Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

Détendons-nous avec l’image d’Apolosa

 

 

 

 Nous ne savons plus comment remercier notre ami Maurice Yala. Parmi les nombreuses images qu’il nous a envoyées, nous voudrions vous détendre avec celle du légendaire Apolosa .

 

 Ce personnage créé par la Revue Jeunes pour Jeunes connut beaucoup de succès auprès des lecteurs.

 

 Nous espérons que Mr Maurice fera en sorte que nous ayons la suite de cette série de la bande dessinée sur Apolossa.

 

Messager

.

.Apolosa

 

 

Bravo Mbokamosika ! C’est comme ça que nous aimerions te déguster nuit et jour … !  Cet article de JPJ est une catharsis pour moi dans ce sens que ça m’a reporté derrière années lumières ! Encore Bambin, j’avais eu la grâce de croître dans une ambiance favorable où mes grand-frères et grandes sœurs ne m’écartaient pas qu’ils étaient en compagnie de leurs tribus.  Ainsi j’avais appris bien de choses en les écoutant parler ; au faite, si bien enfant alors, j’avais en mémoire presque toutes les péripéties de Maman SAKINA, que une des mes sœurs associée à une Maman de notre quartier qui semblait être la sosie de maman SAKINA par suite de ses formes féminines exagérées dans tous les sens. Et, en outre, toute personne qui parlait incorrectement le français était surnommée APOLOSA, qu’après personnellement j’ai toujours accolé une ressemblance fantastique avec l’acteur Noir-Américain BARRACUDA.

Quant à l’autre personnage qui m’attrayait beaucoup était ERROL, par suite de sa tête cabossée, qui, avec le tête devint   une marque pour stigmatiser tout celui qui possédait une tête allongée vers l’arrière.  Je ne parvins à m’expliquer l’arrêt brusque de ses séries de JPJ, LIKEMBE, etc.

Alors l’enseignement du Zaïre était fantastique car on sortait de l’école primaire déjà à mesure de conjuguer les 4 formes de verbes dans tous les temps ! Les aventures de la bande d’APOLOSA furent une concurrence terrible aux aventures Belges et Françaises ; TINTIN, OBÉLISQUE, SCOUBIDOU              , etc., qui sont tous des récits aliénants, très lointains de notre culture. C’est un ainsi que plusieurs enfants de notre ère se replièrent sur KOUAKOU et CALAO, qui, eux aussi réjouirent nos jours alors. Lel’oyi, les jeunes RD Congolais atteignent même 18 ans sans pour autant avoir lu un livre, mawa !

Pour la petite histoire :

« A nos jours, j’ai toujours vu la ressemblance entre ERROL LE MAUVAIS KISISI et un de nos acteurs actuels de sketch Maboke, répondant sous le nom de BILALI. Cet homme habite sur Q/13 de N’djili ou Kimbanseke. Dans ce coin habite aussi un frère du Ministère qui est propriétaire terrien, celui est père de six filles. N’ayant pas eu de garçons, ce papa charge ses filles ainées à la suivie de ses plantations. La sosie d’ERROL le mauvais, Mr BILALI fut épris par la grâce d’une des filles de ce propriétaire terrien, ainsi BILALI ne résista à l’idée d’agacements envers les fille, les menaçants chaque jours jusqu’au moment où ces dernières  ne furent plus à mesure d’emprunter le chemin de plantation afin d’y contrôler les travailleurs. Alors les filles décidèrent de tout raconter à leur père.  Celui pris par une enflammée   colérique, piégeât BILALI en se camouflant derrière une broussaille, et BILALI, cette fois-là convaincu peut-être de réussir dans sa sale besogne ; fut ainsi que ce papa surgit de nulle part et pris en flagrant délit BILALI et lui offrit une vraie correction.  Ce dernier plein de malignité, il ne tarda pas de demander les services d’un médecin badou et complaisant qui établit une diagnostique favorable pour BILALI  à travers  la quelle ce dernier se  présenta à l’autorité légale qui condamna le père des victimes pour avoir voulu se substituer à loi.

Le monsieur fut condamné à subvenir aux soins médicaux de BILALI ERROL LE Mauvais jusqu’au rétablissement total de la santé. Depuis lors jusqu’au moment où je couche ces lignes ERROL BILALI   rackette régulièrement le monsieur chaque fois qu’il a les maux de dents, de vendre, de tête, ou encore chaque fois qu’il n’a pas une partie à réciter dans Maboke.  A en croire certains, le propriétaire terrien veut tout vendre en s’en aller vu que tout son travail est destiné à la satisfaction des caprices de BILALI ! C’est ça mon souvenir d’ERROL revigoré par un fait réel encore en cours !

 

Martin's aujourd'hui à 17h27

 

Cher tous,

Ce sommaire annonce l'un des derniers numéros de JPJ, illustré par le grand Denisé Boyau. le scénario portait encore la signature d'Achile Flor Ngoy et bien d'autres. Il faut dire que j'avais été un ntantinet déstabilisé par les croisements des héros tel qu'annoncé dans ce sommaire. Le lieutenant Mungala par exemple, ne pouvait pas croiser ka bande à WAMOLER - Wabuza, Molok le ntambu mabe et Errol le mauvais Kisisi -  le premier étant un ennemi de Durango et les deux derniers des adversaires de Sinatra. et que dire de Durango affrontant Sinatra, soit deux bons qui s'affrontent?

Ceci dit le début des aventures du trio Wamoler, détournant un corbillard pour aller perpétrer leur coup, m'avait enchanté. j'étais tellement aux anges qu'aujourd'hui encore, je me souviens des planches de Dénisé, dont les dessins en noir et blanc s'étaient bien affinés. Boyau semblait avoir atteint une certaine maturité, ce qui n'était pas le cas de Lepa, qui venait de reprendre Coco et Didi.

C'était le dernier JPJ en format A5 et tout simplement le dernier avant que n'on ne bascule, avec le recours à l'autheticité, sur Likembee t que Achile Flor Ngoy n'amène avec lui à Salongo Boyau.

Cette page m'pporte plus que la détente, c'est un flot de souvenir d'un des derniers numéros de JPJ. Merci à notre frère Yala d'avoir conservé ces archives. Je suis partant, si vous disposez de numéros complet, de contribuer à la réédition de ces bandes dessinées.

 Muan'a mangembo hier à 21h01

.

Commenter cet article

Muan'a mangembo 13/10/2012 11:20


Vieux Sawa - Trabet


Je reviens encore une fois sur le sommaire qui accompagne cette page nostalgique de JPJ avec Apolosa, pour vous proposer quelques portraits des héros et seconds rôles qui se sont dégagés des
aventures de JPJ.


Trabet le fidèle de Sinatra.


Plus que Sinatra - venu de son BDD - Trabet était l'archétype du yanké kinois, avec son "coup dintu" imparrable ou son double patte à la "Amvropa" ou Nyembess. Masta Trabet est celui qui a aidé
son cousin  Sinatra (mbokatier) à ne pas tomber dans la délinquance. Trabet c'est aussi celui qui veille sur Sinatra. Et que ce soit pour combattre Errol le mauvais Kisisi qui faisait la loi
dans le quartier ou Molok le Ntambu Mabe, Sinatra n'y serait jamais arrivé tout seul, ne connaissant pas les codes kinois. Trabet est donc le guide en quelque sorte de Sinatra, qui lui repréente
la force. Un duo qui fonctionne tellement bien qu'à un moment, on va en faire des JMPR! Le look Sinatra et Trabet, c'est bien entendu celui des bana 15 ans du groupe Negro Succès. Didi Kalombo me
semble mieux correspondre à Sinatra tandis que Trabet me fait penser à Djeskain Loko et son célèbre "buggy" (que lui même aurait emprunté à Kwamy Lasitura.


Un autre duo de JPJ à ne pas perdre de vue c'est Vieux Sawwa et son jeune Durango. Ici on est en face d'un maitre initié et de son élève. Vieux sawa en effet, c'est la référence Matetoise. c'est
le vieux vers qui on se tourne quand rien ne va. La mission spéciale à Kasamar (Barumbu) met en exergue la rivalité qu'il y avait entre les gangs de Barumbu et de Matete. barumbu centre
d'ambiance était redouté pour ses yankés. Je n'oublierai jamais le nom de l'orchestre Jazz Bimboni et la petite Mado et l'exclamation de Durango qui me revient encore à l'esprit "Bokeka" (Boyau
Loyongo est Mongo). Qui étaient les modèles de Durango et Sawa ou Wabuza le Zumbel? j'imagine que pour Wabuza, Boyau avait largement le choix dans son environnement de Matete et Barumbu où il
avait de la famille. Mais pour croquer Durango, il est possible qu'il se soit inspiré du footballeurn Jean Kembo, joueur de VClub, rival de Bavon marie Marie et grand séducteur, alors que Vieux
Sawa pourrait avoir été inspiré par Franco Luambo Makiadi, notamment pour sa barbe. Le vieux Saakul de Sosoliso aurait aussi pu inspirer le personnage de Vieux Sawa.


Il est dommage que l'on ne lise plus comme avant à Kinshasa, parce que d'autres scénaristes auraient pu donner une suite à ces séries JPJ pour les nouvelles générations. il y a quelques années un
compatriote évait essayé de relancer les héros de JPJ Kake, mais l'initiative a fait long feu.

Muan'a mangembo 13/10/2012 09:54


Vedettes de musique et du foot, véritables héros de JPJ


 

Bernard Manseka 10/10/2012 15:10


C'etait bon, ces bandes dessines, tout comme ceux de pili pili de Mongo Sisse (que son ame repose en paix) avaient beaucoup influence soit notre lingala ou notre francais. Maintenant le lingala a
pris une autre direction; ces enfants qui viennent actuellement de Kinshasa nous parle un lingala difficile a digerer, de fois je ne comprend rien.  Bravo pour ces souvenirs. Apres le mowuta
et le mapeka de mbutamuntu Kuntwala, il n' y a plus rien alors que les associations des bedeistes se mulitplient a Kinshasa.

Doska 10/10/2012 04:48


Mbokamosika quelqu'un peut-il nous retrouver la chanson Jeunes pour jeunes où Nyboma avait chanté les acteurs de la revue?

Martin's 09/10/2012 17:27


Bravo Mbokamosika ! C’est comme ça que nous aimerions te déguster nuit et
jour … !  Cet article de JPJ est une catharsis pour moi dans ce sens que ça m’a reporté derrière années lumières ! Encore Bambin,
j’avais eu la grâce de croître dans une ambiance favorable où mes grand-frères et grandes sœurs ne m’écartaient pas qu’ils étaient en compagnie de leurs tribus.  Ainsi j’avais appris bien de choses en les écoutant parler ; au faite, si bien enfant alors, j’avais en mémoire presque toutes les péripéties de Maman
SAKINA, que une des mes sœurs associée à une Maman de notre quartier qui semblait être la sosie de maman SAKINA par suite de ses formes féminines exagérées dans tous les sens. Et, en outre, toute
personne qui parlait incorrectement le français était surnommée APOLOSA, qu’après personnellement j’ai toujours accolé une ressemblance fantastique avec l’acteur Noir-Américain
BARRACUDA.


Quant à l’autre personnage qui m’attrayait beaucoup était ERROL, par suite de sa
tête cabossée, qui, avec le tête devint   une marque pour stigmatiser tout celui qui possédait une tête
allongée vers l’arrière.  Je ne parvins à m’expliquer l’arrêt brusque de ses séries de JPJ, LIKEMBE, etc.


Alors l’enseignement du Zaïre était fantastique car on sortait de l’école
primaire déjà à mesure de conjuguer les 4 formes de verbes dans tous les temps ! Les aventures de la bande d’APOLOSA furent une concurrence terrible aux aventures Belges et Françaises ;
TINTIN, OBÉLISQUE, SCOUBIDOU              , etc., qui sont tous des récits aliénants, très
lointains de notre culture. C’est un ainsi que plusieurs enfants de notre ère se replièrent sur KOUAKOU et CALAO, qui, eux aussi réjouirent nos jours alors. Lel’oyi, les jeunes RD Congolais
atteignent même 18 ans sans pour autant avoir lu un livre, mawa !


Pour la petite histoire :


« A nos jours, j’ai toujours vu la ressemblance entre ERROL LE MAUVAIS
KISISI et un de nos acteurs actuels de sketch Maboke, répondant sous le nom de BILALI. Cet homme habite sur Q/13 de N’djili ou Kimbanseke. Dans ce coin habite aussi un frère du Ministère qui est
propriétaire terrien, celui est père de six filles. N’ayant pas eu de garçons, ce papa charge ses filles ainées à la suivie de ses plantations. La sosie d’ERROL le mauvais, Mr BILALI fut épris
par la grâce d’une des filles de ce propriétaire terrien, ainsi BILALI ne résista à l’idée d’agacements envers les fille, les menaçants chaque jours jusqu’au moment où ces dernières
 ne furent plus à mesure d’emprunter le chemin de plantation afin d’y contrôler les travailleurs. Alors les filles décidèrent de tout raconter à leur
père.  Celui pris par une enflammée   colérique, piégeât
BILALI en se camouflant derrière une broussaille, et BILALI, cette fois-là convaincu peut-être de réussir dans sa sale besogne ; fut ainsi que ce papa surgit de nulle part et pris en
flagrant délit BILALI et lui offrit une vraie correction.  Ce dernier plein de malignité, il ne tarda pas de demander les services d’un médecin badou
et complaisant qui établit une diagnostique favorable pour BILALI  à travers  la quelle ce dernier se
 présenta à l’autorité légale qui condamna le père des victimes pour avoir voulu se substituer à loi.


Le monsieur fut condamné à subvenir aux soins médicaux de BILALI ERROL LE Mauvais
jusqu’au rétablissement total de la santé. Depuis lors jusqu’au moment où je couche ces lignes ERROL BILALI   rackette régulièrement le monsieur
chaque fois qu’il a les maux de dents, de vendre, de tête, ou encore chaque fois qu’il n’a pas une partie à réciter dans Maboke.  A en croire
certains, le propriétaire terrien veut tout vendre en s’en aller vu que tout son travail est destiné à la satisfaction des caprices de BILALI ! C’est ça mon souvenir d’ERROL revigoré par un
fait réel encore en cours !

Serge - Kongo na biso 09/10/2012 09:20


Mbote,


Apolosa na Kikwata, eza ko rappeler lisusu jeunesse kitoko tozalaki na yango
na Zaïre, ah c’était le beau vieux temps, nazalaki nanu muana tango ba kulutu bazalaki kosomba pe kotangela biso à haute voix : « Aragonda abitami petite… », tozalaki kotanga
Jeunes pour Jeunes et Vieux pour vieux ya Mosekonzo na mama Sakina, Coco et Didi, Zaïre ezalaki na ba éléments promettant mais on dirait manque ya support esalaki ke masolo kitoko boye esuka kaka
na nzela, po na ba couverture ya ba cahiers ezalaki signé na un certain Sima Lukombo, nga soki papa asombi ba cahiers il faut oyo yanga ezala na signature wana… Mutu azalaki kokoma ba aventures
oyo ayebaki vie ya ba yankees ya Kin trop bien même, po kotanga yango ezalaki lokola oza ko vivre yango. Pona kobakisa lisolo ba ndeko bazalaki kobeta mbala eleki na kombo ya ba Bill, epayi ya
b’Anglais na b’Américains Bill eza diminutif ya William (eza kopesa sens te mais eza bongo) yango bomonaka ancien président démocrate ya USA
William Jeffery Clinton ba bengaka ye na mukuse Bill Clinton. Merci merci lisusu
merci na ndeko Yala Maurice ndenge olamusi ba démons kati na biso. Yala ezali pe kombo ya mama na nga, quartier mobimba babengaka ye Mama Yala.


Boboto na ba ndeko nionso.


Serge – Kongo na biso

Muan'a mangembo 08/10/2012 21:01


Cher tous,


Ce sommaire annonce l'un des derniers numéros de JPJ, illustré par le grand Denisé Boyau. le scénario portait encore la signature d'Achile Flor Ngoy et bien d'autres. Il faut dire que j'avais été
un ntantinet déstabilisé par les croisements des héros tel qu'annoncé dans ce sommaire. Le lieutenant Mungala par exemple, ne pouvait pas croiser ka bande à WAMOLER - Wabuza, Molok le ntambu mabe
et Errol le mauvais Kisisi -  le premier étant un ennemi de Durango et les deux derniers des adversaires de Sinatra. et que dire de Durango affrontant Sinatra, soit deux bons qui
s'affrontent?


Ceci dit le début des aventures du trio Wamoler, détournant un corbillard pour aller perpétrer leur coup, m'avait enchanté. j'étais tellement aux anges qu'aujourd'hui encore, je me souviens des
planches de Dénisé, dont les dessins en noir et blanc s'étaient bien affinés. Boyau semblait avoir atteint une certaine maturité, ce qui n'était pas le cas de Lepa, qui venait de reprendre Coco
et Didi.


C'était le dernier JPJ en format A5 et tout simplement le dernier avant que n'on ne bascule, avec le recours à l'autheticité, sur Likembee t que Achile Flor Ngoy n'amène avec lui à Salongo Boyau.


Cette page m'pporte plus que la détente, c'est un flot de souvenir d'un des derniers numéros de JPJ. Merci à notre frère Yala d'avoir conservé ces archives. Je suis partant, si vous disposez de
numéros complet, de contribuer à la réédition de ces bandes dessinées.