Publié par Messager

 

 

 

La femme dans la musique congolaise de 1960 à 2005

 

 

Je suis Jules Zéphirin Ndombe le grand mbokatier. Je viens partager avec vous cette archive où l'on parle de la femme dans la musique congolaise. Nasengi na biso tout ba mbokatiers tomeka ko complèter yango ou bien ko apporter ba rectifications epayi erreur ezali.

Je vous previens que je ne suis pas l'auteur de cet article, ngayi nazui yango na "le Potentiel, édition 3372, ya samedi 12 mars 2005".

Aller au travail tout le monde po nayebi que ba grands historiens ya mbokamosika ba ko apporter mingi na document oyo.

Mbote mingi na ma bota na bino nionso .


Jules

 

.

La femme dans la musique congolaise de 1960 en 2005  

 

 

1960 : Dino Antonopoulos, patron des éditions Esengo, se présente à Brazzaville en compagnie de Lucie Eyenga,

pendant que l’orchestre Negro Band, sociétaire du groupe Antonopoulos, enregistre au studio 205 de Radio Brazzaville.

Lucie Eyenga répète et enregistre la chanson « Georgette naleli yo » avec Negro Band.

Après la sortie du disque, elle s’est produite en public avec le Negro Band.

1963 : Henriette Bora Uzima dit Miss Bora, née à Stanleyville(Kisangani), le 21 septembre 1945, est recrutée dans l’Ok

Jazz.

1965 : Miss Bora intègre l’African Fiesta. Antoinette Etisomba se lance dans la chanson.

Elle joue avec Ilo Pablo, Oscar Diabanza et Crispain Lukoki dans Le corsaire.

1966 : À l’éclatement d’African Fiesta, Miss Bora choisit l’aile Rochereau.

1968 : L’orchestre les Orphelins de Nelly Okemba démarrent leur collaboration avec Joséphine Bijou.

1971 : Après son passage à l’Olympia de Paris, Rochereau Tabu Ley recrute la chanteuse Muana Shaba.

Etisomba sort la chanson « Imambekele » aux éditions Phonogram.

C’est un succès.

abeti masikini je suis fachee 1Abeti Masikini se lance dans la musique.

 

 

 

 

1972 : Muana Shaba enregistre avec l’Afrisa « Dialogue » et « Mofuku na libenga », oeuvres de Tabu Ley.

1974 : Tabu Ley recrute Yondo Nyota et Yondo Kusala, deux soeurs dans l’Afrisa International.

Elles chantent la chanson « Leridy ».

Mpongo Love 11976 : Mpongo Love, ancienne secrétaire reconvertie à la musique, se lance dans la musique avec la chanson « Pas

possible Maty ».

Carrière époustouflante sur le férule d’Empompo Loway, du groupe expérimental Les Ya’Tupas de Ray Lema, Pépé

Manuaku et Alfred Nzimbi.

 


1977 : Molengi Show se lance dans la chanson.

Mpongo Love lancent « Ndaya », « Kapwepwe », etc.

C’est la conquête en plus de la consécration.

1978 : Molengi Show effectue une tournée au Congo-Brazzaville. A 17 ans, Isa la fleur d’Afrique est recrutée par

l’orchestre Minzoto Wella Wella du père Buffalo, en qualité de choriste, danseuse et comédienne.

L’orchestre répète au Cabaret Liyoto, son siège social.

Vonga Aye1980 : Séparation d’Empompo et Mpongo Love. Empompo Loway vient de s’attacher les services d’une nouvelle chanteuse, Vonga Aye.

 

mbilia bel cest toi queMbilia Bel débute en qualité de chanteuse, aux côtés de Sam Mangwana.

 

Elle interprète les chansons de celle qu’elle considère comme idole : Bella Bellow.

Pembey Sheiro se lance dans la carrière musicale.

Etisomba se lance dans la chanson religieuse.

C’est l’une des conversions brutales et inattendues des protagonistes de la musique mondaine vers la musique sacrée.

Elle enregistre une cassette de chants de noël avec une chorale de l’église catholique romaine.

1981 : Pembey Sheiro fait sa sortie officielle au cinéma Vog avec la bénédiction de Jean-Serge Essous.

Charles Tchicou est son impressario.

1982 : A 19 ans, Pembey Sheiro sort son premier album, sous la houlette de Charles Tchikou qui en signent les titres :

« Alabatsimane », «Konde», «Le Sanza» et «Boloko».

Freddy Kebano, Guy-Robert Nsilou, Joss Miakassissa, Remy Salomon, Patricia Mbeka et Jean-Claude Nsana participent

à l’enregistrement de cet album.

1982 : Mbilia Bel intègre l’orchestre Afrisa International aux côtés de Tabu Ley.

Elle interprète la chanson « Mpeve ya nlongo » de Tabu Ley.

C’est la consécration.

1983 : Antoinette Etisomba se rend en France, où elle joue la musique chrétienne avec Bastia Nama, un ancien de

Bobongo Stars et fils d’un officier supérieur de l’Armée du Salut.

Michaelle Mountouari, fille de Pierre Mountouari, se lance dans la chanson comme son père et ses oncles paternels.

Amouzou déniche Meta Beya à Kinshasa.

Il produit avec elle un 30 centimètres.

Meta Beya est accompagnée par quelques musiciens de Bobongo Stars.

Mbilia Bel chante et enregistre « Esui yo wapi » avec l’Afrisa International.

1984 : Pembey Sheiro avec Charles Tchicou sortent l’album « Ba pasi ya mokili ».

1985 : Début en fanfare de Mamhy Claudia, chanteuse congolaise à Abidjan sort son premier album intitulé « Okana

ngai ».

Mbilia Bel chante « La beauté d’une femme », oeuvre de Tabu Ley.

Ce dernier en a fait une version qui n’a pas connu le même succès.

« Nasi nabali », oeuvre de Mayaula Mayoni est interprétée par Tshala Mwana, déferle sur le marché du disque.

Cette oeuvre est produite par Eprodis/Espera.

Dans cet album, il y a aussi la chanson « Mpokolo », chantée en tshiluba, arrangé par Souzy Kaseya.

1986 : Luambo fait appel à Baniel Itela Boketshu et Nana Akumu Wakutu.

Album de Nana et Baniel.

« C’est dur la vie d’une femme célibataire », « Je vis avec le P-dg », « Flora, une femme difficile » et « Les ont dit »,

sont les titres de cet album, réalisé aux éditions Cha cha, composé des oeuvres de Luambo Makiadi et de Lutumba,

avec le concours de l’O.K Jazz. Bade Star Music de Gérard Akuesson, lance l’album « En colère » d’Abeti Masikini.

Il comporte comme titre-phare « Je suis fâché » de Georges Sebas, arrangeur de l’album.

Ndaye Fano, homme d’affaires monte l’orchestre Taz Bolingo, composé essentiellement des filles. Elles répètent à Yolo

Sud.

L’orchestre a pour chef d’orchestre July Botele qui est soliste et compte en son sein Kola la sommité, chanteuse venant

de la Chorale de l’Armée du Salut, Sarah Medina, Anto Boteku, la bassiste, Dikitele, Kondua, Shota, Catho, Annie,

Fatou Andebo, Sisca, Laila, clavieriste, etc.

Les femmes passent à l’assaut.

L’orchestre Afro-International en tournée à Kisangani recrute une chanteuse nommée Déesse Mukangi, née à

Kisangani, le 2 avril 1969.

1987 : Mbilia Bel chante « Contre ma volonté », une composition de Tabu Ley.

Ce dernier recrute une nouvelle chanteuse Faya Tess.

Jolie Detta débute sa carrière dans Ok Jazz.

Pas pour longtemps.

Elle a tout de même le temps de réaliser un 30 centimètres comprenant des titres comme : « Masou », « Chérie

okanisa ngai », « Layile » et « Lumbe ».

Le groupe Taz Bolingo est sacrée « révélation de l’année » par l’Association des journalistes Chroniqueurs de Musique

du Zaire, Acmza en sigle.

1988 : Kola la sommité est révoquée de Taz Bolingo et se lance dans la carrière en solo.

(28 mai) Gérard Akuesson organise un mini spectacle d’Abeti avant son Zénith au Palais du Peuple et s’envolent peu à

peu pour Bénin, Pays-Bas et la France.

Yondo Nyota éblouissant en Angola.

Elle se produit avec sa troupe « Chic-Choc-Chèque ».

Déesse Mukangi quitte Shiko Mawatu pour l’Anti-choc de Benz Bozi Boziana.

Tshala-Mwana-300x225Tshala Mwana sort l’album « Biduaya ».

Mbilia Bel quitte l’Afrisa International au mois de novembre.

1989 : La chanson « La Reine de Sabbat » oeuvre de Benz Boziana, chanter par Jolie Detta, est sacrée « meilleure

chanson » de l’année.

Déesse Mukangi est sacrée révélation de l’année musicale.

Taz Bolingo sort son premier album « La Loi du Talion ».

Après son passage au Zénith, Abeti part en tournée en Chine.

Kester Emeneya recrute une chanteuse dans Victoria Eleison.

Elle s’appelle Théthé Thétia. 1

990 : Décès, le 15 janvier de Mpongo Love, de son vrai nom Mpongo Landu, née en 1956. Abby Suria et Mbilia Bel

sortent un maxi 45 tours de deux titres très appréciés : « Omanga » de Mbilia Bel et « Sacrifice » de Abby Suria.

Edith Massengo, chanteuse, intègre l’orchestre Bantous de la capitale.

Abeti se produit pour le compte de la maison Polygram, à Paris au Jardin de la Gare qui a une capacité de 30.000

personnes.

Elle lance son quinzième album, le dernier de sa carrière, « Soukous parfumé », qui contient six titres dont « Matoko ».

1991 : Sortie de l’album « La vie » de Mukangi Déesse.

C’est son premier album solo.

Elle obtient trois trophées : Music Award à Abidjan, Micro d’or décerné aux Antilles et la trophée Radio Tropic Fm.

1993 : Abby Suria sort son premier disque chez Tamaris. Sa meilleure interprétation est la chanson « Sambela ».

1994 : Abeti meurt à Villejuif au sud de Paris, le 28 septembre.

Déesse largue son deuxième album « Y love you bolingo » à Paris produit par Simon Mukuna.

Riziki sort une chanson pour la paix à Bujumbura après l’assassinat de Melchior Ndadaye.

1995 : Flaisha sort son premier album à Paris.

1997 : Décès à Kinkole de Yondo Nyota.

Bébé Faila intègre Anti-Choc de Bozi Boziana.

Théthé Thétia, chanteuse dans Victoria Eleison, revient seule à Kinshasa.

Elle se produit avec l’orchestre Fura Mpangi qui regroupe les dissidents de l’orchestre de Gatho Beevens.

Elle fut assassinée une nuit par des hommes armés incontrôlés, chez elle à la maison.

1998 : Schola Miel Nzawisa rejoint Mimi Ciel en Suisse pour tenter une carrière solo, après ses débuts avec Bozi et

Koffi Olomide.

Auprès de l’un comme de l’autre, Schola revendique le statut de chanteuse à part entière au lieu de celui qui lui est

confié par Mimi Ciel.

Mbilia Bel sort l’album « Princesse Mansia ».

Bébé Faila quitte Bozi pour l’orchestre Bana O.K.

La maison d’édition et de production Globe Music, lance l’album qui rassemble Faya Tess, Isa la fleur d’Afrique, Abby

Surya et Mukangi Déesse, comprenant des vieilleries de Mpongo Love et de Mbilia Bel.

1999 : Sortie de l’album « Katsha Waya » de Tshala Muana dans lequel elle fait un duo exceptionnel avec Papa

Wemba.

Julia la fée « Mama colonel » enregistre l’album « Ngwasuma ».

Laura Souzy, une nouvelle étoile de la musique congolaise, lauréate du grand prix de la chanson d’expression française

par le Centre africain de recherche et d’études musicales présente son spectacle « Choeur de femme » accompagné par

un ensemble de six musiciens.

Le spectacle est organisé par HP Production.

2000 : Bibi Riziki sort l’album « Ulimi » aux éditions Ndiaye.

Cet album est enregistré au studio Christian et mixé au studio N.D distribution.

2002 : Etisomba meurt à Paris. Auto Mbongo monte le groupe féminin « Les Amazones », avec quelques anciens de

Taz Bolingo.

Mbilia Bel sort l’album « Welcome », arrangé par Souzy Kaseya.

2003 : Les Amazones effectuent leur sortie officielle au Centre Wallonie-Bruxelles. Tshala Muana sort l’album « Malou

».

2005 : Mbilia sort l’album « Bellisimo » chez Syllart Production. Tshala Muana sort l’album « Tshanza ».

 

A vous de le compléter

 

Source: Le  Potentiel, édition 3372 du samedi 12 mars 2005.

.

 

.

Commenter cet article

Tundanonga 03/07/2012


La chronologie historique de la musique congolaise dans la musique de 1960 à 2005 est unbon début, qui pourrait être completé par les historiens de la musique ccongolaise, s'il y en a (à part
Michel Lono), car elle est plus tôt une discographie.


1.


Ne pouvant faire le ngembo au-delà de 20h00, lorsque OK Jazz avait joué à Bantou bar à Kinshasa-Lemba (1965 ou 66), une chanteuse avait chanté une chanson, qui fait retourner les tripes dont
voici quelques mots pêle-même: Mama naboti mwana na ngai na kati ya butu, na Léo, Ah nga makila mabe etc..., la chanson était sortie en mille neuf cents diakuseku: avant l'indépendance, une rumba
comme l'OK Jazz en connaissait le secret. Questions: qui connaît le titre de la chanson? Qui connaî le nom de la chanteuse du titre original? Est-ce Miss bora, qui la chantait avec l'OK après
mille neuf cents diakuseku? Toute autre info sur cette chanson et sur la ou les deux chanteuses de l'OK Jazz nous serait un enrechissement pour nous tous.


2.


Un orchestre féminin avait eu un succé éphèmere au milieu des années 60, July Botele (futur Taz Bolingo) y était soliste? Comment s'appelait cet orchestre, qui avait un rythme genre OK Jazz?


3.


Que sont devenus les orchestres Taz Junior (les rejetons de Taz Bolingo) et Odeon? Et le soliste de Taz Junior?


http://www.youtube.com/watch?v=0D95TOSijHY


4.


Est-ce que Taz Bolingo existe encore? Que sont devenues ces musiciennes? Leurs succés sont-ils disponibles sur CD/DVD?


http://www.youtube.com/watch?feature=endscreen&v=YGYutJbm4l8&NR=1


5.


Où est passé Douze balles? Qui connaît le nom de son accordéoniste?


 


Na esprit ya bosembo,


Tundanonga

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog