Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

LA RIVALITE  A TRAVERS LA CHANSON  CONGOLAISE

L’histoire de la musique congolaise est émaillée  des épisodes de la concurrence, voire de la rivalité entre les éditeurs  d’une part, et les  formations musicales et certaines vedettes d’autre part.

En effet les éditions Ngoma, Loningisa, Esengo, Opika , plus tard Surboum, Epanza Makita, CFA,Vita, Londende, Parions, Alamoule, Vévé, Bibi...en tant qu’entreprises commerciales se sont normalement  livrées à une concurrence sur le marché du disque. Une concurrence qui s’est faite ressentir à travers la lutte pour le leadership des vedettes de la chanson dans l’histoire de la musique. Un exemple : Lorsque Loningisa recourt au service de Marie Kitoto, Opika réplique en engageant Lucie Eyenga.  Lorsque les Bana Opika fondent L’African-Jazz, les Bana Loningisa finissent par créer L’OK-Jazz.

Plus près de nous, lorsque la maison Vévé patronne : Kiam, Lipua-Lipua, Langa-langa Stars...., Matumona Bibi réagit en mettant sur pied :Shama-Shama, Mokako, Tabou National,Phénomène…

Cette rivalité est palpable à travers, la satire et les "mbuakalela" dans plusieurs chansons de l'époque  . Nous pourrons citer à titre d’illustration quatre cas : Wendo Vs Paul Mwanga ; Franco Vs Kwamy ; Nico Vs Rochereau ; Bantous Vs Trio Cepakos le Peuple.

.WENDO VS PAUL MWANGA

  Wendo chez NgomaPaul Mwanga

 Wendo Kolosoy                                                                                   Paul Mwanga

L’analyse qualitative des oeuvres des années ’50 démontre que  cette époque fut dominée par une concurrence acharnée entre le duo Wendo -Bowane face au camp Jimmy na Mwanga. Une rivalité qui rappelle en filigrane la concurrence entre leurs maisons d’éditions respectives : Loningisa et Opika.

Que nous renseigne les œuvres de ces deux camps ? Wendo a effectué un voyage triomphal par bateau vers le Nord( Bolobo , Bumba, jusqu’à Kisangani) . Mwanga et Jimmy ont de leur côté pris le train à la conquête de Matadi et Muanda. Après ces deux voyages chaque camp a crié victoire : "Botiaki tembe" dira Wendo; Matadi K.O, répliquera le camp Jimmy na Mwanga dans "Tokei Matadi".

Si Wendo base sa musique sur sa maîtrise du chant en lingala et la guitare de Bowane, le camp Jimmy na Mwanga compte sur la fougue et la maîtrise du kikongo de Paul Mwanga au chant,  et surtout sur la virtuosité de Jimmy à la guitare Hawaienne. Ainsi quand Wendo et Bowane ont sorti une chanson d’antholgie Marie Louise, Jimmy na Mwanga ont répliqué par Onduruwe, Putulu Emata.

Mais aujourd'hui, on parle plus de Wendo que de Paul Mwanga. Le premier avait opté pour une langue plus flexible: le Lingala; le second avait misé sur le Kikongo, populaire à l'époque, mais qui n'a pas réussi à conquérir le reste du pays et l'Afrique.

 


Voici pour illustrer cette rivalité quelques oeuvres de deux camps.

 

1.Wendo Alongui Kinshasa

2.Tokei Matadi, par Jimmy na Mwanga

3.Liwa ya Wendo,par Wendo

4.Yoka Mwanga, par Mwanga

5.Botiaki Tembe, par Wendo

6.Malembe, par Mwanga

Messager

Commenter cet article

mwenzé 26/09/2011 09:01



Ndéko Sonny Mokonzi mboté.Ndé natondi mingi na ndengé ofungoli biso miso na makomi na yo,yango éza ndé na nzéla.Nakanisi éza ndé bongo.Longonia pé lisusu botndi.


MWENZE



Sonny mokonzi 25/09/2011 22:46


Ba Ndeko Mwenze pe Serge,titre ya Nzembo bozali koluka ezali Leki ya mongali,ezali Nzembo ya Tabu ley abuakelaki attel...Tikal na zonga naino na ba mbuakela entre ba musiciens..entre 1977et78 tabu
lye abimisaki Nzembo kitoko na kombo ya ekeseni,il paraitrait que Franco atombokaki makasi..pe ayaki ko repliquer na Nzembo oyo:Maningo mwana ya maniema....Yoke Parole ya ekeseni tozua Mua
idee:Cherie koluka te nga nakotaKa ndako ya nganga nakanga kombo ya ba Leki pe famille mobimba na nzela butu butu ya Kisangani dis aimeeee.....FRANCO azongisi na nzembo maningo mwana ya
maniema...yoka parole:LELO BAFUNDI NGAI BA KOSELI NGA NA MOBALI EHH NAKENDEKE NA KISANGANI EPAYA YA NGANGA....na kosenga toyoka les deux chansons na ordre ekeseni ya tabu lye pe maningo mwana ya
maniema ya Franco to comprendre nini elekaki entre bango mibale...awa tozali entre 1978/1978.


Serge, Kongo na biso. 25/09/2011 21:25



Mbote ba ndeko na ngai.


Merci ndeko Mwenze na ndenge ofongoli nzela ya koposa eyano na
likambo ya mbuakela pe na likama ekueyelaki kulutu Athel.  Lokola blog oyo ezalaka toujours ya complémentarité, na banzi baye bayebi koleka bakozanga
te kofongolela biso likambo oyo.  Mbali mingi natangaka maloba oyo na mboka mosika : « natango wana Athel amelaki poison » mais nanu
nayeba te ezalaki na circonstance nini.


Serge, Kongo na biso.



Mwenzé 25/09/2011 16:03



De retour d'une tournée à l'intérieur du pays,l'OK-Jazz composa "Masumbuku" et le succès de cette chanson se répandit très vite dans tout Léopoldville,alors qu'elle n'était pas encore
enregistrée.Puis un jour,les musiciens de l' African-Jazz et du Rock-A-Mambo,Grand Kallé en tête,décidèrent d'annuler leurs concerts(les jours de concerts étaient les mêmes pour tous) pour
se rendre tous au concert de l'OK-Jazz écouter "Masumbuku" à leur tour.Quel fair-play!



mwenze 25/09/2011 15:53



Ndéko Serge mboté.Ya solo Athel azalaki pembéni ya kobala ndéko mwasi  moko journaliste na Télé-Zaïre.Nakotanga kombo na yé té,po bosoto,bondongo na ékobo ékotaki na kati,na tina été mama
journaliste azalaki nzoka kolulama na mokonzi ya mboka na tango éna.Ndé nazuwa grang léopar alikaki abomisa Athel na mbondo,kasi Nkolo NZambé alingaki likambo yango té ndé abikisaki Athel.Maloba
ya nzembo okomi nabanzi éza ndé na nzembo étangami "Zénaba" ya OK-Jazz.Nayébi té soki maloba ona étali likambo ya Athel oyo na tangi.Oyébi,Franco azalaka na matumoli na ndengé na yé.Méka kotuna
Simarro soki éza ndé bongo.


Wayo ndéko MWENZE



Serge, Kongo na biso 25/09/2011 15:12



Mbote,


Muziki ya ba kulutu ezalaki na ndenge nango ya kosuana sans que ekoma bitumba ya kosimbana na nzoto pe lisusu bazalaki na ndenge ya
kobuakela basusu mbuakela mais na maloba ya peto to ya mabe te.  Lelo mbonguana eza makasi pe na ndenge ya mabe, namona ndenge ndeko moko awutaki na Cultura Pays - Vie pe akotaki na Quartier
Latin, azalaki kobaluka na mbeto ya hopital pona pasi ya pota "batiyaki ye mbeli to mulangi na mutu" kaka nalikambo ya rivalite ya mosala ya miziki. 


*Ba ndeko bakomi pret ya kobomana kaka po musicien asali choix oyo esepelisi bango te.


Important: Nalingi baye bayebi bayebisa nga soki ezali ya solo to ya lukuta: nayoka ke musicien moko
ya Afriza International (nayebi te soki ezali ezalaki Athel), abalaki muasi ya journaliste (?) bongo libala ewumelaki te muasi aboyaki ye, patron naye abuakelaki ye mbuakela "Oleyi te, otondi te
koluka kobala te, mabala mosusu ezali foyer ya nzala, mbisi alandaka se epayi mayi ekotiola, muasi alandaka se ndako ya mosolo ooo..."  Ezalaki nani pe ezalaki na circonstance nini s'il
vous plait!


Boboto o mboka bino.


Serge, kongo na biso.



Mwenzé 25/09/2011 14:43



Epique,cette époque!Cette rivalité et cette concurrence furent saines et permirent à la musique congolaise d'avancer.Rivalité et concurrence professionnelles et non huamaines.C'est çà
l'émulation.Ce qui n'empêchait pas les uns et les autres d'entretenir des relations excellentes et de se faire des clins d'oeil en dehors des mbuakéla.Lorsque Kallé,en 1957 lance "suki pembé
na African-Jazz",Franco dans "Yébo" en 1961 le paraphrase en jurant "ngai ko nalapa ndaï lokola Kallé aloba suki pembé na OK".Ou encore Franco qui reprend une ballade de docteur Nico
dans "Sentiment émonani",avec "bolingo ya mbongo mabé" de Mujos en 1961(avec toutes mes excuses,je ne suis plus sûr du titre exact de la chanson) une année plus-tard.Lorsque Vicky se cache
derrière sa fonction de directeur artistique des Editions Loningisa,c'est Kallé,déjà grande vedette de l'African-Jazz qui révèlera au patron de cette édition les qualités de grand
chanteur de ce dernier,pour le pousser au micro.ce qui fut fait. Tous les deux avaient été en effet sociétaires de la Chorale Saint Joseph et resteront amis jusqu'à la mort
malgré la rude concurrence African-Jazz OK-Jazz.C'est encore Kallé,grand patron en 1960 des Editions Surboum African-Jazz,qui offrira son premier voyage en Europe à l'OK-Jazz en
1961.Cerise sur le gâteau,tous les chefs d'orchestre et vedettes de la musique congolaise se retrouvaient,en depit de leur rivalité, pour un repas de fin d'année chez le Grand Kallé à
Kinshasa.Ce repas annuel ne prit fin qu'en 1970,quand le Grand Kallé se retira de la musique active.C'était oeucuménique,c'était beau!Je n'aurai de cesse d'affirmer que ces gens-là étaient
"des grands messieurs".Mais à quoi assistons-nous aujourd'hui?No comment.


MWENZE