 1964 ; l’ATHENEE REPUBLICAINE dirigée à sa création par Paul Berger, puis par l’haïtien Magloire , enfin par Tshibambe Tshinkalo; L’INSTITUT STE AGNES des filles ; et le PETIT SEMINAIRE, ont contribué à la formation de nombreux cadres (médecins, juristes, officiers, économistes, journalistes… ) qui servent le pays aujourd’hui, d’autres ayant immigré comme la plupart des cadres congolais.

Ces instituts recevaient des élèves des écoles primaires: St-Ambroise (Tatu Kabunda..);Ecole centrale de Kamukungu (du Directeur  Kazadi (père du Dr Paulin Kalenga à Liège) ; Ngoy Marcel et des deux  Tatu Tambwe),sous la supervision du Père BISASA BIA BANJELO, d'origine Hollandaise.


La plus grande période de la province du Lomami a été dominée par le parti politique MUB, dirigé par Aloïs Kabangi, jusqu’à ce que l’UPB (Union Progressiste de Basonge), de Jean-Pierre Mukonkole(alors Secrétaire général du CONACO de Moïse Tshombe) ne prenne la relève. C’est  son candidat, le belgicain Jean-Marie Kikangala qui a remplacé Dominique Manono (du MUB), au poste de gouverneur de la province, avant que le Lomami, le Sud Kasaï et le Sankuru ne forment le Kasaï- Oriental ou Kasaï ka kutunduka nguba en 1966, avec comme gouverneur Jonas Mukamba , et Jean-Marie Kikangala, au poste de vice-gouverneur. Ce dernier sera plus tard ministre des PTT à Kinshasa, avant d’être nommé Ambassadeur au Gabon.Il n'est plus de ce monde

 

Messager

 

Bonjour et merci Messager pour cet article. Il manque un paragraphe important dans l'épopée du remarquable peuple songye... On ne parle nulle part du légéndaire et grand chef Lumpungu. Tout le peuple kasaïen et songye en particulier se souvient de ce puissant chef. De son temps, il y avait Kalamba, Kasongo Mula et Mutombo Katshi qui pouvaient se prévaloir de traiter avec lui. Les Belges en savent quelque chose. Chef Lumpungu wa Kamanda fut parmi les premiers nationalistes qui ne voulaient plus des Belges chez nous...et cela se termina tragiquement. Le journaliste et beau frère à notre "guide clairvoyant" Mobutu, je vais dire Denis Ngongo Kamanda est l'un des nombreux petits fils du grand chef Lumpungu. Voilà, je voulais juste apporter ce modeste éclaircissement et témoignage...Kimia mpe boligno ya Congo ya Chef Lumpungu na bino nionso.

Claude Kangudie.

 

Comme Claude Kangudie vient de le soulignerr, le chef Lumpungu Kamanda fut un grand chef Songye. Il est le fils du grand chef Lumpungu Kaumbu ou Yakaumbu , qui fut sécondé par Mpania Mutombo à l’époque de Ngongo Lutete. C’est par refus de se soumettre au pouvoir de son père, le chef Lumpungu Kaumbu que le chef Muana Mbô , des Ben’Eki fut emmené en 1888 avec les Bena Nsapu par le prêtre Paul Marinel à Luluabourg .

Lumpungu Kamanda avait fait des études (moyennes), en tant que fils d’un chef coutumier dans le Bas-congo (Kimwenza).Lors de son règne à Kabinda durant les années  ‘30, il côtoyait les cadres coloniaux sans complexe et avait tissé des liens avec beaucoup de belges avec lesquel il s'exprimait en français. C’est ainsi que certaines de ses filles furent mariées par ses amis belges. La femme métisse du grand Kallé, fille de mama Mianda à Bandalungwa, née d’un père belge(ami du chef Lumpungu) est la petite fille du chef Lumpungu Kamanda. Il existe actuellement en Europe une très grande famille Lumpungu composée de nombreux métis et  des noirs.

En 1936, Le chef Lumpungu fut pendu, officiellement  pour homicide, alors que la vraie raison est qu’il avait adressé une lettre en français au Roi des belges, réclamant l’autonomie du pays à cette époque. Il fut succédé dès lors par un de ses fils, Mutamba Lumpungu qui vient de décéder dernièrement.

Messager

 

Voici brièvement l’histoire des Basonge. Vous pouvez également consulter un autre article sur les Bena Nsapu à travers ce lien.

http://www.mbokamosika.com/article-les-minorites-venues-de-loin-les-bena-

 

Compilé par Messager

 

Trois chansons traditionnelles songe

 

1.BUBAKA

2.TUDILEYI,PAR MI A MOR

3.YAYO, par Mi A Mor (Mputu Ebondo)


 

Je suis très content et merci beacoup pour l'effort que vous avez fourni pour répondre à mes questions.Maintenant je sais d’où je viens, je suis tellement content et j'aimerais envoyer cet article à tous les Basonge,merci,merci,merci.......( je m’excuse pour mon français)

 

I am very delighted and once again, from the bottom of my heart, am very greatful for the extra effort done to answer whole my questions.

I DONT HAVE WORDS TO EXPRESS MY FEELINGS THANKS.


JULES KIBAMBE MALANGU

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LULU NGOMOYA 17/10/2017 01:37

Merci de votre aide dans la connaissance et la concervation de nos origines

Kasongo ngoy 09/05/2017 18:25

Tres content de connaitre l'histoire de mon peuple

sangwa 07/12/2014 11:59

je suis très flatte de cette découverte merci bcp pour les recherches

lobo kasongo 22/09/2014 17:45

je vous remercies énormement pour toutes ces précisions

Albert 05/09/2014 16:38

Tres magnifique, la R.D.C. est trop riche dans sa diversite culturelle!! Malgre la bassesse de l'oposition.

Jean - Paul Kabambi - Loshi 26/02/2014 21:58

Mon frère Kibambe ,

Je suis moi aussi songye et fiere de l ' etre , je suis etablie moi a montreal au Canada
Je suis content de savoir que tu eprouve une grande soif de connaitre notre riche histoire

kibambe dominique 02/05/2014 18:17

Merci mon frère,c'est ton frère songe de milembwe mukungila qui te congratule pour l'effort conjugué enfin que les générations futures découvrent l'importance de notre culture,la grandeur des arts,en plus être connu dans le monde,courage, à chaque fois que le besoin se fait sentir,contactez-moi pour un apport.*mukuenu babuke bedi omukuatshila moshi*

KITENGE YESU 26/08/2011 20:34



Visitez mon site sur le Busongye:http://www.kitenge.com


Merci


 



KITENGIE YESU 30/07/2011 18:37



Basongye badianoo. Badianoo kabidieee...


Très belle contribution sur les basongyie.


A propos de la Province du Lomami, est-il besoin de préciser que Kitengie Emile en a été le principal soutien financier.


Merci bien.


Nenuladika.



Léon Tshikudi Tshila 15/04/2011 06:48



Impossible de lire ce resumé de l'histoire songye sans réagir et sans commentaire.


En fait, je suis très ravis d'apprendre quelque chose sur l'origine de mes encêtres, leur parcours migratoire, leur force, leur courage, leur organisation et désorganisation, leur dignité et
fièrté. Toutes mes félicitations à l'auteur de l'article qui a fait un excellent travail de recherche bibliographique, mais aussi qu'il a fouillé dans sa prodigieuse mémoire pour me faire vivre
des souvenirs très très lointains. Kabinda , dans les années 62-66.Je vous encourage à écrire l,histoire de ce grand peuple qui est en réalité l'histoire vraie de l'homme noir c-à-d l'histoire de
l'Afrique.


Merci pour le récit


Tshikudi


 



YA MOTI 30/03/2011 17:18



A la suite de vos commentaires, j'ajouterai que Papa MALUNDU KASSAMBA Célestin (paix à son âme) ancien Directeur commercial chez Bata, était un des grands mècenes de la culture Songe. Il fût
notre voisin, chaque mois, UGEFOLBAS ( Union Générale et Folklorique de Basonge ) les Basonge de Kinshasa se réunissaient chez lui et terminaient leur rencontre par l'animation de leur
groupe folklorique en chantant des chansons dont certains extraits me reviennent " Ah Lumami, lumami lukuela... Amini eyu, ndindije ...ils étaient tellement intéressants, j'avais une cassette
audio de ce groupe, je l'ai perdu.



Messager 29/03/2011 22:20



Claude,


D'après ce que j'ai lu, les Baluba sont de petits fils de Basonge. D'aileurs leurs langues ont les mêmes racines,et les mêmes structures. Ils ont une même histoire.


Après cet article, je vais préparer une étude très intéressante suite à ce que je suis en train de découvrir. Je suis un passionné de l'histoire approfondie de notre pays. Je pense que tu vas y
participer.


Laissons  d'abord Athanase  nous révéler ce qu'il aura découvert.


 


Messager



Claude Kangudie 29/03/2011 20:19



A mon frère Athanase. Nous attendons votre article sur la composante du peuple congolais des Basonge. Nous croiserons notre modeste savoir sur le pays des nos ancêtres avec votre
article...Kozanga koyeba ezali liwa ya ndambu.


Au Messager: Je porterai à votre connaissance que le peuple songe et luba ont une même origine: Nsanga Lubanga. Vous l'avez souligné vous même, de manière indirecte dans votre article. De
Mutombo-Mukulu jusqu'à l'ocuppaction actuelle du Kasaï et du Nord Katanga, on peut dire que c'est toute la descendance du peuple Luba, avec des variantes.


A mon frère qui demandait si aujourd'hui nous pouvions rêver d'avoir des Congolais dignes, tels Simon Kimbangu, Lumpungu Kamanda ou PEL Lumumba...je dirais que la tâche est archi ardue mais non
impossible. La difficulté principale provient du fait que l'échelle des valeurs a été renversée pendant la deuxième république par le "président fondateur" qui était premier en tout et
etc...Aujourd'hui, il suffit de regarder autour de nous dans notre communauté...et ceux-là qui nous appelle "BMW" et cet autre qui était parti se faire adoubé au Ruanda qui tint ces paroles: "
D'un côté, il y a le Ruanda, un pays organisé. De l'autre, il y a la RDC. Un pays très riche mais à l'organisation politique étrange..." Voilà de quoi retourner le légendaire grand chef Lumpungu
dans sa tombe...Kimia mpe bolingo ya Congo na biso na bino nyonso.


 


Claude Kangudie.


 



Messager 29/03/2011 18:25



@ Wa Zolosi,


Bato lokola bilombe otangi wana bako^mi ya kotanga likolo ya kozanga courage mpe kozanga sewns ya honneur. Soki otie kokoso liboso okoki kosala eloko po na mboka te. Esengi nde esprit ya
sacrifice.


@ Athanase


Je vous informe que Mi A mor de son nom Mputu Ebondo est l'auteur de la chanson chanson Yayo. Celui qui a produit l'article ets votre serviteur Messager.Nous attendons le complément d'information
que vous êtes en train de collectionner. J'ai cependant une question à vous poser. Pouvez-vous nous fixer sur Le groupe BASONGE-LUBA. Car nous avons appris qu'entre les baluba Kat et les Basonge,
il existe une tribu que les belges n'ont pu déterminer s'ils sont Basonge ou baluba Kat , raison pour laquelle on les qualifie de Basonge-Luba. Pourriez-vous nous en dire un mot? Il semble ils
sont des parfaits bilingues, ils maîtrisent aussi bien le Kiluba Kat et le Kisonge.


Messager


 



Athanase 29/03/2011 17:21



Je suis de l'ethinie songe de pere(arriere petit fils de N'Tshikala Kalenga de Mwehu) et mere( arriere petit fils de Mwana lubangi de Kayayi) et je suis tres ravi de l effort fourni par Ya yo Mi
amor afin de produire  l'article ,qui bien manque beaucoups des details sur le peuple Songe-due aux fractions parmi ce peuple-  l'article en soi  est etayant! Ainsi d'ici un
mois,Dieu voulant, j 'y reviendrai avec plus de minutie, car je suis entrain de recouper, verifier,contacter les vieux de nos villages Songe sur  toute l 'etendue nos chefferies.Vu l'etat
des routes dans dans ce contree Songe,communication cellulaire difficile,mes contacts abbattent un travails de titan! A bientot



Wa Zolosi 29/03/2011 16:48



A la lecture ya nionso oyo natangi awa, nalingi kaka natuna boye, est-ce lelo lisusu na R.D.C. tozalina BILIMA lokola ba KOKO na biso wana, ba Lumpungu, Ngongo Lutete, Lumumba, Tipo Tipo,
Kimbangu et consorts, sans oublier les martyrs du 04 janvier 1959.


 


Wa Zolosi



Jules K Malangu 29/03/2011 12:27



Je suis tres content et merci beacoup pour l effort que vous aviez fourni pour repondre a mes
questions.Maintenant je sais d’ou je viens,je suis tellement content et j aimerai envoyer cet article a tous les Basonge,merci,merci.......( je mexcuse pour mon francais)


 



Claude Kangudie 28/03/2011 21:06



Salut Messager. Effectivement la fille de Maman Mianda, fille du grand chef Lumpungu, fut la femme métisse de Joseph Kabasele. Il s'agit de Ya Sedelle. Paix à son âme. Kallé l'a immortalisée dans
une des ses chansons avec l'African Team. J'en profite pour dire bonjour à tous les descendants du chef Lumpungu en Europe: Lumanisha Mukombo, Dédé et Freddy Saïdi, Jean-Louis et Jean Paul
Temunyi Banakay, Mianda Candice, Claude Kamanda Kankonda, Yves Kankonda sans oublier Sébastien Kankonda, le petit frère à Ya Sedelle.


Claude Kangudie.


 



Messager 28/03/2011 09:34



Zéphyrin,


Le roi de cette danse songe à Kin était le Dr Makombo Mutamba.



Messager 28/03/2011 08:39



Zéphyrin,


Je vis encore en mémoire cette période dorée de notre football, avec des reporters en langues: Muana Mbô Kankieza, Ambroise Mosete Mbombo, Pierre Wanani, Eugène Luboya, sans oublier Paul Basunga,
Lucien Tshimpumpu, Maximilien Ngbazo, et Ekualanga en français.


Le temps passe vite, nous sommes tenus de réécrire notre histoire à l'intention de la jeune génération.


 


Messager



Zéphyrin Kirika Nkumu Assana 28/03/2011 02:41



Merci Messager pour cette belle compilation.Cette mélodie m'a fait penser à mon ancien sous-directeur des programmes radio, Kankienza Mwan'A Mbo. Il ne manquait jamais aux différentes rencontres
de Basonge à Kin et il fallait le voir se trémousser sur ce rythme sur la piste.


Il est mort subitement et  j'étais la première personne qu'il avait rencontré au 9e étage et à qui il avait parlé le jour de sa mort. J'étais toujours matinal et j'arrivais toujour
parmi le premier au bureau. Pendant qu'il me demandait de lui apporter la machine à écrire dans son bureau, il se dirigeait vers la toilette. Une fois dans la toilette, il avait piqué une
crise et il est tombé renversé. Paix à son âme. C'est grâce à lui que les langues nationales ont leur impact actuel à la radio et télévision nationale. Pour tous ceux qui aimaient suivre les
matches de football à l'époque de Ambroise Mosete Mobombo et consorts, ils peuvent se rappeler de ce monsieur qu'on aimait appeler Ndundu ku mpala...



Messager 28/03/2011 00:22



Merci Claude pour ta vigilance, je viens d'ajouter un paragraphe sur le chef Lumpungu Kamanda. Je suis persuadé que d'autres amis kasaïens vont enrichir cette page qui fait partie de leur
histoire.


 


Messager



Claude Kangudie 27/03/2011 23:16



Bonjour et merci Messager pour cet article. Il manque un paragraphe important dans l'épopée du remarquable peuple songye... On ne parle nulle part du légéndaire et grand chef Lumpungu. Tout
le peuple kasaïen et songye en particulier se souvient de ce puissant chef. De son temps, il y avait Kalamba, Kasongo Mula et Mutombo Katshi qui pouvaient se prévaloir de traiter avec lui.
Les Belges en savent quelque chose. Chef Lumpungu wa Kamanda fut parmi les premiers nationalistes qui ne voulaient plus des Belges chez nous...et cela se termina tragiquement. Le journaliste et
beau frère à notre "guide clairvoyant" Mobutu, je vais dire Denis Ngongo Kamanda est l'un des nombreux petits fils du grand chef Lumpungu. Voilà, je voulais juste apporter ce modeste
éclaircissement et témoignage...Kimia mpe boligno ya Congo ya Chef Lumpungu na bino nionso.


Claude Kangudie.