Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

la Tour de Babel.     (2)   (3)



La Tour de babel. (1)

(Cette image est la plus connue dans le monde)

Lorsque j'ai évoqué la tour de Babel dans un texte, beaucoup d'entre vous ont posé des questions.... bien plus que pertinentes, mais je n'ai pas pu répondre clairement parce que c'est un long récit biblique (11ème chapitre de la Génèse) qui "vogue" entre la légende et le réel, tout en délivrant une morale pour les humains orgueilleux et arrogants.

Pour certains, Babylone et la Tour de Babel ont bien existé et pour d'autres seule Babylone a existé (indéniable!), mais ils réfutent l'existence de la Tour de Babel qui ne serait qu'un simple ziggurat, comme il y en avait beaucoup à cette époque.

(La Tour de Babel dans les nuages-Amédé)

Il ne nous appartient pas de trancher ou de choisir, il suffit de connaître ce récit pour se faire sa propre idée et c'est bien connu, on a souvent des idées différentes.

Le récit de la Tour de Babel est donc, un conte moral qui veut mettre en garde les humains, comme beaucoup de passages de la Bible.
Il existe différentes versions (traductions?) de cette Tour, mais si elles divergent parfois, elles sont par contre toutes unanimes à la considérer comme le lieu de "naissance" de toutes les races et de toutes les langues.

Vous êtes vous déjà posé une de ces questions :
-D'où viennent tous nos langagres?
-Sont-ils arrivés par hasard?
-Sont-ils arrivés par magie?
-A-t-on des preuves scientifiques de ce que nous raconte ce récit biblique?

La communauté scientifique s'est toujours gardée de se montrer catégorique sur des réponses à ces questions (et à d'autres aussi!) mais les découvertes archéologiques commencent démontrer que Babylone a joué, sans aucun doute possible, un rôle primordial dans l'Histoire des humains.


Pour ce qui est de la Tour de Babel, voici le récit le plus courant, le plus connu.

A l'origine du monde, tous les humains parlaient la même langue et utilisaient les mêmes mots.
Contrairement à l'opinion généralement répandue, ce récit ne vise nullement l'apparition et le développement des différentes langues, il stigmatise plutôt, la méfiance corrosive qui empoisonne les relations humaines.

Les tribus étaient nomades et se déplaçaient pour trouver toujours "le meilleur endroit". Là aussi on rencontre d'autres "raisons" un peu partout dans les divers écrits.
Une tribu, que certains disent descendants de Noé, s'est arrêtée à l'endroit où se trouve Babylone, leur roi  (Nemrod) aurait eu l'idée d'y construire une grande tour pour rassembler l'humanité parce qu'il pensait que son peuple, à lui tout seul, représentait l'humanité entière (?)

Ces humains commencent donc la construction, ils fabriquent des briques qu'ils empilent et ils pensaient de cette façon ....atteindre les cieux!

(La Tour de Babel ... et ses visiteurs-Amédé)

Ils s'entendaient à merveille et les murs montaient un peu plus chaque jour. Il ne faut pas oublier qu'ils étaient censés parler tous le même langage, ce qui facilite les relations!
Mais.........
Mais Dieu a voulu voir , par lui-même, cette réalisation et...il a daigné poser ses pieds sur terre.
 Il a été surpris en constatant que ces simples humains formaient un grand groupe très uni, parlant le même langage!

Alors Dieu, dans sa toute puissance, jugea que c'était trop parfait et que ces humains n'auraient bientôt plus aucun but dans la vie et il a décidé de les punir pour leur vanité....

(Suite-La Tour de Babel.(2)-Le 11/11/2009)
Viviane




La Tour de Babel.   (1) 
La Tour de Babel. (3)

La Tour de Babel. (2)



Je continue...

Dieu pensa que tout était bien trop parfait et que ces humains n'auraient bientôt plus aucun but dans la vie et il a décidé de les punir pour leur vanité.

Considérant que c'était un projet plein d'orgueil, le Tout Puissant a décidé que les langages seraient désormais différents et il les multiplia!


Catastrophe!!!

(Tour de Babel en feu -Amédé)

Les humains ne se comprenaient plus, ils ne s'en donnaient même pas la peine, ils ont presque aussitôt cessé de construire la Tour et se sont dispersés un peu partout sur la terre, chacun préoccupé seulement par son propre inérêt.

Ce récit est bien souvent considéré comme une illustration du danger à vouloir se placer à l'égal de Dieu (des puissants), de défier par cette recherche voulue de se comprendre et réaliser de grands projets.

Est-ce vraiment l'explication de l'origine de la diversité des langues de notre monde? De nos diverses civilisations?

Pour ma part, je trouve assez cocasse d'imaginer que nos diverses civilisations seraient peut-être nées d'un délire architectural! (avis tout personnel)


La Tour construite à Babylone était sans aucun doute un ziggurat (un ziggourat)  en se référant à l'histoire, elle devait se trouver près du sanctuaire principal de Babyl, un sanctuaire dédié au Dieu des babyloniens : Marduk (Mardouk).

Cette construction n'était sans doute pas unique en son genre, il y avait de ces sanctuaires un peu partout.
Un ziggurat était une structure construite en briques, elle avait des allures de pyramide et pouvait atteindre une centaine de mètres.

Un ziggurat était fait de plates-formes superposées, de dimensions décroissantes, de plus en plus étroites en allant vers le haut et sur son sommet, il y avait très souvent une sorte de petit temple qui était censé être la porte du Dieu lorsqu'il venait sur terre.

(Tour de Babel lors des offices-Amédé)

Il existait des ziggurats (et des pyramides) un peu partout et aussi, ailleurs qu'en Mésopotamie et...il a été démontré que ces constructions étaient toutes orientées de la même façon, au millimètre près:!

Difficile de croire au hasard!
(à moins qu'on veuille croire en Marduk!!!)

Viviane
Par Viviane -


La Tour de Babel.   (1)    (2)


La Tour de Babel.(3 et fin)

Je continue et je termine...

Comme pour beaucoup de récits anciens ou bibliques, il existe des écrits similaires, d'autres mythes équivalents dans d'autres contrées, d'autres peuples, d'autres religions et la Tour de Babel, elle aussi est "ailleurs" que dans les contes bibliques...


Il y a une version sumérienne où un "envoyé" du fondateur d'Uruk "divise" les langages au cours d'une négociation.

Un récit éthiologique (dans le sens de "cause") relate, chez les protestants, la diversité des langues et des peuples en y incluant la notion de péché commis à cause des comportements humains avec les conséquences connues comme pour Caïn, Abel, le chant de Lemec, le déluge et la Tour de Babel... il me semble qu'il y a aussi les Anges qui interviennent... mais ... je ne sais plus comment?...

Dans le Coran, il n'y a pas de Tour de Babel  ou une confusion des langues, mais dans un passage, il est question d'une "maison robuste qui s'élève dans le ciel..."

D'après la Bible, la plus gigantesque construction était celle de Babylone
 Elle était appelée : "Etemenanki" c'est à dire "la demeure du ciel et de la terre"


En Irak, à l'endroit où se trouvait Babylone, des archéologues ont mis à jour un immense mur de briques et certains pensent que ce pourrait être un vestige de la Tour de Babel.
Mais... rien n'est prouvé et rien ne nous dit que ce sera prouvé un jour!

(La Tour de Babel jusqu'aux nues-Amédé)

Le récit de la Bible "colle" assez bien aux découvertes des archéologues, ce bâtiment aurait été érigé bien avant Nabucodonosor II et sa base devait mesurer plus de 70 m.

L'histoire de la Tour de Babel ou des tours :  légende ou réalité?
 Chacun peut y puiser ce qu'il cherche parce que malgré cette "destruction"  par un Dieu, d'une unité qui avait été trouvée, il est resté dans le coeur des humains, un tout petit  "quelque chose" de perdu....ce qui les pousse sans cesse à vouloir se rassembler, à faire des groupes, des associations de sociétés religieuses, politiques, professionnelles...  sans jamais , pourtant pouvoir reproduire ou remplacer cette pureté originelle.


(Les restes de la Tour de Babel -Amédé)

Le mot "babel" selon certains signifierait "confusion et destruction provoquées par un désir de puissance"... (bien long!)  et selon d'autres ce serait tout simplement "porte de Dieu" (c'est celle que je crois la plus fidèle) et une troisième traduction, encore d'autres y voient (entendent?) l'onomatopée de "babil".

(La  Tour de Babel reconstruite- Amédé)

Il y aurait beaucoup de notions à retenir de ce récit biblique. Il démontre que les humains sont très souvent sous une menace (quelconque) et ils ils sont toujours à la recherche d'une solution pour leur "survie".
 Il leur donne un avertissement parce qu'ils ont tendance à prendre des responsabilités quand il est un peu trop tard, lorsque l'action est en marche, lorsque la tempête approche, lorsque la catastrophe est déjà là!
Et c'est à ce moment-là, seulement qu'ils réalisent qu'ils auraient dû....qu'ils auraient pu....chacun réagissant à sa façon, ce qui va de celui qui se met à prier...  jusqu'à celui qui se met à organiser la solidarité.

(Une renaissance de la Tour de Babel -Amédé)

Les messages de notre inconscient collectif sont pourtant très clairs, mais on ne les écoute pas, la Tour de Babel est la représentation probable de la confusion et des divergences d'opinions et de cultures bâties aux cours des siècles passés.
Les humains ne semblent pas prêts (le seront-ils un jour?) à partager les connaissances et les ressources, à regrouper leurs forces et leurs intelligences pour ce tout petit moment de vie, si court, sur une toute petite planète appartenant à un immense univers.

J'ai l'impression que les humains "sont" la Tour de Babel de leur propre planète!

Viviane
Par Viviane - Publié dans : MIROIR DE NOS JOURS - INSOLITE - - Communauté : FOR





http://www.lemiroirdutemps.com/




                                                                                        
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

joseph pululu 26/11/2009 09:47



Essous Jean Serge, mécanographe en chef et Sax Solo est parti.


Il est parti un après-midi de novembre - un mercredi - rejoindre tous ses copains rencontré dans les années 50 à Léopoldville, lorsque ce mécanographe d'IBM - ancêtre des informaticiens- a
traversé le fleuve Congo, en compagnie de ses amis. Pour tuer le temps comme on disait, il avait ramené son sax, là où les autres préferaient un ballon de foot.
Comment s'est-il retrouvé à côté des ceux qui moins de dix ans plus tard, dans les énnées 60, allaient constituer la colonne vertébrale de la rumba des deux Congo pour paraphraser Sylvain Bemba?
Une chose est sûre Essous Jean Serge, avec ses notions d'espagnole, ses rudiments d'anglais, a permis à la bande des Watama (bana Bosenge cher à Dewayon) à prendre au sérieux leur art. Avec ses
connaissances en affaire, il a su éviter à Franco et à bien d'autres de signer en toute connaissance des contrats dont ils sauront tirer profit. la légende raconte que c'est lui qui a signé, à la
place de Franco, mineure en 1956, l'acte de création de son orchestre OK Jazz.
Insatiable et infatiguable, Essous Jean Serge met sur pieds le premier Nzonzing officiel, avec la création d'un groupe expérimental et d'accompagnement, le Rock-a-Mambo, dans lequel se
retrouvaient des artistes venus d'horizon aussi différents nque l'African Jazz, l'OK Jazz ou Négro Jazz et autres Watama. la prouesse mérite que l'on s'y attarde: imaginez un orchestre dans
lequel Koffi cotoierait Jossart Nyoka Longo ou Papa Wemba; Rock-a-Mambo c'était cela: écoutez bakule, le tube de lando Rossignol et sa pléiade de vedettes.ce groupe a révélé aussi des
talents indéniables comme Nedule Montshwe papa Noèl.
A l'indépendance, Essous Jean Serge et ses amis d'origine brazzavilloise, profitent des grandes vacances et appuyés par un fan club dynamique, pour lancer, ce qui n'était au départ qu'un groupe
de circonstance, les bantous de la Capitale. Ce groupe offrira l'exil aux artistes "pigeons voyageurs" de Kinshasa à l'instar de Johnny Noèl, Mujos Mulamba, Gérard Biyela ou Dercy Mandiangu.
Il faut croire que l'artiste avait le virus de la bougeote. Au fil de ses pérégrinations, on retrouvera Essous jean Serge en Cote d'Ivoire, à Paris mais aussi et surtout aux
Antilles, avec pour mission de réconcilier les descendants d'esclave avec la musique de leurs ancêtres. Les Kassav s'en rappellent bien. Et kallé Jeef l'immortalisera dans une
chanson célèbre:
Essous muana mama Adèle
ye passeport ko na Antilles
kokanisa mingi té
Nzambe ya Congo akobatela yo" 
Au soir de savoie, tel un sage répu, il a rallié son manguier arbre et palabre. Après une dernière pour la route - Mars et Afril 2009, pour saluer et faire vibrer une dernière fois ceux qui l'on
accompagné dans sa quête du"son originel", dans le temple de l'Olympia de Paris; après avoir retrouvé la trace de son johnny Noèl et communié une dernière fois au son de son sax et clarinette; le
sage s'est posé sur son lit, a ferme les yeux pour ne plus les ouvrir, c'était un mercredi après midi, un certain 25 novembre 2009. C'est ce que je dirai aux Mbokatiers, pour leur
annoncer la mort du dernier des mécanographes, un deuxième métier qu'il a appris aux autres musiciens. Grâce à lui Franco de Mi-amor, qui n'a pas terminé son cycle primaire, a
appris un métier.