Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

LA RDC IMPORTE TOUT SAUF RIEN

De prime abord, ce titre semble farfelu, mais il exprime toute mon inquiétude. On ne cessera jamais de le dire, le Congo est un scandale géologique, une terre bénie. Mais quel véritable contraste lorsqu’on compare cette réalité par rapport au  niveau de vie de la population. Ce ne serait pas exagéré de dire qu’au Congo nous avons presque tout, mais nous importons presque tout. Nous importons les chinchards (Mpiodi) alors que nous avons de cours d’eaux et des lacs très poissonneux. Savez-vous que le Lac Tanganyika est l’un de plus poissonneux de l’Afrique. Il  comprend 9 couches de poissons. Savez-vous qu’une simple visite dans la province de l’Équateur et celle de Bandundu plus précisément dans le Mayindombe vous permettra de  vous rendre vite compte que nous avons beaucoup des poissons et d’animaux sauvages au Congo. Malheureusement  la pêche et la chasse ne sont pas réglementées.

 

 On fait la pêche ou la chasse à n’importe quelle période de l’année et cela  ne permet plus d’envisager l’avenir avec opportunisme. Nous importons même les pattes de poulets et le capas, une  espèce de graisse animale qui fait beaucoup d’hypertendus parmi la population.  Pas si longtemps, le 14 octobre 2010, des cartons des poulets avariés ont été enterrés dans la localité Kimvula, quartier Mitendi dans la commune de Mont Ngafula. Ils ont été immédiatement déterrés et vendus par la population. C’est ridicule pour un grand pays comme le nôtre. Le gouvernement n’encourage même pas l’élevage de petit bétail et de la volaille. Manger un œuf est devenu presqu’un luxe. Il faut attendre le poulet Wiki ou Pluvera importés de la Belgique alors que surplace, on peut en produire autant qu’on veut. Souvenez-vous de la petite expérience avec la fameuse ferme présidente (DAIPN= Domaine Agro Industriel et Pastoral de la Nsele) qui à l’époque fut installée à Nsele et Lubumbashi. On pouvait se ravitailler facilement de Soso ya Nsele. Sommes-nous incapables de tenter de nouveau une telle expérience? Le Gouvernement n’a aucune politique pour encourager les moyennes et petites entreprises. Aller investir dans ce pays fait peur à beaucoup d’investisseurs qui sont obligés de réfléchir durant des années avant de prendre une décision. Il en est de même des originaires de ce pays. Personne ne peut accepter d’aller  investir dans un pays où règne l’insécurité.

 

Nous avons un des plus grands barrages en Afrique centrale et nous alimentons plusieurs pays étrangers, mais le Congolais vit dans l’obscurité. Cette obscurité grandissante à Kinshasa et partout dans les grandes villes a occasionné une insécurité qui causé mort d’hommes, viols, vols, extorsions, grossesses indésirables, car l’obscurité fait bon ménage avec toutes ces antivaleurs. Elle ne signifie rien d’autre que le territoire du diable.

Parlant de l’agriculture, on importe du riz, de l’huile, des haricots, l’ail, des oignons, des pommes de terre, du sucre, du thé, de la farine alors que le Congo est un grenier agricole. Tous les slogans du genre agriculture priorité des priorités sont restés lettres mortes. Vous ne serez pas surpris si je vous disais que demain, on importera le matembele, le ngai-ngai, des arachides. Alors que partout dans le monde, on cherche à réduire les importations, 80% de la nourriture congolaise provient de l’extérieur. Même s’il est un fait général qu’aucun pays ne peut se suffire à lui-même, il faudra dire que trop c’est trop. Selon un document que j’ai consulté, les exportations agricoles ne représentaient qu’environ 10 % du PIB en 2006, contre 40 % en 1960. Jadis florissant, avec une production plus réduite, le secteur agricole aujourd’hui de la RDC est totalement paralysé. Il connaît une asthénie de productivité conduisant 73 % de la population congolaise à vivre en insécurité alimentaire. L[]es importations de produits de première nécessité augmentent tandis que les exportations des produits de rente baissent. La production s'est en effet réduite depuis quelques années à des activités de subsistance malgré des conditions naturelles favorables. Nous avons environ 97 % des terres arables qui bénéficient d’une saison culturale de plus de huit mois dans l’année. De plus, 34 % du territoire national sont de terres agricoles alors que 10 % seulement sont mises en valeur.

 

Ce problème sectoriel, partiellement lié à la faiblesse de la productivité, relève de problèmes d'accès au marché, d'évacuation des produits, de conservation, de la perte de main-d'œuvre agricole suite aux conflits armés et aux maladies endémiques et des semences de qualité, de l’utilisation de techniques inappropriées et du manque d’instruments de travail adéquats.

 

Le comble de tout, c’est que dans ces importations, il n’existe aucune réglementation. C’est comme avec l’Immigration au Congo. On entre et on sort quand on veut. Il en est de même pour les produits importés. On laisse passer même des produits avariés moyennant quelques billets verts. Les députés qui sont censés faire des lois pour protéger la population se frottent les mains. Faire la politique est devenu un moyen illicite de s’enrichir. Une fois qu’on obtient le vote de la population, on s’en moque éperdument.

 

Comme je l’ai souligné plus haut, il y a des produits qu’on peut importer mais c’est ridicule de voir que notre pays importe même ce qu’il ne devrait pas importer. Les villageois s’adonnent avec joie aux travaux de champs, mais ils sont découragés de voir les fruits de leur travail pourrir dans les greniers. Suite au manque des voies de communication, leurs produits ne sont pas évacués. Ils produisent juste pour la subsistance. De plus, ils pratiquent une agriculture traditionnelle et connaissent un manque criant des semences de qualité.

 

Je ne crois ni avoir tout dit, ni avoir bien dit les choses. A vous Mbokatiers de compléter ou de corriger ce qui n’est pas correct.

Zéphyrin Kirika Nkumu Assana

Commenter cet article

Zéphyrin Kirika Nkumu Assana 05/11/2010 00:48



J'ai pris un petit repos compte tenu des petites occupations que j'ai présentement. Même si je n'écris plus, je suis de coeur avec Mbokamosika et je lis tout ce que vous écrivez.


Je lisais les commentaires sur cet article et notre frère Kapita déclare que manger un oeuf n'est pas devenu un luxe mais il l'a toujours été. Je comprends bien sa colère. Pour ma part, je
dirai qu'il a raison parce que tout dépend des individus. Il y en a qui depuis leur naissance, manger un oeuf a toujours été un luxe. Quant à moi, je suis né et  j'ai grandi au village.
Franchement manger un oeuf pour moi n'était pas un luxe. Nous avions des poules préparaient leurs nids sur la pelouse, aux quatre coins de la maison pour y pondre des oeufs et on en avait à gogo.


Pour notre cher frère Jacques, dire que le lac Tanganyka est le plus poissonneux du monde est une très étonnante évalustion quand on considère que le pays n'a pas de données exactes de
sa propre démographie, mais a tout de même réussi à compter le nombre de poissons dans ses lacs. Comment a-t-on évalué la teneur de poisson du lac Tanganyika. Je commencerais par lui dire
que dans l'ensemble, j'ai trouvé son commentaire très riche et très intéressant.Pour ce point précis sur le lac Tanganyika, je lui dirai que l'évaluation n'a pas été faite par
les Congolais. Pour son gouverne, qu'il sache que beaucoup de Grecs font la pêche sur ce lac. Ceux qui ont vécu au Katanga pourront bien m'appuyer. Bref, les Congolais ne disposent d'aucun
outil pour mesurer la teneur de ce lac en poisson, mais l'évaluation avait été faite par ceux qui ont des moyens efficaces.



Jacques 04/11/2010 08:34



Grand merci LVPC. J'ai telecharge' ton pdf document. Envoies-moi de temps a autre de tel informations a partir de ce site.



LVPC 30/10/2010 09:48



Pour plus d'information sur l'agriculture en RDC : http://lavoixdupaysancongolais.wordpress.com/



A MEDITER 28/10/2010 11:31



On ne cessera de le dire, par exemple Jeannot Bombenga - artiste musicien, na zairianisation bapesaki ye mua magasin moko ya muke na avenue du commerce, ex Charles de Gaulle, ezalaki ya kotekisa
soki nini soki nini, nayebi lisusu te, nabanzi ye mpe azalaki acquéreur ya liboso ya kokueya, tangu batunaki ye mpo na nini révolution ekanisi ye, bongo ye asali makambo ya soni boye, réponse ya
Vieux Jeannot Bombenga ezalaki : Eloko ngai nayebi ko gérer malamu ezali BA INSTRUMENTS DE MUSIQUE... nazali commercant te, nazali nde NDULISTE....


Nabanzi Vieux Jeannot azali entièrement na raison, eloko oyo eboma mboka na biso RDC puis Afrique en général yango oyo, pilote ya avion okotiya ye mokonzi ya Otraco, Agronome mokonzi ya Air-Congo
etc...


Avant l´indépendance makambo oyo nionso ebebi lelo na RDC ezalaki, bongo après l´indépendance surtout lelo mboka etondi ba UNIVERSITAIRES, eloko nini ekozanga bino mpo na ko coopérer redemarrage
ya makambo oyo ezangi biso, na moyi ya lelo...


Soki ba politiciens bazali kokoka te, alors initiative privée ekamata relève c´est clair, totika kolela lela tangu nionso, soki bo remarquer Tata na bino azali kokoka makambo te, basekaka ye te,
kasi bapesaka ye maboko, puisque balobaka na Tata jamais, à partir ya lelo olongue Tata na biso, sous peine ya KINDOKI...



kapita 27/10/2010 23:27



Est ce que biso to exportaka nini a part ba minerais ? po tomanaka banane venus du cameroun , cote d ivoire ... mais nasi namona produit ya congo na marché a part ba kuanga na ba magasins exotic
 ya ba congolais



kapita 27/10/2010 23:12



Manger un oeuf n est pas devenu un luxe mais a toujours ete un luxe



kapita 27/10/2010 23:10



Tanganyika peut etre poissonneux mais nous manquons des bateaux efficaces comme en europe  voila le problematique . la faute a qui ? NOS DIRIGEANTS



kapita 27/10/2010 23:07



 NA INTERPELLER MUA MUKE PO NA RAPPELER YO KE CHINCHARD MPIODI EZALAKA NA MER ET NON NA BA COURS D EAU , BA BATEAUX YA PECHES EZALI T2 MALGRES LA MER NA MOANDA 



Jacques 24/10/2010 21:48



Ns importons nourriture et habit en echange de minerais exportes. La production agricole locale est de type archaique et ne peut couvrir les besoins de 60 millions d'habitants.Il est illusoire de
parler d'un excedant agricole rural... le paysan ne sait pas evaluer sa production annuelle.Quel est le rendement a l'Ha de mais au Congo? Aucun paysan ne ns le dira.En tout cas il ne depassera
pas tonnes/Ha(Aux USA = 10tonnes/Ha en moyenne). Comment a-t-on evaluer la teneur en poisson du lac tanganika? On dit souvent que c'est le lac le plus poissonneux du monde...tres etonnante
evaluation qd on sait que le pays n'a pas de donnees exactes de sa propre demographie mais a tout de meme reussi a compte le nombre de poisson de ses lacs. De telle allegations endorment
davantage le peuple. Pourquoi les paysans ne cultivent-ils pas le long de routes/rail/rivieres pratiquables afin de mieux ecouler leur produits? Encore une autre distraction, la production rurale
est insignifiante pour nourrir ce peuple tant qu'elle sera fera a la houe. Sans technologie agricole ns n'auront jamais d'autosuffisance alimentaire. Il y a 2mois, le government a remis des
tracteurs aux paysans, ces derniers ne savent plus s'en servir... La mecanisation a des exigences manageriales que le fermier ignorent(Gestion du materiel).Il n'y a aucun centre de production de
semence pire on traffique de fausse semence... Mon papa a 1 acre de mais(100m x 40m) dans le sud du pays et se plaint souvent de la qualite de semence qu'on leur vend au marche local. ces
semences ne portent pas de mais le plus souvent...au fait on leur vend des hybrides steriles. Je viens de visiter une ferme hydroponique americaine, le fermier me dit qu'il s'attend a 90 tonne de
tomates per acre! Nos fermiers pratiquent-ils cette technologie? La semaine passee j'ai appris que les commercants de Kin importent l'ail(garlic) de Chine a raison de $60 per bag...


L' elevage est de type traditionnel chez nous(backyard farming). En Alabama par exemple, j'ai vu de fermiers qui ont 4 poultry house de capacite' de 25000 a 30000poulets per house.Avec un
cycle de 45 jours par hangar, le fermier s'attend a environ 1000 000 de poulets par an (soit 2500 poulets par jour). Quand ns aurons atteint ce niveau de production alors le pays cessera d'etre
importateur de poulets. Personnes ne songe a encadrer l'agriculture...Si qlq'un investit ds le domaine, il court le risque de sabotage...