Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager


un commentaire vient d'être posté par Roselyne Dupont sur l'article DSK:SELON QUE VOUS SOYEZ PUISSANT OU MISERABLE,


 

 

163603 0201372866979 web

DSK, APRES SON AUDITION

 

Merci M.Simba Ndaye, merci Adei Toko, merci Afrika Wetu, merci Mbokamosika que je viens de découvrir, pour ce plaidoyer qui me fait chaud au coeur devant le déchaînement indécent des réactions favorables à un criminel présumé, le fameux DSK, alors que tout le monde passe par pertes et profits la vie d'une pauvre femme noire.


Je suis blanche et Française mais je me sens profondément solidaire de Nafissatou, dont un puissant parmi les puissants vient de gâcher la vie, sa jeune vie de femme, de noire, d'immigrée, de mère seule. J'imagine ce que sera demain la vie de celle que j'appelle dorénavant ma soeur: une vie traquée par les avocats coreligionnaires de Dominique Strauss-Kahn, par les détectives, par les médias. Mais j'entends déjà aussi les rejets dont elle fera l'objet par les membres de sa propre communauté. Elle va devoir affronter les ragots, les rumeurs, les calomnies, .


Elle avait trouvé un travail, un logement. Elle élevait sa fille seule. Elle faisait tout pour ne pas se faire remarquer. Pour ne pas faire parler d'elle. Par la seule faute d'un mâle concupiscent, malade comme le dit Simba Ndaye, et pour lequel tous les puissants de France se sont mobilisés. Je comprends cette réaction de classe, de caste. Après tout, ce n'était qu'une noire, même pas digne de la classe du dominant DSK. Mais ce qui m'a le plus choquée, c'est que si les féministes occidentales se sont vite mobilisées pour défendre Nafissatou, je n'ai entendu aucun cri de rage des soeurs noires de Nafissatou.


Le viol d'une noire ne vaut-il pas le viol d'une blanche? J'en ai même entendu de mes propres oreilles dans Paris soutenir la thèse nauséabonde d'un complot, ou d'une relation consentante. Qui parle encore aujourd'hui de complot? Personne. Aujourd'hui, tout le monde sait que celui que les Français allaient élire comme leur président n'est qu'un vulgaire malade mental, addict au sexe comme d'autres le sont à la drogue ou à l'alcool. Mais tous les drogués et les alcooliques ne sont pas des violeurs.


Je m'excuse d'être si dure, mais cette affaire m'a horrifée, dans mon confort douillet. Alors, je ne peux pas imaginer le calvaire que vit et vivra ma soeur Nafissatou Diallo. Je remercie Cécile de m'avoir fait découvrir ce forum où la parole est vraiment libérée. C'est vrai que selon qu'on soit puissant ou misérable, les jugements de cour nous rendent blanc ou noir.


  Roselyne Dupont

 

 

LE CRIS DU CŒUR DE CECILE MOKOLO

Mbote na bino banso. J'habite la région parisienne et un ami m'a fait découvrir Mbokamosika il y'a quelques semaines. Depuis, je le consulte régulièrement. Je l'ai même recommandé à plusieurs amies. Mais je voudrais surtout dire que j'ai été écoeuré par les réactions de beaucoup de femmes, africaines en particulier, qui ont cru de voir soutenir ce violeur de DSK. Y'en a même une qui est passé à la télé pour dire qu'elle ne croit pas au viol, que c'est un coup monté, que ça salit l'image de la France etc... Sans un mot de soutien ou de compassion à sa soeur africaine qui a été violée. C'est l'éternel complexe du Blanc. Mais je suis vraiment contente de l'article de M. Simba Ndaye. Heureusement que cela s'est passé aux Etats-Unis. Si c'était en France, l'affaire aurait été étouffé. J'espère que, s'il est reconnu coupable, qu'on le condamne, malgré ses millions et sa puissance. Et qu'on paiera des dommages et intérêts à notre soeur Nafissatou Diallo. Elle le mérite, même si elle est souillé à vie. La femme n'est plus un objet de plaisir. Cette affaire me fait prendre conscience qu'il faut se bouger, qu'il faut militer. Merci à Mbokamosika d'avoir ouvert ce débat. Je regrette seulement qu'il n'y a pas beaucoup de femmes qui réagissent. Longue vie à Mbokamosika.

Cécile Mokolo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

adei toko 03/06/2011 13:33



Aux USA, tout presumé delinquant sexuel est traité comme l'a été DSK, noir ou blanc ; riche ou pauvre. Ce qui prouve que dans le pays de l'oncle sam on ne badine pas avec les droits des femmes ou
des sujets de harcelement sexuel. Dans la justice française les faits viennent de le prouver que le mot "EGALITE" n'est souvent prononcée que pour se donner bonne conscience.Et pourtant c'est là
bas qu'il devait revetir toute son importance pour prouver qu'il n'existe plus ni classes, ni castes. Or quand on voit BH Levy déclarait à qui veut l'entendre que" DSK n'est pas n'importe qui" ou
que JF Khan dit que "ce n'est que du troussage de domestique" on se demande dans quelle France on vit. A quoi servent les valeurs de la republique que sont Liberté, Egalité et Fraternité. Les
images d'un homme menotté, même en boucle, auraient contenté les socialistes français noirs si c'était plutôt un valet de chambre(noir) qui était pris dans sa tentative de violer Aubry ou Royal
comme c'était le cas dans l'affaire HALIMI bien qu'ici il n'y a pas eu mort d'homme comme se justifiait Jack Lang.Le viol est un crime, et un crime reste un crime. Pour les socialistes noirs qui
défendent leur favori, DSK n'a pas la tête à commettre une telle ignominie de basse classe reservée aux obsédés sexuels noirs immigrés et sans papiers.Hier, c'est gorge serrée que je suivais des
femmes de chambre noires sur Africa n°1  démontrer combien Nafisatou Diallo était mythomane et injuste vis à vis de leur DSK chéri. Elles oublient qu'il est facile de connaître dix
pays(hotels) qu'un seul homme et qu'il n'y a jamais eu de fumée sans feu.Pour elles, c'est plutôt la pauvre africaine qui devait se retrouver derrière les barreaux parcce que le mensonge est une
spécialité noire. Se posent elles la question de savoir ç'aurait été elles, à supposer qu'elles sachent que cet homme était DSK, à combien elles auraient négocié leur silence? n'est ce pas que
ces millions seraient plus conséquents que ceux proposés par les conspirateurs qui veulent barrer la route à DSK. En attendant le 6 juin, je crois encore à cette pauvre femme, non, je veux dire à
la présomption d'innocence mais aussi à son courage de porter plainte car plusieurs de ces victimes cachent leur douleur au plus profond d'elles mêmes. Nous devons cesser de clouer le bec de la
femme en faisant d'elle la suspecte idéale, légère et aguicheuse. Je sais qu'en fin des comptes, les avocats du puissant et richissime DSK trouveront bien une preuve pour faire basculer le match
en leur faveur mais ils auront au moins appris que ce n'est pas toutes les africaines qui satisfont aux pervesions sexuelles des néo-colonialistes et que leur France des privilèges et de
l'impunité n'existe pas outre atlantique.Un adage de chez nous ne dit- il pas:" ce n'est pas parce qu'on possède une clef qu'on ouvrira toutes les portes" DSK n' avait qu'à ne pas tomber si bas
dans la médiocrité s'il ne voulait pas  qu'il soit traîté comme un presumé coupable. Je terminerai mon propos par cette chanson de ma jeunesse qui disait exactement ceci en kikongo: "Eh! ya
nkewa suama suamanga, nkila ukusoluele, ya nkewa". Je sais que les Mbokatiers traduiront d'eux même cette chanson.