Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

GENERATION CONSCIENTE

Tolérance zéro, Fini la recréation, ces 2 slogans nous viennent du Congo, notre pays d’origine mais  curieusement ils sont désormais mieux appliqués ici en Europe que là bas. En effet, depuis un petit moment il souffle au sein diaspora congolaise comme un vent de nouvelle prise de conscience dicté par la crise ou la misère qui sévit au Congo.

Ne dit-on pas que pour faire tomber un baobab, il faut s’attaquer à ses racines. Aujourd’hui les congolais semblent avoir cerné les Armes de Distraction Massive, que sont la musique et les églises de réveil. Certains musiciens et quelques pasteurs des églises de réveil sont en effet utilisés par les politiques en place pour endormir la population et ainsi ne plus penser aux revendications socio économiques les concernant.

A Londres, à Paris comme à Bruxelles la diaspora s’est mise debout pour enlever l’étiquette  « BMW » que d’aucuns ont collé aux congolais que nous sommes. Dans ces capitales, disais-je, on ne veut plus de cette musique aliénante, impudique et pleine d’idioties dont les danseuses, presqu’à poils, exécutent de manière ostentatoire des danses obscènes.

Nous décrions donc cette musique de la distraction des masses qui déconcentre et met à mal l’éducation de la jeunesse de notre pays à tel point que la plupart d’entre eux, sous l’emprise de « soupou na tolo » sont devenus incapables de voir la situation de paupérisation dans laquelle se trouve le pays. Ils se contentent des jouissances stériles et enivrantes que leur procurent cette musique au lieu de se concentrer sur des revendications socio politiques auxquelles ils aspirent pour faire bouger les choses et ainsi faire sortir le pays de la situation de misère dans laquelle le pouvoir en place les a enfermé. On ne veut donc plus de cette musique qui contribue largement à la dépravation des mœurs et qui fait l’apologie de ces politiques incompétents qui ne misent que sur la popularité entretenue par des dédicaces(mabanga) des musiciens pour exister et continuer leurs œuvres de malfaisance et d’appauvrissement de la population.

Exit aussi les pasteurs de ces églises de réveil, qui au lieu de réagir comme le cardinal MONSENGWO quand la constitution venait d’être taillée sur mesure, ont fait croire à la population que même les bras croisés, Dieu fera quelque chose pour le Congo. Un des leurs croupit depuis des années en prison parce qu’il a osé tout simplement soutenir l’opposition qu’on lui a inventé des griefs pour l’emprisonner. Nombre d’entre eux sont dans les institutions de la république et s’enrichissent scandaleusement au dépens de ce peuple qui leur avaient fait confiance et qu’ils étaient censés aller défendre là-bas étant donné leur intégrité morale.

 

 

En cette année d’une élection décisive pour le changement dans notre pays, accordons nous un temps d’arrêt ou de réflexion pour changer les choses là-bas. A défaut de la démocratie parce qu’elle n’existera peut être pas de sitôt chez nous pour des raisons que vous n’ignorez pas à savoir le phagocyte de l’opposition ou l’intolérance politique, pour ne citer que celles-là, je pense que nous devons prôner l’ALTERNANCE POLITIQUE pour éviter qu’il ne s’installe encore un système mafieux comme à l’époque de Mobutu parce que les politiques sont restés longtemps en place et ceux qui sont là aujourd’hui y sont depuis plus d’une décennie.

La diaspora congolaise devra donc se mobiliser pour qu’il y ait changement des dirigeants et ainsi libérer notre population de la prestidigitation dans laquelle elle se trouve depuis le décès de Laurent Désiré KABILA . Pour cela nous devrions opter pour une ferme rupture dans notre façon d’agir, de faire une introspection morale et éthique qui servira d’exemple à notre population restée sur place et qui nous permettra d’avoir un état juste et impartial.

C’est de cette manière que nous allons inciter nos populations à fuir la corruption, la concussion, le trafic d’influence, le détournement des fonds publics ou l’enrichissement sans cause. Lors de nos prochaines descentes ou visites, surtout qu'il ne nous reste que six mois avant les élections à 1 tour nous qui nous ont été imposées par ces gens qi sont au pouvoir, nous devons mener une vraie campagne de sensibilisation en formant et en informant nos familles respectives sur la necessité de cette alternance politique qui pour nous constituera une matière à comparaison en vue de l'avancement de ce pays qui ne demande qu'à manger 3 fois par jour, à se doter d'une sécurité sociale et à scolariser ses enfants.

Les 5 chantiers ne sont qu'un leurre, un arbre qui cache la forêt dans un pays où la misère, pour ne pas dire tout est colmaté par des coups d'artifices. Il est loin ce temps où on nous faisait croire que nous avions le plus grand barrage hydroélectrique du monde alors que de matière concrète et effective il ne profitait pas à la population.

Au délà des lamentations et d'attendre que tout nous tombe du ciel, il nous faudrait au délà de cette simple alternance des propositions, de l'imagination et surtout beaucoup de générosité pour que quelque chose dans notre cher et beau pays.

Si Israël est fort sur l'échiquier international c'est d'abord grâce à sa diaspora vigilante disséminée partout dans le monde qui de l'extérieur arrête ou bloque tout ce qui peut nuire à la vie des gens restés au pays.

Faisons comme eux car la politique doit devenir un sacerdoce, c'est à dire quelque chose qui luttera contre l'enrichissement personnel au détriment du peuple pour ainsi pousser nos prochains dirigeants à faire plutôt de la politique que de vivre de  la politique.

Le Congo va mal mais il pourra mieux marcher si nous enlevons de ses bottes le caillou qui le gêne dans sa marche vers l'avant.

ADEI TOKO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JJ 10/04/2011 10:44



Cher Monsieur, Bravo!! Un article rarement vu et lu de la part d'un compatriote, tout est dit, tout est clair, encore bravo!!! la lutte continue



Ndombasi Kupessa 09/04/2011 05:35



La musique au Congo (RD),c'est l'opium du peuple congolais.



Messager 08/04/2011 21:38



Bravo à notre ami Adei Toko pour cet article de fond qui peint sans détours notre société.


Messager