Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

« Dix règles de base pour être humain » et « Symbole de la Chauve –souris »

Notre blog regroupe plusieurs communautés  de notre plate forme ayant accepté de partager leurs articles avec nos lecteurs. Mais la gestion de notre blog fait que nous oublions  de jeter de temps en temps un coup d’œil sur le travail des autres.

Ce dimanche, l’occasion nous a été donnée de voir ce que les autres avaient publié au moment où nous étions préoccupés par l’actualité politique en RDC.

Deux articles ont retenu notre attention : « Dix règles de base pour être humain » publié  par le Blog de Nouvelleere-2, et « Symbole de la chauve-souris » publié dans le blog « Art et Culture ».

Mbokamosika

 

Dix règles de base pour être humain

Vendredi 6 janvier 2012 / Blog de NOUVELLEERE-2

DIX REGLES DE BASE POUR ÊTRE HUMAIN !

Dix règles pour être humain

 

71571907 p

par Cherie Carter-Scott

 

 


 

1. Vous recevez un corps. Que vous l'aimiez ou le détestiez, c'est à 
vous de le préserver pour toute la période donnée.

2.
Vous allez apprendre des leçons

Vous êtes inscrit dans une école informelle à plein temps appelée «vie».


3. 
Il n'y a pas d'erreurs, seulement des leçons. Grandir est un 
processus d'essais, d'erreurs, et d'expérimentation. Les expériences 
"ratées" font tout autant partie du processus que les expériences qui 
finalement "fonctionnent".

4. 
Les leçons sont répétées jusqu'à ce qu'elles sont apprises. Une 
leçon vous sera présentée sous diverses formes jusqu'à ce que vous 
l'appreniez. Lorsque vous l'avez apprise, vous passez à la leçon suivante.

5. 
Il n'y a pas de fin à apprendre des leçons. Aucune phase de la 
vie ne contient pas ses leçons. Si vous êtes vivant, cela veut dire 
qu'il y a toujours des leçons à apprendre.

6. 
"Là-bas" n'est pas un meilleur endroit "qu'ici". Quand votre 
"là-bas" devient un "ici", vous aurez simplement un autre "là-bas" qui 
paraîtra mieux que "l'ici."

7. 
Les autres sont simplement vos miroirs. Vous ne pouvez pas aimer 
ou haïr quelque chose sur une autre personne à moins que cela reflète en 
vous quelque chose que vous aimez ou haïssez de vous.

8. 
Ce que vous faîtes de la vie dépend de vous. Vous avez les outils 
et ressources dont vous avez besoin. Ce que vous en faites dépend de 
vous. Le choix est le votre.

9. 
Les réponses se trouvent en vous. Les réponses aux questions de 
la vie sont en vous. Tout ce dont vous avez à faire est regarder, 
écouter, et faire confiance.

10. 
Vous oublierez tout ceci.

http://www.bluinc.com/free/human10.htm

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2012/01/03/23158496.html

Blog NOUVELLEERE-2

Symbole de la Chauve-Souris

.                                Symbole de la chauve-souris 

                                         chauve-souris

En Extrême-Orient, la chauve-souris est le symbole du bonheur. Elle figure sur le vêtement du génie du bonheur.5(nombre sacre) chauves-souris disposées en quinconce figurent les 5 bonheurs : richesse, longévité, tranquillité, culte de la vertu (ou santé), bonne mort.

 

chauve-souris-2.jpg

 Les anciens avaient remarqué que seules parmi les êtres volants, la chauve-souris portait des mamelles. Ils en ont fait un symbole de fertilité. Ils l'ont associée à Artémis aux mille mamelles. Artémis, associée à la Lune et la nuit,  sœur jumelle d'Apollon, associé au soleil et au jour. 

  

La chauve-souris, seul mammifère possédant des ailes, dispose d’un système comparable au sonar qui lui permet de se mouvoir avec aisance dans l’obscurité totale.

               

Peu sculptée dans l'art roman, un peu plus à la Renaissance, elle possède deux aspects pour la symbolique.

              

L'aspect négatif, qui prit le dessus à partir du moment où les hommes ne furent plus reliés au divin et au spirituel. La chauve-souris devint alors l'image de l'hypocrisie et de la duplicité, porteuse de duplicité et de mort. C'est elle qui conduit les mauvais génies qui hantent les nuits, c'est elle qui devient vampire.

           

Dans l'aspect qui nous intéresse,  elle peut être le symbole lunaire de l'esprit contemplatif qui étudie les textes sacrés afin d'en découvrir le sens caché. Elle est alors l'évocation de l'âme à la recherche de la lumière, symbole de la renaissance, de l'initiation afin de s'ouvrir à un nouveau niveau de croissance. Cela la relie à la fertilité de l'esprit.

 

Dans les œuvres populaires, elles ont inspiré des personnages tels que Dracula le vampire, Batman le justicier, et Ombre Aile d'Argent, le héros d'une trilogie chiroptérienne écrite par l'auteur canadien Kenneth Oppel  

Pour apaiser la peur que la chauve-souris provoquait chez les gens, le conteur africain Amadou Hampâté Bâ a inventé une histoire pour expliquer le fait que la chauve-souris a des ailes alors que c’est un mammifère. Dans un conte extrait des « Nouveaux contes de la savane »  il explique l’origine de la chauve-souris par le croisement d’un renard et d’un oiseau.

La Chauve-Souris est une célèbre opérette viennoise de Johann Strauss fils, 1874.

Jean de La Fontaine a écrit plusieurs fables mettant en scène des chauves-souris : La Chauve-souris, le Buisson, et le Canard ou La Chauve-souris et les deux Belettes.

La Nuit des chauve-souris est un film américain réalisé par Louis Morneau, sorti en 1999.

La Chauve-souris pas si chauve est le titre donné en français à l'un des épisodes de la série télévisée d'animation Tom et Jerry Tales.

 

Blog Art et Culture

Commenter cet article

Ngimbi Kalumvueziko 09/01/2012 06:36


A la suite de Mwan’a Mangembo (je présume que c’est José Pululu), j’aimerais parler de « zamba ya Sykin »,  la
grande foret qui couvrait l’espace allant longitudalement de l’autre cote de la rivière Makelele âpres l’Hôpital de Kintambo jusqu’au petit rond-point derrière SOCIMAT, et bordé d’un coté par le
Camp Kokolo, et de l’autre par les usines BOUKIN (Bouteillerie de Kinshasa), TISSAKIN, et SYKIN. Ce qui frappait d’abord en entrant dans cette foret, c’était la présence d’une très large et
longue route asphaltée circulaire. Elle servait de  piste de course des voitures à l’époque coloniale. Cette route fut abandonnée âpres l’Indépendance. En préparation du Sommet de l’OUA de
1967, Mobutu avait entrepris des travaux de construction de nouvelles infrastructures  d’accueil des Chefs d’Etat, particulièrement, la Cité de l’OUA. De nouvelles routes furent aussi
construites pour faciliter la circulation dans la partie Ouest de Kinshasa. L’avenue Principale partant de Kintambo-Magasins jusqu’à l’Hôpital de Kintambo fut élargie et asphaltée. Un pont fut
jeté sur la rivière Makelele pour faire la jonction avec la route de la foret Sykin, et permettre ainsi de joindre le boulevard du 30 juin ou de se diriger vers Lingwala ou Kasa-Vubu sans passer
par Bandalungwa. J’étais présent à l’inauguration du petit pont sur la rivière Makelele. C’était en présence  de Mobutu qu’accompagnait son invité le roi Ntare V du Burundi. Du nom de
Charles Ndizeye, celui-ci venait de déposer du trône son père Mwambutsa IV en mettant fin à la monarchie par la proclamation de la république.  Je pense que pour le bourgmestre de Kintambo
dont  je me rappelle encore le nom (Laurent Kabuka)  c’était certainement le plus grand jour de sa vie. Poussé par le zèle et ayant perdu tout sens de la mesure, il avait déclaré avec
conviction que ce pont était appelé à jouer un important rôle dans le développement économique du Congo!  Peut-être que du Congo, il n’avait que la vision de sa petite commune. La réalité
est que l’ouverture du trafic à travers la foret Sykin a eu des conséquences imprévues. Comme s’il s’était agi de l’abandon de la protection de cet vaste espace vert, les  femmes des
militaires du camp Kokolo, comme des criquets sauvages , se ruèrent sur la foret, coupant les arbres pour la fabrication des « Makala » (charbon de bois), un combustible très recherché
sur le marché. En l’espace d’à peine 2 mois toute la foret Sykin fut totalement décimé. Habitant de l’autre cote de la rivière  Makelele j’ai été témoin de la destruction de ce riche
patrimoine écologique  Comme il faisait bon d’y aller cueillir des fruits sauvages, passer de longues heures dans la fraicheur ou admirer les sauts des singes,..Enfin je n’oublierai jamais
cette foret qui a été le lieu où mon esprit avait retrouvé le calme après avoir vécu un événement qui m’avait sérieusement traumatisé. C’était dans la foret Sykin où rentrant avec des amis du
Pont Cabu (actuel Pont Kasa-Vubu) où nous venions d’assister à la pendaison publique d’Anany, Bamba, Kimba et Mahamba, que nous nous étions  arrêtés pendant des heures pour reprendre nos
esprits avant de regagner nos habitations.


 


Ngimbi Kalumvueziko, auteur de CONGO-ZAIRE, LE DESTIN TRAGIQUE D’UN NATION, et  de LE PYGMEE CONGOLAIS EXPOSE
DANS UN ZOO AMERICAIN, publiés par les éditions l’Harmattan, Paris.

Muan'a Mangembo 08/01/2012 14:31


Le parcours initiatique des Ngembo-chauve-souris - de Kintambo.


Dans les années 60/70, Kintambo est un grand centre culturel, pour reprendre l'expression de l'écrivain Ngimbi Kaluvueziko. La commune dispose encore de l'ensemble de ces structures héritées de
la colonisation. il s'agit d'abord du plus grand réseau d'école primaire, puisqu'avant 1950, c'est à Kintambo que l'on commençait son école primaire avant d'aller à Kinshasa (la commune) ou Saint
Jean pour le secondaire. La commune dispose donc d'innombrables salles de classe qui au délà de 17h, accueille les étudiants du secondaire et d'universitaires, pour leur revisions. Kintambo
disposait aussi dde deux poumons verts qui étaient les Zamba Kilimani- Montagne(Cité Mont Fleuri) et Zamba Synkin ( Quartier Diplomate). Ces deux bois disposaient d'un nombre impressionnant de
manguiers au point que l'autre nom de Kilimani était "Mangolo Ngaliema", parce que dans cette partie de la ville de Kinshasa, un regroupement de manguier était le signe d'une occupation humaine.
Et comme les Chauves souris sont friandes de mangues petit à petit, Ngembo va être associé à Léo 2, d'abord pour désigner les élèves des écoles de Kintambo, ensuite pour ceux qui avaient initié
des "cercles", pour désigner une catégorie initiatique de leur membre.


Je l'ai déjà souligné dans ce blog, le terme ngembo est né de la bouche de quelques "goza" désoeuvrés qui trainaient dans le stade >vélodrome au lieu d'aller à l'école. A une époque où la vie
était rythmée par le clocher del'église - elle" sonnait à 5h et 6h pour reveiller les ouvriers, à 12h pour appeler à la pause et à 5h de l'après-midi pour la sortie des écoles et à 18h pour la
messe du soir. Les Goza et yankés en rupture avec l'école, avaient choisi eux l'heure du vol du soir des chauves-souris qui se cachaient dans le clocher de l'église: "Kokutana na ngonga ya ba
ngembo". ce ngonga ya ba ngembo c'est justement le son de cloche de 17H associé à la sortie des élèves, la fin des cours. Petit à petit, l'nalogie va disparaitre pour laisser la place au terme
Ngembo pour désigner les jeunes scolarisés de Kintambo. Quant à Kintambo, bien que le Vieux Tex Bill lui ait donné le nom de Mangembo dès 1955, c'est finalement avec la mise en circulation des
Fula Fula Pipinis de Me Vital Nkelani (Père de l'épouse de Simaro Massiya) aux couleurs Jaune-Bleu, portant comme isncription sur ses flancs "Mangembo Oyéé" que kintambo va se confondre avec son
surnom de Mangembo.


Ngembo comme classe initiatique


Ngimbi Kal dans son commentaire sur Sonnerie, souligne la relation particulière qui unissait les jeunes de Kintambo et particulièrement ceux qui étaient "instruits", dans unh rituel de
"compagnonage et de parrainage assez particulier, propre aux Ngembo.


(La paroisse)...C’était là aussi où le Cercle des Etudiants de Kintambo organisait des activités intellectuelles (conférences éducatives, conférences-débats, concours
d’éloquence,..), avant d’être intégré dans la Constellation, le grand mouvement des jeunes élèves et étudiants catholiques. Comme s’il s’agissait d’un rituel, les anciens de Kintambo qui
étudiaient dans les universités (Lovanium de Kinshasa, UOC de Lubumbashi, et l’Université Libre de Kisangani) et les instituts d’enseignement supérieur y venaient régulièrement pour partager leur
expérience avec ceux qui étaient encore au cycle d’études secondaires.  Les « ambianceurs » avaient leur point de prédilection : le Café Dany avec
ses chaudes et très animées après-midis de samedi et dimanche. 


Au fil du temps, les jeunes ados, objet de toute les sollcitudes, ont constitué une classe sociale objet de toutes les attentions, que se disputaient d'une part, les politiques, mais aussi les
Catholiques, et sd'autres part, les sociétés ou confreries plus ou moins secrètes qui existaient à l'époque. parce ce que le Ngembo-jeune n'était plus un enfant, donc on pouvait l'accepter dans
le cercle des adultes pour lui inculquer plus facilement un certain nombre d'idéologie et l'intégrer le moment venu dans le Cercle, aprèsz un passage initiatique, lorsqu'il aura atteint sa
maturation intellectuelle et morale.
Il existait d'ailleurs un certain nombre de cercle comme les Rose-Croix, parmi les plus reputés qui exerçait un certain attrait sur nos jeunes Chauve-Souris-Ngembo: Ni enfant, Ni homme. Les
Bilenge sont à classer dans cette catégorie de Fraternité pour l'initiation des jeunes. Moi même j'ai fait partie d'un de ces cercles d'études qui prospéraient dans les paroisses.


Il existe - ou existaient encore, à côté de ses Fraternités ou confrerie où la langue d'expression était par excellence le Français, de cercle et confrerie plus ou moins secrètes comme les Bana
Mangembo pour le plus connu et le MOTOLU pour le plus secret et enigmatique. Ils avaient tous comme trait commun de privilégier de prolonger le lien créé à l'école primaire, la "Fraternité de
Mikate", à l'instar des associations devenus groupes de pression comme l'Assanef, l'Adapes ou Adacim.


Chacune de ses structures visait à capter le Ngembo, à travers un adulte déjà membre d'un cercle, très tôt dans son parcours scolaire, pour l'initier aux plaisirs de la connaissance, afin que,
devenu adulte et toujours soutenu par son parrain, il intègre par un rituel spécial, le cercle des adultes. Un Ngembo est donc un "aspirant" au statut d'adulte. Il doit avoir réussi au moins une
des épreuves initiatiques de l'école: le Certificat sélectif qui sanctionne la fin de l'école primaire; et le brevet du Cycle d'orientation, qui ouvre les portes de l'école secondaire, soit avoir
au minimum 13/14 ans.


Certaines initiations se faisaient bien entendu la nuit, dans les bois de Kilimani, Synkin, sinon sur les bords du fleuve Congo, entre les chantiers navals de la Chanic et lutendele. Certaines se
confondaient avec les rituels scout duquel oin sortait avec un Totem, d'autres, plus près de nous avec les Bilenge ya muinda, avec le statut d'Abu Gaza. Pour les Motolu, l'un des cercles les plus
fermés de Kintambo, ces derniers maîtres - Jeannot Lopongo et Joseph Booto - étant décédés, je crains que ce cercle de leur ait pas survécu. Une chose est sûre, pour être coopté Motolu, il faut
remplir la première condition: Etre né à Kintambo et y avoir été baptisé selon le rituel catholique, au moins 8 jours après sa naissance, le régistre des baptèmes de Saint François faisant foie.