Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Le choix des dirigeants qui occupent des postes importants dans notre pays.

Partout dans le monde, on se base sur un certain nombre de critères  telle que la compétence, les aptitudes, l’expérience avant de confier à une personne un poste quelconque. Au Congo-Kinshasa, la réalité est toute autre. Disons qu’avant 1990, on devenait  élite politique sur base de ses relations avec le pouvoir et en fonction de ses origines ethniques. On ne tenait compte ni des aptitudes ni des qualités. Il fallait servir la dictature mobutienne pour ne pas être marginalisé. L’élite congolaise a été marginalisée pour n’avoir pas respecté la règle d’or. Pour avoir la chance d’accéder aux postes clés de la vie publique, il fallait être nommé. Et pour être nommé, il fallait accepter de servir cette dictature. Malheureusement toutes ces nominations pour les chantres du Mobutisme étaient motivées par des critères ethniques, régionaux, claniques et surtout amicaux. Ces nominations fantaisistes ont fait accéder des étrangers et des personnes à nationalité douteuse dans des postes d’avant- garde. Nous avons vu Barthélemy Bisengimana Ruema et beaucoup d’autres occuper des postes importants dans notre pays. Je ne vous apprends rien, car on a vu un étranger de père polonais naturalisé belge et de mère rwandaise imposer une soi-disant rigueur aux Congolais pour simplement les affamer davantage.

Parlant de ces critères, j’aimerais souligner l’importance du patriotisme sous la deuxième république. Ndjoku Eyobaba, un ancien enseignant de Mobutu dans une école primaire de Mbandaka,  a pour son sens de patriotisme élevé occupé le poste Gouverneur de la ville de Kinshasa pendant près de dix puis celui de l’Équateur. Cet homme avait la manie de ramper sur la pelouse du Stade du 20 mai à l’époque de l’animation politique et lors de nombreux meetings du Guide. Ce monsieur était plus flatteur qu’un renard. Beaucoup d’entre vous le savent, lors des obsèques de Maman Antoinette Mobutu, Ndjoku pleurait  à chaudes larmes. Il lançait des cris pour indiquer qu’il voulait être inhumé avec elle. Toutes ces flatteries avaient pour seul objectif de démonter le niveau de son patriotisme et chercher comment plaire à Mobutu. Gêné devant une multitude de visiteurs, Mobutu avait demandé qu’on l’enterre effectivement avec Maman Marie-Antoinette Mobutu. Cela avait suffit pour calmer définitivement notre pleureur national.

Restons dans le contexte des critères amicaux pour parler de la nomination de Mr. Max Munga Mibindo dont le père était l’ami d’enfance de Mobutu. Avant de rendre son dernier soupir, il confia son fils entre les mains de Mobutu. C’est ainsi qu’il sera nommé tour à tour conseiller du Président de la république en 1970, PDG de la SNCZ qu’il avait mis en faillite,  PDG de l’Office des transports en commun du Zaïre (OTCZ) en 1972,  PDG de la SNEL en 1980. Toutes ces sociétés avaient subi le même sort que la SCNCZ suite à sa megestion.

Arrive le tour de Tshimbombo Mukuna,  lui qui prétendait avoir giflé l’écrivain et avocat belge Jules Chomé, lors d’une conférence de presse à Bruxelles en 1974. Mr. Jules présentait dans cette conférence un pamphlet qu’il venait de publier contre le Guide éclairé, clairvoyant, le timonier, le sacré et le sauveur du Congo. Pour avoir revendiqué ce geste, il a été nommé chargé de Mission au Bureau du Président, responsable de la MOPAP, Ministre puis Gouverneur de la ville de Kinshasa. Les exemples sont légion et je vais devoir m’arrêter ici. Ma seule préoccupation était de présenter aux jeunes comment notre pays, ce grand éléphant de l’Afrique centrale, a été mis à genou. Le comble est que même aujourd’hui, nos dirigeants ne sont pas arrivés à tirer les leçons du passé. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, ces nominations fantaisistes continuent à exister, mais sous une autre forme. Dans l’opposition tout comme dans le rang de la majorité au pouvoir, on présente des candidats sur base de la géopolitique, des critères régionaux, amicaux, claniques et tribalo ethniques au détriment de ceux qui ont des véritables aptitudes et compétences.

 

Zéphyrin Kirika Nkumu Assana

Commenter cet article

Zéphrin Kirika Assana 13/10/2010 02:00



Comme je l'avais souligné, ntango mosusu na ko comprendaki makanisi na yo te, owuti sikoyo kolembolela biso malamu. Quand tu attribue la faute na bakonzi ya mboka, je suis tout à fait d'accord
avec toi. Voilà pourquoi je disais que les États-Unis n'est pas à comparer avec le Congo. Na États-Unis mibeko ezali malamu. Ata bandimi, ils vont se conformer na mibeko ya mboka. Par
contre, epayi na biso c'est la jungle.


De l'autre côté, soki tokangi maboko pona koloba que faute ezali ya bakonzi, la situation va perdurer. Il faut tosala pression na bakonzi. Moyen de pression na biso ezali nde ko dénoncer makambo
yango. Nakanisi toyokani malamu ndeko Marcellin.



Marcellin 12/10/2010 21:29


Ndeko kiriku natangaki article na yo ya ba Libanais, nazalaki na mingi ya koloba kasi bolembu ya kokoma. Toyokaka nini, o ba Libanais babetaka basali na bango, o ba Pakistanais bapesaka basali na
bango repos te, o ba ouest Africains ba escrots. Nioso wana yango nde etindaka biso toloba que bapaya mingi bazali mabe. Kasi mpo nanga probleme ezali bapaya te, kasi faiblesse ya ba institutions
ya mboka ya ko telemisa mibeko. Soki bapaya babuki mibeko bula matari atelemela bango, soki bula matari azali na makasi yako telemela bango te wana mbeba na bango te. Soki basali ya bula matari
bakangi miso mpo baleyi madesu ya bana, wana mbeba ya bapaya te. Soki bula matari akangi maboko mpo makonzi na ye bazali baninga ya lisano ya bapaya, wana mbeba ya bapaya te. La faiblesse des
organes de l'etat Congolais ne peut etre attribuer na bapaya. Soki tango ya ba colons bapaya balandaki mibeko ya mboka ezali mpona bango bayebaki e te bula matari azalaki na volonte mpe makasi yako
appliquer mibeko ya mboka. Balobaka soki oye na mboka okuti bazali kobina na lokolo ya mwasi yo mpe bina na lokolo ya mwasi. Bapaya bakuti biso tozali kobina na lokolo ya corruption, negligence
etc...bango mpe balandi lokolo. Mbeba ya nani? President, parlement, comite central ya MPR, bureau politique nioso wana etondi ba Congolais, bazalaki wapi tango Kengo mopaya? azalaki koniokola bana
mboka? Ndeko soki omoni na nioso oyo ngai nalobi probleme ezali nde bapaya te kasi biso moko bana mboka, mpo biso nde topesi bango carte blanche basala ndenge balingi, biso nde tozuaka mbongo na
bango mpe tokangi miso, biso..biso..biso. Mwan'a Joburg


Zéphyrin Kirika Nkumu Assana 12/10/2010 12:45



Ndeko Marcellin,


Je suis l'auteur de l'article. Je ne t'écris non pas pour me défendre ni moins pour minimiser ton commentaire, mais simplement pour éclaire certaines choses. Tu peux avoir raison dans tout
ce que tu dis. Je suis certain que tu avais lu un article que j'avais écrit sur les Libanais. Personne n'est contre les étrangers au Congo. Moi qui t'écris nazali ko vivre lisusu na Congo te kasi
na mboka mopaya. Soki bayamba ngai awa pona nini na Congo bayamba bapaya te? Tango bayambi ngai awa ezalaki sous certaines réserves. Okokota te na mboka mopaya ndenge olingi pe okende kosala
makambo olingi. Depuis la 2eme république, Mobutu ne cessait de dire que le Congo est un pays hospitalier. Toyambaka bapaya mingi, mais nous payons toujours le prix de notre hospitalité. Soki
mopaya andimi Congo lokola mboka na ye, ebongi abongisa. Tu ne peux pas comparer les États-Unis et le Congo. C'est un pays très organisé. Kengo azali Congolais de souche te. Bayambaki pe
bandimaki na Congo. Azwi poste monene lokola Arnold. Peux-tu nous dire combien de fois azalaki 1er commissaire d'état ou 1er Ministre? Peux-tu nous donner le bilan de ses différents mandats?
Si tu n'as pas eu le temps de lire l'article sur "Les Libanais, fossoyeurs de notre économie", je t'invite à le relire attentivement. Il a été bien souligné que nous voulons accueillir les
étarngers mais pas ceux qui viennent encore coloniser le peuple congolais. Comment peux-tu accepter qu'un Mr qui était simple cuisinier na Liban po akomi na Congo abanda kobeta ba
Congolais, ko kangisa ba députés. Kuna na mboka yo ovandi omanaka yango to esalamaka? Toyambaka ba Hutu les yeux fermés, sans aucune condition na tango ya génocide ya Rwanda, oyebi bandeko na
biso combien to sacrifier likolo ya hospitalité wana?


Il se pourrait que je n'aie pas bien compris makanisi na yo na commentaire osalaki. Si c'est le cas, okoki kolimbolele biso. Si tu as d'autres commentaires par rapport à ces écrits, sens-toi
libre de le faire. Je ne voudrais pas monopoliser le débat. Les autres Mbokatiers pourront bien nous aider dans les idées que nous avançons. J'aime la contribution de tout le monde. Tango mosusu
nazali na erreur, bakosunga ngai. Merci.



Marcellin 11/10/2010 19:37


Biso na Congo tozalaka na lolendo que bapaya oyo bandimi kozua Congo lokola ekolo na bango mpe bana na bango balingi koservir Congo. Ba Americain bandima mpe balingi Arnold na Californie, mpe ba
examples ezali ya ndenge na ndenge na mokili. Totika likambo ya o ye Rwandais, ye Polonais, ye Grecques. Totalaka nde eloko nini bazali kobakisa na mboka. Libanais, ouest Africains tofungola maboko
toyamba bango, soki basali mbemba justice elanda bango, soki bakomi ba intouchables fauti na biso ya bango te. Soki na 1960 ba politiciens na biso bandimaka kopesa nationalite na moto nioso oyo
azalaki resident na Congo, tolingaki to profiter na boyebi na bango mpe balingaki ba contribuer na economie ya mboka sans que ba se considere bapaya. To bangaka bapaya te, totiya bango mpe comme
base ya ba pasi na biso te. Toyamba bango mpe topese bango espace ya kocontribuer na mboka. Mwan'a Joburg


Jean Michel 11/10/2010 13:03



Mon Cher Mohamed,


N´oublie surtout pas ce que Jean Miché Kankan avait dit en son temps, dans le bonheur on a tous les amis, dans le malheur te voilà abandonné, où est Coco, où est Mamie...


Et surtout en Afrique on change de camps en fonction de temps, Ata Ndele okosamba na Nzambe ya Mpungu.



Mohamed 11/10/2010 12:43



Nous chanterons et danserons l´Authenticité, Heureux le Peuple qui chante et qui danse. Et à la fin de fin : JE L´AI VU BOIRE UN VERRE DE SANG .... HUMAIN !