Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

 

L’animation politique est née au Shaba.

 

 

Nous venons de recevoir un message de la  fille de l’ancien gouverneur de Kinshasa, Ndjoku Ey'obaba, qui nous a fait remarquer le rôle de son père dans l’animation politique dans la ville de Kinshasa. Elle a ajouté qu’elle était jeune au point de ne pas connaître exactement les détails de l’implication de son père dans l’animation à Kinshasa.

 

Comme nous l’avons rassuré à la fille de Ndjoku Ey'o baba, son père avait effectivement été mêlé dans la mise en place du groupe d’animation à Kinshasa qui sera scindé en deux branches: "Kake" et "Lipopo". Nous l’avons d’ailleurs révélé dans une de nos publications antérieures.

 

Ainsi comme nous nous complétons sur ce blog, il y a lieu d’apporter quelques précisions sur l’article de notre excellent ami Muan’a Mangembo.

 

En effet, l’animation politique avec chorégraphie, telle que le Zaïre l’avait connue, à la ménière des anciennes majorettes (de la Gécamines et de BCK ou KDL) est née au Shaba.  Lors d’un long séjour au Shaba, Mobutu fut émerveillé par le groupe d’animation de Lubumbashi composé de filles (issues des anciens groupes de majorettes) et des animateurs inspirés des rythmes traditionnels du Shaba .

 

A son retour à Kinshasa, Mobutu venta publiquement ce groupe d’animation du Shaba et suggéra au gouverneur de Kinshasa, Ndjoku Ey'obaba de suivre l’exemple du Shaba. certains s'en souviendront , car c'était durant un meeting populaire. Quelques jours après, le gouverneur Ndjoku Ey'obaba, queue de gibier à la main et esquissant des pas de danses traditionnelles, présenta le groupe de la ville de Kinshasa au président Mobutu, dans un stade du mai plein à craquer.

 

Après Lubumbashi , Kinshasa, le Bas-Congo avec Madimba Nzuzi wa Mbombo, la fièvre de l’animation politique gagna  toutes les Régions.On peut affirmer que l'animation existe depuis la nuit de temps au Congo, mais l'animation avec chorégraphie a commencé au Shaba et toutes les régions ont suivi.

 

Cette précision valait la peine d’être soulignée pour rétablir la vérité.


P.S. Le manque d'archives fait que le récit des événements historiques suscitera toujours des controverses, compte tenu de la défaillance de la mémoire humaine. Mais il y a des indices qui nous permettent de retracer l'histoire avec une certaine précision.

 

Messager

 

.

Commenter cet article

Loyenge 27/08/2012 13:52


Ezali nde Mwan´a Mangembo nalingaki nakoma, loboko ezanga libaku te.

Loyenge 27/08/2012 13:49


Ndeko Pululu, loin de moi l´idée de remuer le couteau dans la plaie : oyebi ete Madame Nzuzi wa Mbombo azalaki bourgoumestre ya Kintambo tangu MPR ebandaki, nayebi te soki nabosani, puisque
balobaki ba présidents sectionaires ya MPR ya ba communes bakomi to ba remplacer ba bourgoumestre élus oyo bawutaki na tangu ya vieux Kasavubu. Soki ezali ndenge wana, mpo na nini tangu ozali
koloba ebandeli ya MPR na Kintambo ozali jamais ko mentionner kombo ya Mama Nzuzi wa Mbombo te na makomi ma yo. Soki pe Mama Nzuzi wa Mbombo azalaki na ye bourgoumestre na bino ya Kintambo te,
olimbissa ngai, wana okoki kotiya yango na compte ya confusion ya mémoire, kasi kotanga yo na oyo nakomi ekofungola ngai bongo makasi.


Wa yo Ndeko Loyenge.

Claude Kangudie 24/08/2012 15:01


Bonjour CHER TOUS. Je suis les commentaires sur ce sujet. Il me semble que nous nous ecartons des fondamentaux de notre blog...il me semble aussi que nous revenons a nos discussions de foot,
comme dans notre jeunesse...je vous rappelle que Edjidjimo est un bilimien a vie...J'ai l'impression que chacun veut avoir raison. Mais en fait tout ce que vous dites, se complete...c'est une
meme histoire ayant evoluee dans le temps. Dans le Sud Kasai de Kalonji, il y avait une animation politique dont le contenu des chansons etait 1000 fois plus glorieux que les louanges du guide
Mobutu. Edjidjimo parle d'une realite vecue dans sa famille. Muana Mangembo parle d'une realite vecue a Kinshasa et MSG et les autres parlent d'une realite vecue sur le plan national...mais c'est
une meme realite, a savoir celle de nos chansons populaires et traditionnelles et de l'usage qu'on en fait a un moment de l'histoire. Tiens...en parlant de l'histoire, le sieur Edjidjimo Bina fut
mon ailier droit de debordement...il lui arrivait de se debarraser de tous les defenseurs. Alors que j'attendais son centre au point de penalty pour envoyer un missile dans le but adverse...mais
la balle allait en sortie de but...tout simplement, monsieur mon ailier droit n'avait plus de carburant dans le reservoir pour terminer tout le travail qu'il avait fait et me centrer le
ballon...ce sont nos petites histoires de jeunesse. Salut a toi mon pote..LE NEGRE AUTHENTIQUE. Makila na biso ezali Congo ya Chebeya.


Claude Kangudie

Messager 24/08/2012 14:34


Muan'a Mangembo,


En assisatnt aux premières réaunions du CVR à Kin, saviez-vous ce qui se faisait au même moment dans d'autres provinces? Je ne pense pas. C'est pourquoi il faut être en mesure de se remettre en
cause .


Kinshasa a été pionnier dans un certain nombre de réalisions, les autres régions dans d'autres. C'est lorqu'on croit bien informé que l'on se trompe.


Nos théses (Toi, Jean Koke et la mienne) peuvent être éprouvée à travers des investigations . Et le fait que l'un de nous se soit trompé n'enlève en rien ses capacités. Notre pays manque
d'archives. Voici notre drame.


En passant tu n'oublieras pas que des slogans tels que "Nous voulons être pauvres mais libres" ou Oyo ekoya eya , Indépendance immédiate, ne datent pas de l'époque Mobutu.


Pour mettre fin à cette polémique inutile passons à autre chose. (entre temps je vais publier les photos des Corps des Volontaires belges au Congo en 1961.)


 


Messager


 

Muan'a mangembo 24/08/2012 14:17


En complément, mon article au départ, évoquait bine l'histoire du groupe choc KAKE et les origines de l'animation politique au service du MPR. Si cette animation a existé pour le MNC et d'autres
mouvements de jeunesse, l'animation que jévoque en ce qui me concerne est CELLE De KAKE à Kinshasa, avec sa démarche propre telle que imaginée et mise en oeuvre par Kithima Alphonse, Kabaidi pour
les politiques, alors qu' à l'exécution, on retrouvait la bande à Nala et Botomba.


Je ne rejette nullement l'idée que l'animation ait pu exister ailleurs, je le souligne dans mon article en évoquant les JEKOKE, les mouvements de jeunesse et même les folklores de chaque région,
mais il faut savoir, que l'animation dans le MPR a été pensée avec un schéma qui nr'a rien laissé au hasard.


Que les Kithima et autres Kabaidi se soient inspiré de leur passé dans le MNC est i ndéniable! N'ai-je pas rappellé que le fameux MPR OYEEE est u ne déformation de Mangembo OYEEE que le beau père
de Simaro Massiya, avait fait peindre sur ses Fula-Fula 1956?


En ce qui me concerne, il n'y a pas de combat "chauvin" pour faire attribuer à Kinshasa, une initiative qui ne serait pas la sienne. En tout cas avec l'animation au sein du MPR, je sais de quoi
je parle!

Muan'a mangembo 24/08/2012 14:08


Mon Cher Messager,


L'animation au Zaire n'est pas synonime de "Djalelo" que l'on n'a du reste découvert qu'en 1973/74. Les informations que nous avons donné, Edjidjimo et moi, tout comme d'autres, nous permettent
de remonter à la génèse de l'animation. Il me semble qu'il y a une confusion entre les bana Shaba et leur animation que nous découvrirons seulement en 1972 et l'animation au service de la
politique de Mobutu, avec le lancement du CVR.


L'animation politique n'a jamais commencé au Shaba, j'en mettrai ma main au feu. Je confirme comme Edjidjimo avoir été témoin de cette époque, en accompagnant mon enseignant aux premiè-res
réunions du Parti MPR.


Donc, situer l'animation politique au service au festival d'animation de 1974 est une erreur qu'il faut accepter. J'ai connu plus grande ouverture de la part de nos Mbokatiers. Enfin, de grâce,
ne cantonnez pas l'animation au Djalelo. D'autant plus, selon mes aînés qui ont dirigé à tour de rôle le groupe choc "Kake"; cette chanson à la gloire de Mobutu, marquait la soumission des
peuples refractaires au pouvoir de Mobutu, en particulier les Luba.

Messager 24/08/2012 13:28


Chers amis,


Djalelo ne date pas de l'époque du CVR mais de l'époque de l'Empire Luba. Les slogans du CVR tels que "Mokako Sua" trouvent leur origine quelque part dans l'histoire culturelle du Congo,
particulièrement à l'Equateur.


Si Mobutu s'est exprimé en lingala cela veut pas dire que l'animation politique devrait  obligatoire avoir une origine kinoise. l'animation au Shaba est en swahili et dans les langues
locales. Au Bas-Congo elle est exclusivement en Kikongo, mais elle s'appelle toujours animation.


Les premiers slogans politiques du Congo indépendant étaient conçus par les premiers partis politiques: MNC, ABAKO, CONAKAT, BALUNAKAT, PUMA, PSA. etc, etc.


Faites l'inventaire des slogans et chansons des anciens partis, y compris les rebellions et vous apprendrez que la propagande a commencé avant, et non avec le CVR. Cherchez les émissions de la
Radio UHURU et vous découvirez beaucoup de choses sur la propagande au Congo en 1960-1961. 


Mobutu fut parmi ceux qui assuraient la propagande du MNC en distribuant les cartes à Bandalungwa. Notre histoire est vaste chers amis. Le CVR n'est pas le début de l'animation comme vous voulez
le prétendre. Tous les Mobutu, Kititwa, Nendaka, , Kitima firent partie des propagandistes du MNC avant d'être membres du MPR .


Tonny Niati (Bula Mandungu) n'est pas lui qui faisait vibrer les gens au stade Mobutu en tant que chef de la propagande de la Rébellion en 1964. Connaissez-vous ce que furent les chansons
d'animation et les slogans à Kisangani?


Pourquoi vous ne voulez pas vous donner la peine de voir ce qui s'est passé ailleurs? Le Congo est vaste.


Demandez à ceux qui connaissent l'histoire du Congo ils vous apprendront les chansons d'animation qu'entonnaient les réfugiés au Katanga en 1961. Les rebelles mulelistes sur le champs de bataille
au Kwilu  à Kisangani, au Kivu; les baluba refoulés de Luluabourgs, etc, etc.


Rien de nouveau sur cette terre. 


Messager.

Muan'a mangembo 24/08/2012 09:45


Ndeko Edijidjimo, merci de votre contribution qui vient confirmer ce que j'ai écrit sur l'animation politique comme instrument de mobilisation et de propagande du MPR. Merci de co nfirmer que les
slogans et autres premières chansons du MPR datent de l'époque du CVR.


Le débat, lorsque j'ai présenté l'animation politique à la suite d'une contribution sur Momene, était de démontrer qu'il y avait bien une équipe qui l'a imaginé et mise en oeuvre, autour de
Kithima et d'autres comme Kabaidi. Le rôle de Mama Atembina n'est pas à négliger.


En effet Mama Catherine Limaya, épouse Atembina, native de Kintambo était de la génération des parents de Botomba et NALA, donc ces derniers étaient aussi ses enfants. Elle sera u ne courroie de
transmission, pour vendre l'option d'animation à Mobutu. Proche de Mama Antoinette Mobutu, première trésorière du MPR naissant, a libéré les premiers fonds pour que la bande à NALA et Botomba,
puisse progresser dans son travail de création de slogans et chansons militants.


Par ailleurs, qu'on le veuille ou pas, la communication de Mobutu se fera en exclusivité en Lingala, la mobilisation ne pouvait passer par une autre langue que celle des kinois. Que les lushois
aient imaginé de meilleures chorégraphies que les kinois est concevable, mais la création de cet outil de soutien à la politique de Mobutu, j'ai cité l'animation reste Kinoise et prends ses
racines au CVR, comme je l'ai écrit. Merci donc àEdjidjimo de confirmer ce que j'ai avancé.


Longonya!

Tchasa Nkaya 24/08/2012 05:45


Juste une precision: la fameuse chanson Dialelo n'est pas en Tshiluba (parlee au Kasai) mais bien en Kiluba (langue des balubas du Katanga). Si vous voulez en savoir un peu plus
sur l'histoire des balubas du Katanga voici un bon lien:


http://www.banabambidi.net/


Merci 

Claude Kangudie 24/08/2012 02:16


Salut mon frere Lused. Je prends bonne note de ta comprehension. Mais sache que ces ceremonies ne sont pas a cerner ni comprendre sur une ou trois lignes. A MON FRERE ABEL EDJIDJIMO WA
BONGIMA...Honorable camarade, je te transmets mes salutations. C'est ton camarde du PC Kubamien...MUKOS. Je ne suis pas loin de chez toi...je suis juste au nord, pour finir les obseques de mon
pere. Je t'appellerai. Je te felicite, pour ta fidelite aux ideaux de notre jeunesse...Nayebi que Congo ya ba nkoko ezali na motema na yo.


 


Claude Kangudie.

Ejidjimo Bina Wa Bonguma 23/08/2012 23:48


DANS MON PRECEDENT COMMENTAIRE , JE VOULAIS DIRE:  iL Y AVAT UNE CHANSON POUR LUMUMBA ET NON UNE CHAUSE...


SORRY POUR CE LAPSUS


EDJIDJIMO BINA WA BONGUMA

Edjidjimo Bina Wa Bonguma 23/08/2012 23:32


L'ANIMATION POLITIQUE A NOURRI NOTRE JEUNESSE , DU MOINS POUR  CELLES  ET CEUX DE MA GENERATION 


TOUTEFOIS, POUR CE QUI EST  DES SLOGANS CELA REMONTE DE L'EPOQUE DU  CVR( CORPS DES VOLONTAIRES DE LA REPUBLIQUE), MON PERE ETAIT PREMIERE ECHEVIN DE LA VILLE DE KINSHASA POUR LE CVR.
JE ME RAPELLE DES KABAIDI, KITHIMA, MAMA MAYAKAMPO, ATEMBINA ET AUTRES NALA QUI VENAENIT A LA MAISON CHEZ NOUS POUR PREPARER LEUR MEETING ET MARCHE. JE ME RAPELLE DES SLOGANS TELS QUE: CVR EEEEH
CVR AAAAH. POUR LE PAYS? EN AVANT. POUR LE PAYS ? NOUS LUTTONS. POUR LE PAYS? NOUS MOURRONS. IL Y AVAIT AUSSI LE SLOGAN:CVR A TRAVERS ! CVR A TRAVERS TOUS( REPETER 3X)  POUR RAPPEL, LORS DE
LA CELEBRATION DE L'ENTEREMENT SYMBOLIC DE L'UMK( UNION MINIERE DU KATANGA) TOUS LES PREPARATIFS ETAIENT FAIS CHEZ NOUS A LA MAISON . MA MERE AVAIT CONFECTIONnE UN DRAP EN NOIR AVEC UNE CROIX
BLANCHE AU MILIEU.  L'UMK ETAIT SYMBLOLYSE PAR UN BLOCK EN BOIS DONT ON DEVAIT COUVRIR DU DRAP NOIR AVEC LA CROIX. TOUT JEUNE J'AI PARTICIPE  AUX MARCHE DU CVR. A L'EPOQUE CE N'ETAIT
PAS ENCORE DES MARCHES DE SOUTIEN AUX GUIDE MAIS TOUT SIMPLEMENT DES MARCHES POUR LA REVOLUTION. DURANT LES MARCHES LA FOULE SCANDAIT LES SLOGANS QUE J'AI CITES CI-HAUT ET D'AUTRES ENCORE TELS
QUE A BAS L'IMPERIALISTE, A BAS LE CAPITALISTE, A BAS LES BELGES... .IL Y AAVIT ENCORE UNE CHAUSE POUR LUMUMBA:HEROS NATIONAL LUMUMBA


AINSI L'ANIMATION POLITIQUE COMME DANSE  DU MPR A DONC INTEGRE ET FAIT SIENNE LES ANIMATIONS DU CVR EN AJOUTANT LA DANSE.


JE SUIS TOTALEMENT IMPREGNE  DES SLOGANS DU CVR ET DU MPR. JE ME SOUVIENS BIEN DE PAPA NALA  ET D'UN CERTAIN PAPA LEMBE QUI ONT ENCORE CONTINUE A VENIR A LA MAISON A L'EPOQUE DU MPR.


JE SUIS UN PEU COMME OBELIX QUI LUI ETAIT TOMBE DANS LA MARMITTE DE LA POTION MAGIQUE, MOI PAR CONTRE TRES JEUNE JE ME SUIS BAIGNE DANS L'AMBIANCE DU CVR ET DU MPR. AINSI DONC J'ADORAIS ET
J'ADORE TOUJOURS REGARDER LES ANIMATIONS POLITIQUES. ELLES FONT VIBRER MES FIBRES PATRIOTIQUES ET MES SOUVENIRS.


JE TERMINE PAR: CVR MOKAKO? REPONDE: MOKAKO SUA(3X). CELA NE VOUS RAPELLE T'IL PAS LE MPR MOKAKO? MOBUTU MOKAKO? VOILA ENCORE UN DES EMPRUNT DU MPR QUI S'EST BEAUCOUP INSPIRE DU CVR.


EDJIDJIMO BINA WA BONGUMA.


 

DANIELE 23/08/2012 21:18


a vrai dire je préfère la buzobasation au temps de seskoul que la buzobasation d'aujourdhui avec des pasteurs et leurs églisettes partout, on ne dort plus tranquillement avec des tapages
nocturnes...des cultes d'adorations des dieux ETRANGERS, TOT OU TARD, ON nous traitera des CRETINS JAMAIS VUS dans l'histoire, un pays comme rwanda avait OCCUPée le grand ex ZAIRE) elombe mobali
ya tembe SESE WAZABANGA apesaka biso lokumu ahhh ZAIRE, abascost, les leopards, combat du siècle ali-foreman, etc.... en bref TOZALAKA KOLIA MALAMU, COURANT NA MAYI EZANGI BISO TE


CONCLUSION: MOBUTU ETAIT FORT POLITIQUEMENT...ET ECONOMIQUEMENT FAIBLE...A CHACUN SES DEFAUTS ET QUALITES


CIAO...CELA N'ENGAGE QUE MOI


DANIELE

LUSED 23/08/2012 14:43


Mon frère CLAUDE KANGUDIE


À partir de la dernière explication de Mulopwe ,j'ai compris trois choses:


1-Pour être intronisé Mulopwe il faut être Luba.Pas comme dans la politique oú même etranger devient chef d'Etat.


2-L'initiation ne se fait pas en catimini.C'est un acte officiel , donc devant tous tous les chefs , leur écurie ,et devant le peuple.


3-Je peux ajouter encore que le consentement de tous est necessaire.Pas par  une imposition d'un certain groupe.C'est ce que j'ai compris moi-même aussi.


 


Je crois que d'autres Mbokatiers qui ne savaient pas ont compris aussi.


Merci pour la bonne volonté d'éclaicir les autres.


LUSED


 


 


 


 

Messager 22/08/2012 18:44


@Muan'a Mangembo,


J'aimerais ajouter à votre attention au sujet de l'animation qu'elle est l'âme du peuple noir. Depuis l'époque des Empires (Kongo, Luba, Mongo, Lunda Kuba, etc, etc) l'animation a toujours été
associée à toutes les cérémonies. Mais elle s'opérait selon les différences de nos cultures, toujours est-il qu'elle a toujours été caractérisée par la chaleur, la vivacité, parfois la
spontanéité.


Lors de la colonisation, les belges avaient vite réalisé que l'animation accompagnait le congolais dans toutes les circonstances. Même durant les durs travaux de la construction du chemin de fer
Matadi-Léopoldville les ouvriers étaient stimulés par un petit groupe d'animateurs.


Durant les festivités coloniales, il y avait de l'animation .


C'est évident que l'animation existe à Kinshasa depuis l'époque des Teke et Humbu, mais l'animation synchronisée a commencé au Shaba. Les
autres régions ont suivi. Demandez aux anciens animateurs pourquoi Mobutu avait-il invité Kinshasa à suivre l'exemple du Shaba, et j'attends leur réponse dans la mesure où j'avais suivi ces
propos de Mobutu personnellement.


Voici un autre exemple qui prouve que certaines choses ont commencé aileurs avant que Kinshasa ne les adopte et en devient maître. Le basket féminin : Qui se souvient encore qu'en 1970, l'équipe
féminine "Imana Lubumbashi". avec une fille de taille courte, avait ridiculisé BC Vita à la Funa. Quelques années plus tard. BC Vita est devenue championne du Zaïre et le Basket fémin au Shaba
s'est effondré.


 


Messager

Jean KOKEMIEZI 22/08/2012 18:37


Chers Mbokatiers,


Sur le double plan de l’éthique et de la morale, on ne doit pas s’enorgueillir de cette
période de triste mémoire où des hommes et des femmes respectables étaient obligés, culte de la personnalité oblige, de danser pour la gloire d’un homme qui trônait à la tête de la République du
Zaïre. Des gars telles que Cathérine Nzuzi wa Mbombo, Ndjoku Eyobaba ou Dubga Kugbetoro, les gouverneurs les plus doués en la matière, porteront toujours une part de leurs responsabilités dans la
dégradation et la dépravation des mœurs de beaucoup de nos concitoyennes, obligés le jour de danser en public et le soir, livrées pour des sales besognes à l’intelligenstia zaïroise qui
évoluaient dans les organes du MPR, parti-état et gravitait autour des différents groupes d’animation qui avaient vu le jour dans toutes les régions.


Le débat suscité par la fille de Ndjoku Eyobaba ne laisse personne indifférent. Si
l’animation politique a connu ces lettres de noblesse au Katanga, où avec le groupe Kake à Kinshasa, je reviens à mon propos pour vous confirmer que c’est Madame Nzuzi wa Mbombo qui fut la
première à livrer les pauvres filles du Bas Congo en pâtures aux vautours qui faisaient partie du clan du Maréchal.


J’espère que des gars comme Emma Kandolo n’hésiteront pas de nous départager, car tous
les congolais savent que dans sa période de gloire, le Maréchal Mobutu, possedés sans nul doute par une folie de grandeur avait chosifié l’ensemble de son peuple avec certaines pratiques de bas
étage, mais qui ont fait le bonheur de plusieurs cadres du MPR.


L’animation politique classique dont l’apothéose fut le 1er festival
culturel organisé au stade du 20 mai n’est pas tombée du ciel. Son cheminement a été assez long et je signe et persiste que c’est à Mbanza Ngungu que pour la première fois, le Président Mobutu
accompagné de son collègue Eyadema a vécu une animation populaire de très grande envergure, dirigée de main de maître par le duo Nzuzi wa Mbombo et Mulenda Yanké qui était à l’époque Vice
Gouverneur de la province du Bas Zaïre. Cette animation haute en couleur fut précédée d’une mobilisation générale de tous les grands danseurs et danseuses « Kongo »qu’on avait fait
venir de tous les trois districts de cette province. Plusieurs séances de répétition ont précédé cet évènement qui a permis à Maidoda de crever l’écran à cause de son aisance dans la danse du
ventre…


Heureux le peuple qui chante et qui danse pour son chef, tel est la leçon qui fut tirée
de cette production dont la chorégraphie qui était à vrai dire terre à terre fut améliorée au cours de la visite du Président qui a eu lieu quelques jours plus tard à Boma.


Cette journée mémorable fut le déclic qui provoqua dans toutes les provinces de la
République cette fièvre qui se contamina dans toutes les provinces et engendra dans l’esprit imaginatif des Zaïrois ce terme d’animation politique.


C’est dans cet ordre d’idées qu’en tant que précurseur, le groupe d’animation du Bas
Zaïre fut envoyé à Lomé où elle apporta la bonne nouvelle en formant aux techniques d’animation politique, les ouailles de Eyadema, envouté par le charme des troupes de Nzuzi wa
Mbombo.

Messager 22/08/2012 18:06


Cher Muan'a Mangembo,


A mon retour du travail je viens de lire tous les commentaires écrits ajourd'hui, y compris le vôtre.


En ce qui concerne l'histoire du groupe choc du Shaba, je la tiens de la bouche de Mobutu même à son retour d'un voyage du Shaba à l'époque. Il avait exorimé son administration à l'égard de ce
groupe dans un meeting et avait invité le gouverneur de Kinshasa à suivre l'exemple du Shaba. Sur base de cette déclaration de Mobutu que j'avais suivie personnellement à la radio j'ai déduit que
l'animation politique a véritablement commencé dans cette province. Voilà une vérité vérifiable à travres les différents meetings de Mobutu.


S'agissant de l'animation tout court, elle existe dans l'âme des noirs depuis l'époque de nos aïeux. L'animation a toujours eu lieu dans chaque village selon les circonstances. Mais l'animation
politique synchronisée avec des chorégraphies est née au Shaba.


Messager


 

Claude Kangudie 22/08/2012 13:50


Bonjour mon frere Lused. Personnellement, je ne suis pas au courant de ce genre d'information sur l'intronisation de Mobutu en tant que mulopwe. Si elle s'est faite en catimini, ce n'en est pas
une...s'il est parti en Inde, c'est nul aussi enfin il y a un barrage de taille, Mobutu n'est pas luba. Enfin, un mulopwe est presente a son peuple par tous les chefs et toute l'equipe l'ayant
initie...je connais une partie de ces ceremonies...ce n'est pas une mince affaire a bricoler sur un coin de table vite fait bien fait. C'est pour cela que je dis que c'etait un truc generique
bricole par les flatteurs de Mobutu...La longevite de Kalonji n'est pas etrangere a ces ceremonies...


Claude Kangudie.

Modja wa Modja 22/08/2012 12:38


SANGO YA MBOKA


Papa Messager, toyoki na RDC Colonel John TSHIBANGU awuti kotomboka, alobi alongwe na ye na FARDC mpe azali kosala rebellion mpo na kolongola soi-disant Joseph Kabila, okoki koyebisa biso te
likambo yango ebandi ndenge nini mpe elingi koloba nini, biso ba Congolais tolingi toyeba la vérité ya likambo yango.


Soki nakomi na article oyo, mpo na motu nionso atanga yango, mpe tozuwa ndimbola ya solo-solo, liboso to se décider.

LUSED 22/08/2012 11:33


Ndeko Serge Kongo na Biso ,oza penza na raison ,nasepeli mingi na explication ya ndeko na biso Claude Kangudie apesi concernant première phrase ya chanson  "DJALELO" ndenge osengaki ye,pe na
correction a apporter pona ortographie ya "nubandjila" (po ngai nakomaki "nubanzila").


 


A partir ya signification na yango :"AUJOURD'HIU ,CONTEMPLEZ-LE ,LE SEIGNEUR MOBUTU " ,pe nalandi lisusu signification ya titre "Mulopwe" .Alors J'ai compris pourquoi Mobutu azalaki kosepela
mingi nzembo wana "DJALELO" ,donc ezalaki ko elever ye na haute seigneurie  comme chez les Luba.


 


Donc chaque fois tozalaki koyemba "DJALELO" ,tongo pe pokwa ,butu pe moi ,tozalaki ko confirmer que aza Seigneur na BISO.c'EST GRAVE ÇA !!!


 


Natangi lisusu ndeko Claude Kangudie koloba que titre ya "Mulopwe" eza na sens te ,ça n'a pas de sens.


Voici une declaration de l'ancien ministre de l'information Sakombi Inongo:



J'étais devenu l'incarnation de Satan.


J'étais porte-parole du gouvernement. Tous les communiqués, je les 'travaillais' sataniquement avant que le peuple ne les écoute, afin qu'il
soit envoûté... Le peuple était vendu à Satan; tout était sous son contrôle."


Alors que c'est Sakombi aussi qui mis le visage de Mobutu á la télevision ,c'est lui aussi qui a ordonné la chanson Djalelo chaque à la
télevision.


 A partir de cette déclaration ,mon frère Claude Kangudie ,tu ne trouve pas que Mobutu sous crainte d'être initié partiellement comme le
cas de Kalonji ,ou même ne pas être accepté d' être initié par le coseil des vieux Luba.


Il a choisi l'Inde avec complicité de Sakombi ?Puisque Sakombi ne pouvait pas travailler une information de Mobutu sans qu'il soit initié
tout d'abord.


 


Moi je trouve qu'il fût initié en Inde et élevé à ce rang de Mulopwe ,au niveau national (Congo),donc au dessus du niveau tribal (Luba).Et
ceci avec complicité de quelques Baluba ,puisque les sorciers et les magiciens collaborent.Ce courage là d'usurper le titre "Mulopwe" ,n'est pas en vain.Puisque Mobutu le savait quand même que ça
appartinet aux Luba.


 Une permission ou conseil du grand chef  Luba est possible.Pas de tout le conseil des vieux ,mais leur tête seul pouvait être
corompu,et permettre en secret .Mobutu était très très fort dans la corruption. Donc ne soit pas rapide l'hypothèse NGUNZA ,il pouvait servir d'intermediaire.Pour la curruption.C'est ce je pense en
tout cas... 


 


 


 

Muan'a mangembo 22/08/2012 11:15


MOdja wa Mondja, eza n'ango nde Histoire: bachangeaka yango té. Eza nde biso!

Modja wa Modja 22/08/2012 11:07


Ba Kinois balingaka makambu tout kaka bango pourquoi ?


Orchestre Zembe-zembe ebima na bas-zaire, mais okoyoka ba kinois balobaka ba éléments ya zembe-zembe bazalaki ba kinois.


Orchestre Baba Gaston Band ezala succès ya somo, okoyoka ba kinois balobaka azalaki ko copier African Fiesta Sukisa.


Sikoyo animation ya kitoko koleka ba régions tout ya zaïre ewuta na Shaba, ba kinois balingi kondima te, pourquoi bino ba kinois bolingaka makambu tout kaka bino.

Muan'a mangembo 22/08/2012 08:47


Cher Messager,


Je suis un peu déçu qu'en vous vous accrochiez à l'idée que l'animation est née au Shaba, sans y associer des dates, voir des années. J'ai passé un message au petit frère de Botomba Libanga qui
estg en France, pour nous apporter quelques éléments de précision.


Je maintiens que le Shaba n'a jamais été à l'origine de l'animation politique en RDC. J'en suis d'autant plus sûr que des personnes comme Maitre Nono Manzanza des percussions Elima et d'autres
comme LIDA LIMAYA ou Donat sont encore vivant.


Ce n'est nullement une "lutte" chauvine" entre nos régions, mais tout simplement le rétablissement d'une vérité historique à laquelle j'ai été associé de ptrès près.


Renseingez-vous auprès des animateurs du groupe choc du Shaba pour vérifier s'ils n'avaient pas reçu les "missionnaires" de Kinshasa, chargé de les initier à la mobilisation à travers 
l'animation politique en y intégrant des éléments du folklore loccal. Je précise même que c'est Botomba qui a travaillé avec l'équipe du Shaba. Que cette dernière se soit révélée meilleure que
les autres est indéniable, mais au délà, ils ne sont pas à l'initiative de l'animation, qui je le rappelle à été conçu en amont par l'équipe de Alphonse KITHIMA.


Donc à tous ceux qui se lancent dans des débats sur la primauté de telle ou telle région, je rappelle que la fille de Djoku le souligne qu'elle était trop jeune pour comprendre les tenants et les
aboutissants de ce mouvement naissant.


Je promets aux Mbokatiers de donner rapidement la parole à ceux des témoins de cette époque qui sont encore là. A Moins que Emmanuel kandolo, notre bibliothèque vivante n'accepte de nous apporter
des informations qu'il détient sur l'animation politique, rien ne prouve aujourd'hui que l'interpellation de Ndjoku par Mobutu ou l'exhibition des danses du Bas Zaire devant Eyadema suffisent
pour situer la génèse de l'animation politique dans ses régions.


 

delman 21/08/2012 22:58


Merci mukulumpe pour vos reponses et je me suis beaucoup amuse pour Kalala wa Bondo. a vous bien des bonnes choses

Claude Kangudie 21/08/2012 22:51


Mon frere Delman, je ne crois pas que Ngunza Kalala wa Bondo fut a l'origine de cette imposture. Notre "Karl I Bond" a deja commis commis beaucoup de stupidites. Ne lui mettons pas celle-la sur
le dos. Il faut rappeler que Ngunza est ne d'un pere luba du Kasai et d'une mere lunda. Ce sont de nombreux leche-bottes de Mobutu qui sont a la base de cette mascarade de Mobutu mulopwe. J'en
profite pour te dire que Kalonji ne fut initie et eleve "Mulopwe" que partiellement. C'est ainsi qu,il prendra aussi le nom de Ditunga. Bien de bonnes choses a toi.


Claude Kangudie.

delman 21/08/2012 22:08


Je vous ai compris parfaitement,cher frere Claude Kangudie d'autant plus que cela corroborre parfaitement ce que j'ai entendu et lu a ce sujet.il semble que ce titre est accorde qu'apres des
serieuses et mysterieuses rites d'intronisation dont je ne m'aimerais pas dire mot de crainte de medire car ma source n'est pas fiable sur ce point(elle est europeenne).est ce vrai que l'auteur
de cet imposture fut Nguz a Karl I Bond?

Claude Kangudie 21/08/2012 21:12


Mon frere Delman. Le titre de Mulopwe est un titre de haute seigneurie chez les Luba. Effectivement, c'etait une imposture de l'attribuer a Mobutu. Ce titre donc pour Mobutu etait tout simplement
generique et n'avait aucun sens. Pour etre Mulopwe, il faut avant tout etre un luba, ce que n'etait pas le sieur Mobutu. Quand a Albert Kalonji Ngoyi Ditunga, il fut intronise Mulopwe que
exceptionnellement. Les detenteurs de ces ceremonies ne le font pas pour le plaisir de n'importe qui. Meme un E. Tshisekedi n'a jamais ete eleve a ce rang. Ce genre d'elevation est faite par les
chefs coutumiers si les circonstances exceptionnelles l'exigent. Je ne sais pas si je me suis fait comprendre...mais j'ai essaye qd meme. D'autres pourront nous completer.


 


Claude Kangudie

delman 21/08/2012 20:48


Mbote ba ndeko,


au sujet de la chanson Djalelo, je m'etais laisse dire que c'etait un chant sacre reserve uniquement au "Mulopwe"- le chef.j'ai des difficultes a dire s'il s'agissait du chef Luba ou Lunda et
qu'a ce titre les notables du Shaba(je pense que ceux du Kasai aussi car ils ont aussi un Mulopwe a leurs tete(cfr Kalonji Ditunga) n'ont jamais reellement apprecie que ce titre soit accorde au
president qui n'avait pas ete initie selons les rites coutumiers. 

Messager 21/08/2012 19:31


J'ai quelques précisions à apporter.


La fille de Ndjoku est intervenue pour rappeler seulement l'apport de son père dans l'animation politique à Kinshasa.


L'histoire du séjour de Mobutu au Shaba et son invitation au gouverneur de Kinshasa à suivre l'exemple de l'animation au Shaba je l'avais suivi personnellement à Kinshasa. Il doit exister un
meeting de Mobutu à ce sujet dans les archives sonores quelque part.


Le malheur de notre pays c'est le manque d'archives, sinon nous saurions quelle Région avait initié l'animation populaire. Mais moi je me tiens au meeting de Mobutu dans lequel il vanta les
prouesses des animateurs du Shaba, avant la création du groupe Kake.


Messager


 

Claude Kangudie 21/08/2012 18:17


Salut Serge. Je n'ai pas oublie ma promesse faite il y a presque un an. Je reviendrai dans peu de temps avec bcq de themes sur le Kasai. Miso na biso etale bobele na RDC, likabo na biso epayi ya
Nzambe


 


Claude Kangudie

Serge - Kongo na biso 21/08/2012 17:59


Mbote ndeko na nga Claude Kangudie,


Ezalaka esengo soki otuni motuna pe moko kati ya ba ndeko à répondre yo pona
intérêt ya communauté mobimba avec une grande precision ndenge ndeko Kangudie asali.  Yango na boyaki kokoma phrase ya Djalelo mobimba pona kobanga
kobeta mabaku. Nabanzi kombo oyo ekimaki yo ezali ya ndeko LUSED, akosepela na ndenge osalisa ye po alobaki ayebi Tshiluba te.


*Est-ce que osi opusani na recherche ya libala ya Baluba ya Bakwa
Kalonji ? po olobelela biso yango.


Merci beaucoup ndeko Claude Kangadie, tobosani Kongo na biso
te.


Serge – Kongo na biso.

Bernard Manseka 21/08/2012 17:47


Animation? Hum, trop de souvenirs. J'étais parmi un grand danseur de mayi doda.
Oh la la!, il fallait me voir avec un pagne autour de mes reins. Alors devenu graphiste publicitaire, j'ai été réquisitionné a Nsele pour le 20eme anniversaire. Faire les décorations et placement
des banderoles. Je vous assure que c'était la folie, l'argent a gogo, les femmes (pouf!) et les animatrices venant de tous les coins du pays! Il fallait voir le défilé des Mercedes ;
 Plusieurs bébés sont nés dans la brousse de Nsele, hélas! Pour certains le sida n'était pas au rendez-vous, mais du moins le rhume académique a
frappé certains.

Muan'a mangembo 21/08/2012 16:25


Cher Koke Miezi, bonjour


Juste pour vous rappeller que nous sommes en train de confondre une exhibition de danse et de chants patriotique, au concept même de l'animation et mobilisation politique. Souvenez-vous de ces
chansons que l'on reprenait en tapant les mains comme:


"Mokako swa totombeli Mobutu


Iye Mobutu e na lingomba ya MPR


Mokako swa!"


ou


Lya liya mondenge eee - yahhh mondenge ee yahh!


Ebandaki na Lumumba - Yahh mondenge yahh!


Apesi na Mobutu - Yahh mondenge yahh!


Mobutu nde na Peuple - Yahhh mondenge yahh!


Ces chansons constituent la génèse de l'animation socio-politique et sur ce point, les archives et l'histoire nous rappellent deux noms au départ: NALA et Botomba Pierre Libanga.


Et si par la suite tout le monde s'y est mis, c'est parce que avec le Parti-Etat ces "mbembe" ont réussi à positionner l'animation MOPAP en deuxième position dans l'administration e la
territoriale.


Que Nzuzi wa mbombo et ses gars du Bas-Congo, que ce soit les bana Shaba avec leur Mokuse et ses belles femmes, sinon les bana Kisangani derrière Nyemba, tout cela s'est inscrit dans une logique
définie par la bande à Kithima et ses "B'amela mbondo bololo".


hh!


Lorsque l'on chante ses couplets, je suis en 3ème primaire (1968/69), mon maître Konji Kalonga Albert est secrétaire sectionnaire de Kintambo. il a des ambitions politiques et comme j'étais son
chouchou, il venait me chercher avec son Lambretta pour des réunions du MPR naissant dans la cour de l'école Saint Georges. Il faisait parti des premiers mobilsateurs du MPR et contrairement à ce
qu'on peut s'imaginer, ces précurseurs étaient e gars instruits:


Botomba qui a passé ses diplômes au séminaire des Frères des Ecoles Chrétiennes à Boma, avait derrière lui une expérience de bourgmestre-adjoint de la commune de Limete (1969 - 1971), en
reconnaissance de son implication au CVR


NALA LUNGA (je ne me souviens pas avoir entendu prononcer son prénom) était sécouriste et responsable des formations au sein de la Croix Rouge du Congo, aux côtés de Kawadio Nsadi


Nyemba Arthur, membre de la constelation, enseignant à saint Goerges puis Champagnard, a créé et dirigé le groupe de petits chanteurs et danseurs des Gais Lurons. Il était en outre un excellent
comédien qui a eu le mérité de représenter la RDC au premier festival des arts nègres de Dakar et accessoirement un des initiateurs du Théâtre national du Congo


Donc, on n'a pas affaire à des néophytes, bien au contraire! Et comme les mouvements des jeunes - scout, croix-rouge ou xavéri - étaient partout en RDC , ils n'ont eu qu'à s'appuyer sur ceux
qu'ils ont rencontré dans des Jamboré pour poser les bases de l'animation politique.


Les Nzuzi wa mbombo et autres Ndjoku n'apparaissent dans les annales de l'animation qu'à la faveur de la préparation du premier festival de l'animation politique et socio-culturelle de kintashasa
entre 1973 et 1974.


Donc rendons à César ce qui est à César en ce qui concerne l'initiative des Ngembo NALA et Botomba sur l'animation politique. Quant à dire qui étaient les meilleurs sur le sujet - chants,
chorégraphie et arrangement - ça c'est un autre débat. Dans tous les cas, le Ngwasuma authentique reste kinois, Kinshasa kiesse yaya!


 

Claude Kangudie 21/08/2012 16:13


Bonjour ndeko Serge...je veux deroger pour une fois a certaines de mes regles (j'utilise un clavier anglais, comprenez mon emotion mpo na ponctuation). Jean-Moulin etait le responsable de
l'animation politique au Kasai-Oriental. Je dispose encore de ses chansons. Au fait, il s'appelle Kasonga Mule Dibuba dia Konji. Il est mon oncle paternel. Il est le petit fils du grand chef
coutumier Luba Kasonga Mule wa Dineka, mon arriere grand pere. Pour revenir a ta demande concernant le refrain de la fameuse chanson djalelo, il veut dire ceci­­..."dja lelo nubandjilanga ye
mulopwe Mobutu= Aujourd'hui, contemplez le, le seigneur Mobutu". J'en profite pour corriger aussi un des intervenants qui a orthographie "nubanzila" au lieu de "nubandjila"...cette correction
s'impose because of "mutua's" est devenu "mutuashi" made of luba culture, fausse croyance bien repandue. Tobosana te ke mboka na biso ezali RDC.


Claude Kangudie.

Jean KOKEMIEZI 21/08/2012 15:16


Chers Amis,


L’histoire, on ne la change pas. Si les archives du MPR pouvaient encore nous être
utiles en pareilles circonstances, je crois qu’on irait carrément les consulter pour nous départager. Une chose est pourtant vraie : la toute première animation politique porte la signature
de Madame Nzuzi wa Mbombo, alors Gouverneur de la province du Bas Congo et cette séance haute en couleur avec Maïdoda en vedette principale
avait eu lieu au stade Kitemoko de Mbanza Ngungu, avec comme témoin principal, le Président Gnasimbé Eyadema du Togo.


Renseignez-vous auprès des caciques du MPR, plus particulièrement ceux qui avaient
travaillé au sein du Secrétariat Exécutif de la fameuse MOPAP. C’est après cette époustouflante production des pouliches de Nzuzi wa Mbombo, que le Maréchal Mobutu qui venait d’échapper à un coup
d’Etat, interpella la communauté internationale en lui posant la question si un peuple qui ne voulait plus de lui pouvait lui offrir un spectacle d’une telle intensité. Et c’est parti pour
toujours, car après Mbanza Ngungu, ce fut le tour de Boma, puis viendra le Katanga avec le groupe Kake qui sera connu du grand public lors du 1er festival d’animation politique
organisé au stade du 20 mai.

Muan'a mangembo 21/08/2012 13:42


A quelle région attribuer l'aqnimation politique?


En évoquant la génèse du Groupe Choc Kake, j'ai voulu souligner la démarche kinoise pour utiliser le folklore local et les chants des mouvements de jeunesse, dans la propagande politique.


Lorsque je souligne les missions des Botomba, Nala, Momene et autres Nyemba à l'i ntérieur du Zaire profond, c'est pour souligner le partage de la méthode de travail mise en place par l'équipe de
Kake, et plus tard Lipopo. En effet, il fallait d'une part garder à chaque région son authenticité d'une part, et partager des approches communes d'(autres part. C'est ce que l'équipe de Kake à
réussi. Il n'est pas question de dire que l'animation a commencé au Shaba, c'est erroné, par contre, on peut relever la qualité de la chorégraphie des groupes de Shaba (Majorette) alors qu'à
Kinshasa, c'est plus la gymnastique rythmée qui sert de base chorégraphique. Si l'on tient compte de l'influence du JEKOKE, d'origine Katangaise, on peut reconnaître que cette région a inspirée
d'une façon ou de'une uatre les autres. Ainsi dans l'élément filmée de Kake qui illustre mon papier sur l'animation socio-politique, les animatrices ont bassé leur chorégraphie sur la culture
Mbala, alors que les animatrices s'inspirent des pas"rumba" et Zombo. On ne peut docn pas dire que c'est Telle ou telle autre région qui a imaginé l'animation, puisqu'elle a toujours existé -
Franck Lassan le souligne d'ailleurs dans sa chanson Nuit de fête dans le quartier - mais c'est son adaptation aux réalités politiques que l'on doit à la bande à Botomba et NALA, qui ont
convaincu le Commissaire Politique KITHIMA de mettre cet outil à la disposition du MPR et donc de Mobutu. Et à ce titre, ils peuvent être considérés comme les "créqteurs" de l'animation
politique.


Une remarque a l'enfant de Ndjoku Ey'obaba qui attribue au Shaba la création de l'animation politique, cela est une erreur monumentale. Ce dont est parti s'inspirer son père au Shaba, c'est la
mise en place d'un Grand festival de l'animation, avec des chorégraphies propres à chaque région. C'est d'ailleurs à cette occasion que l'on verra le Vieux Ndjoku exhiber sa fameuse danse
"kinoise" avec sa queue de Léopard - cet animal est encore aujourd'hui l'emblème des kinois, dont la fierté justifie l'Esprit kinois.


En un mot comme en mille, le festival d'animation socio-politique comme grand rassemblement est inspirée des festivals de majorettes et défilé katangais, mais la création de groupe choc
d'animation politique reste propre à la bande à Botomba, Nala, Momene et autres Kawadio.


Un mot sur le ballet Lipopo pour dire qu'il est une réaction des initiateurs de l'animation face à la bureaucratisation de cet outil, à l'époque de Ndzanda buana, qui en fera des orchestres sur
le modèle de" Zaiko et autres Kamale. Le ballet Lipopo pronait le retour aux sources, pour une animation "Tout acoustique" avec juste les tam-tam, Ngongi, maracas et l'ajout du Lokombe, un
instrument Tetela qui fera les beaux jours de ce groupe.


J'ajouterai que le repertoire du groupe choc Kake a beaucoup emprunté au catalogue de Dewayon Ebengo Isenge, notamment la Chanson" Nani wana, sese seko", a pour base la chanson "Bana Bosenge",
tout comme beaucoup d'autres chansons. Le hit incontournable du groupe choc Kake, restent à mes yeux, les deux titres créé à ml'origine par Nala et Botomba : Mbondo bololo po na Sese et Libala ya
Sese na Peuple. Deux titres qui traduisent à suffisance l'engagement des kinois dans le sillage de Mobutu, dans le Mouvement Populaire de la Révolution.

Serge - Kongo na biso 21/08/2012 13:30


Nazali ko se rappeler lisusu na danceur moko tobengaki ye « Mukuse
Shaba » pona taille na ye.  Pe na Kassaï to na Shaba moko azalaki kuna na kombo ya Jean Moulin. Na baye bayebi munoko bayembela Djalelo
« na 1ere phrase oyo etikala lokola refrain, bazalaki koloba nini ? »


Na école primaire Kimbanguiste ya Kimbanseke (Kintuadi), vedette munene ya
animation avant salut au drapeau ezalaki « Papa Gaufin »


Boboto.

Serge - Kongo na biso 21/08/2012 12:30


Na b’animations politique ya MOPAP ndenge e changeaki bakonzi ndenge pe
ekomaki vulgaire.  Prostitutions ekotaki na kati, na chaque compagnie ba PDG bazalaki na pions ya MPR pe animation ezalaki na place moko capitale na
kati ya ba compagnies, na ba écoles tii na ba Wenze pe Zando, il fallait mua loyembo avant salut au drapeau, na ba écoles ekomaki na ba pionniers, b’orchestres fallait babimisa ba chansons
révolutionnaires pe bongo na bongo…  Ba Nzoky Eyo Baba na ba mama Nzuzi wa Mbombo basalaki yango pona bolingo ya mboka, kasi tango ekitani na ba Zanda
Buana Kalenda oyo akotisaki Kalanga Muana ya Zaïre na makambu yango pe ba Tshimbombo Mukuna oyo azalaki kokabola mbongo pona kotondisa Palais du peuple to Stade Kamanyola ekomaki juste ombre ya
MPR to MOPAP, Mobutu akomaki rejeter na peuple mais il fallait ko maintenir image à tout prix. Un jour avant 1990 (nabosani année exacte) ba groupes ya animation ya Zaïre esanganaki lisusu po
koyembela Mobutu ekomaki na heure moko groupe moko epesaki Mobutu message moko très fort ya clientélisme, voyoucraties, corruption, bassesse, ekotaki na mboka tango bayembaki :
« Likambo ebomi mboka likambo ya tribalisme, likambo ebomi mboka likambo ya ndeko ya…, commissaires des zones, cométat likambo ya ndeko ya… …. »  


*Ndeko Richard Mawete, oyo pesi ezali vérsion officiellement ya « Lokuta
monene » kasi ezalaki ko changer maloba selon ba circonstances, lokola na 20e anniversaire ya MPR na N’sele mbula emenasaki fête, peuple ayembaki « Lokuta na mbula, lokuta na
mbula, mbula ekanisaki, feti ekokufa, waya… » Animation ekomaki obligatoire tii na ba zones, na N’djili ebandaki na tango ya commissaire de zone Mundombele oyo bandaki makambu ya kotekisa ba
terrains ya football jusqu’à ce que ba N’djilois bakomaki bondela Luamba Mue Di Nzanza azonga na ebonga. Kobinela bakonzi na bokoko na biso ezalaki, kasi na tango ya Mobutu nde e changeaki mua
direction po ekomaki lokola adoration na ndenge na yango pe ba titres kili kili lokola Pacificateur, Unificateur, Rassembleur, Guide, Timonier Mobutu Mozalisi, Mosikoli, Elima, Elombe, Mobikisi,
Nkoyi mobali etc. tozalaki biso banso bana MPR pe ezalaki ambiance pe lokumu na tango wana, lelo nde soki tobendi bilili nde tokomi komona ke tozalaki utiliser mais lokola tokoki ko changer
histoire te il faut to changer ndenge ya ko vivre na future. Mutu moko ya mayele aloba : « comme on ne peut pas changer la direction du
vent, nous devons changer la position des nos voiles. »


Serge – Kongo na biso.

Dary-Abega 21/08/2012 11:25


Oui, le frère Emile a raison,l´animation zairoise à l´èpoque avait fait des émules partout en Afrique de Foccart ! en ce temps fort de Francafrique! Le togo en bon élève jusqu´à ce jour ! j´ai
été surpris il ya de celà 3 ans lors d´une fete Togolaise en ecoutant ces derniers chantés: Eeee Mayidoda eee mayidoda mayidoda à repos !!! Et meme aujourd´hui ,tout togolais connait la chanson !
Merci.

Ya Shaba 21/08/2012 11:09


C´était l´Afrique des Généraux, l´animation politique bat son plein, du nord au sud, de l´est à l´ouest, c´est la glorification de nos Généraux-Présidents, et la meilleure facon de la déification
c´était l´animation politique institutionalisée par le roi du Zaïre, et le MAPOUKA dangereux apparaîtra d´abord interdit et puis autorisé par le Général Gueï de la Côte d´Ivoire. vraiment nos
généraux-présidents sont allés plus loin : ILS ONT GATE L´AFRIQUE.

Emile 21/08/2012 09:49


Papa Messager,


Olobi LA FIEVRE DE L´ANIMATION POLITIQUE GAGNA TOUTES LES REGIONS, nakobakisa fièvre wana avait gagné toute l´AFRIQUE, nous sommes à l´époque des Groupes Choc, au Rwanda voisin sous la présidence
de nkondo Habyarimana, il fo omona, bongo na Togo chez nkondo Eyadema Etienne, c´était plus que Kinshasa, botuna batu ya Groupe Choc Kake bakopesa bino sango... après leur passage à Lomé, ils ont
adopté la facon de faire des togolais - instruments traditionnels et consorts.

Londende 21/08/2012 09:37


A moins que nabosana, Radio Trottoir elobaki polele : M.P.R. elingi koloba Mobutu Président de la République, ezali ya solo te ba Ndeko na ngai Richard Mawete na Lused.

Richard MAWETE 21/08/2012 07:09


Juste une precision: dans la chanson"lokuta monene",ils disaient "oyo akanisaki MPR ekokufa" et non "Mobutu akokufa".


Les gens avaient quand meme une certaine lucidité,au point de dire que Mobutu était un immortel.

LUSED 21/08/2012 01:24


LE GROUPE D'ANIMATION DE SHABA ET LEUR CHANT   "DJALELO"


Le groupe d'Animation de Shaba était aussi le meilleur groupe de l'époque par ses chants ,ses danses ,et même l'habillement.Sans compter la beauté des femmes.


 


Leur chant  fétiche était  "DJALELO".Ce chant était devenu le chant principal de l'animation pour le culte de la personalité de Mobutu.A tel point que ,le Ministre de l'information
Sakombi Inongo (ex Dominique Sakombi) avait mit un portrait de Mobutu à la télevision qui sortait des nuages pendant que  "DJALELO" de Shaba chantait , pour marquer le début des émissions
televisées. C'était  comme un dieu qui venait visiter son peuple au milieu des chants (DJALELO).


Et à la fin de toutes les émissions televisées ,le portrait rentrait dans les nuages ,pour marquer la fin des émissions.Toujours pendant que Djalelo chantait.C'était comme un dieu qui donnait au
revoir à son peuple au milieu des chants (DJALELO).


-solo: "DJALELO NUBANZILANGA EE ,MULOPWE MOBUTU "


-tous: "DJALELO EE EE MULOPWE MOBUTU "


(Obs: Peut être j'ai mal écrit,je ne connaît pas le Tshiluba.)


 


DJALELO était devenu comme um hymne personnel de Mobutu.C'était à la fois l'époque de la gloire de Mobutu ,et aussi du groupe d'animation de Shaba.


 


A part Shaba ,Bas-Congo ,Kinshasa et Haut-Zaire aussi étaient des grands groupes.Ce sont les 4 groupes chocs de l'époque.


Je me rapelle du chant du groupe Haut Zaire :"BANGO BANGO WANA EE,BANGO BANGO WANA EE ,BANGO WANA BOYOKAKA BAKOYEMBA, BAKOKUMISA MOBUTU SESE SEKO.BILENGE BANA HAUT ZAIRE  E ,BAKOYEMBA
,BAKOKUMISA MOBUTU SESE SEKO ".


 


Hélas !!!LA FIEVRE de l'animation ne s'est pas arrrêté là,ça a atteint  la couche supérieure.Tout d'abord Ndjoku Eyo Baba ,Gouverneur de Kinshasa et Nzuzi wa Mbombo ,Gouverneur de Bas-Congo
dansaient devant le peuple et accompagnaient leurs groupes.(Malheureusement ceci tourna mal pour Nzuzi Wa Mbombo,puisque étant femme ,LA RADIO TROTOIR, interpreta (sans preuve) qu'elle était la
concubine de Mobutu.La Radio trotoir était fort à l'époque).Ça imaginait, ça suspectait ,ça exagérait ,mais ça revelait parfois aussi des verités réelles cachées.


 


L'animation est entrée dans les réunions ministérielles.Tous les Ministres (ou  dirigeants politiques) debouts , chantaient DEVANT le Guide Mobutu assis et en sa presence ,avant de débuter
la réunion.Un courageux comme Ndjoku ou Sakombi par exemple pouvait entonner les chants comme "MOKAKO SWA...", soit  peut être "TOPESAKI 10 ANS NA MOBUTU,TOBAKISI 20 ANS NA MOBUTU ,PONA
KOSUKISA 100 ANS TOMOTOMBELI"...etc.


 


En plein discours du président Mobutu, l'animation intervenait pour sensibiliser la masse ,ou pour consoler et encourager le président en état d'afliction.Par exemple le président pleurant en
plein discours,disant par exemple :"COMPRENEZ MON EMOTION !!! " .Alors un courageux lance les slogans revolutionnaires,par exemple RRRRRRRR YA !!! YA !! RRRRRR YA !!!  YA!!!


Puis entonne un chant encourageant ,par exemple :" LOOKUTA MONENE " "LOKUTA MONENE ,OYO AKANISAKA ,MOBUTU AKOKUFA AA WAYA"


(Donc la chanson dit : "C'est un grand mensonge" - "Celui qui pense que Mobutu va mourrir .il  se trompe grossièrement " )


En quelque sorte l'animation divinisait tout simplement MOBUTU.Le grand exemple typique est le chant DJALELO de Shaba et la photo de Mobutu apparaissant dans les nuages ,tous les jours à la
Télevision ,à l'époque de Sakombi.


 


LUSED


 

Loyenge 21/08/2012 00:30


En présence de Mama Antoinette Mobutu et le Général J.D. Mobutu, na Stade Lumumba de Matadi oyo Mama Nzuzi wa Mbombo asalaki mokolo wana, Groupe Choc ya Animation ya Kongo-Central, ezalaki
kafu-kafu, pour la première fois dans l´histoire du Congo-Lipanda.


Je crois chorégraphie ya Animation ya lelo ewuta na Kongo-Central sous l´autorité du Gouverneur Nzuzi wa Mbombo.