Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

LA DANSE ET LES CHANTS SONT PARTIE INTÉGRANTE DE NOTRE CULTURE

La danse et les chants sont parmi les éléments clés de notre culture en République Démocratique du Congo. Nous distinguons les danses traditionnelles ou folkloriques et les danses modernes. Nous allons nous pencher sur les danses modernes dans notre musique moderne. Pour aujourd’hui, nous allons nous attarder sur un orchestre qui contre vent et marées a fait la pluie et le beau temps et a crée une variété de danses. Nous parlerons donc de Zaiko Langa Langa non de son historique mais de  ses différentes danses. L’on se souviendra donc que cet orchestre a été fondé le 24 décembre 1969. De 1969 à ce jour, le Zaiko Langa Langa compte plus d’une trentaine de danses plus délirantes les unes que les autres. Au moment où ce groupe faisait sa première sortie au Bar Hawai, une danse venait de naître. Elle s’appelait le Ngouabin, une invention d’un vieux Bill, Monsieur Ngouabin, pensionnaire de la prison de Makala.   Arrivé en 1971 et c’est la danse Levole qui était en vogue. Elle est une danse d’origine Tetela instaurée par Jules Presley (Papa Wemba pour les fanatiques). Disons que depuis sa fondation, Zaiko  a crée une série de danses mythiques. La rumba congolaise moderne a créait chaque année une multitude et une variété de danses. C’est ainsi que de son côté Zaiko a développé toute une série de danses à la mode comme les Ngouabin, Cavacha, Choquez-retardé, Disco, Tara, Sonzo-Ma, Volant, Guidon, Washa-Washa, Wondo Stock, Zekete-Zekete et j’en passe. De l’autre côté, il y a eu d’autres orchestres qui ont crée les Mukonionio, Soukouss, Kiri-kiri, Ndombolo, Ekonda Saccadé, Ebotu, Quatre coins, Caneton à l’aisément, Bindund Dund...

Cette variété de danses est due par le fait que beaucoup de chanteurs sachant danser de façon spectaculaire y ont défilé et l’orchestre a connu des animations chantées communément appelées Atalaku. Le phénomène Atalaku a fini par être adopté par tous les orchestres qui se disent modernes. Manuaku Waku le guitariste-soliste y a introduit le Sebene et il a joué la guitare pendant plus de dix ans. Manuaku a été le gardien rythmique à travers plusieurs pas de danse que je venais d’énumérer.

La profusion de ces danses est due aussi en partie  grâce à la batterie de Belobi Ngekerme Meridjo pour les fanatiques. Sur demande de Mbuta Mashakado, Meridjo est parvenu après un travail de longue haleine à imiter les bruits de la locomotive qui menait le groupe à Pointe Noire, la capitale industrielle de Congo-Brazzaville. Ce qui lui valut le pseudonyme de Machine ya Kauka.C’est le début de l’ère  Cavacha et toutes les autres danses qui suivront.

Vos commentaires et idées sont le bien venu pour compléter cet article.

( A suivre)


Zéphyrin Kirika Nkumu

Jeunes pour jeunes 020

Une page d'archives de la revue "Jeunes pour Jeunes" envoyée par Zéphyrin Kirika.

 


La tout Neige, par Jossart et le Zaïko Langa-Langa

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

aimé ATIPO 30/03/2012 10:38


Monsieur Messager, cet article plein de'enseignement me surprend;j'ai toujours cru que la danse ngouabin est née après le passage du defunt president commandant Marien Ngouabi du congo Brazza,
alors qu'il exibait avec peine des pas des de danses lors d'une manifestation présidentielle organisée par le Marechal Mobutu Sesse Sko Kukendo wa zabanga à Kinshasa. c'est cette version qui est
connue semble t il à Brazza, au risque de me tromper.


Si je comprends bien, l'artiste musicien Jean marie Nguekerme Belobi Meridjo n'était pas drummer à l'origine? c'est qui donc cet artiste Mitchou s'il vous plait.


Aimé ATIPO

muan'a mangembo 29/06/2010 14:06



Quand Kinshasa lisait!
Au délà de l'information sur les débuts de Zaiko, mon regard s'est arrêté sur le tirage de "Vedettes", la revue musicale de Jeunes Pour jeunes : ce numéro a été tiré à 35000 exemplaires. Vous
vous imaginez un peu ce que cela pouvait représenter? pourtant, tout partait comme du petit pain et il fallait des tirages su^pplémentaires pour répondre à la soif de lecture des jeunes kinois.
Lorsque jeunes pour Jeunes est créé, j'ai à peine 8/9 ans, pourtant j'en serai l'un des tous premiers lecteurs - ma soeur étant l'une des distributrices de la revue à Kintambo - je n'en manquerai
jamais un numéro. Dans ce kinshasa des premières années de notre indépendance, on pouvait dès la 3e primiare lire et comprendre une bande dessinée, une légende en dessous d'une photo.
Aujourd'hui, c'est à peine si tous les quotidiens de Kinshasa réunis totalisent 10000 exemplaires tirés et sûrement beaucoup moins en vendus. La lecture est devenu le privilège des ceux qui
disposent d'un pouvoir d'achat, alors que de mon temps, c'est avec son argent de poche que l'on s'achetait son journal - pour les phases - ou sa bande dessinée Zembla, Ombrax et bien d'autres qui
ont permis à ma génération de rêver et d'être créatrice.
Aujourd'hui, un peu plus de 40 ans après le lancement de JPJ, la population kinoise a augmenté de façon exponentielle - on est passé de quelques 600 000 personnes à 10 000, sans faire suivre la
prise en compte des besoins. Avec une population de moins d'un million, l'offre culturelle était plus qu'adaptée. Avec 10M d'habitant, l'offre qui a baissé est plus que ridicule. Et on a cru y
répondre en multipliant le nombre de médias - radio et télévision - et leurs programmes robinet de série B. aujourd'hui, le jeune kinois est le moins cultivé d'Afrique noire. C'est à peine si
moins de 30% des jeunes accède à l'école secondaire, alors que le taux de scolarisation qui nous mettait en tête des pays d'Afrique, avec 92% de scolarisation en primaire a dévissé. Au point que
les statisticiens de l'éducation nationale ont renoncé à en publier les chiffres.
J'aimerai que l'on ne passe pas trop vite à côté des tirages de nos journaux et merci à nos archivistes de penser à nous donner les tirages d'eautres journaux, afin que ceux qui président aux
destinées du congo aujourd'hui, subventionnent comme il se doit la lecture, afin que les jeunes aient de nouveau envie de s'offrir de la lecture, plutôt que de passer leurs journées, à s'éclater
les typans, sur une musique abrutissante, sponsorisée ouy plutôt subventionnée par les brasseurs et les églises de sommeil.


 



Sorozo 26/06/2010 15:13



Je remercie vraiment cette nouvelle initiative par le blog de publier les vielles images des article parrus il ya de cela plus de 30 ans. L' histoire est ce qu'elle est mais il faut la
garder pour qu'elle se raconte de generation en generation sans alteration. Voila que ces images de Zaiko de l' epoque m' ont pratiquement rafraichi la memoire me ramenant a cette epoque
glorieuse des orchestres des jeunes... Vous pourrez remarquer quelle envergure avait un Shungu ou Antho comme nous les appellions a l'epoque... C'est dommage que nos media en en voulant a ces
jeunes stars leur ont barre access a la television nationale. Ce qui fait qu'a ce jour, les images video de ce groupe sont rares. Il nous est juste reste le fameux tele show avec la danse
choquez... Les autres orchestres jeune etait aussi bon mais il faut le reconnaitre que Zaiko c'etait tout a fait autre chose. Shungu, Antho, Simeon, Jossart, Pepe Felly, Bimi, Gina, Mbuta dans le
temps c'etait des noms qui comme des sobriquets bresiliens faisait parti des echanges entre jeunes a Kin jours pour jours. Bravo a Jossart pour avoir garde ce monument... S'il y a moyen
de fouiller les archives de la television nationale et trouver les anciennes apparution televisee de cet orchestre.... Je me rappelle des concerts a la FIKIN, a la RENAPEC, a l' athenee, au
Palladium (corbeau en noir et blanc),etc... Au nom de l'histoire.


Encore une fois merci beaucoup our toute ces images!!!!!!!!!!!!!


 


 



Messager 26/06/2010 10:39



Cette version originale est plus que rare. On n'a pas songé à la rééditer. Mais le blog en garde jalouseument une copie. Contentez-vous de la repise réalisée par son auteur compositeur: Jossart
Nioka Longo et que le blog vient de diffusser.


 


messager



Serge 26/06/2010 01:12



Merci pour cette chanson d'anthologie mais (malheureusement) il ne s'agit pas de la version originale que je cherche sans succès depuis plusieurs années...