Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par deo mosali sur l'article L'histoire de l'aviation militaire Congolaise, sur votre blog Le blog de Messager

Extrait du commentaire:

 

Je réponds brièvement à monsieur Jérôme nzembele :" je n'élude en aucune facon mes sources puisque aucune demande en ce sens n'a ete formulée.

Une erreur s'est introduite dans le libellé de mes coordonnées qui se limite à ce que je sache à mon  adresse e-mai qui est la suivante : deo.mosali@hotmail.com. Ceci est un blog représentatif d'un forum de discussion et d'échange d'information. Je ne m'en prends à personne , surtout pas à monsieur Kandolo dont j'honore la démarche parce qu'il me permets de m'exprimer librement.

Je me permets simplement d'apporter quelques précisions sur ce que j'ai pu de près ou de loin vécu; Quant aux détails d'ordre aéronautique, j'ai suivi une formation bien que moins pointue et moins aboutie que ceux de nos pilotes de chasse , mais cela suffit me semble-t-il pour porter un jugement d'ordre pratique sur ces evenements"

Un autre monsieur a parlé de l'officier d'ordonnance de mobutu. Il s'agit du colonel kimfuema. Il est vivant et habite actuellement en Belgique.

Je vais m'étendre à présent sur la suite de nos échanges: Les vols à basse altitude était interdit pour les avions de chasse au milieu des années septante. ceux qui s'y livraient, contrevenaient aux ordres.

Siamuna avaient suffisamment d'experience que pour ne pas se faire pieger par un problème de pression d'oxygene si tel était le cas, la main qui actionne la commande de la manette de gaz d'un avion de chasse est relativement proche de la manette permettant d'actionner l'ouverture en grand du debit de l'arrivée d'oxygene quand le malaise occasionné par le manque d'oxxygene commence à se faire sentir. Le pilote expérimenté aura toujours le temps d'agir rapidement pour retablir cette pression déficiente.vous parlez de perte de conscience, comment alors expliquer que siamuna ait pu encore s'éjecter car il s'est éjecté.

Siamuna, un excellent chasseur, à la fois humble et téméraire, avait l'habitude comme il l'avait appris de ses aînés, d'exiger de son escadrille à voler en formation très serrée. Il a toujours su faire preuve d'un grand professionnalisme A ce propos, ils avaient tous le niveau de qualification d'un pilote professionnel et de ce fait une aptitude à effectuer des vols aux instruments. on ne peut donc en aucun cas parler de spécialiste de vol à vue pour des pilotes professionnels. cette dénomination est réservée à un pilote privé à ses debuts lorsqu'il n'a pas encore obtenu une qualification pour vol aux instruments (IFR).Siamuna n'est pas mort dans l'avion.

Il a comme qui diraait joue de la malchance. l'accident est survenu après que son escadrille se soit retrouve sous le couvert des nuages (vol en IMC).un des ailiers, s'étant trop rapproche, a percute son avion. siamuna ne pouvait être tenu pour responsable puisque c'était lui le leader, a moins qu'il ait eu à réduire intentionnellement sa vitesse ce qui en soi était impensable sans en avoir au préalable informe le reste de l'escadrille.suite a ce télescopage; il ya eu tout au moins deux éjections si mes souvenirs sont exacts, toujours est il que c'est l 'empennage d'un des appareilsqui a percute siamuna ,fissurant son casque et occasionnant par la même occasion une fracture du crane. C'est dans ces conditions que on l'a retrouve apres que son corps inanimé ait atteint le sol. 

Pour revenir sur un des commentaires, le MB 326 aeromacchi est un jet subsonique dont affectation première étaient l'attaque au sol. les sud-africains ont su bien exploiter cette capacite en l'affectant à la lutte anti guerilla contre les troupes de l'ANC de Nelson Mandela .En afrique du sud il rempli avec brio cette fonction l'avion fut fabrique sous licence et portait la denomination "IMPALA".Chaque avion de chasse dispose pour une qualification type d'un modele biplace destine à l'entrainement.parmi nos mirages, il y avait aussi des modelés biplaces.

Beaucoup d'officiers parmi ceux que vous avez nommés, n'étaient pas commandants dans l' appareil a bord duquel,ils embarquaient mais co-pilotes à l'époque des faits que vous décrivez. je ne citerai pas de nom afin de ne pas heurter la sensibilité de certaines personnes. la suite dans les prochains jours 

 

Deo Mosali

 

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par deo mosali sur l'article L'histoire de l'aviation militaire Congolaise (2), sur votre blog Le blog de Messager

Extrait du commentaire:


ndeko Sony,nakanisi que ba propos na ngai esalaki mal interprete, maloba yango elekaki ba pensées na ngai. Intention na ngai esalaki ya ko heuter mutu te. si tel est le cas , na sengi yo
bolimbisi.Tozali biso banso bana ya congo. Esengeli tolinga mingi mboka na biso et que ensemble toluka ba solutions na ba probleme oyo eyebani banda kala.Na sepeli mingi na maloba ya kimia oyo okomi na mokanda na yo , na ko continuer na français po nazali na ba difficultés po na kosala ba accords na ba phrases na ngai na lingala. Ndeko Sony, je vais etre constructif, je me contenterai donc de completer tes affirmations, a toi des les verifier. La premiere promotion comptait effectivement à quelques aspirants pilotes près le nombre que vous avez indiqué .Parmi eux ceux qui avaient entamé et terminé leur formation sur jet, etaient au nombre de trois. Il s'agit comme je l'avais dit precedemment de Mbaki, Nzinga et Kinsama.L'aviation ne necessite pas de formation particulière, c'est une question de passion, d'aptitude et d'un bon esprit de jugement. On peut donc etre rationnel sans avoir fait de grandes etudes et le metier de ces trois éleves pilotes avant leur enrolement le prouve à suffisance . je vais enumerer leur precedent metier sans en attribuer un à quelqu'un en particulier.Ils ont ete Technicien chez mecani-congo, employe a la vente
des pieces de rechange pour voiture chez un concessionnaire de voiture situe non loin des locaux de l'ancienne banque de kinshasa et le dernier travaillait dans une station à essence. A vous de deviner qui faisait quoi ? j'ai eu l'occasion de consulter des documents qui attestent de la petinence de mes allegations. j'espere retrouver dansma bibliotheque ,les revues, documents et photos qui s'y referent. Les cours dispenses aux eleves-pilotes , etaient donnés à l'EPE, l'ecole de pilotage elementaire à Gossoncourt, pres de tirlemont en region flamande. l'enbleme de l'ecole etait une plaque en etain à la teinte cuivrée en forme d'ecusson representant un pinguoin.L'appareil utilise pour l'ecolage etait un biplan, le SV4 bis tiger moth .Cette base a ete depuis demantele dans le cadre de la restructuration des bases aeriennes belges. Les locaux existent toujours et une ecole de pilotage prive sy est implantée.je peux le confirmer car j'y ai effectue un tour de piste ( touch and go sur monomoteur en 2001 .Pour ceux qui ont eu l'occasion de prendre leur avion a partir de Zaventem en belgique, le SV4 bis, est l'appareil jaune et rouge que l'on a pu pendant un certain temps admirer, suspendu dans le hall de depart. Les MB 326, macchi, appelés "sukisa" ,surnom donné par le general Bobozo en rapport avec quelques actes
de bravoures des membres de cetee escadrille au cours de certaines missions ignorées du grand public. je disais donc que les "sukisa" furent acheminés  en RDC en vol par le commandant de l'escadrille chasse de l'epoque et les jeunes pilotes de la promotion de Mbo, Loo, Ngoma (l'actuel commandant de la base de kitona) et bien d'autres.C'etait leur plus long vol de navigation.L'instructeur en chef de la force aerienne italienne les a rejoint afin de s"assurer que l'accoutumance sur site c.à.dire dans le ciel congolais, se deroulerait dans des
meilleurs conditions. Il etait venu pour rester un long moment mais son séjour fut de courte durée car nos pilotes ont su faire preuve d'une faculté d'adaptation surprenante aux yeux de cet
instructeur.je vous donne meme le nom d'un de leur instructeur en Italie, j'ai oublié le grade qu'il portait à l'epoque,dans tous les cas son nom était "FRANSONI",le "s" se prononcant "z".Au
d'une ceremonie d'au revoir d'une certaine façon à laquelle assistaient la delegation italenne et l'etat-major de la force aerienne congolaise sur la base aerienne de Ndolo,le commandant
d'escadrille chasse de l'epoque ainsi que toute son escadrille effectuerent un passage avec tous les "sukisa" au-dessus des gradins des officiels.je me souviens a lépoque ,qu'au moment du
passage, le moteur de lavion du leader donc de notre commandant congolais, s'arreta net. Il reagit assez vite en demandant a tout ses pilotes de degager de toute urgence et lui parvint à la
grande surprise des italiens et des officiels presents à controler son avion et a le ramener sur la piste de Ndolo qui ne pouvait accueillir ce type d'appareil qu'apres une
longue approche en full flaps et un moteur a regime assez eleve ,or ce dernier etait coupe.Il a donc pose son "sukisa" apres un court vol plane.Il en a été vivement remercie par les
Italiens car si il y avait eu "crash" ,jamais ils n'auraient pu elucide les causes de cette panne subite. Il s'agissait d'un mauvais calibrage des tuyauteries dans les circuits
hydrauliques pour des appareils volant en atmosphère tres humide comme c'est le cas en Afrique.cela leur a evité que leur Macchi soit jugé dangereux en occasionnant aussi la mort d'un pilote.Cette prouesse avait fait le tour l'academie aerienne militaire italienne à tel point que ce pilote a eu son effigie exposée au sein de cette academie et par la suite il recu au
congo la visite des journalistes italiens qui ecrivirent un arctikle sur une page entiere sur sa vie, sa famille et son parcours.J'ai vu la page de ce magasine (" il giorno" ou "oggi") des
mains du sous-lieutenanrt Mbo à lépoque.Une autre revue del'epoque, "afrique chretienne" a meme mis sur sa page de couverture la photo de ce commandant et à l'interieur ,il y avait toute  l'escadrilie entourant son commandant debout sur la piste d'envol entrain de consulter une carte largement deployée avant un vol de navigationl Demandez à MPELE-MPELE,NGOMA, et d'autres qui ont servi sous les ordres de ce commandant.Renseignez-vous sur le nom de ce commandant et vous vous assureriez de la veracité de mes propos. Ba deko, bosala fieres na ba oyo ba
meritaqui, basalaki ebele !!!!!!!


A bientot

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

makasi bokalo B 26/08/2012 16:30


Bonjour Ndeko  Sony, c'est effectivement une joie, de savoir qu'il y en a qui porte un interet pour nos valeureux pilote de cette generation la! je suis aussi le fils d'un de ces
chevaliers du ciel qui ont fais les beaux jours notre aviation militaire.Du fait de mon age j'en ai pas connu beaucoup mais l'interet que je leur porte est bien plus important que le nombre
de printemps que j'ai deja eu a feter jusqu'a ce jour. Mon nom est Makasi Bokalo Bob et je serais ravis de savoir un peu plus sur mon pere, si vous avez de quoi etancher ma soif de de
curiosite faites le moi savoir chers amis du forum.... Deja un grand merci

Angele kinsama 21/06/2012 23:55


bonsoir,


Je viens de lire le commentaire çi-dessus,et je voulais donner le nom du commandant dont on parle sans citer de nom ,c'était le commandant Kinsama Alphonse Wilson (kiwi,toyota etc....)

gabriel voza malanda 02/04/2012 22:37


feu capitaine michel ngabu azuaki accident na apareil t28 elongo na sous lieutnant mpasi jeacque

ilunga 02/04/2012 13:14


 Je suis content de lire les  propos sur les pilotes de l'ancienne Force Aérienne Zairoise, étant fils d'officier militaire, j'en ai connu plusieurs, j'ai même assisté à plusieurs
décollage des mirages à N'djili en 1977/78. j'ai failli assisté en direct à l'accident qui a eu lieu au retour des mirages du maroc ou deux mirage se sont téléscopé sur la piste, je crois que
Mpele Mpele était au commande d'un des appareil ! à l'époque je crois que le Major Kompany était à la tête de l'escadrie chasse si je ne me trompe pas. j'avais un oncle qui était pilote militaire
à l'époque(ILUNGA jeff), j'ai connu les pilotes, MBO,MPELE MPELE,KIBONGE,KALALA,RIBA RIBA,BULELA,MUJANAY,DITUTU,KABEYA Doris,KITIKI, Il y avait un instructeur francais dont je ne me rappel plus
le nom . encore merci les amis pour ces souvenirs.

deo mosali 22/02/2011 23:25



ndeko Sony,nakanisi que ba propos na ngai esalaki mal interprete, maloba yango elekaki ba pensées na ngai. Intention na ngai esalaki ya ko heuter mutu te. si tel est le cas , na sengi yo
bolimbisi.Tozali biso banso bana ya congo. Esengeli tolinga mingi mboka na biso et que ensemble toluka ba solutions na ba probleme oyo eyebani banda kala.Na sepeli mingi na maloba ya kimia oyo
okomi na mokanda na yo , na ko continuer na français po nazali na ba difficultés po na kosala ba accords na ba phrases na ngai na lingala. Ndeko Sony, je vais etre constructif, je me contenterai
donc de completer tes affirmations, a toi des les verifier. La premiere promotion comptait effectivement à quelques aspirants pilotes près le nombre que vous avez indiqué .Parmi eux ceux qui
avaient entamé et terminé leur formation sur jet, etaient au nombre de trois. Il s'agit comme je l'avais dit precedemment de Mbaki, Nzinga et Kinsama.L'aviation ne necessite pas de formation
particulière, c'est une question de passion, d'aptitude et d'un bon esprit de jugement. On peut donc etre rationnel sans avoir fait de grandes etudes et le metier de ces trois éleves pilotes
avant leur enrolement le prouve à suffisance . je vais enumerer leur precedent metier sans en attribuer un à quelqu'un en particulier.Ils ont ete Technicien chez mecani-congo, employe a la vente
des pieces de rechange pour voiture chez un concessionnaire de voiture situe non loin des locaux de l'ancienne banque de kinshasa et le dernier travaillait dans une station à essence. A vous
de deviner qui faisait quoi ? j'ai eu l'occasion de consulter des documents qui attestent de la petinence de mes allegations. j'espere retrouver dansma bibliotheque ,les revues, documents et
photos qui s'y referent. Les cours dispenses aux eleves-pilotes , etaient donnés à l'EPE, l'ecole de pilotage elementaire à Gossoncourt, pres de tirlemont en region flamande. l'enbleme de l'ecole
etait une plaque en etain à la teinte cuivrée en forme d'ecusson representant un pinguoin.L'appareil utilise pour l'ecolage etait un biplan, le SV4 bis tiger moth .Cette base a ete depuis
demantele dans le cadre de la restructuration des bases aeriennes belges. Les locaux existent toujours et une ecole de pilotage prive sy est implantée.je peux le confirmer car j'y ai effectue
un tour de piste ( touch and go sur monomoteur en 2001 .Pour ceux qui ont eu l'occasion de prendre leur avion a partir de Zaventem en belgique, le SV4 bis, est l'appareil jaune et rouge
que l'on a pu pendant un certain temps admirer, suspendu dans le hall de depart. Les MB 326, macchi, appelés "sukisa" ,surnom donné par le general Bobozo en rapport avec quelques actes
de bravoures des membres de cetee escadrille au cours de certaines missions ignorées du grand public. je disais donc que les "sukisa" furent acheminés  en RDC en vol par le commandant
de l'escadrille chasse de l'epoque et les jeunes pilotes de la promotion de Mbo, Loo, Ngoma (l'actuel commandant de la base de kitona) et bien d'autres.C'etait leur plus long vol de
navigation.L'instructeur en chef de la force aerienne italienne les a rejoint afin de s"assurer que l'accoutumance sur site c.à.dire dans le ciel congolais, se deroulerait dans des
meilleurs conditions. Il etait venu pour rester un long moment mais son séjour fut de courte durée car nos pilotes ont su faire preuve d'une faculté d'adaptation surprenante aux yeux de cet
instructeur.je vous donne meme le nom d'un de leur instructeur en Italie, j'ai oublié le grade qu'il portait à l'epoque,dans tous les cas son nom était "FRANSONI",le "s" se prononcant "z".Au
d'une ceremonie d'au revoir d'une certaine façon à laquelle assistaient la delegation italenne et l'etat-major de la force aerienne congolaise sur la base aerienne de Ndolo,le commandant
d'escadrille chasse de l'epoque ainsi que toute son escadrille effectuerent un passage avec tous les "sukisa" au-dessus des gradins des officiels.je me souviens a lépoque ,qu'au moment du
passage, le moteur de lavion du leader donc de notre commandant congolais, s'arreta net. Il reagit assez vite en demandant a tout ses pilotes de degager de toute urgence et lui parvint à la
grande surprise des italiens et des officiels presents à controler son avion et a le ramener sur la piste de Ndolo qui ne pouvait accueillir ce type d'appareil qu'apres une
longue approche en full flaps et un moteur a regime assez eleve ,or ce dernier etait coupe.Il a donc pose son "sukisa" apres un court vol plane.Il en a été vivement remercie par les
Italiens car si il y avait eu "crash" ,jamais ils n'auraient pu elucide les causes de cette panne subite. Il s'agissait d'un mauvais calibrage des tuyauteries dans les circuits
hydrauliques pour des appareils volant en atmosphère tres humide comme c'est le cas en Afrique.cela leur a evité que leur Macchi soit jugé dangereux en occasionnant aussi la mort d'un
pilote.Cette prouesse avait fait le tour l'academie aerienne militaire italienne à tel point que ce pilote a eu son effigie exposée au sein de cette academie et par la suite il recu au
congo la visite des journalistes italiens qui ecrivirent un arctikle sur une page entiere sur sa vie, sa famille et son parcours.J'ai vu la page de ce magasine (" il giorno" ou "oggi") des
mains du sous-lieutenanrt Mbo à lépoque.Une autre revue del'epoque, "afrique chretienne" a meme mis sur sa page de couverture la photo de ce commandant et à l'interieur ,il y avait toute
l'escadrilie entourant son commandant debout sur la piste d'envol entrain de consulter une carte largement deployée avant un vol de navigationl Demandez à MPELE-MPELE,NGOMA, et d'autres
qui ont servi sous les ordres de ce commandant.Renseignez-vous sur le nom de ce commandant et vous vous assureriez de la veracité de mes propos. Ba deko, bosala fieres na ba oyo ba
meritaqui, basalaki ebele !!!!!!!


A bientot



sonny mokonzi 22/02/2011 00:43



Ndeko Deo Mosali,ngai personellement natangi b'interventions na yo kobanda oyo ya liboso,je ne sais pas soki ba contre verites ezali na maye emmanuel kandolo alobaki.lokola o apporter ba
rectificatifs ezali esengo puisque awa na mbokamosika to se completaka a travers ba debats(houleux ou pas),ba discussions pe bongo na bongo..nakobanda na point ya liboso a propos ya premiere
promotion ya force aerienne congolaise fac ou faki ndenge ba sodats babandaki kobenge yango de 1962 a 1971..peut etre un jour tokosala page mobimba pona creation ya aviation militaire ya congo
depuis le 19 juillet 1961 date de la naissance de la force aerienne congolaise et le 27 janvier 1962 date de la presentation officielle de la force aerienne congolaise au president KASA VUBU par
le general mobutu alors commandant en chef de l'anc(armee nationale congolaise). na debut na 1961 MBAKI,NZINGA,BAKATAMBA,SOMANZA,LENGA LENGA,KIKUNDA,BARUTI pena baninga na bango misusu,je crois
bazalaki 12 personnes oyo baponamaki pona ko faire partie na promotion ya liboso YA FAC,kasi mbaki ye na nzinga mahi bazuaki deja formation epana ba belges avant contrat ekatana na ba belges pe
congo eye kofungola cooperation na aero militare italiana(force aerienne italienne),wana tozali naino na 1962. ba belges bazalaki tres stricts na recrutement au departs pe na ba tests
psycho-physiologique. tango ba pilotes eye bazongaki congo en revenant de l'italie vers 1963,ba belges bazuaki bango lisusu na ba tests na base ya ndolo;,mbaki,nzinga pe na pilote mosusu nabosani
kombo,bango nde ba reussisaki plus que les autres,alors ba belges ba lobaki ete ba italiens bazali penza stricts te..promotion ya mibale ezalaki ya ba Ledi Lolinga,lubangi,ngoy kabukala(ye
azalaki koloba ete azali le premier grand boxeur ya lubumbashi),kompany ntalaja,kifakio kompani.tango eye bitumba ya katanga esili na 1963 pe bitumba ya mulele ebandi na 1964..mais il fallait
penza kozela teee na 1967 pona promotion ya ba jeunes bana ya 1948/49/50 pamba te bango bazalaki bato ya liboso kozua diplome d'etat ya secondaire tango gouvernement e introduire yango pour la
premiere fois na 1967..wana nde promotion ya ba MBO LEON,LOUIS MPELE MPELE,SIAMUNA ZIBUIDI,LOHO JEACQUES,BAFUMA LIMPAKA,MAHELE NKOY,KABASELE WA NTUMBA  pena baninga na bango misusu.
promotion oyo bango nde la plupart bazalaki na moins de 25ans tango ba macchi sukisa eyaki na juin 1971 pe bango nde bazalaki kosala na yango mingi ba vols a tres basse altitude entre 1971-74 pe
quelques uns bakufaki na yango lokola sergeant kenya assani oyo a percutaki ba palmiers na binza ozone...otuni lisusu a propos ya lieutenant LOO. effectivement soki otangi ba commentaires ya kala
malamu okomono que ANACLET alobelaki sur ye pamba te loho azalaki muana ya yolo,akueyaki na avion macchi sukisa na vol y'entrainement,akueyaki na 1976 na kingasani non loin ya wenze ya fer-
bois,selon ndenge toyokaki que bato nionso na lopango wana bakufaki na moto ya avion pe muana moko oyo akendaki classe nde abikaki po ezalaki vers 12h00 pe moyi ezalaki makasi.lieutenant loho
azalaki un tres bon pilote,tres apprecie par les italiens.a propos ya capitaine ngabu charlie pe na eleve pilote oyo akufaki na ye elongo..capitaine ngabu azalaki selon un pilote de la faza,le
seul survivant ya guerre ya bukavu ya 1964 ou 67. ye akufaki vers 1972 non loins ya chute ya zongo na bas-zaire,je crois ezalaki pendant defile militaire,akufaki elongo na lieutenant
LANDU...lieutenant landu azalaki muana ya ndjili na quartier 6 na bala bala vivi non loin ya wenze ya lokolo moko,petit frere na ye adonis americain azalaki un tres bon defenseur na fc tropique
mambenga ensemble na ba joueurs lokola fila,mamvukila,kongi,kiyika vers 1974...nasuki awa pona lelo,tokozongela mbala ya sima pona liwa ya lieutenant luanga etisomba,major badiagama whagi cesar
pe toko debattre a propos YA QUI EST COMMANDANT DE BORD ET QUI NE L'EST PAS.



Jacques 21/02/2011 17:56



Webmaster,


Peut-etre que nous avons les meme sources d'informations au regard des images de la FAZA que vous publiez sinon je vous renvoie au site ci-apres:www.kolwezi1977.be/1977invasion, ou vous pourriez
avoir d'infos sur les FAZ, FAZA et leurs exploits durant Shaba I. Shaba I a ete une victoire grace a notre flotte aerienne(FAZA). J'etais en 6e primaire dans le sud du shaba et j'ai connu a ma
facon cette guerre... il en est de meme de Shaba II; nous etions habitue' a des vols en basse altitude des avions mirages et ca faisait paniquer.



Café Miranda 21/02/2011 17:07



Ndeko Moninga,


 


Ne soyez pas étonné, souvenez-vous de ce qu´avait prédit ATA NDELE, Yo osi oliya mikaté ya ba chinois, et pourquoi pas un de ces quatre matins on aura des "Messié" chinois pour nous apprendre le
Lompoto, le Angele, le Mputulugeza et surtout le Lingala chinoinisé.


 


Café Miranda



Moninga 21/02/2011 13:41



Ma joie est complete d'appartenir a la famille Mbokamosika quand les connaisseurs, analystes et temoins de l'histoire nous instruisent en toute sincerite et avec amour. La musique
c'est bien, mais nous sommes pas tous dans ce milieu, surtout qu'elle a apporte peu a notre development: pas meme un studio d'enregistrement, une salle de spectale ou une ecole de
musique digne de ce nom par ces musiciens qui ne voyaient et continuent a ne voir pas loin. J'espere qu'un jour, quelqu'un ira loin nous dire pourquoi toutes ces tetes (pilotes,
ingenieurs, kasaiens de Leo, etc.) ont abandonne notre terre entre les mains des imposteurs et parvenus (sans formation). Quand je vole de Kin pour Tshikapa, par exemple, dans un petit
LET-410 pilote par deux ukrainiens, quand je vois des chinois aux commandes d'un tracteur sur notre 30 juin pour le retapper, je suis sans consolation de me rappeler qu'il y a eu,
jadis, des pilotes congolais a l'air Zaire, Scibe, Katale Aero, etc. et que la voirie urbaine et l'office des routes avaient des hommes capables en la matiere. Ai-je tord de dire
que bientot les chinois prendront de la craie pour nous apprendre a parler et ecrire le francais, car nos enseignants, journalistes, etc., de nos jours, le parlent et l'ecrivent tres mal?
Merci a Mbokamosika, grace a qui, je me rends compte que c'est cette nation virtuelle, ce site, est tout ce qui me reste de mon pays. Merci particulierement a toi, Deo Mosali, et
j'espere que tu resteras longtemps avec nous sur ce site pour nous aider a apprendre a nos enfants qu'il etait une fois 'Le Grand Congo', pour ne pas dire le Zaire.



Moninga 21/02/2011 13:37



Ma joie est complete d'appartenir a la famille Mbokamosika quand les connaisseurs, analystes et temoins de l'histoire nous instruisent en toute sincerite et avec amour. La musique
c'est bien, mais nous sommes pas tous dans ce milieu, surtout qu'elle a apporte peu a notre development: pas meme un studio d'enregistrement, une salle de spectale ou une ecole de
musique digne de ce nom par ces musiciens qui ne voyaient et continuent a ne voir pas loin. J'espere qu'un jour, quelqu'un ira loin nous dire pourquoi toutes ces tetes (pilotes,
ingenieurs, kasaiens de Leo, etc.) ont abandonne notre terre entre les mains des imposteurs et parvenus (sans formation). Quand je vole de Kin pour Tshikapa, par exemple, dans un petit
LET-410 pilote par deux ukrainiens, quand je vois des chinois aux commandes d'un tracteur sur notre 30 juin pour le retapper, je suis sans consolation de me rappeler qu'il y a eu,
jadis, des pilotes congolais a l'air Zaire, Scibe, Katale Aero, etc. et que la voirie urbaine et l'office des routes avaient des hommes capables en la matiere. Ai-je tord de dire
que bientot les chinois prendront de la craie pour nous apprendre a parler et ecrire le francais, car nos enseignants, journalistes, etc., de nos jours, le parlent et l'ecrivent tres mal?
Merci a Mbokamosika, grace a qui, je me rends compte que c'est cette nation virtuelle, ce site, est tout ce qui me reste de mon pays. Merci particulierement a toi, Deo Mosali, et
j'espere que tu resteras longtemps avec nous sur ce site pour nous aider a apprendre a nos enfants qu'il etait une fois 'Le Grand Congo', pour ne pas dire le Zaire.