Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

LA VOIX DE TEKELE MOKANGO

 

 

Notre aîné Clément Ossinondo a établi une liste exhaustives des femmes chanteuses publiée à plusieurs reprises sur notre site . Sur cette liste, Tekele Mokango qui vient en deuxième position, est qualifiée de « l’une des grandes chanteuses de tous les temps ».

Aujourd’hui, mbokamosika , grâce à l’un de ses fouineurs :Kiku, actuellement en vacances, est heureux de faire apprécier  à ses lecteurs la voix de TEKELE MOKANGO.

 

Ainsi, après  Lucie Eyenga, Marie Kitoto, l’occasion est donnée aux mélomanes de découvrir la voix d’une autre perle de la musique congolaise des années '50 :Tekele Mokango.

 

Entre temps, les fouilles discographiques et des archives se poursuivent afin de permettre aux mbokatiers d’apprendre chaque jour presque, un aspect différent de l’histoire de notre culture.

 

Messager

BANNIER-MBOKAMOSIKA-copie-9.jpg

 

Pongo, par Tekele Mokango na Bana Lomeka, acc par AH Depale

 

.

                                                  LES FEMMES CHANTEUSES

                                                    DE LA MUSIQUE CONGOLAISE

                               

Si la femme a beaucoup inspiré les pionniers de la musique congolaise, cependant la présence féminine devant un micro pour chanter était encore une véritable curiosité dans les années 50. Si, on peut convenir qu’un petit effort a été fait depuis ces années, jusqu’à nos jours, il y a lieu tout de même de reconnaître que la présence féminine dans la musique congolaise demeure encore une denrée rare.

Les femmes chanteuses qui ont marqué notre musique, voici un peu plus d’un demi-siècle se comptent encore du bout de doigts. 1951, en effet peut être reconnue comme l’année qui active l’entrée des femmes chanteuses dans la musique congolaise et qui met en évidence un bon nombre de thèmes qui se révèlent de véritables messages. On cite parmi les plus populaires les noms ci-après :

1951 – 1959

I - Editions NGOMA

1 - Martha BADIBALA, est l’une des pionnières talents féminins que la firme Ngoma a suscité la vocation. Elle a joué de sa voix avec une grande maîtrise. Elle a connu une audience bien méritée. Parmi ses succès aux éditions Ngoma, citons : « Marthe akéyi kotoka mayi » - « Ba dumba ya Kin » - « Ndako ya Ngoma » - « Babanda baswani » - « St Pierre Mongele »

2 – TEKELE MOKANGO. On a apprécié ses talents dans un certains nombre de disques chez Ngoma, parmi lesquels : « Ngando Empa » qui est parvenu à élever sa popularité. Elle reste une des grandes chanteuses de tous les temps.

3 – Anne AKO – Son art vocal a fait d’elle une des brillantes chanteuses de la Firme Ngoma. Elle a exercé une influence considérable tout au long de sa carrière.

4 – Ester SUDILA et Léonine  MBONGO. Ce duo a donné aux filles Baluba une place importante dans la Maison Ngoma, grâce aux titres « Territoire ya Bakuba » et « Ba Papa » chantés en Tshiluba

5 – Joséphine SAMBEYA, obtient un réel succès dans le peuple « Ngombe » de Lisala dont elle a chanté aux éditions Ngoma les titres : « Busa babokei » et « Iyaya Mboyo »

6 – Jeanne NININ et Caroline MPIA. Elles ont accompagné Antoine KASONGO dans ses meilleures compositions des années 50, comme « Wa bolingo akéi », bomba bomba mabé, « Nzungu ya sika » qui se caractérisent par une grande habileté dans l’art de traiter les voix.  Elles ont assuré pendant longtemps leur renommée aux éditions Ngoma.

7 – Gabrielle MALEKA (épouse Paul KAMBA) – Anne MBASSOU et IBEA, respectivement membres des associations « Anonyme » et « Bonne Espérance » ont régulièrement évolué avec beaucoup de mérite, dans le groupe VICTORIA BRAZZA de Paul KAMBA entre 1942 et 1950. Victoria Brazza, on le sait a enregistré huit  chansons aux éditions Ngoma en 1950.

II – Editions LONINGISA

1 – Pauline LISANGA. Possédant un sens aigu du rythme, elle a été une des meilleures interprètes du groupe « Bana Loningisa », pour avoir surtout accompagné le guitariste Honoré LIENGO dans ses grands succès « Laurence » et « Mwana alangwi ». Henri  BOWANE, puis DE SAIO dans « Souvenir ya Léopoldville ». Elle est reconnue aussi comme brillante animatrice à Radio Kinshasa pendant de nombreuses années.

2 – Marie KITOTO – Une voix vive et plus gaie, elle a connu la célébrité grâce à deux chefs-d’œuvre accompagnés par Henri BOWANE aux éditions Loningisa et qui ont déchaîné pendant des nombreuses années l’enthousiasme des publics les plus froids : « Yo kolo ye kele » - « Ya bisu se malembe » (Avril 1951).

III – Editions OPIKA/ESENGO

1 – Lucie EYENGA. Une place à part doit lui être réservée. Elle a connu une fulgurante carrière dans l’African Jazz (Editions Opika) où elle a commencé en 1954 avec la chanson « Bolingo ba la joie », puis aux éditions Esengo, dans la fusion Rock-A-Mambo/African Jazz. Sa grande souplesse d’exécution et la pureté de timbre absolue de sa voix ont permis de la considérer comme une des plus grandes chanteuses de l’histoire de la musique congolaise.

C’est avec enthousiasme que l’on réécoute sa voix dans ses grands succès  avec le Rock-African, comme : « Brigitte » - « Mabe na yo moko » - « Dit moninga » - « Coco » - « Bolingo ba la joie » -  . En 1962, la voici à Brazzaville où elle se fait parler d’elle dans « Georgette » et « Adoula » en compagnie de l’orchestre Negro Band. Oubliée pendant plusieurs années, elle a marqué son retour en 1977  dans  « Bakolo miziki » où sa voix n’a laissé aucune trace. Elle a continué  a chanté dans les années 80 avec le Dr Nico KASANDA, puis avec la chanteuse Abéti MASIKINI. Deux albums sont enregistrés aux éditions IAD de Brazzaville.

IV – Editions CEFA

1 – Marcelle EBIBI, (camerounaise d’origine et épouse Guy Léon FYLLA) s’est attirée une réputation grâce à une des plus belles chansons de la musique congolaise « Mama é » accompagné par  Guy Léon FYLLA  et le guitariste belge Bill ALEXANDRE.  Cette chanson inaugure la présence pour la première fois de la guitare électrique dans une chanson congolaise. (Introduite par Bill ALEXANDRE patron des Editions CEFA.

V – DIVERSES  EDITIONS

1960 (à nos jours)

Depuis les années 60 à nos jours, un effort considérable a été fait dans la présence des femmes chanteuses dans la musique congolaise. Sans être exhaustif, voici quelques noms  qui se sont révélés chanteuses de grand renom et qui ont possédé un exceptionnel don de la scène, et qui on su avec art, créer  les climats « rumba » et « folk » les plus prenants, et dans leur noms d’artiste  (Congo RDC et Brazzaville confondus) :

MARIE BELLA - ETISOMBA – Henriette « MISS BORA » - ABETI MASIIKINI – TSHALA MUANA – PONGO LOVE –  Joséphine BIJOU -  PEMBE SHEIRO – MBILIA BELL – FAYA TESS – BEYOU CIEL – KOLA LA SOMMITE -  Jolie DETTA -  VONGA AYE – ABBY SURA – Pierrette ADAMS - MUKANGI « Déesse » - MAMIE CLAUDIA – NANA et BANIEL- SCHOLA MIEL – Rosette KAMONO – THETHE THEDIA -  -  Carmen ESSOU – Virmiche PASSI – Edith MASSENGO  – LADY ISSA – Judith NDEKO – Berthe LOUDI – MAMAN COLONEL – Elisabeth GOSSINI – CINDY – LO BENEL , HELMIE BELLINIE – BETTY NOVALLIS – Josey PRISCILLE…..( je sollicite votre indulgence pour les noms que j’ai pu oublier et que vous pourrez compléter dans les commentaires)

TAZ BOLINGO

Enfin, le couronnement des effets combien louables de la femme musicienne à Kinshasa est incontestablement la création de l’orchestre « TAZ BOLINGO » de Fanon MUKUBUA, entièrement composé des femmes. A son actif  la réussite de son album « La loi du talion » en 1990,  ainsi que sa tournée promotionnelle en ZAMBIE. Deux activités à inscrire  en lettre d’or dans son palmarès.

LES MAKOMA,

Ce groupe de gospel composé de 6 membres d’une même famille est à considérer comme une véritable réussite d’un groupe congolais de la diaspora. Basé à Amsterdam (Hollande),  il est particulièrement  axé vers la chanson chrétienne, bien que réalisant parfois de la musique pour tout public.

LA FEMME DANS LA CHANSON CHRETIENNE. Nous n’aborderons pas ce thème  qui nécessite un chapitre spécial que nous aborderons ultérieurement.

La présence de la femme chanteuse dans les orchestres congolais, il faut l’affirmer est un magnifique exemple d’inspiration. Elle évolue, hélas : en dent de scie. Toutefois l’on peut jeter de temps en temps un regard tendre, fraternel sur ce petit monde.

Clément OSSINONDE

Clement.ossinonde@sfr.fr

.

.

Commenter cet article

Assam 19/04/2012 15:12


Bonj Clément


Je suis fort ravi de cette article. vous venez de faire venir l'eau à ma bouche sur Taz Bolingo.


 est il possible de nous en parler dans un article à part entiere: Sens du nom TAZ BOLINGO, leurs noms, apogée et declin.


Merci d'avance