Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

EXPLOSIONS DU 4 MARS 2012 : VERS UNE NOUVELLE CRISE
Avec le Complot de SASSOU NGUESSO Contre le Colonel Marcel NTSOUROU, va-t-on Vers une Nouvelle Crise ?
 

securedownload


Une fois de plus, dans le feuilleton politico-judiciaire qui serait créé par M. SASSOU NGUESSO dans l’affaire de l’accident du 4 mars 2012 survenu au niveau de l’ECRAMMU à Mpila, ayant provoqué plusieurs centaines de morts et des dégâts matériels importants, la chambre d’accusation s’est réunie le jeudi 4 octobre 2012 pour statuer, à la demande des avocats des colonels NTSOUROU, SAHOUS et INGANI, sur leur appel interjeté au sujet de la prolongation injuste de la détention préventive de leurs clients à la Maison d’arrêt de Brazzaville.
Ce qui n’est pas acceptable et normal, selon les avocats des colonelsNTSOUROUSAHOUS et INGANI, qui ne cessent de clamer haut et fort l’innocence de ces prévenus encore incarcérés à la Maison d’arrêt de Brazzaville, comme l’a dit supra, dans le cadre de la procédure intitulée "Kakom et autres".
En vertu des articles 192 et 209 du code de procédure pénale, la défense des inculpés avait déposé plusieurs mémoires concernant la régularité de la procédure, tout en demandant à la chambre d’accusation pour qu’elle soit d’office saisie à l’occasion de l’examen de cette procédure au cours de cette audience pour les examiner et les déceler au fond.
Mais il semble que s’il règne au niveau du juge d’instruction et du procureur de la République une claire ambiance de déni de justice et de forfaiture, au niveau de la chambre d’accusation l’ambiance qui règne est celle de la torpeur et de la retenue, poussant à une presque lâcheté consistant à tout faire pour rejeter les parties dos à dos, en refusant d’analyser le fond des affaires soumises. 
Aussi, si lors de la dernière audience, la chambre d’accusation à laquelle était soumises des faits liés à la liberté provisoire et aux nullités des actes d’information, s’en était sortie en invoquant le retard observé dans les délais d’appel. 
Cette fois-ci, alors que les affaires de détention préventive et d’actes contraires à la loi toujours dans le cadre de la procédure lui ont été soumises, elle a préféré délibérément statuer sur l’appel lié à la prolongation de la détention préventive pour laquelle, elle a de nouveau prononcé un rejet pour manque de base légale, en référence à l’article 272 du code de procédure pénale.
Elle a donc renvoyé l’examen des mémoires à une autre matière que le président devrait convoquer prochainement. Cela semble peu probable, d’après les avocats de la défense. Il apparaît tout à fait qu’il y a une évidence irréfragable sur les couacs déjà décelés par cette chambre d’accusation saisie à l’occasion de ces deux audiences et ayant connaissance de graves atteintes à la loi, à la liberté des inculpés et aux droits de la défense dans ce roman digne des intrigues des Empires de l’antiquité.
Des atteintes dont elle aurait dû se saisir, immédiatement conformément à l’article 209 du code procédure pénale, tant elles font de cette procédure une infamie, pour constater les causes de nullités conformément à l’article 192 du code de procédure pénale et prononcer la nullité des actes viciés et celle de toute la procédure. Malheureusement, elle applique la politique de l’autruche en se voilant la face pour dire qu’elle n’a rien vu.
Ce faisant, elle refuse de jouer son rôle. Ce qui contraint des citoyens innocents et victimes d’injustices de la part des services de l’Etat et du ministère public, à demeurer illégalement en prison et à se soumettre à des poursuites arbitraires.
Agissant ainsi, cette chambre d’accusation qui participe elle-même à l’arbitraire, met les citoyens devant la nécessité, qui, faute de droit à la justice, sont forcés d’envisager toutes les mesures extrajudiciaires possibles pour retrouver leurs droits.
Ceux qui rendent justice à tous les niveaux doivent savoir que le déni de justice installe l’arbitraire qui institue la loi de la jungle dans laquelle l’on a recours qu’à des actes de force pour régler les antécédents.
Si la justice congolaise est censée être le dernier rempart des citoyens contre l’arbitraire des hommes, contre des actes arbitrairement et illégaux des responsables de l’Etat de quelque niveau que ce soit, devient elle-même un instrument qui cautionne l’arbitraire, alors la société ne devient-elle pas une société d’animaux avec son corollaire la loi du plus fort et celle de la lutte pour la survie ?
Il n’est pas possible de permettre à quiconque de profiter de sa position sociale pour violer, comme il l’entend, les libertés fondamentales dont doivent jouir les citoyen dans notre pays, quels qu’ils soient, pour violer également le domicile d’un citoyen, comme il l’entend ou de le détenir autant de temps qu’il l’entend, de le déférer devant des juridictions qui font exprès d’ignorer ces faits, tout en aggravant elles-mêmes certaines situations comme celle concernant les colonels NTSOUROU, SAHOUS et INGANI, avec victimes de la poursuite de la persécution par le refus de la chambre d’accusation de constater cet état de fait et de rendre justice en conséquence. 
Les citoyens du Congo Brazzaville, constatant la persistance de cette situation, les proches des prévenus constatant cet état de fait, les inculpés eux-mêmes le constatant également, n’auront-ils pas raison tôt ou tard, devant la démission des gestionnaires de la justice au niveau de ces juridictions, de réagir par des voies appropriées à la loi de la jungle ? Qui leur en voudra, comme se le demandent beaucoup de nos compatriotes ?
Il faut se souvenir que la guerre du 5 juin 1997 déclenchée suite à une attaque perpétrée "contre M. SASSOU NGUESSO, à son domicile". Le pouvoir d’alors arguait de son droit d’appliquer la justice, en allant, dit-on, chercher des hommes, comme ABOYA et autres, ayant commis des délits à Owando et qui, à cette époque, étaient soupçonnés de se cacher ou d’être cacher au domicile de SASSOU NGUESSO.
M. SASSOU NGUESSO avait réagi à cette attaque qui dérangeait son sommeil, en activant sa garde et ses fidèles qui n’avaient pas accepté cet état de choses et la guerre s’est prolongée pendant des mois. Résultat, environ 15. 000 morts. Comment SASSOU NGUESSO peut-il aujourd’hui perpétrer des injustices qu’il a refusées hier ?
Nombreux sont nos compatriotes qui se posent cette importante question. Au nom de quelle logique ou de quelle justice, SASSOU NGUESSO peut-il, comme ne cessent de le répéter les avocats de la défense, se complaire ou se permettre de perpétrer contre autrui des injustices ou des actions délictueuses, qu’il a refusées lui-même de subir hier et qui l’avaient poussé à réagir par des moyens de force. 
Pour le cas du colonel Marcel NTSOUROU qui n’a rien à avoir avec l’ECRAMMU et ses personnels, comment peut-on, de manière arbitraire, l’attaquer en plein jour, le séquestrer pendant 37 jours, violer impunément ses domiciles en les saccageant, l’accuser de choses non fondées et n’ayant aucun lien avec la tragédie du 4 mars 2012 ? 
Comment peut-on le présenter devant un procureur qui a ordonné par document confidentiel relevant de la forfaiture des réquisitoires dont il a refusé de reconnaître l’évidente légalité, même devant le l’intéressé lui-même pendant la présentation à ce magistrat des faits ? 
Comment peut-on le présenter également à un juge d’instruction qui refuse de transmettre à la chambre d’accusation ces graves entorses à la procédure ? 
Ce juge d’instruction fabrique lui-même des éléments d’inculpation par pure forfaiture, prolonge la séquestration de l’inculpé NTSOUROU et d’autres prévenus qui n’ont rien à avoir avec l’ECRAMMU, par des mandats de dépôts fantaisistes, à la Maison d’arrêt de Brazzaville. Des mandats de dépôts qui sont toujours malicieusement prolongés sans aucune motivation ? 
Comment une chambre d’accusation peut-être rester aveugle devant ces faits et refuser de s’autosaisir pour mettre fin à ce spectacle digne du Chili de Pinochet. Et si le président Pascal LISSOUBA l’avait fait au président Denis SASSOU NGUESSO où en serions-nous ?
Tout le monde sait que dans cette haine sans fin, le seul but est de garder sans raison le colonel Marcel NTSOUROU en prison. Pour cela, le juge d’instruction serait sous une pression constante de la cellule "anti-Ntsourou", mise en place pour accélérer après une instruction bâclée de la procédure, la rédaction d’une ordonnance de règlement dans les mêmes conditions que tous les actes antérieurs, prononcer les mandats avant l’échéance des délais de détention préventive, mais aussi continuer à garder les innocents en prison. 
S’agissant de la chambre d’accusation, il faut éviter à tout prix d’examiner jusqu’à une éventuelle audience publique toute requête de la défense liée à cette procédure qui depuis son début n’est qu’un grave complot de Denis SASSOU NGUESSO contre le colonelMarcel NTSOUROU.
Si un tel complot devrait persister, il va de soi que Denis SASSOU NGUESSO aurait agi contre le colonel Marcel NTSOUROU comme le 5 juin 1997 lorsque le président Pascal LISSOUBA a agi contre lui en l’attaquant.
Les parents, les amis, les proches et les citoyens du Congo Brazzaville devraient alors en tirer les conséquences qui risquent de tomber demain. Toutes les conséquences. La responsabilité en reviendra aux gestionnaires de la justice congolaise, et à eux seuls, pour avoir refusé de rendre justice.
-----------------------------------------------------
Quand Jean Dominique OKEMBA Fait la Loi au Congo Brazzaville et Instrumentalise le Procès des Explosions du 4 mars 2012 ?
Après l’inflammation du dépôt de munition à l’ECRAMMU qui a occasionné des explosions ayant conduit à un drame humanitaire dans les quartiers nord de Brazzaville, une commission d’enquête avait été mise sur pied pour éclaircir les circonstances ayant concourus à une telle catastrophe. 
Cette commission d’enquête organisée au sortir d’une réunion des responsables du haut-commandement militaire et des services de sécurité avait été confiée au colonel Philippe OBARA, ce qui en réalité la plaçait sous la responsabilité directe de Jean Dominique OKEMBA, neveu de Denis SASSOU NGUESSO et secrétaire général du Conseil national de sécurité dirigé par le Chef de l’Etat lui-même, lequel est le chef hiérarchique de cet officier. 
Or, c’est un fait aujourd’hui connu de tous, que le "vice-président de la République", OKEMBA Jean Dominique en l’occurrence et à vrai dire le véritable chef d’Etat congolais capable de prendre des décisions à la place et quelques fois à l’insu du Président de la République quand il n’a pas influencé ou inspiré ce dernier. 
"Le Président SASSOU ne contrôle plus rien", affirme sans hésiter un homme du sérail. En cela, les arrestations à la limite arbitraire et à la va vite ressemblant plus à des règlements de comptes qui ont caractérisé cette commission d’enquête étaient ordonnées par Jean Dominique OKEMBA, "le spécial", comme l’appellent ses hommes liges, allusion faite à son titre de conseiller spécial de son Président d’oncle. 
Ainsi, cela ne sert à rien de se leurrer, c’est à n’en point douter ce dernier qui a ordonné les arrestations du colonel Marcel NTSOUROU, SAHOUSS, ICKONGA Germain et autres, cela vous étonnera peut-être, des avocats Me Ambroise MALONGA et Gabriel HOMBESSA ! 
Est-il nécessaire de rappeler que Jean Dominique OKEMBA fait la loi au Congo-Brazzaville au moyen d’un noyau du pouvoir dont les têtes d’affiche sont le général Jean-François NDENGUE, directeur de la police, le colonel Philippe OBARA, directeur général de la surveillance du territoire sans oublier d’autres officiers supérieurs (chef d’Etat-major, ministre de la Défense faisant partie) et membres du gouvernement qui lui font allégeance. 
L’intéressé aurait même la faculté de se servir à titre personnel et privé d’un ministre d’Etat congolais pour ne citer que Bienvenue OKIEMI a qui il fait écrire des textes sous anonymat (lui-même n’étant pas érudit) destinés à le réhabiliter dans les journaux locaux.
Ceci étant dit, après avoir montré ses limites, cette commission d’enquête de Philippe OBARA s’était désengagée de l’affaire en présentant les présumés coupables du 4 mars au Procureur de la République, ESSAMY-NGATSÉ, lequel également se plierait en salamalecs face au puissant Jean Dominique OKEMBA
Tout compte fait, même au niveau de la justice congolaise, le neveu du Chef de l’Etat continue à orienter les décisions ainsi que la procédure initiée dans le cadre du drame de Mpila. A ce titre, il se dit dans les couloirs du palais de justice, à chaque fois que les magistrats ont voulu prendre des décisions sur l’affaire du 4 mars notamment sur la libération de certains prisonniers incarcérés à tort tel le colonelMarcel NTSOUROU, ces "jugements" sont interceptés par des descentes sur le terrain de Jean Dominique OKEMBA ou des simples coups de fil de ce dernier en direction du procureur de la République à l’issue des conclaves regroupant les NDENGUETOBARA et certains hommes en treillis.
Par ailleurs, le conseiller spécial du Chef de l’Etat et neveu de son oncle de Président aurait, soi-disant, promis des voitures de luxes aux magistrats et financé certains détenus par le truchement du directeur de la prison en vue de trouver à Marcel NTSOUROU et autres des liens avec les explosions des dépôts de munitions. Vrai ou faux ? 
Ce qui est sûr c’est que, peut-être du fait de sa vieillesse, Denis SASSOU NGUESSO ne contrôle plus un Etat sur le point d’être confisqué par son neveu de franc-maçon. 
Quel sort Jean Dominique OKEMBA, Mora Nzambé (semblable à Dieu) de son petit sobriquet, réserve-t-il aux officiers actuellement emprisonnés à la Maison d’Arrêt de Brazzaville particulièrement à son adjoint Marcel NTSOUROU incarcéré plus par punition militaire que par réelle inculpation ? Quels montages et condamnations seraient-ils prévus ? 
Toutes ces questions pour qui veut savoir doivent se trouver dans le carnet secret de Jean Dominique OKEMBA, le grand maître adjoint de la Grande Loge des Francs-maçons du Congo-Brazzaville.
------------------------------------------------
A Quand l’indemnisation des Victimes de la Catastrophe du 11 Octobre 2012 ?
Plus de 1000 sans-abri et des maisons endommagées dans les pays de Boko
Une tornade s’est abattue la semaine dernière dans le district de Boko, en emportant sur son passage les toitures de plusieurs maisons d’habitation de plusieurs villages dans le district de Boko avec plus de 1000 sans abri et des blessés graves
Les vents violents accompagnés de pluie ont endommagé dans la nuit du 9 au 10 octobre 2012, des habitations dans les villages Mbandza-Sanda, Voka, Taba, Singa Banana, Loubounda, Kidounga, Maloundou, etc. qui se sont retrouvés sans toiture et d’autres complètement détruite par la violence de cette tornade.
A ce jour, de nombreuses familles sont demeurées sans abri et sans assistance, pour avoir perdu leurs biens à usage domestiques durant ce sinistre.
Selon des témoignages recueillis auprès des habitants de ces villages, les populations victimes ne savent pas à quel saint se vouer pour bénéficier d’une quelconque aide et assistance humanitaire de proximité de la part des pouvoirs publics durant cette période des fortes intempéries, avec des changements climatiques marquer par des fortes chaleurs et des pluies torrentielles dans la partie sur du pays.
La question que plus d’un citoyen se pose est celle de savoir si les populations sinistrées de ces villages bénéficieront aussi d’une allocation d’urgence comme leurs frères sinistrés du 4 mars 2012, puisque il s’agit d’un même pays qui est le Congo avec ces excédents budgétaire.
Le président de la république et son ministre des finances appliqueront-ils la politique de deux poids deux mesures ?

 

Nous Sommes le Congo
Cessons d'Avoir Peur
Pour Construire un Etat de Droit
http://www.mampouya.com/

Commenter cet article

zenga mambu 17/10/2012 13:20


Je m'inscris en faux de te dire que SASSOU avait trouvé prêtexte d'attaquer le Professeur P. LISSOUBA , du fait que ce dernier était parti le déranger dans son sommeil. C'est faux et
archifaux. L'éviction de LISSOUBA avait été préparée par la France sous l'odeur du pétrole congolais.Etant Panafricaniste congolais de kinshasa soutenant les idées de LUMUMBA, Kwameh
Nkrumah,Modibo Keita,Amical Cabral et les autres nationalistes Africains et Sud-Africains, je dois de m'intéresser à mon voisin d'à côté . Vu notre proximité,les choses iraient mal au
congo-kinshasa , s'il y a instabilité  à l'autre rive.Lissouba a été chassé du pouvoir par les accords stipulés par la politique économique de la françafrique que Sassou avait signés avec
ses Maîtres franc-maçonniques de l'ELF et TOTAL de faire partie manu militari Le Prof pour son retour au pouvoir.Cest "come back" ,avait été planifié,chronomètré par la cellule africaine de
l'élysée. La France souffrait d'une peur maladive de voir le Professeur de biologie végétale Lissouba de supprimer pour de bon les accords léonins sur l'exploitation pétrolière au profit des
congolais à leurs désavantages. Lissouba promit de faire du Congo-Béa de la "suiisse d'Afrique. Il le démontrait au tableau en public et je le suivis attentivement, comme un élève devant son
Professeur de l'autre de la rive droite. Je ne suis pas né de la dernière pluie et d'ailleurs, en plein culte de personnalité mobutienne,je préférais suivre télé-congo que la voix du zaïre de
Mobutu. Sassou, c'est un pion  français qu'elle avait conseillé de lâcher provisoirement les commandes du pouvoir pour calmer les ardeurs des congolais en attendant sa récupération.La manne
pétrolière peut bien satisfaire les besoins des congolais d'en -face. Faisons un peu de statistique, de calcul économique : avec une population de 2 mio d'hbts qui divise les barils
produits(coefficient X) produits et vendus au prix réels ou forts , on aura un quotient (ratio) autant élevé pour chaque habitant du congo. Ce ne sera pas seuls les sudistes qui en bénéficieront
, mais tous les congolais y compris les nordistes. Aujourd'hui, le nord(Sassou) a fait du congo leur pays et les investissements ne se font qu'au nord, c'est désolant et aussi révoltant. Au sud,
on investit timidement et dans micro-projets; Sassou, vous êtes le Président de tous congolais et cessez de montez des procès bidon contre les progressistes, quittez aussi vos ordres mystiques
occidentaux et embrassez les idées professées par les bonnes religions africaines régionales ou devenez chrétien modeste de la religion occidental.Tôt ou tard , les sudistes prendront le pouvoir
et ils détruiront tous les efforts déployés pour investir au nord. Et, ce sera le cercle vicieux.Relâchez ses présumés criminels sur les explosions; vous connaissez bien comment ces tristes
drames ont été produits et ne cherchez pas surtout à sacrifierb pour rien des innocents dans ce crimes voulus, parce qu'ils commencent à avoir de l"aura" sur vous. Vous, c'est vos Frères
Maçono-régionaliste. Les Africains commencent à ouvrir les yeux et faites gaffes.


ompris les nordistes