Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Nous  revenons sur les archives de notre ami Michel Kinzonzi en nous intéressant à un phénomène qui a marqué les années '70: l'envoi des enfants en Europe. En effet les cadres du parti, les classes moyennes, les hommes d'affaires voulaient envoyer un ou tous les enfants aux "études" en Europe. Mais sur place, les choses prenaient une autre tournure. Certains parents oubliaient de ravitailler leurs progénitures. Ce qui amenaient ces derniers à s'adonner aux diverses pratiques illicites pour survivre.

Sur la page de l'hebdomadaire du 6 janvier 1975 ci-dessous, on voit l'ambassadeur Elebe ma Ekonga entouré de deux enfants abandonnés en Belgique.

 

MSG

 

 

Une page de l'hebdomadaire  ZAIRE


Blo Za+»re 1975 060

 

 

Kobota elengi, par Bavon et le Négro-Succès

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Luxembourg 06/07/2010 23:16



Ndeko Francesco,


normalement sujet oyo ekoki kobota masolo milayi milayi, ndenge kaka owuti koloba, vieux Elenge azalaki kotinda mbongo, kasi ndeko na ye na Kinshasa azalaki koliya mbongo yango.


Ya mibale, ezalaki na mua makambo mingi na kati, ba reglement de compte, ba jalousie etc...


Ya misato choix ya bana ya Elenge, ezalaki ndenge moko ya malamu ya kofunda ye epayi ya bakonzi. alors ke biso nionso toyebi, cas ya bana oyo bazalaki lisusu na ba moyens te, ezalaki ya trop awa
na Europe. Balobaka kutu, bana ya ba Generaux nionso ya FAZ bakutanaki na ye moko vieux Seskoul na Paris, tangu batunaki makambo ya ba mbongo, vieux Bal ayebisaki bango, mboka ekomi na pasi,
est-ce que bango bana ya ba compagnons ya revolution bakoki kosala  lokola ndenge baninga misusu basalaka te.


Probleme ya vieux Idi Mane, nayoka pe ke azalaki ndeko ya madame vieux Elenge, il parait soki Pere ya vieux Idi Mane azalaki petit-frere ya mama oyo abota muasi ya vieux Elenge, na mokuse Muana
ya Noko (Idi Mane) puis muana ya Tata muasi (madame vieux Elenge).


Vieux Max Mongali abalaka grande soeur ya Lita Bembo na bomuana na ye pe babotaki bana, na sima bakabuanaki, elekaki pe mbula, bongo tangu grande soeur ya Lita Bembo aye kobala vieux Kitima Bin
Ramazani Alphonse, esika vieux Idi Mane atambolaki moto "SOKI OKABUANI NA MUASI, OLINGI YE ATULA", lokola Papa ya Lita Bembo akomaki sous-regional na Lubumbashi, bango nionso, famille Lita, y
compris Lita Bembo, bakomaki kaka Lubumbashi tango nionso, nabanzi vieux Max Mongali pe akendeki Lubumbashi na cadre ya zuwa.


Na liwa ya Mama Mobutu Antoinette, lokola vieux Kitima motu azalaki mokonzi na MOPAP, balobi po nakopesa vieux Idi Mane ba droits na ye ezalaki probleme, po na nzembo ya liwa ya Mama Sese oyo ye
asalaki, il parait soki Tata na ye moko Idi Mane asalaki intervention epayi ya moninga na ye vieux Ramazani po apesa muana (Idi Mane) mbongo na ye.


Vieux Jean Elenge Molayi azali vieux na biso ya Yolo-Nord, abotama pe akola wana, na Luxembourg, pembeni ya ancien Bar Angels de Yolo, pe azali motu ya promotion ya ba vieux Roche. Tangu akufaki
na Lubumbashi, ebembe eyaki na Yolo Nord, pe tolelaki ye kaka na lopangu ya famille, esika nayokaki masolo oyo nazali koloba, nionso oyo elobamaki na matanga....


 



John Lukau 06/07/2010 18:09



Je ne vois pas pourquoi notre frere veut qu'on enleve cet article.


j'aimerais qu'on le laisse car c'est une bonne lecons pour nous tous.


Merci.


 


 



francesco 06/07/2010 10:02



j étais à lubumbashii quand cet article a été publié.quelle grande fut la surprise de leur pere le llieutenant ELENGE .le vieux ELENGE décedé étais à l epoque comptable de la région
militaire du Shaba.Il avait beaucoup d argent et de biens immobiliers à kin et à L'shi.le pauvre vieux ELENGE envoyé regulierement l argent à kinshasaauprès d'un parent pour l acheminer en
Belgique helas comme souvent celui ci le detournait.je pense qu il avait regulariser la situation car ces enfants n avaient pas quitter la Belgique.


il serait quand même curieux de savoir ce qu ils sont devenus.le vieux ELENGE étais musakata de lac maindombe.Sa femme ou lui même devait avoir des liens de parenté avec IDI MANE car en cette
année 1975 ce dernier en sejour  à Lubumbashi hahitait chez ELENGE.


Idi Mane était ttrès deprimé à cette epoque suite é la separation de sa fiancée ou copine que le vieux KITHIMA BIN RAMAZANI venait de lui ravir.ce que IDI MMANE a si bien traduit dans la chanson
ETAPE interpreteé par  ZAIKO L.L


F.GG


 


 



Crispin-Régis Lukoki 06/07/2010 00:24



Chers Mbokatiers,


Selon la photo,ces enfants sont des mineurs d´âge,d´où la réponsabilité des parents est indiscutible.Seuls les enfants des parents bien assis pouvaient sortir du pays à cet âge et de cette
manière.Je suis parti en 1972 avec une bourse d´études.Malgré tout,j´avais eu beacoup de problèmes pour l´obtention du passe-port et autres autorisations pour pouvoir sortir du pays.Déjà,en ce
moment là,on ne pouvait pas sortir du pays pour aller faire des études qui pouvaient se faire sur place.Donc,les enfants du reportage,devraient avoir des parents bien assis économiquement,et peut
être socialement. Connaissant les changements d´humeur de Mobutu,nous pouvons nous trouver devant un cas spécial de règlement de comptes à la Kukungbuendu,qui terminera de cette
manière.Je vous assure bandeko,sortir du pays pour l´Europe,n´était pas chose facile.Concernant l´article,frère Wa yo ndeko,qelles sont les raisons de votre préoccupation?Faites le nous
savoir.


Crispin-Régis.    



Jérôme Nzembelé 05/07/2010 17:23



     Bonjour à tous les mbokatiers,

     A force de vouloir à tout prix cacher les dessous de nos comportements, l'africain s'est retrouvé sans culture et sans référence historique. J'aimerai bien que ceux qui y
ont trouvé quelque chose d'anormal nous l'explicitent au lieu de continuer de se cacher derrière des adages sans fondement genre, la voix du peuple c'est la voix de Dieu.

      Puisque vous aimez bien nous parler de Dieu, je vous renvois aux derniers moment de la vie de Jésus sur terre. En effet lorsque Le Gouvereur Romain Ponce pilate
demanda à la foule ce qu'elle souhaite qu'il fasse de jésus, celle-ci lui retorqua en choeur, crucifiez-le sur la croix. C'était aussi la voix du peuple mais seulement elle avait tort car on ne
peut crucifier un homme sans raison ni crime. Ce n'était non plus la voix de Dieu car un Dieu homicide ne rélève que de la mythologie.

     Comme le dit bien son titre, il s'agit d'une fuite de responsabilités aussi bien des parents que des enfants à mon avis. Nous devrions bien avant de critiquer,
comprendre l'idée d'un article. Il ne s'agissait pas d'incriminer les parents qui envoyaient leurs enfants en Europe en général mais bien de ceux qui n'assumaient plus leurs responsabilités, une
fois leurs progénitures arrivées à déstination. La question serait peut être savoir pourquoi ces parents, avec des moyens considérables dont ils disposaient avaient choisi de ne plus prendre
leurs enfants à charge. Les raisons sont multiples. Ils s'étaient peut être rendu compte après plusieurs années des mensonges et des trompéreries dont ils étaient victimes de la part de leurs
propres enfants,que ces derniers avaient dépuis belle lurette abandonné les chemins des études. Ils avaient fini par leur donné l'ordre de retourner au pays. Et devant le réfus
catégorique des rejettons, les vieux ont fini par arrêter les vannes. Ce n'est qu'un cas de figure plausible et je reconnais qu'il en existe plusieurs. 

     Je pense qu'au final, nous ne devons pas systématiquement incriminer les parents surtout s'il s'agit des enfants majeurs qui fréquentaient déjà l'université car en
mésure de pouvoir se débrouiller pour financer leurs études. La faute c'est aux fils à papa qui ne pouvaient rien faire en déhors de leurs magnats de parents.

     Pour conclure, j'aimerai aussi que nous lisions cet article avec beaucoup de critiques car c'était déjà la période du mono partisme étatique de la deuxième
république où les autorités pronaient le retour aux pays des émigrés. Cet article pouvait peut être s'agir d'une propagade d'Etat. A prendre avec précaution.

     Tous mes remercements distingués. 



Kirika Nkumu Assana 05/07/2010 15:57



Pour donner mon opinion sur cet article, je dirai qu'à l'époque nzela ya Poto ezalaka polele po na bana ya ba ministres pe hommes d'affaires. Aujourd'hui, la chance échoit à tout le monde. Même
les enfants des parents démunis y vont. Je ne vois rien de mal dans l'article pona kolongola yango mais tout dépend na ndenge nini lecteur azali kotalela yango. Na ndenge ya ko critiquer baninga
wana to na ndenge ya koteya biso po tozwa mayele. Loin d'y voir une critique quelconque, l'article nous donne une leçon pour notre avenir. Là où les uns ont échoué, les autres ne doivent pas
avoir droit à l'erreur. La plupart des mouvanciers qui ont envoyé leurs enfants na Poto, bana wana ba profiter te. Ceux qui ont profité de la situation sont à compter sur le bout de doigts.
Mais il nous faut approndir le raisonnement pour connaitre les véritables raisons de cet échec. Si les parents ont une part de responsabilité, les enfants ont aussi la leur. Tirons des
leçons pour ceux qui continuent ou vont continuer à envoyer leurs enfants en Europe, Amérique ou Asie. Que ces erreurs ne se repètent plus. Pour cela, il faut que les parents et les enfants
prennent conscience de la chose. Voilà mon point de vue. Je ne voudrais pas aller trop en détail ou analyser la chose de façon approfondie mais donner ma petite contribution sur le débat.


Kirika Nkumu Assana Zéphyrin



Messager 05/07/2010 14:25



Wa ngai ndeko,


 


Zala polele. Yebisa biso ntina olingi tolongola article oyo. Tango revue Zaïre ebimisaka yango nabanzi ezuaka censure te.


 


Messager



Papatoto 05/07/2010 14:22



Chers compatriotes,


Je crois que le but de notre blog est de nous informer sur notre histoire (passée et actuelle).  


Un adage dit à forcer d’occulte notre passé, nous risquons de répéter les mêmes erreurs dans le futur.


Nous devons faire attention à la censure. Cette dernière  était /est souvent pratiquée dans le(s)
régime(s) totalitaire(s). Nous aspirons à un véritable état de droit où nous devrions aussi assumer la responsabilité de nos actes. 



Wa yo ndeko 05/07/2010 12:54



Ndeko Messager,


La voix du peuple est la voix de Dieu, nabanzi ekozala malamu mpo na blog mpe mpo na biso banso, OLONGOLA ARTICLE OYO.


Nabanzi bandeko banso bakolanda se lokolo na nga.


Wa yo ndeko.