Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

La biographie de Jean Théodore Umba di Lutete

 

image001De Gauche à droite: Umba di Lutete, le général Bobozo, le général Masiala.

 

Sujet : Umba di Lutete et Tshibwabwa Ashila Panshi 

 

 

http://www.mbokamosika.com/article-umba-di-lutete-et-tshibwabwa-ashila-pashi-1073801


 

 

 

Ba ndeko, 

  

Jean Théodore Umba di Lutete,azali mu Yombe,  abotami na centre ya Kangu, territoire ya Tshela, district ya Bas-Congo, province ya Léopoldville na mokolo mua 30 juin 1939. Kuna nde abandi ba kelasi na ye na bosali école primaire na Kangu wuta 1947 tee na 1953,  mpe akeyi ko continuer yango epayi ya ba sango Jésuites, na collège Notre Dame ya Mbanza Mboma, esika mpe asilisi ba humanités classiques gréco-latines  na 1959.

Sima ya wana, a s’inscrire na candidature  ya faculté ya Philosophie et lettres na Université catholique ya Lovanium mpo na année 1959-1960.  Mpe na sima, abongoli makanisi mpe akeyi  kokota na candidature ya faculté ya droit na 1960 -1961, toujours na Lovanium  mpe na 1964, azwi licence na droit, option : droit public international. Na mbula elandi, akeyi kotanga na Belgique, mbula moko : 1964-1965, na Université libre ya Bruxelles, esika azwi licence spéciale na droit international du transport, option : droit maritime et aérien.

Na cadre ya ba études na ye, asali stage professionnel na Parlement mpe na Ministère ya affaires étrangères belges. Avant wana, tango azalaki naino étudiant, na 1962, azalaki kati na ba étudiants ya Lovanium oyo bakendeki stage na Etats-Unis, prise en charge na United State Agency for International Development (U.S.A.I.D) = Agence Américaine de Développement International.

Sima ya kelasi na Bruxelles, Jean Umba azongi na Léopoldville na 1965, a déposer dossier na Ministère ya Affaires étrangères mpe Justin-Marie Bomboko, Ministre ya Affaires étrangères, aponi ye, na janvier 1966, comme Chef de cabinet adjoint (tango wana maintien ya équilibre géopolitique eboyaki plus de deux membres ya Cabinet ya Ministre bazala  tribu moko na Ministre). Chef ya Cabinet ezalaki Paul Mpoyo (Mongo, lokola Bomboko). Sous sa direction nde Jean Umba abandi koyekola mosala !!!

Tango asali mua mikolo,  Bomboko akumbi ye epayi ya Président Joseph-Désiré Mobutu mpe a venter ba « mérites » na ye mpe surtout na lolenge asalaki soi-disant suka na rapport révélateur sur l’Union Minière du Haut Katanga (U.M.H.K.) mpe na yango, esengelaki ko nationaliser yango. Bomboko azalaki très actif na dossier oyo surtout tango U.M.H.K. ebongolaki ba prix ya kotekisa cuivre sans pour autant e consulter l’Etat congolais oyo azalaki na 17,35% ya participation na capital ya compagnie minière!!!

Président Mobutu andimi ba baratins ya Bomboko mpe Umba a se retrouver kati na ba conseillers ya présidence oyo ba travailler makasi na ko sunga Président Mobutu a déclarer na mokolo mua 8 décembre 1966 que wuta mokolo mua 1er janvier 1967, loi Bakajika (tosila kolobela yango na blog na biso oyo) ekokoma appliquer na cas ya U.M.H.K.…kasi Conseil d’administration extraordinaire na yango oyo esalemaki na Bruxelles, na mokolo mua 22 décembre 1966, eboyaki proposition ya Etat congolais na ntina na ko transférer siège ya U.M.H.K. na Kinshasa. Na mokolo wana kaka réunion extraordinaire ya Gouvernement ya République Démocratique ya Congo esalemaki mpe e installer Conseil d’administration provisoire tee na 31 janvier 1966. Président na yango : Jean Baptiste Kibwe mpe Vice-Président mpe Administrateur délégué chargé ya administration ya société : Emmanuel Kini. Na kati wana ba Jean-Pierre Dericoyard, André Bo-Boliko, Aubert Mukendi Kizito, Raphaël Bintu, Rodolphe Yav, Antoine Kiwewa, etc. bayaki ko se retrouver comme ba Administrateurs.

Président Mobutu ayaki ko reconduire bango na Ordonnance n°67-01 quinto ya 2 janvier 1967 portant désignation des membres représentant la République Démocratiques du Congo dans le Conseil d’administration S.C.A.R.L. La Générale Congolaise des Minerais.

Na janvier 1967, Président Mobutu a nommer Umba mbala moko Directeur général  na présidence mpo na ba Affaires juridiques et administratives.  Na avril 1967, akomi Ministre délégué na présidence de la République mpe na mokolo mua 5 octobre 1967, akomi Vice-Ministre ya Affaires étrangères mpe na 16 août 1968, akomi Vice-Ministre ya portefeuilles mibale : Affaires étrangères na commerce extérieur tee na mokolo mua 5 mars 1969. Tobunga te que wuta Umba akotaki na Gouvernement na 1967 tee na 1969, Bomboko nde azalaki titulaire ya ba ministères ya Affaires étrangères mpe na commerce extérieur. Précisément wuta mokolo mua 5 octobre 1967, azuaki ba portefeuilles mosusu  mpe akomaki Ministre d’Etat chargé des Affaires étrangères, coopération internationale, commerce extérieur et de la coordination des affaires économiques et financières.

Tango Président Mobutu alongoli Bomboko Ministre d’Etat chargé des Affaires étrangères, coopération internationale, commerce extérieur et de la coordination des affaires économiques et financières mpo na botindi ye Ambassadeur na Washington, Umba mpe alonguaki na ye elongo mpe na mokolo wana kaka ya 5 mars 1969, nde Umba akomi Ministre délégué na présidence ya Conseil des Ministres (Gouvernement).

Wuta 2 juillet 1970 tee na 8 mars 1974, Ministre ya Energie mpe  abimi suppléant na députation nationale ya Mouvement Populaire de la Révolution (M.P.R.) parti-Etat na circonscription ya Bas-fleuve,  na ba élections législatives esalemaki na mikolo mia 12 mpe 13 décembre 1970. Kala te akomi Député national sans autre explication. Na molongo, akomi mpe Commissaire politique (Membre ya Bureau politique ya M.P.R.) na mokolo mua 17 décembre 1970 tee na 21 février 1972.

Azongi lisusu Commissaire politique ya M.P.R. wuta 8 mars 1972 tee na 4 février 1976. Awa nde ayaki kotindama comme Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, représentant permanent na Organisation des Nations Unies, na New York, kobanda  na 4 février 1976 tee na 22 février 1978, mokolo aponamaki lisusu mpo na mbala ya misatu, Commissaire politique ya M.P.R. parti-Etat. Atikalaki na ebonga oyo tee na 18 février 1980.

Kobanda na 8 mars 1974 tee na janvier 1975, akomi Commissaire d’Etat (Ministre) ya Affaires étrangères mpe na coopération internationale. Mandat na ye en tant que Commissaire du peuple (Député national) esili na décembre 1975.

Na 19 août 1977, azongeli lisusu ebonga ya Commissaire d’Etat aux Affaires étrangères na coopération internationale tee na na 6 mars 1979. Awa nde aye kokoma Commissaire d’Etat ya Orientation nationale (Information) mpe Porte-parole ya Conseil exécutif national (Gouvernement) tee na 18 janvier 1980.

Na 2 Septembre 1980, akomi Membre ya Comité central ya M.P.R. parti-Etat et Membre ya commission politique, administrative et juridique mpe, na 15 avril 1983, atindami lisusu comme Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, représentant permanent na Organisation des Nations Unies, na New York. Kuna, asali kaka  7 mois mpe abengami lisusu na Conseil exécutif en qualité ya Commissaire d’Etat ya Affaires étrangères mpe na coopération internationale kobanda na 1er novembre 1983 tee na 1er février 1985.

Na eleko oyo nde Président Mobutu asalaki tournée européenne  mpe américaine mpo na koluka ko benda lisusu ba investissements na Zaïre. Pendant étape ya voyage ya Portugal, na juillet 1984, période oyo, Ambassadeur ya Zaïre na Lisbonne ezalaki Bomele Molingo. Na 1984 oyo, juridiction na ye ekueyelaki makambo minene ! Ezalaki mabala ya mibale  ebakata ya likambo ekueyela autorité zaïroise ya haut rang mpo na mokolo mua 13 février 1983, ba douaniers portugais ba kangaki Commissaire du peuple (Député) Lomama J’Ekolonga na 137 Kg ya diamba. Ba douaniers balekaki ye na Likinga Mangenza ya Zaiko. Ba mêmes douaniers wana kaka nde bakueyelakii lisusu kabambi ya malle etonda na pimbo !!! Malle wana ezalaki na kombo ya Umba mpe ezalaki na liste ya ba bagages na ye oyo ewutaki na avion présidentiel, Boeing 707, na kombo ya Mont Oyo. Ye moko Commissaire d’Etat a suamaki directement te, Secrétaire particulier na ye, Niangi Lelo, journaliste na Office Zaïrois ya Radio Diffusion mpe Télévision (O.Z.R.T.), asuamaki tango aye ko récupérer ba bagages ya mokonzi na ye. Tango akangemi, Président Mobutu ayoki sango yango mpe atuni Umba comment akoki kokotisa pimbo na délégation officielle oyo ezali conduite na ye moko Chef de l’Etat ? Umba a tandela mokonzi que jamais ye akoki kokotisa ndunda ba yita mpe asalelaka yango te. Niangi Lelo mpe esika azalaki azali ko comprendre te libabe oyo ekueyeli ye mpo azalaki soi-disant na idée ata moko te que malle oyo asimbaki wana, ba mbua basila konukuta yango mpe mbila azalaki kaka kozela oyo akotiya lokobo na yango mpo asua ye !!! Niangi asuama mpe justice portugaise ekatela ye 8 ans ya prison, kasi au bout ya 3 ans, akomaki libre !!!

Niangi Lelo abeta 3 ans, ata soki na sima, version mosusu eyaki kobima que Sergent Danga, garde du corps ya Umba, nde akotisaki ba plans wana !!! Danga mpe atikala ko sambisama te, Umba mpe alonguaki te malgré lolenge presse occidentale elobelaki likambo yango mpe na lettre oyo ba diplomates zaïrois na mikili bakomelaki Président Mobutu lolenge ba chancelleries bazali kolobela scandale wana mpo ezalaki difficile ko croire na version ya innocence ya Umba di Lutete tellement que réputation na ye na enrichissement illicite ezalaki lisusu a démontrer te. Dans l’entre temps, azwi lisusu mandat ya mibale na Comité central ya M.P.R. parti-Etat wuta 25 janvier 1985  mpe na décembre 1987, azwi nomination na ebonga ya Secrétaire permanent ya Comité central ya M.P.R. mandats nionso oyo ya Comité central eyaki kosila na 24 avril 1990.

Sima ya discours ya 24 avril 1990, na maye matali démocratisation ya paysage politique ya Zaïre, na 30 avril 1990, Président Mobutu aponi ye Président ya M.P.R. fait privé. Kasi, na mokolo mua 2 mai 1990, alongoli ye lisusu mpo na ko remplacer ye na Joseph N'Singa Udjuu Unguankebi Untube. Na déception wana, Umba akeyi na baninga na ye ba susu kosala Union des Démocrates Indépendants (U.D.I.) mpe aye kokima Zaïre akeyi kobatama na Afrique du Sud quelques jour avant mokolo mua le 17 mai 1997, date ya chute ya pouvoir ya Président Mobutu.

Suite na ba résolutions ezuamaki na Dialogue inter-congolais na Sun-City wuta 25 février 2002 tee na 12 avril 2002, Parlement de transition ebongisami na mokolo mua 22 août 2003, mpe Jean Théodore Umba di Lutete aponami Sénateur mpo na compte ya Composante Opposition Politique. Kino wana tee na lelo oyo, Umba di Lutete abenda nzotu na makambo ya politique mpo azali lisusu na nzotu kolongono penza te.

Na plan privé, Umba azali na deux femmes officielles, actionnaire na ba sociétés, mapangu ebele na Kinshasa, Immeuble ya nouvelle résidence ya mont Kinsundi, ba ndaku na Moanda  mpe azali propriétaire ya hôtel Mabuilu (kombo ya mama na ye : Mabuilu Matsumba). Hôtel oyo ezuami na ville ya Boma, na avenue  du Quai n° 3, juste en face ya port ya Boma. Azalaki lisusu na hôtel mosusu na Kinshasa, Kasa-Vubu, na croissement force na Assossa, juste en face ya couvent ya Motema Mpiko, azali lisusu na société des Cultures et Elevages du Mayumbe (C.E.M.A.), ba ndaku na Afrique du Sud, na Belgique mpe na Etats-Unis.

Umba mpe amipesaki na ba activités sportives na équipe na ye na kombo ya Mabuilu mpe alingaki miziki mingi tee na point ya kosunga Mathieu Kuka tango Grand Kallé alongolaki bango banso na African Jazz mpo akende ko monter African Team na baninga mosusu na Paris. Na yango, Umba a simbaki ye na ba moyens mpe Kuka a monter orchestre Volcan ni Batoba.

Umba azali na ba distinctions honorifiques iye : chevalier, officier, commandeur mpe grand officier ya Ordre national ya Léopard.

Azali mpe détenteur ya prix international Dag Hammarskjöld  mpo na mérite universelle, ya Académie diplomatique de la paix, na 1983.

Akoma maye :

-           Umba di Lutete,  Introduction à la constitution Zaïroise, exposé ronéotypé à la 1ère session de l’école du Parti, Kinshasa, 1974.

-           Umba di Lutete, Introduction à la constitution de la République du Zaïre : loi constitutionnelle du 15 août 1974, Kinshasa,  St. Paul, 1977.

 

Mua anecdote

 

Tango azalaki Président ya Mabuilu, équipe mobimba ebandaki kosala réveillon ya ba matchs epayi na ye na, avenue allée verte, na Binza ma campagne.  Très coquette villa wana, ezali na ba caméras ebele !!! Mokolo mosusu, pendant réveillon, joueur moko ya Mabuilu, Saïo Kuaku « petit Saïo », sima ya ko recevoir prime de motivation avant match, aluki moyen, akoti na kinsueki na bureau ya Umba, pendant son absence, tee kende kobenda terroir esika amonama Président na ye abimisaka mbongo oyo akabelaka ye na baninga ba ye ba joueurs mosusu. Afungoli, ayibi mbongo. Wana, batu ya sécurité oyo bazali ko surveiller ba moniteurs ya contrôle, bazali komona ye na ba écrans nionso oyo ezali ko correspondre na positionnement ya ba caméras kili kili etondi na ndaku wana mpe tout au tour ya lopambo.

Batu ya sécurité ba téléphoner Umba, ye, alobi na bango, batika ye, kino  ye moko akozonga na ndaku. Tango Umba azongi, atuni na ba joueurs banso, asangisi bango na pièce oyo ayambaka bango mpe asengi na oyo ayebi que ayibi mbongo, azongisa yango  na maboko ma ye. Mutu ata moko te azali kondima. Neti boye, Umba akumbi bango banso (wana Umba asilaki déjà ko informer Kimpedi kombo ya moyibi). Bakota na bureau boye, Umba a fongoli armoire, na kati kafumba ya écran na magnétoscope.  Mbala moko akotisi cassette ya enregistrement, ebandi kolakisa petit Saïo ndenge azali kokota na lolenge nionso azali kopanza likonda mpe tee na ndenge akundi yango na mukadi na ye. Wana, na likolo ya bilili, heure, minutes na secondes ezali komonana. Petit Saïo asambua devant baninga ba ye mpe Umba amonaki ntina moko te ya kokangisa ye ou kolongola ye. Atika ye mpe lokola Umba azali mutu ya mayele, ayebaki que petit Saïo akosala tout a briller na match ya Vita, oyo justement balalelaki epayi na ye, Umba. Lobi na yango, Mabuilu elonga na 2 à 0, nionso mibale ya petit Saïo mpe banda wana, Vita eyaki kosomba ye mpe Umba a s’opposaki te.

Na cadre ya mosala mua ye ya Ministre ya Affaires étrangères, natie version anglaise mpe transcription non officielle esalemi na ndeko Alex Angwete  (ndeko Alex Angwete azali moko ya ba membres ya famille na biso Mbokamiska mpe ba pertinents postings na ye ezali kosala richesse ya blog na biso oyo) sur masolo kati na Umba na Kissinger, Ministre ya Affaires étrangères ya U.S.A. Ezali mawa na soni lolenge Umba azali ko exposer position ya Zaïre na likambo ya Angola mpe kosenga appuie ya ba Américains mpo na Président Mobutu, lokola mutu awuti kobanda mosala sika !!!

 

Patriotiquement,

 

Emmanuel Kandolo

 

Annexe

 

Foreign Relations of the United States, 1969–1976

Volume E–6, Documents on Africa, 1973–1976, Document 263

________________________________________

263. Memorandum of Conversation, Washington, August 13, 197411. Source: National Archives, RG 59, Central Policy Files, 1974, P820097-1210. Secret; Exdis. Drafted by Walter L. Cutler (AF/C). The meeting took place at the Department of State on August 12 at 6:10 p.m.

Washington, August 13, 1974

DEPARTMENT OF STATE

Memorandum of Conversation

•          Subject:

•          US-Zaire Relations

•          PARTICIPANTS:

•          Zaire

•          Umba-di-Lutete, Commissioner of State for Foreign Affairs and International Cooperation

•          Matungulu N'Kuman, Counselor, Office of the President

•          Basele Ikondi ya Bankoko Lopori, Counselor,Ministry of Foreign Affairs

•          Mbeka Makosso, Ambassador of The Republic of Zaire

•          United States

•          The Secretary

•          Mr. Edward Mulcahy, Acting Assistant Secretary, AF

•          Mr. Walter Cutler, Director, AF/C (notetaker)

•          Ms. Helen Kaps (interpreter )

The Secretary: It is a great pleasure to have you here. How is your President? I am sorry for having had to postpone our meeting. As you know, we have had some domestic problems to sort out and these have taken much of my time. I understand you had a problem at the airport the other day. I want to apologize for any over-eagernesses on the part of our police. There is nothing to do about it now, but I am very sorry. We will do our best to see that such discourtesy does not happen again.

UMBA: Thank you for receiving me. I understand the unusual situation in your country and I appreciate your finding the time to meet with me. The incident you mentioned is now past. The relations between our two countries are so friendly and important that any such incident cannot possibly harm them.

The Secretary (smiling): I am sure that nothing like that would happen to me when I visit your country.

UMBA: Oh, no. We would never let anything like that occur.

UMBA: I would like to take this opportunity to congratulate you on your appointment. I would also like to express appreciation for the remarks you made on Saturday to the African Ambassadors. I was pleased by your assurance that United States policies would be continued under your new President. I wish to raise two matters. The first concerns our bilateral relations. We have noted that you met with the Belgians during a recent trip to Europe. President Mobutu is very concerned by Belgium's efforts to discredit Zaire in the eyes of foreign investors. The Belgians have carried on this campaign with a number of other countries, including Germany, Japan and France. They have tried to create the impression that my government is moving against all foreign investments in Zaire. But their campaign has failed. Zaire has not touched any Belgian assets or properties that were built with their own country. And we will never seize any capital or properties in Zaire which belong to foreigners. We appreciate the importance of foreign investments in Zaire: as much as $1.5 billion, most of which is from the United States. Reynolds alone has almost $600 million invested in our country. President Mobutu appreciates the confidence that the United States has continued to place in Zaire. Despite Belgium's campaign, the relations between our two countries remain very good.

The Secretary: Our relations with. Zaire are of very great importance to the United States. We regard Zaire as one of the key countries in the world and a king-pin in our policies toward Africa.

UMBA: I now wish to move to the second question: the Portuguese territories in Africa and Angola in particular. If we speak mostly about Angola it is because it is so important to us. Zaire shares a common frontier with Angola which is 2,000 kms. long.

The Secretary: I did not realize the border was so long.

UMBA: Moreover, there are now about two million Angolan refugees in Zaire.

The Secretary (to Mr. Mulcahy): Two million? What is the population of Angola?

Ms. Muleahy: About six million.

UMBA: I would like to speak frankly about independence in Angola. The socialist countries— especially the Soviet Union—have shown a great interest in Angola. They have put forth much propaganda in support of Agostinho Neto, who until now has been the leader of the MPLA, calling him the only true leader of Angolan liberation. Zaire, on the other hand, has supported HOLDEN ROBERTO, leader of the FNLA. He is a genuine non-communist patriot. Seto is a propagandist, a man of talk and no action.

The Secretary: What can the United States do?

UMBA: We are concerned about the activities of the socialist states, which are exerting pressure on the Portuguese to deal with Neto. Perhaps the United States could assist us in our efforts to counter this pressure.

The Secretary: But if you are supporting HOLDEN, nobody is going to push Zaire around for doing so.

UMBA: That's right. HOLDEN is strong. Among the liberation leaders only he is fighting rather than merely making propaganda. Neto is in the process of being removed from MPLA leadershi and now, at last, other African countries are swinging their support behind Holden. Zaire is not under any pressure to support HOLDEN. If we do, it is because he is serious—not an ideologist— and is fighting instead of simply engaging in propaganda.

The Secretary: If you support one Angolan leader, and the communists support another, I have confidence you will succeed.

UMBA: As I said, Others are beginning to understand the true situation—that Holden is the most genuine of the liberation leaders. He has recently been invited to visit Nigeria, Morocco and Libya.

The Secretary: What should the United States do?

UMBA: We believe you should support HOLDEN ROBERTO. Since the socialists are behind Neto, and since it is said that HOLDEN is favorably inclined toward United States interests, we think he deserves US support.

The Secretary: How? From the practical standpoint, how would we support Holden?

UMBA: The communists are rushing to have their ambassadors accredited in Lisbon and to urge support of Neto. The US could assist by helping to create pressures in favor of HOLDEN.

The Secretary: My colleagues believe that foreign policy should be conducted in reasonable ways. But I agree with you, sometimes if you want to get something done you have to exert pressure. As for your request that we support HOLDEN ROBERTO, frankly I have not been able to study the problem. We think well of HOLDEN, but I have not studied this matter enough to know how something might be done. I understand your position: Zaire has an interest in the future of Angola, and you wish us to help by supporting HOLDEN.

UMBA: One way this might be done is by raising the level a your contacts with Holden.

The Secretary: Where?

UMBA: That would of course be for you to decide. Here in the United States or perhaps in another country. You would be in the best position to decide.

The Secretary; I do not exclude this possibility. We will consider it. It might be a good idea as the situation in Angola continues to evolve. When we do so, we would let you know when we are doing it.

UMBA: I have another suggestion I would like to make. We have helped HOLDEN a great deal. Even though we have military strength, including Mirages, our means for assisting HOLDEN are more limited than those of the socialist states who have been backing Neto. We think there should be some way by which the US might help HOLDEN to strengthen his position as interlocutor with the Portuguese. He is of course already the best qualified interlocutor.

The Secretary: We will have to look into this. Please assure President Mobutu that any suggestions he has will be studied sympathetically. Do you regard Holden as the only viable, pro-Western candidate for leadership in Angola? Are there any others?

UMBA: No, not at present. Perhaps there are others who are not in evidence now; but Holden is the only one we have so far been able to identify. The MPLA is, fortunately, on its back. Holden and we share the same political views.

The Secretary: We have to look into this very carefully, now that the Portuguese government has pronounced itself in favor of the principle of independence for its African territories. We will study the matter carefully. We always take President Mobutu's views into serious account. If he is concerned about Angola, then his concern deserves our attention. When we have made a decision, we will let you know. I am very sympathetic with the basic principles you have expressed. We would appreciate your letting us know what you think we can do. We will have a new Ambassador— Deane Hinton—in Kinshasa when you return. I know him well; you can have confidence in him.

UMBA: We will make sure that he is able to present his credentials quickly.

UMBA: I would like to make one more point: events can move quickly, and the situation in Angola could very well move quite fast. It is important that events not pass us by.

The Secretary: You were wise to have come here. You have succeeded in attracting my attention to Angola, much to the dismay of my colleagues, I am sure. I will do something about it.

UMBA: We hope that the United States may help the process of negotiations on the Portuguese territories, and on Angola in particular, by intervening with the Portuguese at the right moments.

The Secretary; We will do that at the appropriate times. We will talk to the Portuguese.

UMBA: May I ask a personal question: how do you manage to master so many problems At once?

The Secretary: I haven't mastered this one yet. That is why I value your judgment. I have great respect for your President and for his views on African problems. Please convey my warmest regards to him. The interests of our two countries have many parallels in Angola. We understand your desire to have a friendly government on your border.

UMBA: There have been reports that Zaire wants to establish itself in Angola and Cabinda. These reports are jokes; they are false. We are committed to the principle of a free Angola. We have plenty of natural resources in our own country. We have no reason to harbor territorial designs on Angola.

The Secretary: I interpret your views to mean that, being a neighbor of Angola, you want to see a government that is at least not hostile to you established in Angola; that economic factors do not concern you; that it is rather the human elements that count.

UMBA: Before leaving, I would like to express appreciation for the support you and the Department of State have given to our Ambassador here in Washington. I am most gratified for your receiving me.

The Secretary: May I assure you that President Mobutu is always welcome in the United States, and that President Ford attaches very great importance to the relations between our two countries.

1 Source: National Archives, RG 59, Central Policy Files, 1974, P820097-1210. Secret; Exdis. Drafted by Walter L. Cutler (AF/C). The meeting took place at the Department of State on August 12 at 6:10 p.m.

 

Transciption non officielle ya  ndeko na biso Alex Engwete.

1) NOTRE HOMME EN ANGOLA : HOLDEN ROBERTO

ENTREVUE HENRY KISSINGER – [JEAN-THÉODORE] UMBA-DI-LUTETE (12 AOÛT 1974)

 

(Traduction: ALEX ENGWETE)

Département d’Etat

Mémorandum de conversation

Date: 13 août 1974

[Date de la remise en circulation publique : 4 mai 2006]

Sujet : Relations Etats-Unis – Zaïre

PARTICIPANTS :

ZAIRE

Umba-di-Lutete, Commissaire d’Etat aux Affaires Etrangères et à la Coopération Internationale

Matungulu N’Kuman, Conseiller, Bureau du Président

Basele Ikondi ya Bankoko Lopori, Conseiller, Ministère des Affaires Etrangères

Mbeka Makosso, Ambassadeur de la République du Zaïre [à Washington]

ETATS-UNIS

Le Secrétaire [d’Etat Henry Kissinger]

M. Edward Mulcahy, Assistant Secrétaire d’Etat Intérimaire, AF [Affaires Africaines]

M. Wilter Cutler, Directeur, AF/C [Afrique Centrale] (rapporteur)

Mlle Helen Kaps (interprète)

Lieu : Département d’Etat

Heure : 18 h 10 ; 12 août 1974

Distribution : S ; D ; S/S ; Wh (Général Scowcroft)

Le Secrétaire [d’Etat]: C’est avec grand plaisir que nous vous accueillons ici. Comment va votre Président ? Je m’excuse d’avoir reporté notre rencontre. Comme vous le savez, on a des problèmes intérieurs à régler et ceux-ci ont pris le plus clair de mon temps. On me dit que vous avez eu un problème à l’aéroport l’autre jour. Je voudrais m’excuser ici de l’excès de zèle de la part de notre police. Il n’y a plus rien à faire pour rectifier ça maintenant, mais je suis très désolé. Nous faisons de notre mieux pour nous assurer que ce genre de discourtoisie ne se reproduise plus.

Umba : Merci de me recevoir. Je comprends la situation inhabituelle dans votre pays et j’apprécie que vous ayez trouvé le temps de me rencontrer. L’incident que vous mentionnez fait maintenant partie du passé. Les relations entre nos deux pays sont si amicales et importantes qu’un tel incident ne peut en aucune façon leur nuire.

Le Secrétaire (souriant) : Je suis certain qu’une telle chose ne m’arrivera pas quand je visiterai votre pays.

Umba : Oh, non. Nous ne laisserons jamais une chose pareille se produire.

Umba : Je voudrais profiter de cette occasion pour vous féliciter pour votre nomination. Je voudrais aussi exprimer mon appréciation pour les propos que vous avez tenus le samedi devant les ambassadeurs africains. Je suis content de votre assurance de la continuité de la politique américaine sous le nouveau Président.

Je voudrais soulever deux questions. La première concerne nos relations bilatérales. Nous avons remarqué que vous avez rencontré les Belges au cours

d’une récente visite en Europe. Le Président Mobutu est très préoccupé par les efforts de la Belgique de discréditer le Zaïre aux yeux des investisseurs étrangers. Les Belges ont mené cette campagne auprès d’un certain nombre de pays, y compris l’Allemagne, le Japon et la France. Ils ont essayé de créer l’impression que mon gouvernement est en train de s’attaquer à tous les investissements étrangers au Zaïre. Mais leur campagne a échoué. Le Zaïre n’a touché à aucun des avoirs ou aucune des propriétés belges bâtis avec les fonds propres de leur pays. Et nous ne nous saisirons d’aucun capital ni d’aucune propriété appartenant aux étrangers. Nous apprécions l’importance des investissements étrangers au Zaïre : de l’ordre de 1 milliards de dollars et demi, dont la grande partie provient des Etats-Unis. Reynolds à elle seule a près de 600 millions de dollars investis dans notre pays. Le Président Mobutu apprécie la confiance que les Etats-Unis continuent à placer au Zaïre. Malgré la campagne de la Belgique, les relations entre nos deux pays restent très bonnes.

Le Secrétaire : Nos relations avec le Zaïre sont d’une très grande importance pour les Etats-Unis. Nous considérons le Zaïre comme l’un des pays-clés dans le monde et une cheville ouvrière dans notre politique envers l’Afrique.

Umba : Je voudrais maintenant aborder la deuxième question : les territoires portugais de l’Afrique et l’Angola en particulier. Si nous parlons surtout de l’Angola, c’est parce qu’il est très important pour nous. Le Zaïre partage une frontière commune avec l’Angola longue de 2000 kilomètres.

Le Secrétaire : Je ne savais pas que la frontière était aussi longue.

Umba : De plus, il y a maintenant près de deux millions de réfugiés angolais au Zaïre.

Le Secrétaire (à M. Mulcahy) : Deux millions ? Quelle est la population de l’Angola ?

M. Mulcahy : Près de six millions.

Umba : Je voudrais franchement vous parler de l’indépendance de l’Angola. Les pays socialistes—particulièrement l’Union Soviétique—ont montré un grand intérêt pour l’Angola. Ils ont mis en œuvre une forte propagande pour supporter Agostinho Neto qui, jusqu’ici, a été le leader du MPLA, le désignant comme le vrai leader de la libération angolaise. Le Zaïre, pour sa part, a supporté Holden

Roberto, leader du MLA. Il est un véritable patriote anti-communiste. Neto est un propagandiste, un bavard inactif. 

Le Secrétaire : Que peuvent faire les Etats-Unis ?

Umba : Nous sommes préoccupés par les activités des Etats socialistes qui sont en train de faire pression sur les Portugais pour traiter avec Neto. Peut-être que les Etats-Unis pourraient nous assister dans nos efforts à contrecarrer cette pression.

Le Secrétaire : Mais si vous supportez Holden, personne ne va marcher sur les pieds du Zaïre pour cela.

Le Secrétaire : Que devront faire les Etats-Unis ?

Umba : Nous pensons que vous devriez appuyer Holden Roberto. Puisque les socialistes sont derrière Neto, et puisque Holden est réputé favorable aux intérêts des Etats-Unis, nous pensons qu’il mérite l’appui des Etats-Unis.

Le Secrétaire : De quelle façon ? D’un point de vue pratique, comment pourrons-nous supporter Holden ?

Umba : Les communistes sont en train de se précipiter pour faire accréditer leurs ambassadeurs à Lisbonne et de battre campagne pour Neto. Les Etats-Unis pourraient aider en faisant pression en faveur de Holden.

Le Secrétaire : Mes collègues pensent que la politique étrangère doit être menée de manière raisonnable. Mais je conviens avec vous, parfois si vous voulez avoir quelque chose, il vous faut faire pression. Pour ce qui est de votre demande  de nous voir appuyer Holden Roberto, franchement je n’ai pas encore eu l’opportunité d’étudier la question. Nous pensons du bien de Holden, mais je n’ai pas encore assez étudié cette affaire pour savoir ce qui pourrait être fait. Je comprends votre position : le Zaïre a un intérêt futur sur l’Angola, et vous souhaitez que nous vous aidions à appuyer Holden.

Umba : Une façon de faire serait d'intensifier vos contacts avec Holden.

Le Secrétaire : Où ça ?

Umba : Ce serait bien sûr à vous de décider. Ici aux Etats-Unis ou peut-être dans un

autre pays. Vous êtes bien placé pour en décider.

Le Secrétaire : Je n’exclus pas cette possibilité. Nous allons l’étudier. Ce serait une bonne idée comme la situation continue d’évoluer en Angola. Lorsque nous le ferons, nous vous ferons savoir quand nous allons le faire.

Umba : J’ai une autre suggestion à formuler. Nous avons beaucoup aidé Holden. Bien que nous ayons une force de frappe militaire, y compris des Mirages, nos moyens d’aider Holden sont plus limités que ceux des pays socialistes qui appuient Neto. Nous pensons qu’il devrait y avoir un moyen pour les Etats-Unis d’aider Holden à renforcer sa position en tant qu’interlocuteur vis-à-vis des Portugais. Il est évidemment l’interlocuteur le mieux qualifié.

Le Secrétaire : Nous allons voir tout ça de plus près. Je vous prie d’assurer le Président Mobutu que toutes les suggestions qu’il a formulées seront étudiées avec soin. Considérez-vous Holden comme le seul candidat pro-occidental viable en Angola ? Y en a-t-il d’autres ?

Umba : Non, pas pour le moment. Peut-être qu’il y en d’autres qui ne sont pas en évidence maintenant ; mais Holden est le seul que nous avons pu identifier. Le MPLA est, heureusement, derrière lui. Holden et nous, on partage les mêmes positions politiques.

Le Secrétaire : Nous devons considérer tout ça très soigneusement, maintenant que le gouvernement portugais s’est prononcé en faveur du principe de l’indépendance pour ses territoires africains. Nous allons étudier cette affaire soigneusement. Nous prenons toujours les vues du Président Mobutu très sérieusement. S’il est préoccupé par l’Angola, sa préoccupation mérite alors toute notre attention. Quand nous allons prendre une décision, nous vous le dirons. Je suis très ouvert aux principes de base que vous avez exprimés. On apprécierait que vous nous fassiez savoir ce que vous pensez que nous pouvons faire. Nous aurons bientôt un nouvel ambassadeur—Deane Hinton—à Kinshasa quand vous rentrez. Je le connais bien ; vous pouvez lui faire confiance.

Umba : Nous allons nous assurer de le voir vite présenter ses lettres de créance.

Umba : Je voudrais ajouter un autre point : les événements peuvent se précipiter, et la situation en Angola pourrait bien vite changer. Il est important que nous ne soyons pas dépassés par les événements.

Le

Secrétaire : Vous avez bien fait de venir ici. Vous avez réussi à attirer mon attention sur l’Angola, au plus grand dam de mes collègues, j’en suis sûr. Je vais m’en occuper.

Umba : Nous espérons que les Etats-Unis peuvent aider dans le processus des négociations des territoires portugais, et en Angola en particulier, en intervenant auprès des autorités portugaises à des moments opportuns.

Le Secrétaire : On le fera aux moments appropriés. Nous parlerons aux Portugais.

Umba : Puis-je me permettre de vous poser une question personnelle : comment faites-vous pour maîtriser en même temps des problèmes aussi variés ?

Le Secrétaire : Pourtant, je n’ai pas encore maîtrisé celui-ci. C’est pourquoi j’apprécie beaucoup votre jugement. J’ai beaucoup de respect pour votre Président et pour ses vues sur les problèmes africains. Je vous prie de bien vouloir lui faire mes hommages. Les intérêts de nos deux pays sont similaires à plusieurs égards en Angola. Nous comprenons votre volonté d’avoir un gouvernement ami à vos frontières.

Umba : Il y a eu des rumeurs selon lesquelles le Zaïre voulait s’implanter en Angola et au Cabinda. Ces rumeurs sont des plaisanteries, elles sont fausses. Nous sommes engagés au principe d’un Angola libre. Nous avons beaucoup de ressources naturelles dans notre propre pays. On n’a aucune raison d’avoir des desseins territoriaux en Angola.

Le Secrétaire : J’interprète vos vues comme voulant signifier qu’en tant que voisin de l’Angola, vous voulez voir s’établir en Angola un gouvernement qui au minimum ne vous soit pas hostile ; que les facteurs économiques ne vous concernent pas ; que ce sont plutôt les facteurs humains qui comptent.

Umba : Avant de vous quitter, Je voudrais vous exprimer mon appréciation pour l’appui que vous et le Département d’Etat avez donné à notre Ambassadeur ici à Washington. Je suis très honoré d’avoir été reçu par vous.

Le Secrétaire : Je peux vous assurer que le Président Mobutu est toujours le bienvenu aux Etats-Unis, et que le Président Ford attache une très grande importance aux relations entre nos deux pays.

.

Commenter cet article

Richard MAWETE 16/07/2012 20:10


Pour juste rajouter un petit paragraphe à cette biographie;Umba Di Lutete était marié à maman Julienne Diomi,la fille ainée de papa Gaston Diomi Ndongala.Elle est morte en 2009 aux USA,auprès de
ses enfants qui habitent la bas,depuis l'époque où leur papa était ambassadeur de la republique du Zaire auprès des nations unis.

zenga mambu 09/07/2012 15:21


C'est l'histoire comme vous le dites, que nous sommes en train d'écrire mais tous ces personnages de la 2° République inaugurée par MOBUTU et perpétuée par KABILA LD et KABIRA KANAMBE sont des
gens qui devraient passer sur l'échafaud vue le désastre économique, social et humain causé sur leurs compatriotes. Je vais plus m'atteler sur ce personnage appelé " intellectuel",je ne sais pas
si par erreur pendant la 2° République bananière de MOBUTU à KABIRA. Beaucoup disent que nous sommes dans la 4° République, c'est une erreur historico-intellectuelle que nous commettons, du fait
nous observons les mêmes comportements illogiques dans le chef de ces deux régimes post-mobutiens. Il y a pas d'innovations socio-politico-juridico-économico et matérielles en RDC. Alors,
pourquoi doit-on parler de la 4° République? Bon, je reviens sur UMBA , parce que celui qui m'intéresse ; il est du Bas- congo et il a fait son histoire, mais je le jugerai sur ce qu'il a fait
dans sa province d'origine pour tous les privilèges qu'il avait bénéficiés sous Mobutu au moins sur le plan des réalisations. Autres aussi de juger les vôtres, alors qu'ils ont eu des privilèges
pour  construire chez vous. Cela doit servir de leçon à ceux qui sont aujourd'hui au pouvoir,alors qu'ils sont en train de dilapider leurs avoirs pour s'acheter des villas cossues à
l'étranger. C'est qu'a fait UMBA et consorts. Il était égoîste, se mettant sous Mobutu, il avait eu des privilèges qui n' a servi qu'à lui-même préférant aller investir en Afrique du sud. Cette
classe des intellectuels nous ont trahi et , aujourd'hui, notre pays , leur pays  est la risée de tout le monde; même le sRwandais se moquent de nous , ils étaient des Ministres de
pacotille. Loin de moi l'idée de jalousie sur sa "réussite" matérielle, mais je ne l'encens pas car ils ont trahi l'idéal de l' ABAKO de KINGOTOLO, de BIKEBI RAYMOND, de BATSHIKAMA , de KASA
VUBU.