Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Histoire de la Ville de Kinshasa

GUITARE TEKE


Juste pour clarifier certains points relatifs à notre chère ville de Kinshasa. Je tiens à souligner que je suis moi-même natif de la ville de Kinshasa, mais en plus de cela je suis réellement ORIGINAIRE de la ville de Kinshasa, pour simple raison que mon père aujourd’hui décédé est de l’ethnie Humbu. Comme vous le savez tous, chaque peuple au monde à un espace vital qui fait que ce peuple puisse s’épanouir afin de préserver sa culture, sa langue etc..

Malheureusement un peuple fondateur de la ville de Kinshasa est en train de disparaître dans l’indifférence quasi inquiétante de l’opinion nationale. Kinshasa est le berceau des peuples Humbu-Téké; mais lorsque le colonisateur avait estimé que cette terre devait servir comme capitale administrative du Roi des Belges, le peuple Humbu-Téké s’est vu dépossédé de sa terre. Par la suite il y a eu Immigration massive de la population Congolaise vers Kinshasa alors Léopoldville.

Ce qui me révolte aujourd’hui est le fait que partout au monde, des instances internationales dont l’UNESCO protège certains peuples autochtones et indigènes (les indiens d’Amazonie, les Indiens d’Amérique et du Canada, les aborigènes en Australie, les Tibétains (quoi que avec la politique Chinoise), etc…), mais le peuple Humbu-Téké est en train de disparaître.   Kinshasa étant la capitale, il y a eu brassage, immigration, émigration, etc… à tel point que le Peuple Humbu-Téké n’a même plus son espace vital tant pour sa culture, sa langue, etc…

Que fait l’opinion nationale? Que fait l’autorité de l’État afin de protéger ce peuple? Il faudrait absolument un espace protégé dont les terres peuvent être vendues symboliquement au descendant Humbu-Téké. C’est inconcevable que moi dans ma propre région d’origine, je ne puisse avoir un lopin de terre comme peut l’avoir tout Congolais dans sa région d’origine.

Dans certaines régions au monde, il y a des réserves de terre uniquement réservés aux autochtones afin qu’ils soient protégés. C’est inconcevable que les Humbu-Téké ne puisse avoir ce privilège dans leur propre région d’origine qu’est Kinshasa.  L’État doit impérativement intervenir afin de permettre à ce peuple d’exister en offrant symboliquement quelques espaces-réservés aux Humbu-Téké afin que ces peuples fondateurs puissent exister. Les Humbu-Téké est un peuple originaire de Kinshasa et n’ont pas d’autres espaces pour y subsister.


Fils de Humbu

securedownload-copie-13

Le monument de Stanley

Commenter cet article

Falanga 12/07/2011 14:57



Ne condamnons pas trop nos frères Batéké, car le jour où les Congolais décideront par exemple de déplacer la Capitale (Kinshasa) vers une autre ville (Mbandaka, Kisangani, Goma, Matadi,
Mbujimayi, Kananga, Bandundu, Bukavu...) connaissant bien mes frères, les chefs coutumiers de ces terres ne feront que suivre l´exemple de leurs colègues de Kinshasa, car ils sont tous faits du
même bois donc Congolais et Bantous.


 


Falanga



JP BOUCK 09/07/2011 20:17



KINTAMO, c'etait ce que l'explorateur ou missionnaire Americain aurait entendu. Mais on peut le deviner, le mot correct etait KINTAMBO.


 


En lisant les recits de ces missionnaires, un certain nombre des points ont retenu mon attention:


(1) La denomination KIMBANGU, comme village ou espace physique, precede Simon Kimbangu et le Kimbanguisme.   Moi qui pensait que la denomination du Quartier Kimbangu a
Kinshasa avait quelque chose a voir avec Simon Kimbangu.


(2) Le village Kinshasa n'avait commencé a prendre de l'importance que lorsque l'administration coloniale y implata le port commercial.  



muloji 09/07/2011 16:59



pour moi, j'ajouterai que les vrais premiers habitants de la ville de kinsasa en particulier et de l'afrique centrale en général sont les hommes de petite taille (PYGMEE)=les MBAKA (en kikongo)
sont les premiers HOMOSAPIENS à coloniser l'afrique central, après il  y eut l'INVASION BANTU ensuite la fusion des BANTU et des MBAKA donneront naissance aux TIO, HUMBUTEKE, KONGO, LUBA,
MONGO, TCHOKWE et la liste n'est pas exhaustive...


par ailleurs, nous devons savoir que le roi makoko n'avait existé que dans les écrits de SARVOGNA DE BRAZZA dans la politique pour mieux REGNER il faut DIVISER les peuples KONGO et les TEKE(TIO)
qui partageaient, jadis, le pool MALEBO (l'actuel KINSASA-BRAZZA)... à vrai dire,  MAKOKO fût un titre comme gouverneur, chef  d' un village ou d'une ville TEKE au sein du ROYAUME
KONGO, par exemple: makoko nga liema (CHEF DE LIEMA OU CHEF NGA LIEMA) ou makoko nga mbé (chef de MBE) etc...


donc, les HUMBUTEKE n'ETAIENT pas les seuls propriétaires de la ville de KINSHSASA puisque il y a des noms des anciens VILLAGES KONGO tels que LEMBA, MATETE, NDOLO, LUNTENDELE, BADIA DINGI,
SELEMBAU, MAKALA, KINSENSO, NGIDI-NGIDI déformé en NGIRI-NGIRI, BUMBU, KINSUKA, LIVULU, KINKOLE pour ne citer que ceux là...c'était JUSTE une petite contribution que j'aurais voulu apporter sur
cet article car les colons BLANCS nous ont induit en ERREUR en ce qui concerne NOTRE PROPRE HISTOIRE ASANTE SANA BATOTO WANGU


Les AUTEURS à consulter:


CHEIK ANTA DIOP


NE MUANDA NSEMI


THEOPHILE OBENGA



Asala Kala 08/07/2011 08:46



En tant qu´Africains, Bantous et Congolais en général et Basakata en particulier, ces frères Batéké sont une composante des populations Basakata, à ce titre ils sont libres de s´installer partout
au Congo et mème s´ils le souhaitent d´émigrer au Congo-Brazza, au Gabon et en Centrafrique où les Basakata ont des ramifications, mais à la seule condition de ne plus répéter ce qu´ils ont fait
avec les terres de Kinshasa, à savoir de tout vendre pour se retrouver sans MABELE.


 


Likambo ya Mabele



Citoyen Du Monde 07/07/2011 20:15



Cet article est tres interessant. Je suis congolais d'origine mais ne et grandi en occident. J'ai passe quelques 6 ans a Kinshasa quand meme. Je ne suis pas assez age de connaitre l'histoire
de Kinshasa ou de Leopoldville comme me chers compatriotes qui ont fait de commentaires sur ce sujet. Au fait une chose dont je suis sur et que par la manque d'organisation, ces autoctones ont
vendu leur fiefs en desordre, en particulier les HUMBUs. Notre residence familiale a Kin est sur la terre Humbu. Ils nous vendu quelques parcelles dans un quartier dans la zone de Mont
Ngafula dont ils ont occupe pendant de decennies. Ils ont TOUT ET ALORS TOUT vendu, meme les maisons qu'ils occupaient ils les ont vendu. Ils n'ont plus rien et maintenant ils font du
marguille en vendant les terrains qu'ils ont deja vendu a d'autres personnes. C'est qui est dommage est que ils commencent aussi a vendre le terrain ou se situe leur cimetiere
familiale. Je ne sais pas si ce desordre totale peut etre rectifier mais je ne crois pas. Alors, je me demande qu'est ce que l'UNESCO a en faire.



JP BOUCK 07/07/2011 18:52



Maintenant qu'on parle de la ville de KINSHASA, une question me vient a l'esprit.


QUEL NOM REPRESENTE HISTORIQUEMENT LE MIEUX CETTE VILLE? KITAMBO (KINTAMBO) OU KINSHASA.


Notons qu'au 19eme siecle deja existaient des villages de LUBIKU et  KINDOLO le long du fleuve (apres le petit village des pecheurs KINSHASA ou KINSASSA), des villages de LEMBA et KIMBANGU
(bien avant le KIMBANGUISME) un peu a l'interieur.


 


Autour de 1900, KINTAMBO etait deja une petite ville cosmopolite, peuplée des locaux (Bateké, Bahumbu, Wambundu??) et
d'etrangers blancs, Bakongo, Bazombo, Zanzibares et Ouest-africains. 


D'apres un explorateur Americain, lorsque vers 1898 leur bateau venant de l'interieur du Congo etait enfin a des kilometres de vue de leur destination Leopoldville, des Congolais autochtones dans
le bateau se mirent a crier de joie KINTAMO, KINTAMO...AAAH!AH!AH...KINTAMO. Pour eux, LEOPOLDVILLE c'etait KINTAMO.



MI A MI 07/07/2011 14:33



OSALI ZOBA LOKOLA MOTEKE, AKABI MABELE NA MONDELE.


 


Je suis originaire de Mai-Ndombe (Lac et Plateau) dans le Bandundu, natif de Kinshasa, je me sens plus proche de Humbu-Téké dans leur révendication, vers les années 60, si ma mémoire est
bonne, il y avait une pancarte juste à l´actuel emplacement du bar Souzanelle Maison-Blanche qui disait "Agglomération des Batéké", je me souviens encore, bien qu´enfant ma mère a dû adhérer au
parti Unibat de Papa Mombele Pierre pour avoir la facilité d´acheter une parcelle à Camp-Mombele, et c´est Papa Francois qui habitait dans la commune de Matete qui était chargé de distribuer et
de vendre les parcelles à Mombele, l´histoire nous apprend que ce Papa Francois en 1968 n´avait même pas une parcelle à Camp-Mombele et donnait déjà le signe extérieur d´un démuni.


Nous avions immigré à Camp-Mombele en 1963, je vous assure que les 3/4 de la population de cette zone annexe était composée essentiellement des Batéké, aujourd´hui allez faire un tour à
Camp-Mombele, le Camp-Mombele d´aujourd´hui n´a rien à envier aux communes de Kinshasa, Barumbu, Lingwala, Kintambo, pour la simple raison que cette agglomération des Batéké n´est plus ce qu´elle
a été en 1960, les Batéké de 1960 ou leurs enfants ont TOUT VENDU, suivant l´exemple de leurs Chefs Coutumiers, à qui la faute ???


A mon avis, ces frères n´ont qu´un seul choix ou remonter le fleuve jusqu´au Mai-Ndombe où ils seront fondus avec leurs frères BASAKATA et personne ne les chassera là-bas, c´est leur fief...


MI A MI



adei toko 07/07/2011 11:39



Effectivement, le peuple HUMBU-TEKE a tout vendu, j'en connais des chefs coutumiers célèbres comme Mfumu NGANDU qui a vendu tout Kimbanseke en un clin d'oeil, le chef NGAFULA qui de son côté a
tout vendu à Ngaliema et Mont Ngafula, sans oublier Mfumu ZOBA qui a vendu l'actuel SELEMBAO. Connaissant bien l'ethnie je parie que d'ici quelques temps il n' y aura plus des Bahumbu à
LUTENDELE. Malueka; Mbenseke, Mfuti ont déjà été bradés. Le mieux c'est comme le dit Clément Ossinonde c'est d'inviter tous les intellectuels HUMBU-TEKE de rejoindre le mouvement qui existerait à
Brazzaville et de l'animer à Kinshasa en créant par exemple un grand parc  MPUMBU CITY où l'histoire de ce peuple serait entretenue.



Clément OSSINONDE 06/07/2011 22:37



C'est un mauvais procès, les HUMBU TEKE ne sont pas issus des pygmées, pour lesquels, un travail doit être fait pour préserver leur présece, ou leur culture dans les contrées où ils sont encore
identifiables.  Encore que d'aucun pensent qu'il  ne faut pas les maintenir éternellement dans la situation qui a toujours été la leur. mais les affranchir pour intégrer la société
moderne.


Or,.  les HUMBU TEKE sont des bantous au même titre que toutes les etnies du bassin du Congo, pour lesquels il faut luter pour qu'il n'oublient pas leur passé, mais travaillent d'arrache
pied pour maintenir, la langue, les coutumes, la culture et les arts, pour leguer aux générations futures.


Quan aux terres qui étaient les leurs, à Kinshasa et le long du couloir qui longe le fleuve Congo, ce sont eux-mêmes qui les ont bradées à tout venant, au point de se retrouver locataire sur leur
propre terre. le cas de KIMBATSETE - MASINA - NGIRI NGUIRI, NDOLO, MALOUKOU, etc  se passe de commentaires. QU'est ce que L'UNESCO à avoir dans le cas d'espèce.


Les HUMBU-BATEKE , dépendraient en principe de l'autorité du Roi MAKOKO, basé à Mbé sur la rive droite du Congo, qui semble bien organisé et peser sur les instances politiques et
administratives du Congo -Brazzaville. En marge de ce royaume (qui s'étendait sur la rive gauche du Congo, avec parmi les assesseurs NGALIEME) il existe depuis quelques années une organisation
multinationale qui regroupe tous les batékés du basin du Congo : Gabon - Congo - RDC qui traite depuis de tous les problèmes relatifs aux entités TEKE. Que nos HUMBU-BATEKE de la RDC se
rapprochent de cette organisation qui a son siège à Brazzaville.


Je me rappelle de son vivant le doyen MOMBELE et sa délégation est venu régulièrement à Brazza assisté aux instances de cette organisation.


Comme, l'adage dit L'UNION FAIT LA FORCE, nos frères HUMBU-BATEKE doivent s'unir aux autres pour poprésenter les problèmes qui sont les leurs.


Clément OSSINONDE