Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

 

Décisions du Bureau Politique sur les 3 Z, les prénoms, et le port des vestes

 

Mobutu sese Seko, Bo-Boliko Lokonga

 Mpinga Kasenda, Mobutu Sese Seko, et Boboliko: trois membres du Bureau Politique du MPR

 

Notre article sur Mobutu, Nguza et Lomponda du 20 juin 2012 a suscité beaucoup de commentaires. Voulant apporter sa contribution à la compréhension dans la succession des ministres des affaires étrangères, ainsi que dans la série des décisions du Bureau Politique du M.P.R sur le port des vestes et des cravates, notre historien Emmanuel Kandolo, nous livre ci-dessous des plus amples détails.

 

 

 

 

Sujet : Mobutu en abacost, Nguz en costume et Lomponda en cravate

 

Réf :

http://www.mbokamosika.com/article-mobutu-en-abas-cost-nguz-et-lomponda-

 

Ba ndeko, 

  

Ba Décisions du Bureau Politique (D.B.P.) oyo ezali kolobela sujet na biso, yango oyo :

- D.B.P. n° 71/009 du 27 octobre 1971 relative aux trois Z. ;

- D.B.P. n°72/016 du 15 février 1972 portant bannissement des prénoms chrétiens et expulsion des prêtres catholiques ;

- D.B.P. n°72/017 du 18 février 1972 portant interdiction des prénoms catholiques lors des baptêmes ;

- D.B.P. n° 73/027 du 23 janvier 1973 portant interdiction de porter les vestes et les cravates mais plutôt l'abacost, pour les hommes ;

- D.B.P. n° 73/029 du 6 juin 1973 portant réglementation des tenues des femmes zaïroises : la tenue naturelle de la femme zaïroise est constituée par le port du pagne. Il est par conséquent interdit à la zaïroise, le port de perruque ; postiches ; mèches ;  pantalons et l'utilisation des rouges à lèvres ;

.

-           Loi n° 73/022 du 20 juillet 1973 relative au nom des personnes physiques.

 

Jean de Dieu Ngunza abandi vie politique wuta 1964 tango Tshombe a nommer ye Premier conseiller d’ambassade mpe chargé d’affaires a.i. na Bruxelles. Tango oyo, Tshombe azalaki Premier Ministre mpe Ministre ya Affaires étrangères. Par ailleurs, noko ya Ngunza, Ferdinand Kayukwa, azalaki Directeur ya Cabinet ya Tshombe.

Na règne ya Président Mobutu, kombo ya Nguza ebandi kolobama mua mingi wuta 1968, tango akomaki Ministre Conseiller mpe Représentant adjoint ya République Démocratique du Congo na Nations Unies, na New York.

Effectivement, Nguza nde akitani Mario Cardoso Losembe na poste ya Ministre ya Affaires étrangères, na mokolo mua 21 février 1972. Mario Cardoso akomaki Ministre ya Affaires Etrangères wuta mokolo mua 7 décembre 1970 mpe Président Mobutu alongolaki ye na Gouvernement  mpo abandaki ko bouder na pembeni mpo na mokolo ya 5 janvier 1972, Président Mobutu a signaki loi ya ko longola ba kombo ya ba paya oyo ba Congolais bazali na yango. Yango wana, exemple ebandaki na Gouvernement avec ba Ministres oyo bazalaki na ba noms (de famille) étrangers lokola : Ministre ya agriculture, Pierre André, ayaki kozua kombo ya Pierre Kanyinda tee ayaki kokoma Kanyinda Onsi Ndal ; Ministre ya commerce, Jean-Baptiste Alves, akomaki kobengama Jean-Baptiste Lanza tee ayaki kokoma Lanza Gatanga ; Procureur général de la République, Léon Lobitsh, akomaki na kombo ya Léon Kengo (Kengo wa Dondo) mpe ye moko Mario Cardoso ayaki kokoma Mario Losembe tee sima Losembe Batwanyele . Le fait ya ko perdre kombo ya tata na ye Cardoso (portugais), esepelisaki ye ata muke te, yango wana akomaki ko critiquer décision wana mpe suka suka Président Mobutu ayaki kolongola ye mpe officiellement azalaki accuser mpo na détournement ya fonds ya Ministère des Affaires étrangères. Na molongo, alongolaki mpe ba oyo nionso  bazali koyima yima pembeni, bazalaki lisusu ba Ministres te : Jean-Baptiste Lanza (Lanza Gatanga), Thomas Lwango (Lwango Kashamvu Kalwango Birhwalina), Pierre Mushete (Mushiete Mahamwe Mpale) ye, azalaki na muasi ya Belge,  Claudine Van der Elst ; na Joseph Mbeka (Mbeka Makoso)

 Par ailleurs, Justin Marie Bomboko alongue na ebonga ya Ministre d’Etat chargé des Affaires étrangères, coopération internationale, commerce extérieur et de la coordination des affaires économiques et financières na mokolo mua 31 juillet 1969. Neti akotaki déjà na disgrâce (ye na Victor Nendaka), Président Mobutu alingaki kolongola ye brutalement te. Atindi ye Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire ya Zaïre na Washington na mokolo mua 23 août 1969 tee aye ko suta ye na mokolo mua 2 juillet 1970. Cyrille Adoula nde akitanaki ye na juridiction ya Washington.

Na oyo etali Victor Nendaka, ye mpe alonguaki Ministre ya finances, budget et portefeuille na mokolo mua 31 juillet 1969 mpe atindami Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire ya Zaïre na Bonn. Neti déjà azalaki na mitif ya Président Mobutu, ayaki kolongola ye na mokolo mua 2 juin 1970. Nionso oyo mpo Tshisekedi (ye mpe atindamaki comme ye Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire ya Zaïre na Rabat), Bomboko na Nendaka bazalaki contre attitude ya Président Mobutu na massacre ya ba étudiants ya l’Université Lovanium  mpe na oyo ya ba Instituts Supérieurs ya Kinshasa na manifestation pacifique ya 4 Juin 1969 mpo na koboya

Charte de Goma, dégradation ya ba conditions matérielles ya ba étudiants.Bango banso basatu bazalaki nomer ba ambassadeur na mokolo mua 23 août 1969.

 

 

Patriotiquement,

 

 

Emmanuel Kandolo

 

.

Commenter cet article

Serge - Kongo na biso 11/07/2012 21:19


Mbote kulutu Emmanuel,


Pona kobakisa motuna na mituna ya ndeko Richard Kasongo, po nasepeli na mituna naye mingi, na mutuna
naye ya mibale nga na comprendre ke: Ndenge nini misala ekomaki kosila na 15h au lieu ya 17h30 (changement ya heure ya misala) ? pe repos ya 2 heures du
temps (oyo ebengamaki Midi à 14 heures). Motuna ya yambo e rappeler nga ndenge tata na biso azalaki kozua mbongo chaque le 20e jour ya mois pe ezalaki kosala mua ambiance?


*Nga na kobakisa motuna eye: nani ayaki na likanisi ya
13e mois? (po na Décembre ba tata bazalaki kofutama double) pe bazalaki kolobela likambo ya gratification.


*Nayebaka ke tata na biso azalaki kosala ba heures muke de Lundi à Vendredi pe de 7h00 à 12 ou 13h ba Samedi, sima bakomaki kosala mua ba heures ya
milayi pe kopema Samedi na Dimanche.  Azalaki kosala na RVA ya Ndolo mais quel musala ?  Nga
nazalaki kosepela soki nabeli bongo amemi nga na dispensaire musala, bazalaki kobanda na animation politique, partage ya ba taches ya misala du jour, soit disant kolata ba tenues na bango ya
musala alors ke babandaki nanu musala te, bazui déjà break (pause), wana tokati na ngambu ya Barumbu komela ti (du thé) epayi ya mama moko asala restaurant na ye na kati ya lupangu na ye. Soki
tozongi na musala, tokeyi consultation ya munganga, vers 12 heures tokeyi lisusu koliya, na ba 13h to 14h soki bus ya RVA ezali kokende Aéroport to N’djili, tata na biso akozua raison ke il faut
bamema biso po muana nzoto ezali ye malamu te pe tozongi ndaku na ba travailleurs mususu oyo basepeli na occasion bus wana.  Nazalaki komituna
toujours, est-ce que ba misala nionso ezalaka kaka boye ?  Ndenge mboka eko bonga, animation politique – petit déjeuner – masolo – repas ya midi
– masolo – fin du travail de la journée mais na 14h – na suka sanza pe bazui salaire na bango.  


Zaïre oyée !


Matondo kulutu Kandolo, longue vie.


Boboto o mboka bino.


Serge – Kongo na biso.

Messager 10/07/2012 19:34


Mon cher Musa Mayi,


C'est par dépit que je suis arrivé à cette conclusion vu l'inertie de ceux qui devraient s'engager  . Malgré tout je reste combatif et ne suis pas du genre à abandonner aussi facilement
notre lutte.


 


Messager

Richard Kasongo 10/07/2012 18:56


Mbuta Emmuel , 


 Merci na boyano nayo esalaka malmu tina ete ya koyeba bileka(souvenirs). Kasi Mbuta natuna yo motununa oyo: Ndenge basali ya L'ETAT bakomaki kozwa mbongo ou salaire na DATE ya le 20 ya
chaque mois. et en plus ndenge nini ekomaki que musala ebanda kosila na 15h ....au liu ya 7h30' tii repos  ou pause na kozonga na 12 eya kosila na 14h...


Merci mbuta


 


 

Musa May 10/07/2012 10:18


Cher Messager,


Dire que le travail abattu sur ce blog ne sert à rien pourrait passer pour un
découragement et  un aveu d’impuissance. Ce qui n’est pas vrai. Ce blog est unique en son genre. Ce n’est pas un instrument de distraction comme on en
connait. Il y a un travail formidable de mémoire qui est abattu ici. C’est ce travail qui permet toutes les réflexions que nous lisons ici. C’est ici que lentement se révèle notre identité. Petit
à petit, par nos critiques, par une sorte d’introspection, il y a remise en question qui nait. Et comme vous le savez, aucun peuple ne peut évoluer, aucun individu ne peut s’améliorer sans se
remettre en question. Voilà pourquoi sur ce blog, nous sommes comme devant un miroir.

Messager 10/07/2012 07:22


Bravo Musa Mayi pour l'ensemble de vos commentaires sur le pays. L'histoire sera impitoyable à l'égard de l'actuelle génération . On peut penser que les diplômes et les études des congolais après
l'indépendance n'ont servi qu'à l'amélioration des situattions personnelles. L'amour de la patrie est devenue un vain mot pour les intellectuels congolais.


Notre passivité à l'endroit du pouvoir actuel nous fait passer aux yeux du monde pour un peuple le plus amorphe de la planète. Comment ne pas stigmatiser l'attitude de ces irresponsables qui ont
permis la constitution  des Unités mono ethniques, en sachant qu'elles ont toujours été à l'origine des sécessions au Congo. Dans toutes les armées du monde, on tient compte du quota
régional pour équilibrer l'origine des troupes.


Personne n'a le courage de pointer du doigt Kabila après l'agression dont notre pays est victime à l'Est. C'est lui le responsable de la situation, mais toute la classe politique y compris le
parlement se taît, de peur de perdre leurs salaires .


Avec le recul, nos pères des années '50 qui n'avaient pas fait beaucoup d'études sont de loin plus crédibles que l'actuelle génération.


Donc tout le travail de mémoire qui s'effectue sur ce blog ne sert à rien. Les congolais restent distraits.


 


Messager


 

Musa May 09/07/2012 23:21


Merci à notre cher Emmanuel pour toutes ces pages d'histoire. C'est un bon
rafraichissement pour ceux qui n'ont pas accès à l'Histoire officielle de la RDC, une histoire qui aurait pu et devrait nous aider à tirer les leçons de notre passé pour envisager l'avenir avec
prudence et sagesse. Ces décisions n’étaient certainement pas toutes bonnes et lucides, mais je continue à croire qu’il y en avait quelques-unes qui auraient pu aider les congolais à garder une
certaine identité nationale et culturelle.


Aujourd’hui, quand vous allez aux USA, pays du modernisme par excellence, vous trouverez
que les jours des manifestations de fêtes nationales, les Ecossais ont gardé leurs jupes et les traditionnelles cornemuses. Il en est de même pour d’autres peuples venus d’ailleurs. Dans les rues
de Jakarta et d’autres villes indonésiennes pourtant envahies par le pantalon, des jeunes gens portent encore la tenue traditionnelle. La chemise indonésienne est un modèle typique à ce
peuple.


Personnellement, depuis que j’ai atteint la maturité, je n’ai jamais cru, qu’il faille
porter un nom chrétien pour être un bon croyant ou pour aller au Ciel. Déjà au collège des Pères Jésuites à Kiniati, j’avais commencé à douter de beaucoup de passages de la Bible. Mais celle-là
est une autre histoire. A y regarder de près, le changement de nom, ou mieux, l’introduction du prénom (notez bien pré- et non post-) n’était qu’une étape, un moyen dans la stratégie,
minutieusement réfléchie, d’acculturation, d’aliénation mentale et de déstabilisation des  peuples colonisés, qui par ce fait perdaient
automatiquement, mais sans le savoir, l’essence qui faisait d’eux un peuple différent des autres. Par ce fait le colonisé  reconnaissait l’infériorité
de sa propre culture et de sa civilisation. C’est ce que Bob Marley a appelé « mental slavery ». Le baptême, dans ce sens précis, a joué exactement le même rôle que l’esclavage du noir
en Amérique et des colonisés dans les colonies portugaises, entre autres (relisez les recommandations de Léopold II aux missionnaires qui partaient pour le Congo). Il ne s’agit pas ici de
discuter de la foi ou des confessions religieuses des individus. Il s’agit de la portée historique d’un évènement et de son impact sur la vie et le devenir de tout un peuple. La religion est une
affaire des hommes. Dieu n’a créé aucune religion, pas plus que le Christ, Mahomet ou le  Bouddha. Chacun d’eux est venu avec un message qu’il a
transmis sous la forme d’un enseignement. A la mort du prophète, les successeurs disciples en ont fait un système et un dogme. Un outil de domination et de colonisation.


Si vous avez suivi le film Racines (en Anglais Roots) d’Alex Haley, vous vous êtes
certainement rendu compte du fait que le colonisateur n’a lésiné sur aucun moyen dans sa volonté d’effacer la mémoire de l’Afrique chez les esclaves noirs. Notre sous-développement n’est pas
essentiellement matériel. C’est avant tout un fait, une prédisposition psychologique. Le congolais est un peuple malade, il est atteint de cette maladie que seule une prise de conscience
inspirée par un guide spirituel éclairé permet de guérir. De tels guides ne sont pas envoyés sur terre au hasard : ils ne viennent que quand le peuple est prêt.


Quand le portugais est arrivé sur la rive orientale de l’Atlantique, il a trouvé des
royaumes, comme celui du Kongo, d’une organisation politique impeccable. Pendant des siècles, il a cherché à le subordonner et en assujettir le peuple. Il en a résulté des guerres dont une, avec
un petit royaume (Ngondo?) a duré 40 ans. Faute de pouvoir coloniser le Kongo à cause de la lucidité de ses rois, et même d’une reine, le portugais a négocié et il en a résulté un
partenariat avant que, finalement, le royaume ne s’écroule à la suite à des rivalités et luttes de successions. Sur le plan spirituel, des prophétesses comme Mafuta et Kimpa Vita éclairaient les
consciences.


Non. Nos ancêtres n’avaient jamais été ce que nous sommes. C’est nous qui avons accepté
d’être ce que nous sommes. Peut-être que si Mobutu n’avait pas été dictateur, s’il avait réussi à bâtir le Congo et à se faire aimer par son peuple, beaucoup de ses décrets et décisions lui
auraient survécu, et notre pays aurait pris un tournant et une direction autresd que la présente humiliation. Mais Mobutu n'avait rien d'un guide spirituel: ce n'était qu'un humain comme chacun
de nous.