Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

Du Rififi Autour de la Tragédie de Mpila 

Sassous.jpg


La Piste Téké
Le 3 mars 2012, à la veille des explosions qui ont endeuillées notre capitale congolaise, le colonel Marcel TSOUROU, secrétaire général adjoint du Conseil National de Sécurité, célébrait son 56ème anniversaire. Plus de 500 invités, triés sur le volet avaient répondu à l’appel, au domicile de l’officier dans le quartier de la maison d’arrêt de Brazzaville.
Sur les cartons d’invitation, obligatoires, deux éléments troublaient :
1. d’abord, le chiffre fêté n’était pas rond ou quinquennal comme il est de coutume pour les anniversaires en grande pompe dans notre pays.
2. En outre, la carte annonçait également la célébration concomitante de 29 ans de carrière militaire du colonel. Encore un chiffre qui ne tourne pas rond.
Il semblait alors pour la plupart des convives, que l’occasion servait plutôt à interpeller Denis SASSOU NGUESSO, maître des anoblissements civils et militaires, qu’un officier aussi reconnu pour ses compétences techniques que pour son allégeance au régime ne pouvait attendre plus longtemps le grade de général, alors qu’il est colonel depuis 16 ans.
Au cours de la soirée, les choses ne vont pas tout à fait se passer ainsi. Ou plutôt, pas seulement s’arrêter là. En effet, après le passage de griots contant l’histoire – quelque peu orientée – du peuple téké, le colonel a pris la parole devant un auditoire composé à plus de 90% de téké.
Dans un discours long, direct et animé, il a retracé son parcours scolaire, auto-qualifié de très brillant, du primaire en passant par l’école des enfants de troupes, les formations militaires en Roumanie et en Russie. Il a ensuite retracé ses fonctions militaires, en remerciant au passage André MILONGO qui fit de lui lieutenant-colonel, puis Pascal LISSOUBA qui le nomma colonel, malgré a-t-il dit, des crocs en jambe qu’il leur a posé, car étant à l’époque au service de Denis SASSOU NGUESSO. Ce dernier, ne l’ayant jamais nommé à aucun grade.
Mais plus grave encore, il s’est plaint d’avoir été exposé au procès des disparus du beach, lâché comme un mouchoir qui a trop servi, par un régime qui d’ailleurs ne l’a jamais récompensé et a déjà tenté de le faire assassiner.
Il n’a pas manqué de présenter ses excuses à tous ceux qu’il a endeuillé alors que, dit-il, il a tout fait pour l’éviter. Il a demandé aux tékés de prendre leur pleine place dans l’histoire du Congo et au moment venu, s’ils devaient agir, de ne pas hésiter à prendre leurs responsabilités par tous les moyens, "je répète a t-il dit, par tous les moyens". Des applaudissements enthousiastes ont fusé.
Et à l’adresse de celui qu’il n’a pas nommé, mais qu’il a bien caricaturé, il a dit "même la peur à ses limites. Et elles sont atteintes". Pour finir, dans un air testamentaire, il a remercié sa famille de l’avoir toujours soutenu dans ces épreuves ou bien souvent sa vie n’a tenu qu’à un fil.
Le lendemain matin, Brazzaville était en feu. Plusieurs tonnerres d’une violence inouïe dévastaient les camps militaires de Mpila avec les dégâts que nous connaissons.
L’enquête a été confiée à la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST). Depuis le 20 mars 2012, quelques colonels gestionnaires de l’armement ont été interpellés et mis aux arrêts dans les locaux de cette institution. Les colonels André SAHOUS, Germain ICKONGA AKINDOU, Claude MOPITA sont de ceux là. Des civils ont également été entendus, nomment les entrepreneurs qui furent chargés de construire les nouveaux entrepôts d’armement.
Mais depuis quelques jours, les enquêteurs semblent se focaliser sur la piste TSOUROU, élargie désormais en piste téké. Le scénario évoqué est celui d’une tentative de déstabilisation du régime qui aurait pris une ampleur dépassant les prévisions des instigateurs.
En effet, au lieu de détruire simplement l’armement, objectif initialement prévu, des centaines de civils ont payé. Les auteurs ont eu peur de poursuivre leur œuvre, en s’emparant du pouvoir par exemple ou en le forçant tout au moins à négocier, car avec cette tuerie odieuse, la porte de la cour pénale internationale semblait ouverte, ainsi que le rejet du peuple congolais pour un éventuel nouveau régime survenu dans de telles conditions. Ainsi, pour les enquêteurs, le discours du colonel mécontent trouve son explication.
Mais, alors, pourquoi prévenir un auditoire?
Un ex guerrier originaire du Pool, et proche du milieu Kouyou qui ne pardonne toujours pas à SASSOU d’avoir organisé la disparition du président Marien NGOUABI aurait déclaré le 28 février 2012 à Ouenzé
que "je pars pour Pointe-Noire, mais après moi, ça va péter, vous allez voir".
Il a été interpellé et retenu à la DGST pour savoir d’où lui venait cette prédiction et déterminer les liens qu’il a pu avoir avec d’éventuelles autorités politiques ou militaires, notamment le colonel Marcel TSOUROU car il semble qu’ils soient les deux seuls à avoir prédit quelque chose, qui s’est réellement produit.
C’est dans cette suite que le colonel Marcel TSOUROU a été interpellé vendredi 30 mars 2012, et retenu jusqu’à nouvel ordre.
Il semblerait qu’à sa suite, le ministre de l’enseignement technique André OKOMBI SALISSA est également dans le collimateur et pourrait à son tour être aux arrêts.
La non dissolution du CADD-MJ pour le fondre dans le PCT comme l’exigent les conclusions du dernier congrès du parti de Marien, fait peser sur André OKOMBI SALISSA depuis quelques mois le soupçon d’entretenir une milice pour servir ses propres intérêts le moment venu.
Déjà, le samedi 31 mars 2012, la fédération du CADD-MJ du Niari s’est désolidarisée de son président pour annoncer sa dissolution et son adhésion au PCT, en rappelant que le vrai fondateur du CADD-MJ est Denis SASSOU NGUESSO.
C’est une préparation de l’isolement du bouillant ministre et ex-guerrier, qui va voir toutes les fédérations le lâcher dans les jours qui viennent. Celles qui résisteront devront s’engager dans un front ouvert. Et là, ca risque de barder et de faire très mal!
La piste téké a été commentée dès le jour des explosions. Elle expliquerait selon certains observateurs pourquoi le ministre d’Etat, ministre du travail, Florent NTSIBA aurait fondu en larme lors des obsèques des victimes de ladite catastrophe : c’était pour demander pardon au nom des tékés.
Plusieurs questions restent en suspend
1. Si cette explosion est d’origine criminelle, c’est dans les rangs des forces armées que se trouvent les commanditaires. Alors, pourquoi confier cette enquête à une entité des mêmes forces armées, à savoir, la DGST ? Quand on connait la culture des règlements de compte, du tribalisme et des ambitions entre chefs militaires de cette armée de vainqueurs de guerre, les conclusions des enquêtes paraissent d’avance orientées.
2. Il conviendra d’ailleurs de se pencher sur le statut de cette institution, la DGST pour vérifications et interrogatoires elle a le droit de garder à vue des suspects et de posséder des cachots à cet effet (cachots récemment climatisés par ailleurs). Car depuis la Conférence Nationale Souveraine dont les actes font encore autorités dans notre pays, les tribunaux d’exception comme les polices parallèles ou politiques ont été bannies.
3. Pourquoi ce n’est pas la justice classique qui mène l’enquête puisque les tribunaux militaires n’existent pas dans notre pays ? Si on voulait une plus haute structure, une commission d’enquête mêlant des juges et des parlementaires de tous bords aurait bien pu faire l’affaire.
4. Pourquoi la piste inter-mbochi qui opposerait les généraux Blaise ADOUA et Jean Dominique OKEMBA semble t-elle si vite écartée ? A tel point qu’aucun des deux n’a été interpellé. Le général Norbert DABIRA, inspecteur général des armées, a bien été écouté, mais pas gardé. Denis SASSOU NGUESSO aurait-il choisi de laver son linge sale en famille en tentant de raisonner ADOUA et OKEMBA au village, et en profitant entre-temps de se débarrasser des soldats "d’ethnies vassales" qui n’ont pas tenu leur fidélité jusqu’au bout ? Ce qui expliquerait d’ailleurs que la tâche soit confiée à la DGST, un ressortissant de la cuvette-ouest, car il est connu qu’il est préférable de faire sous-traiter les basses œuvres.
5. Les personnes interpellées au sujet de la non exécution des marchés qui auraient vu la délocalisation de l’armement en cause ont tous, civils et militaires, rejeté la responsabilité du retard d’exécution à Jean Jacques BOUYA, patron des grands travaux, qui n’a jamais payé un seul sous des centaines de millions décaissées par le trésor à cette fin. Ils se demandent d’ailleurs pourquoi le directeur général des grands travaux, n’est pas convoqué ne serait que pour information. Serait-ce parce qu’il est conseiller et neveux du Président de la république ?
Qu’à cela ne tienne, ces derniers temps le pouvoir semble être dans la rue, à la traine, facile à ramasser pour le premier téméraire. Le gros de l’armement du régime est parti en fumé et il faudra sans doute plusieurs mois pour le reconstituer.
Les réserves de Tsambitso ou de Lifoula ne font pas le poids. Le président a tout intérêt à mettre aux arrêts tous ceux qui le savent et ne sont plus sûrs. Quoique, dans ce genre de situation, comme on l’a vu au Mali, c’est l’effet de surprise qui l’emporte le plus, surtout quand les putschistes sont des anonymes sans grades. Donc, au fond ces précautions ne servent pas à grand-chose.
Mais, chose curieuse, Brazzaville traumatisé semble plus préoccupé par la recherche de la vérité, et attend que des têtes importantes tombent. Le gouvernement tout entier si possible, sans possibilité de rachat des ministres les plus impliqués soit par leur négligence, soit par leurs mensonges.
Là aussi, ultime curiosité, le président de la république semble ne pas être pressé par rien du tout, et laisse bouder ce peuple qu’il connait tellement bien qu’il sait qu’il se calmera, ira aux législatives, aussi calamiteuses soient-elles, et il n’y aura rien.
Au début des années 80 une série d’explosions encore plus meurtrières et indiscutablement terroristes avaient endeuillées la capitale congolaise, sans conséquence.
Denis SASSOU NGUESSO avait attendu patiemment le congrès du PCT pour écarter Jean Pierre TCHYSTERE TCHICAYA alors numéro 2 du système et soupçonné d’en être commanditaire. Rien de plus ne fut fait, à part un simulacre de procès.
Personne n’était venu demander son reste. Puis, les accusés, condamné à morts pour certains, étaient redevenus les alliés les plus fins du même SASSOU. Trente ans après, l’histoire se répètera t-elle ?
Récapitulatif
Le colonel Marcel TSOUROU et plusieurs de ses éléments ont été arrêtés à Brazzaville le vendredi 30 mars 2012. Ils sont dans les locaux de la DGST qui est dirigé par le colonel Philippe OBARA.
Jugeant l'évènement important, le pouvoir de Brazzaville a fait encerclé les bâtiments de la sécurité d'Etat. Plusieurs autres militaires d'autres unités ont été arrêtés.
La garde présidentielle est en alerte maximum. Le domicile du colonel Marcel TSOUROU a fait l'objet d'une fouille sérieuse et très méticuleuse. Le colonel Marcel TSOUROU qui conteste depuis toujours la valeur et les compétences du conseiller spécial Jean Dominique OKEMBA n'est pas à sa première présence dans les locaux de la police politique congolaise.
Les opérations d’arrestations et de perquisitions pourraient se poursuivre car plusieurs autres officiers sont visés. Bien que les raisons ne soient pas connues, il est possible que les explosions de mpila ne soient pas étrangères à ces arrestations.
Le colonel Marcel TSOUROU est le bouc émissaire idéal qu'on veut sacrifier pour ne pas pointer du doigt les responsabilités de celui qui est chef de l’Etat, chef du gouvernement, ministre de la défense et chef suprême des forces armées congolaises.
Le 3 mars 2012, c'était l'anniversaire de colonel Marcel TSOUROU, or depuis quelques années déjà, le colonel Marcel TSOUROU à qui le général Denis SASSOU NGUESSO doit la réussite de son coup d’Etat de 1997 ainsi qu’une certaine pacification du Pool, conteste la mauvaise gouvernance érigée en système politique comme naguère le général Emmanuel NGOUELONDELE.
Pendant la fête de son anniversaire, le colonel Marcel TSOUROU avait tenu un discours très virulent contre le général Denis SASSOU, appelant les participants, à 90% téké, de prendre leurs responsabilités devant l'histoire et de cesser d'avoir peur de SASSOU.
Après avoir contesté la légitimité du général Denis SASSOU NGUESSO, il avait fustigé l’obéissance aveugle des participants alors que le général Denis SASSOU NGUESSO n’avait rien fait ni pour le pays ni pour chacun d’eux, bien au contraire il leurs devait tout et même son pouvoir et les a remercié en monnaie de singe privilégiant son clan et ses enfants. Un discours vraiment belliqueux aux dires de certains participants.
Le lendemain matin, c’était les explosions du 4 mars et la tragédie que vit notre pays et nos compatriotes depuis quelques semaines
Pour le général Denis SASSOU NGUESSO, le colonel Marcel TSOUROU est désormais le suspect numéro un, il aurait voulu faire péter une petite bombe pour faire peur au général Denis SASSOU et négocier ensuite. Mais l'ampleur de la déflagration et les dégâts occasionnés ont dépassés son calcul et, il n'aurait pas osé revendiquer son acte car c'était les portes du Tribunal Pénal International de Lahaie qui s'ouvraient pour lui avec un rejet du peuple.
Le vendredi 30 mars 2012 plusieurs participants à l’anniversaire sont convoqués par la police politique congolaise à la DGST pour interrogatoires et vérifications puis relâchés, d’autres subiront des interrogatoires à leur domicile.
Le colonel Marcel TSOUROU est lui convoqué à 10H00 à la DGST mais lui, a été gardé sur place ; il y restera jusqu'à la fin de l'enquête. Il y est toujours, et sa garde est au central. La piste des batékés semble être la plus probante selon le général Denis SASSOU NGUESSO
On parle beaucoup de la complicité entre André OKOMBI SALISSA et Marcel TSOUROU et le premier pourrait être le prochain hôte du colonel Philippe OBARA dans les locaux de la DGST.
En fait ils ne sont pas potes mais ils risquent de le devenir étant donné les circonstances. D'autant que les deux comparses sont en très mauvais termes avec le général Jean François NDENGUET qui gère officieusement le colonel Philippe OBARA; sans oublier que le directeur général de la DGST, le colonel Philippe OBARA, veut en profiter pour placer les gens de la cuvette-ouest dans les meilleures dispositions.
Aux dernières le conseiller spécial Jean Dominique OKEMBA serait en disgrâce, il n'aurait plus accès à la cour privée du chef de l'Etat.
A suivre...
--------------------------------------------------------
Escroquerie et Manipulation en cours
La catastrophe dont ont été victimes les habitants de Mpila et de Ouenzé, le 4 mars 2012, a révélé une fois de plus l’incurie et les lourds dysfonctionnements dans la machine administrative congolaise. Depuis quelques semaines, sous la direction de Gilbert ONDONGO le ministère des finances est entrain de réviser la loi des finances 2012 pour y intégrer les dépenses relatives à l'indemnisation des sinistrés de la catastrophe.
Le montant total retenu rien que pour l'allocation d'urgence est de 800 milliards de FCFA ; les chiffres pris en compte par le ministère sont passés de 14.000 sinistrés donc individus, à 33.000 familles très loin des chiffres officiels reconnus publiquement par le gouvernement. En plus le quartier 753 juste en face du camp où les maisons sont toutes détruites n’est pas pris en compte.
C'est scandaleux, car même si on prenait le chiffre de 33.000 familles, c'est au moins 900 milliards de FCFA, et avec les frais de gestion on atteint allègrement la coquète somme de 1.000 milliards de FCFA qui seront déboursés et non pas 800 milliards.
Comme naguère dans l’affaire des disparus du beach, les contorsionnistes voraces et zélés du chemin d’avenir ont trouvé un autre moyen pour s'enrichir sauvagement sur les malheurs des sinistrés et des morts.
Les sinistrés, les associations et la société civile doivent exigez que le gouvernement publie ce qu'il paie ainsi que les bénéficiaires des sommes décaissées.
Les fonds de réserve de 1.000 milliards de FCFA que le Congo avait épargné en 2011 vont quasiment s'épuiser. Pour tous les bandits en col blanc qui gèrent le système mafieux au Congo, les conseillers de Gilbert ONDONGO, et les comptables du ministère, cette catastrophe c'est du pain béni, une aubaine pour s'enrichir.
Les sinistrés, généralement proches du régime, comprennent comment on se fout de leur gueule. Même un malheur est une occasion de s'enrichir pour les autres.
Au ministère des finances, c'est madame Gisèle AMBIERO qui dirige le comité d’indemnisation. En temps normal, cette charmante dame est directrice des ressources humaines ; elle est donc théoriquement très loin de son rayon de compétence, mais étant donné les montant colossaux qui sont en jeu c'est autour d'elle que toutes les magouilles tournent.
Les fonds de réserve du Congo sont théoriquement domiciliés dans un compte de la BEAC ; les montants décaissés vont figurer dans la loi des finances ; ce qui veut dire que l’escroquerie sera difficile à camoufler si et seulement si les sinistrés, les associations et la société civile exigent la transparence à tous les niveaux.
A suivre...
-------------------------------------------------------------
Gilbert ONDONGO au centre des émeutes de Talangaï
Par Fall MESSIER (Talassa)
Cela était prévisible, comme le disent beaucoup de nos compatriotes, tous ces actes de vandalisme perpétrés les 26 et 27 mars 2012 à Brazzaville, notamment dans les quartiers de Talangaï et Ouenzé, par certains sinistrés retenus pour toucher l’aide financière décidée par le gouvernement suite à l’explosion des munitions lourdes d’armes de guerre survenue au régiment blindé à Mpila dans la capitale congolaise.
En effet, le démarrage de la paie de ces 3 millions de francs à nos compatriotes sinistrés, certains ratés et dérapages qui sont observés sur le terrain ne cessent de provoquer des mécontentements au sein des bénéficiaires de cette aide qui craignent que la magouille et le faux s’amplifient de plus belle dans cette affaire. Ce qui pourrait, selon eux, porter un grand préjudice aux vrais sinistrés de la catastrophe du régiment blindé de Mpila.
Voilà pourquoi, le ministre des finances, du budget et du portefeuille public, M. Gilbert ONDONGO est pointé du doigt dans le désordre qui est en cours actuellement parce que la méthode choisie pour payer nos compatriotes sinistrés n’est pas efficace. Les personnes concernées par cette aide et qui sont détenteurs d’un compte dans une banque de la place, par exemple, pouvaient bénéficier, après vérification, d’un virement pour qu’ils touchent cette allocation financière dans leurs établissements bancaires respectifs. Ce qui les aurait épargnés de certaines tracasseries, n’est-ce pas ?
Beaucoup de nos compatriotes se posent également la question de savoir pourquoi le ministre ONDONGO pas réquisitionné dans ce cadre les banques et les autres structures bancaires de la place ? A-t-il cédé aux pressions des hommes politiques ou des injonctions venues des hauts gradés de la force publique, qui lui auraient, au finish, poussé de ne pas retenir cette éventualité ?
Cela n’aurait-il pas permis à tous les bénéficiaires de se présenter dans n’importe quelle banque ou MUCODEC de Brazzaville où plusieurs guichets pouvaient être ouverts en leur faveur et toucher tranquillement leur dû ?
Même si l’idée de procéder au paiement de nos compatriotes sinistrés dans certains lieux de fortune était bonne, alors quelles mesures adéquates le ministre Gilbert ONDONGO avait-il préconisé pour esquiver les tracasseries inutiles, les tâtonnements et les improvisations qui sont aujourd’hui à l’origine de plusieurs cochonneries, causant ainsi beaucoup de tort aux sinistrés ? Avouons-le que l’amalgame aurait pu être évité si une programmation rationnelle avait été mise en œuvre.
Les inquiétudes de ces vrais sinistrés du drame de Mpila ne sont-elles pas fondées ? Néanmoins, il sied de rappeler que les magouilles constatées aujourd’hui dans l’enregistrement d’abord des nos compatriotes victimes du drame de Mpila ne peuvent que susciter des troubles et des mécontentements parmi les vraies familles frappées par cette catastrophe.
Tous ceux qui veulent toujours manipuler l’opinion en niant l’évidence et la vérité, conviendront avec nous que les choses dans le cadre du paiement de ces 3 millions se passent dans la confusion totale à Talangaï et à Ouenzé.
Pour preuve, les 26 et 27 mars 2012, certains sinistrés frustrés ont commis des actes inciviques à la mairie de Ouenzé dans le 5ème arrondissement et celle de Talangaï dans le 7ème arrondissement où les échauffourées entre les policiers et ces derniers en colère ont été vraiment violents. Dans ces deux communes, des contreplaqués où étaient affichées des listes électorales, a-t-on appris de diverses sources dignes de foi, avaient été endommagés.
A cet effet, les partis de la mouvance présidentielle réunis le 27 mars 2012, au siège du Parti congolais du travail (PCT), à Brazzaville, ont demandé à la population d’être sereine et de ne pas céder à l’intoxication et la désinformation, tout en invitant les fonctionnaires commis à cette tâche de l’accomplir avec courtoisie, dévouement et abnégation.
Les participants à cette réunion ont également appelé le gouvernement à suivre et à renforcer la mise en œuvre des décisions arrêtées en faveur des sinistrés de la catastrophe de Mpila, afin de garantir un climat de paix dans la ville capitale, avant d’exhorter les bénéficiaires de cette aide à faire preuve de patience et d’éviter toute action susceptible de plonger le pays dans le désordre et le chaos.
Il n’est pas aussi moins important de signaler que le gouvernement avait décidé au cours d’un conseil des ministres spécial tenu après le drame du régiment blindé de Mpila intervenu le 4 mars 2012, d’attribuer une allocation financière d’urgence de 3 millions de francs visant à soutenir chaque famille sinistrée. Cet argent doit permettre aux bénéficiaires un minimum vital pour refaire leur vie, en attendant la mise en œuvre de l’indemnisation qui se fera dans les tout prochains jours.
N’en déplaise à tous les griots du pouvoir, nos compatriotes sinistrés ne critiquent-ils pas avec véhémence la lenteur administrative ou la pagaille dont font montre certains imposteurs ou profito-situationnistes qui veulent exploiter de cette occasion pour s’enrichir ?
Comme c’est la coutume, l’enregistrement des familles sinistrées ne se fait pas de manière transparente. Ce qui donne l’opportunité à tous les grands tricheurs de passer sans inquiétude à travers les mailles des différents contrôles mis en place. Comme c’est les mêmes que l’on responsabilise pour ce genre de situation, leurs parents, leurs amis et connaissances se frottent tranquillement les mains, sachant que leurs combines marcheront sans échec.
Le mal ayant pris le dessus sur le bien, dans notre pays, nombreux sont ceux qui s’enrichissent par le faux et l’usage du faux, au su et vu de tout le monde.
L’Etat n’existant presque pas, les auteurs des vols, des détournements de deniers publics, des pillages des richesses naturelles, des actes de corruption et de concussion, etc, n’ont peur de personne aujourd’hui, sachant que leurs parents les aideraient à échapper à la justice.
C’est pour toutes ces vérités qui méritent d’être mises à nu et crèvent les yeux que notre journal Talassa est accusé de tout et de rien. Aucun Congolais n’est Martien pour prétendre ignorer certaines tares ou carences dont nos dirigeants font montre.
Il est donc inacceptable que des Congolais, n’ayant aucun lien avec cette situation, cherchent, coûte que coûte, à s’enrichir derrière le dos des pauvres sinistrés qui sont encore aujourd’hui très traumatisés et vulnérables. Ne dit-on pas qu’un bien mal acquis est un porte-malheur ?
Pour éviter que des personnes mal intentionnées récupèrent cette situation à leur profit, les vrais sinistrés doivent éviter de prêter le flanc à des prédateurs et des extrémistes patentés de tous les bords commandités par leurs mentors pour profiter d’un quelconque événement pour foutre le bordel.
A qui profite le mensonge en pareil cas ? On apprend que certains propriétaires véreux qui veulent faire de ce drame un fonds de commerce, complotent activement avec les services en charge du recensement pour faire inscrire à leur profit le maximum de gens possible, soit 15 à 2O personnes, est-ce que c’est sérieux tout cela ? Sans compter tous les étrangers qui usent du faux et de l’usage du faux pour percevoir cette aide.
------------------------------------------------------------------------
Le procès d’intention contre le journal n’engage que leurs auteurs
Danger : L’anticonstitutionnel BANANGANDZALA et Cie menacent de suspension le journal Talassa
Par Ghys Fortune DOMBE BEMBA (Talassa)
Depuis le 4 mars jusqu’à ce jour, plusieurs responsables des medias subissent des pressions et des dictats de la part certains dignitaires.
Jacques BANANGANDZALA
et tous les commis dévoués et fanatisés de l’Etat ainsi que tous les gardiens zélés du temple du régime actuel qui accusent aveuglement et avec désinvolture les organes de presse dont le journal Talassa, de fomenter des complots contre le pouvoir de Brazzaville, de faire de la subversion, de la manipulation ou de l’intox, à travers les publications ou émissions, devraient savoir que si dans un avenir proche ou lointain notre pays peut être exposé à des mécontentements et des soulèvements populaires ou un putsch militaire, tout cela ne doit pas être mis sur le dos de la presse tel que Talassa.
"Les erreurs politiques se paient cash", avait dit un éminent homme politique de notre époque. Il est donc aberrant que M. Jacques BANANGANDZALA et plusieurs acteurs politiques ignorant pourtant délibérément cette évidence, s’amusent à incriminer gratuitement avec ruse certains compatriotes ou des organes de presse pour des erreurs, des tares ou des carences politiques pour lesquelles ils portent eux-mêmes l’entière responsabilité.
- Qui ne sait que André OKOMBI SALISSA draine le peuple avec son CADD-MJ qui est en contradiction avec le PCT ?
- Qui ne sait pas que M. Denis SASSOU NGUESSO est le ministre de la défense et commandant suprême des FAC ?
- Qui ne sait pas que le général AVOUKOU est le commandant de la garde républicaine qui a sous lui, le colonel INGANI et les éléments de la GR qui gardaient les magasins d’armes et des munitions à Direction centrale d’armes et des minutions (DCAM) à Mpila ?
- Qui ne sait pas que Jean Jacques BOUYA s’occupe de tous les marchés qui dépassent 500 millions de FCFA ?
- Qui ne sait pas que Gilbert ONDONGO est ministre des finances qui donne le top des sorties d‘argent ?
- Qui ne sait pas que NGONDO est le Trésorier Payeur Général (TPG) du Congo ?
- Qui ne sait pas que le Congo a acheté les armes et munitions dans des pays sous embargo ?
- Qui ne sait pas que dans la catastrophe du 4 mars qui a endeuillé notre pays et que plusieurs officiers supérieurs sont pointés du doigt ?
- Qui ne sait pas que Denis SASSOU NGUESSO a délivré des licences d’exercice des libertés et des croyances aux congolais ? etc.
Le journal Talassa qui n’est ni un organe d’un parti politique comme le fut Etoumba pour le Parti congolais du travail (PCT), ni à la solde des hommes politiques, ne doit pas être pris comme bouc émissaire pour des éventuels soulèvements populaires pouvant résulter des erreurs, des tares ou des carences politiques commises les dirigeants politiques du moment.
M. Jacques BANANGANDZALA, tous les lampistes et commis dévoués et fanatisés de l’Etat, les dignitaires zélés du régime actuel obnubilés par le gain facile et l’argent détourné, doivent savoir que tant qu’ils n’arrêteront pas eux et leur mentor, de cautionner les injustices sociales, les détournements des deniers publics, le pillage des richesses naturelles, l’embourgeoisement et l’enrichissement illicite, la corruption, le tribalisme et le régionalisme, et biens d’autres fléaux nocifs qui gangrènent notre pays, ils ne resteront pas pendant longtemps à l’abri d’une probable vindicte populaire.
Tout cela est un secret de polichinelle et le très patriotique journal Talassa fustige tous les antivaleurs dont sont victimes tous nos compatriotes du fait de la mal gouvernance qui est encouragée aujourd’hui par les dirigeants du régime de Brazzaville.
Le journal Talassa ne fait que retracer la vérité des faits
Le peuple congolais n’est pas dupe et naïf comme veulent nous le faire comprendre Jacques BANANGANDZALA et certains dignitaires qui, ayant abandonné délibérément pour la politique du ventre leurs prérogatives requises, sont devenues elles-mêmes des véritables caisses de résonnance du régime de Brazzaville.
Ces personnes, ne devraient-elles pas aussi faire une autocritique sur leurs fonctionnements et l’exécution des missions qui leur sont assignées ? Comme pour dire qu’avant d’"enlever le brin de paille qui se trouve dans l’œil de son prochain, il faut d’abord enlever la poudre qui est dans son propre œil". On ne doit pas être lynx envers les autres et taupe vis-à-vis de soi-même.
Pourquoi veut-on pointer un doigt accusateur sur Talassa concernant la vérité des faits qu’il a mise et continue de mettre à la disposition du large public pour le cas de l’explosion des munitions lourdes d’armes de guerre du régiment blindé de Mpila.
Notre journal a été, par exemple, le premier organe de presse national à démontrer que les nombreux corps mutilés attribués à la catastrophe du régiment blindé de Mpila, qu’on a vus dans une photo publiée par plusieurs journaux de la place, n’avaient aucun lien avec les personnes mortes à la suite de ce drame (cf Talassa n°348). Le journal avait donc "condamné cette manipulation et cette intox".
Il a également "qualifié d’intox" la rumeur qui courait dans la ville capitale sur les soi-disant "1.000 soldats angolais qui étaient mis à la disposition du président SASSOU pour le renforcement de sa garde rapprochée".
Tout récemment, notre journal en première page a demandé aux vrais croyants qui craignent Dieu de prier pour SASSOU NGUESSO. Le Conseil supérieur de la liberté de communication (CSLC) en clamant haut et fort et partout ailleurs que Talassa n’est pas professionnel, n’a-t-il pas faussement accusé le journal en le qualifiant de la sorte ?
Pour ces actes emprunts de patriotisme, Talassa n’est ni félicité, ni encouragé par les pouvoirs publics dont certaines institutions qui nous font injustement des remarques infondées, alors que de nombreux compatriotes ne cessent de nous inviter à persévérer dans cette voie, celle qui consiste à dénoncer les injustices sociales et les antivaleurs.
Notre pays a-t-il encore besoin présentement, pour son intérêt, des medias qui maquillent la vérité comme au temps du mono ? A-t-on encore vraiment besoin dans ce pays des medias qui ne sont là que pour encenser le pouvoir comme le faisait "Etoumba", l’ancien organe du PCT ?
Le CSLC nous reproche de dénoncer souvent les scandales attribués à tels ou tels hommes politiques du pays, mais pourquoi, ne demande-t-il pas aux journaux étrangers d’arrêter de le faire ? Est-ce parce qu’il n’a pas les armes nécessaires pour agir ?
Le CSLC est-il au courant que beaucoup de Congolais se posent aussi la question de savoir pourquoi certains journaux ne sont pas sanctionnés pour la déformation des faits et la partialité dans le traitement des informations dont ils font montre, en blanchissant les inconséquences de beaucoup de responsables ? Est-ce de cette manière aussi qu’on va promouvoir la profession, comme on le crie à hue et à dia à qui veut nous entendre ?
Il sied aussi de rappeler que "les paragraphes incriminés de certains articles publiés par le journal", ne peuvent que subir de "nombreuses mauvaises interprétations, en les analysant indépendamment sans tenir compte du fond de l’article et du message qu’il est appelé à véhiculer". Ne dit-on pas que "mieux vaut œuvrer, même être persécuté, pour la défense des causes justes que d’être nombreux et corrompus pour le triomphe des causes injustes".
Le journal Talassa n’est contre personne et n’a aucune intention de s’immiscer dans les conflits d’intérêts privés qui opposent les hommes politiques tant de l’opposition que de la mouvance présidentielle. Ce n’est pas sa vocation. Et pour tous ceux qui s’affairent pour le tenir responsable de l’arrivée certaine dans le pays de tels ou tels autres événements, se sont donc trompés de cible.
Leurs mauvaises intentions inféodées de censurer ou de suspendre arbitrairement le journal qui est devenu, à n’en point douter, "la voix des sans voix", se heurteront à la résistance inévitable de beaucoup de nos compatriotes.
Les gens mal intentionnés devraient donc cesser de nous coller des étiquettes, prouvant que nous sommes en intelligence avec des hommes politiques. Ces accusations gratuites faites ouvertement sans preuves et basées sur d’éventuels complots occultes, même dans des milieux dits autorisés, sont graves et peuvent exposer leurs auteurs à des poursuites judiciaires.
Le journal sera toujours à l’écoute de tous ceux qui veulent son perfectionnement, en mettant à sa disposition des suggestions et propositions constructives parce qu’on dit que ce ne sont que les morts et les imbéciles qui ne changent pas. Toute la rédaction de Talassa est consciente de cette évidence. Comment peut-il en être autrement, quand on sait que toutes œuvres humaines sont imparfaites. Vouloir prétendre détenir le monopole de la connaissance et de la sagesse n’est que vanité des vanités.
M. Jacques BANANGANDZALA devrait savoir avant tout qu’il est pasteur. Il devrait donc faire attention de plonger dans le mensonge car, le mensonge a pour père le diable. Condamné injustement une personne est très grave pour un berger.
Pour comprendre la ligne éditoriale de Talassa, nous renvoyons le pasteur Jacques BANANGAZALA dans le livre d’Esaïe chapitre 58, premier verset "Crie à plein gosier, ne te retiens pas, Elève ta voix comme une trompette, Et annonce à mon peuple ses iniquités, A la maison de Jacob ses péchés !".
Nous y reviendrons dans nos prochaines éditions.

Patrick  Eric Mampouya 

 

.

Commenter cet article

aimé ATIPO 02/04/2012 08:40


Monsieur Messager bonjour,


L'article anonçant les événements survenus le 4 mars 2012 à Brazzaville, est resté à ce jour sans commentaire. Est ce que celà signifie que les mbokatiers ce sont désinterressés de ce sujet? est
ce que plutôt, les mbokatiers ne se sentent pas concernés? dans tous les cas, aucun commentaire n'a été posté.


Faisant partie de ces Mbokatiers, personnelement je me suis abstenue pour une raison simple: Ce genre d'évenements, quand ils sont débatus, virent géneralement aux propos tribalistiques et
politique, apanage des congolais de  Brazza malheureusement.


Mais l'article de Monsieur Patrick Eric Mampouya m'oblige de sortir du mutisme que je me suis imposé sur ces douleureux évenements.


Le dimanche 4 mars m'a surpris à Brazza ou je  me suis rendu pour assister un de mes enfants, élève ingenieur à un institut de Kinshasa, mis en quarantaine pour une intervention chirugicale
dans une clinique de Brazzaville située justement dans ces quartiers nords sinistrés.


Bref,Je vous laisse si vous le voulez, si vous le pouvez, imaginer la peine et la souffrance endurée par l'enfant et les parents que nous sommes durant les premières heures de la crise.


Si j-ai bien compris cet article, Monsieur Patrick Eric MAMPOUYA est journaliste chez "THALASSA".


On dit du journalisme que c'est le quatrième pouvoir. C'est un noble métier qui a beaucoup d'exigences. Le journaliste doit être impartial. Il n'est pas un accusateur. Il fait des enquêtes pour
analyse et non pour l'acusation. Il doit avoir le sens de l'équité. La publication de ses articles se fait sans commentaire, laissant parler les antagonistes, afin de laisser aux auditeurs ou aux
lecteurs de tirer chacun à sa manière ses conclusions.


Si les propos que monsieur Patrick Eric MAMPOUYA attribue au Colonel Marcel TSOUROU sont avérés, je réagirais comme suite:


Si le colonel Marcel TSOUROU à qui j'ai beaucoup d'admiration et de respect a effectivement 56 ans, celà veut dire qu'il est né en 1956. S' il a fait l'école Général Lecrerc, celà veut dire qu'il
a intégré cette institution en 1968 pour en sortir sous lieutenant en 1975.


Supposant cette fois ci, qu'il est fait trois années d'étude superieure militaire, juste après son séjour à l'école des enfants de troupes.


Il aura  donc commencé sa carrière militaire en 1978 avec le grade de lieutenant.  Pour être colonel de l'armée congolaise " les FAC", notamment pour un officier superieure de son rang,
il faut gravir les grades.


Dans son cas se serait: Capitaine, commandant, lieutenant colonel et colonel grade qu'il a aujourd'hui.


Sachant que le Président Denis SASSOUS NGUESSO est au pouvoir depuis 1979 avec une parenthèse De 1992 à 1997 présidé par le président professeur Pascal LISSOUBA, je suis tenté de m'interroger
quant à savoir, quel est le président qui lui a conferé les galons de capitaine et commandant? en tout cas ce n'est pas le defunt président commandant Marien Ngouabi assassiné en 1977,
encore moins le Géneral Jacques Joachim YHOMBO OPANGAULT, Puisqu'il dit que le defunt Premier ministre de la transion post conférence nationale monsieur André Milongo l'a nomé lieutenant colonel,
tandisque le président professeur Pascal LISSOUBA lui a hissé au galon de colonel.


Si c'est vrai qu'il a dit à ceux qui voulaient l'écouter, que la guerre de 1997 qui opposait les deux présidents a été gagné grâce à lui, je n'aurais ni la force, ni l'honneteté citoyen, ni la
force de le croire; car tout le monde sait que cette guerre a pris fin plutôt grace à l'intervention des blindés et avion de guerre des angolais. Il était ici à Pointe-Noire.
Tout le monde avait suivit sur RFI, le colonel loembé demandé la par la suite la reddition.


Le colonel Marcel TSOUROU par la suite est devenu Gouverneur militaire et civile du departement du kouilou. Qui l'avait nommé a ce poste?


Aux journalistes de "THALASSA" je rapelerais simplememt ce qu'il suit:


Les colons ont saucissonés l'Afrique en nous donnons une partie ayant la forme d'un homme assis sur son seant, les deux bras levés à l'horizontal, le regard dirriger vers l'ouest, la république
du Congo.


Le fait que l'équateur passe en son milieu fait qu'il se retrouve prisonier de deux des quatre points cardinaux, le NORD et Le SUD.


 Tout evenement sociopolotique est caractérisé par ces deux vocables. Aussi les journalistes qu'ils sont, quatrième pouvoir, ont le devoir d'éviter les propos tendant vers
le tribalisme du genre:  -  " ...la piste téké semble etre la plus probante..."


                                 - ... Si le Général NTSIBA avait fendu en larme s'était pour demander pardant
aux noms de tous les tekes...".


Ma mère a des origines téké, moi par relativité. Je ne souhaite donc pas qu'on puisse faire ce genre de rapprochement incongru.


Enfin et pour terminer je leurs conseillerais de ne pas publier les choses  fondés sur la rumeur; le journal THALASSA peut il prouver que monsieur SASSOU NGUESSO leurs a dit que son suspect
numero un C'est le Colonel Marcel TSOUROU?, si oui à quel occasion. 


Pour le reste, si les révélations des autres articles de "THALASSA" sont averés, je ne peux que m'indigner les mains étant liées. 


Merci à tous.


Aimé ATIPO