Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Pascal Lunfuakiadi Nkodia fut un chercher libre dans le domaine de la Cosmologie basée sur la vision Cosmique de l’homme noir. De son vivant, il s’était attelé, à travers plusieurs écrits non publiés, à interpeller le dirigeant africain sur ses responsabilités nationales face aux enjeux socio-politico-économiques du monde occidental.

La mort l’a donc surpris avant qu’il ne réalise son rêve consistant à laisser des traces écrites de la pensée de l'homme noir du XXe siècle.

Aujourd’hui, grâce à un de ses fils, Michel Kinzonzi, membre du staff de Mbokamosika, qui a récupéré une infime partie de ses archives manuscrites emportées par les membres de sa famille après son décès, le monde découvrira la conclusion de sa réflexion intitulée : l’Interpellation fatale .

Afin de mieux répercuter sa pensée conformément à sa dernière volonté, Mbokamosika a décidé non seulement de publier pour la première fois ses écrits, mais surtout de les placer en permanence à la une du blog.

Vu la position privilégiée de notre blog sur la toile, nous sommes persuadés que sa pensée sera suffisamment vulgarisée.


L’interpellation fatale ou le testament de Pascal Lunfuakiadi au dirigeant africain

 

(…) Les enfants de TA LUVUMBU ou leurs descendants se délecteront de genre d’œufs et les poussins étouffés dans l’œuf seront croqués par le chien de TA LUVUMBU.

 

Ainsi donc : l’intellect PREMATURE est plus nocif que l’empirisme, sous-bassement de l’intelligence intuitive ou intelligence tout court.

 

L’intelligence et l’expérience personnelle sont les dons de l’Eternel ; tandis que l’intellect est un produit de l’évolution humaine. Il est la cause profonde du MODERNISME ET SES CONSENQUENCES. (Nous en parlerons la fois prochaine)

 

Cette histoire de TA LUVUMBU me fut racontée par mon arrière grand-père. J’avais cinq ou six ans. Je me le suis rappelée lorsque, pour des raisons d’évaluation politique, l’Occident ordonne à ses ouailles africaines, de refaire ou de relire leur passé récent, à dater de leur indépendance respective. Comme des élèves assidus, les dirigeants politiques du continent noir, s’époumonèrent alors. Ils organisèrent des Conférences Nationales et « Souveraines ».

A ces assises qui avaient pour mérite d’être inutilement médiatisées, tapageuses, prirent part tous les « éminents INTELLECTUELS africains.

 

Ils ont étalé, comme le poussin mort-né de TA LUVUMBU, tout leur savoir-dire et savoir-parler classique. L’occident s’en est régalé. Il a enregistré toutes les erreurs des dirigeants des jeunes nations africaines. Une fois leur objectif atteint, celui de saisir le contenu du discours noir, l’occident les a abandonnés dans leur coque respective. Cette coque est constituée par l’incapacité notoire de l’homme noir de s’auto-gérer ou mieux de gérer les affaires de l’état.

L’occident à l’instar de Mère-poule polychrome de TA LUVUMBU ramène chez-lui l’histoire écrite de la première époque de l’Indépendance Africaine. Grâce à son intelligence légendaire, sciemment utilisée par ses intellectuels chevronnés, utilisera ses documents, achetés pratiquement sans frais, pour mieux préparer l’étape décisive du troisième millénaire.

L’Afrique ne se doute de rien. Comme le poussin de TA LUVUMBU, elle attendra longtemps la suite des événements.

 

Entre temps sur le terrain, la situation qui était déjà désastreuse avant la tenue des Assises Nationales Souveraines. Cette situation, disons-nous, empire. Les guerres par ci, des famines par là. Des catastrophes aériennes plus loin inaugurent le déluge africain. L’occident, comme à la Conférence de Berlin, prépare tout l’arsenal indispensable à la poursuite de son idéal : L’EXPLOITATION DU CONTINENT.

                                  

                                          L’Afrique pleure

                                          L’Afrique pleura

                                          L’Afrique aura

                                              Beau pleuré

                                          Elle attend

                                              Je ne sais quoi

                                          Dieu seul sait

                                              Combien de temps

                                          L’Afrique attendra

                                          Son temps passe

                                          Ses souvenirs s’effacent

                                          Comme le soleil

                                          A son déclin

                                          Ces dirigeants passent

                                          Réveille-toi Afrique

                                          Pends ton destin en mains

                                          Examine

                                          Analyse

                                          Synthétise

                                          DECIDE

                                          ET AGIS

                                         Tu changeras toi-même

                                         Le cours de ton destin

                                            HALLELUIA

 

Lunfuakiadi


BIOGRAPHIE DE PASCAL LUNFUAKIADI NKODIA

Papa Pascal Lumfwakiadi

Photo prise en 1956 au studio Lukuni Thomas, sur Popokabaka,

à l'issue de ses études à l'Ecole AMI.

 

 

 

LUNFUAKIADI NKODIA (PASCAL) est né le 13 Août 1934 à KIFUANI, Collectivité de Kivulu, Zone de MBANZA-NGUNGU, Sous-Région de Cataractes, Région du Bas-Congo, en République Démocratique du Congo.

 

Il a effectué 6 ans primaires MC NKOLO à l’Ecole Centrale/Gombe- Matadi.

 

Etudes Secondaires :                                2 ans secondaires à l’Ecole Agricole de Gombe Matadi

                                                                4 ans des Humanités Latines au Petit Séminaire

                                                                de KIBULA.

 

Formations Professionnelle :                      Diplôme d’Infirmier A2/ École AMI de Léopoldville.

 

                                                               1 mois de stage en Neuro-Psychiatrie à l’Ecole

                                                               d’Infirmières Belges à Brugmann7Bruxelles.

 

                                                                1 an de spécialisation en organisation hospitalière

                                                                à l’Ecole d’Infirmières Canadiennes, Université de

                                                                Montréal au Canada.

 

Activités professionnelles et Promotions

 

  1. Consultant à l’Hôpital de PANZI(1957-1960).
  2. Titulaire du Dispensaire Bodjoko/Léopoldville (1960-1962).
  3. Secrétaire Médical à l’Institut Neuro-Psychiatriques du Mont Léopold à Léopldville(1962-1973).
  4. Infirmier en chef de la section ouverte- Hommes à l’hôpital Neuro-Psychiatrique de Kinkole-Extension des Cliniques Universitaires de Kinshasa (1973-1979).
  5. Organisateur et Chef de service du centre MEDICAL de SOMBALA (1979-1984) ; dans le Bas-Congo.
  6. Chef de Service Intendance du centre Médico-Social de la Nouvelle Banque de Kinshasa (1984-1994).
  7. Au moment de la rédaction de la biographie Chef de service de la cellule des statistiques médicales du Centre Médico-Social de la NBK.

 

Distinctions Honorifiques

     -3 médailles de Mérite civique décernées par le Chancelier des Ordres nationaux du Zaïres dont : 1 médaille en bronze pour 15 ans des loyaux services rendus à la Nation ;

           1 médaille d’argent pour 20 ans de services rendus,

           1 médaille en or pour 25 ans de services rendus.

 

Conférence :

 Université Lovanium : Thème : Les causes des maladies mentales en Afrique Noire.

 

Activités sociales

-         1erVice.Président Régional de l’Union Nationale des Travailleurs du Zaire (UNTZA)

-         1erVice-Président Régional de l’Association des Parents d’Élèves du Zaïre 8ANAPEZA).

-         Président de la JMPR/SELVAS-SOMBALA.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nzinga 03/03/2010 19:33


Hommage à un grand homme

cette publication est un honneur et un symbole de reconnaissance pour son auteur.

Il fût pour nous un modèl de vertu, il avait en lui des vraies valeures humaines et morales qu'il a transmis à ses proches et à quiconque était attentif à ce qu'il racontait.

Aujourd'hui, en lisant sa pensée, je réalise quel grand homme il était ! il est parti mais il vit aujourd'hui à travers ses manuscrits et il vivra pour toujours dans nos coeurs.

Merci à toi pour cet hommage car Maswe vivra pour toujours et pas seulement dans nos coeurs mais dans le monde entier


New Africa 03/03/2010 10:44


Personne ne vous écoute, l´Afrique est dirigée malheureusement par ceux-là que vous aviez eu à soigner, actuellement chez nous en Afrique : c´est le remède du Docteur Toumba qui est à la mode
et a une efficacité tel que ca gomme carrément la maladie.

New Africa