Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

Hold-up électoral 

C’est ce vendredi 9 décembre que la bien triste nouvelle  est tombée comme un couperet. Le peuple est trahi non seulement par une poignée de traîtres mais aussi par la communauté internationale. Washington et Paris, ces traditionnels donneurs de leçon et faiseurs des rois en Afrique, se sont empressés à dénoncer les bourrages des urnes et la fraude massive en Russie, mais pas un seul mot pour tout ce qui s’était passé au Congo. Même pour les tueries qui s’en étaient suivi. Qui ne dit mot consent. Car, ne roulent-ils pas pour celui dont ils sont les suzerains ? Leur vassal a gagné, c’est l’essentiel, même s’il a toujours enfreint les règles les plus élémentaires de ce qu'ils appellent la démocratie  qui paraît-il, est le socle de leur société civilisatrice. Comment ces démocrates peuvent-ils cautionner la victoire du fraudeur est la défaite du vainqueur ? Les élections en Occident sont-elles devenues un jeu de qui perd gagne ? Qu’attendent-ils en retour de ce soutien à la tricherie et la supercherie ? N’oublions pas que les présidents français et américains, les fidèles soutiens du tricheur, sont en précampagne électorale.


Le président de la CENI a publié les résultats contestés des élections qui pour le pouvoir furent un cauchemar. Le peuple ne veut pas à sa tête un homme qui ne répond pas à ses aspirations, un homme qui à juste titre est le synonymes de ses malheurs quotidiens, un homme qui se dit président mais dont les préoccupations ne sont pas celles de son propre peuple qui croupit dans la misère la plus noire.


L’annonce de la victoire du candidat n° 3 a été accueillie par la joie de quelques partisans du pourvoir contre la colère des millions de Congolais. Quel contraste ! Ce qui apparaît aux yeux de tous comme un véritable hold-up électoral risque d’entraîner le pays dans une période trouble alors que le Congo meurtri n’en a pas besoin. Déjà, Kinshasa est en ébullition. La population kinoise a investi les rues. Des échauffourées entre policiers et manifestants mécontents ont été signalées quelque temps seulement après l’annonce fatidique de la supercherie électorale. Dans toutes les communes, l´animosité contre le pouvoir en place est palpable.


Ce soir, le Congo a deux présidents puisque l’élu du peuple, Etienne Tshisekedi, a lui aussi fait sa déclaration "présidentielle" en demandant au peuple qui lui a fait confiance de rester calme. Il met la communauté internationale devant ses responsabilités afin que le sang du peuple congolais ne soit pas versé sur le sol congolais, inutilement. 

 

Congo lelo,par Tabu Ley

 

 

Samuel Malonga

Commenter cet article