Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

CONGO SE YA BISO, par Edo Clary Lutula et l'African-Jazz

 

Cas du défunt LUTULA Edouard, artiste-musicien. 

Merci pour votre site combien riche en renseignements sur les personnalités de notre pays qui nous ont précédé dans l'au-délà.

Je vous saurai gré de bien vouloir nous parler du défunt LUTULA Edouard dont le pseudo EDO-CLARY fût sien, parce qu'il joua de la clarinette.

En tant qu'artiste-musicien, il a évolué dans certains grands ensembles musicaux, notamment avec KABASELE Joseph (Grand Kallé) en ses débuts, de même avec LUAMBO MAKIADI Franco.

Le défunt LUTULA Edo-Clary aurait encadré et formé l'artiste-musicien MANU DIBANGU {l'ivoirien (?)} qui a appris à jouer au saxo au sein de l'orchestre de Grand Kallé Joseph. Il composa et chanta quelques oeuvres dans l'Ok-Jazz de Franco, dont la chanson consacrant la bière "Kronenbourg". Il presta dans d'autres orchestres vers les années 1955-60.

Il abandonna la vie musicale pour se consacrer vers la fin de sa vie à d'autres activités.

Il travailla au sein de la  Bralima Kinshasa où la fonction de Chef des Dépôts-relais de la Ville de Kinshasa lui avait été confiée vers les années 1970-80. Il exploita parrallèlement un débit des boissons privé dans la Commune de Kalamu à Yolo-Sud où il résidait. Un frère ou une soeur à lui répondant au nom de LUTULA était journaliste à la Voix du Zaïre.

Il est décédé vers les années 1985-90 à Kinshasa.

Merci d'étaler quelques renseignements en sa mémoire.

 

De la part de votre lecteur,

MOKE Monga Ebwa Célestin.

 

 

Nous nous rendons compte que d’après votre portrait, vous semblez  connaître Edo Clary Lutula plus que vous ne le pensiez. Cependant, un rectificatif s'impose: Manu Dibango n'a jamais appris à joeur au saxo dans l'African-Jazz. Il est venu à Léo vers 1961 sur invitation de Kallé en tant que saxophoniste confirmé établi à Bruxelles, où il venait de particper à l'enregistrement de quelques chansons à succès de l'African-Jazz, dont "Indépendance Cha Cha".

  Avant de soumettre votre question aux mbokatiers, nous reproduisons à votre intention la synthèse des écrits concernant cet artiste musicien trouvés sur notre blog.

'Il y a lieu d'ajouter que selon des sources sûres, Edo Clary Lutula était inscrit à la faculté polytechnique à Lovanium au début des années '60. Nous ignorons s'il avait achevé ses études.

Par ailleurs, nous publions les extraits d’un ancien numéro des Actualités Africaines daté du 15 avril 1961 qualifiant Kallé, Lutula et Roger Izeidi de: « Trois musiciens doués du sentiment National  ». A travers cet article, le journal met en relief le patriotisme des musiciens précités, en s'appuyant particulièrement sur une des  chansons patriotiques du jeune Edo Clary Lutula  qui déclare que toutes les richesses du Congo appartiennent à tous les congolais . C'était à l'époque des sécessions.

Voici les extraits de cette chanson:

Bana Lipopo na bana Kisangani , Equateur Mambenga, mboka Kasaï, tosangana elongo, ...

Ebende ya Bakwanga ebende a Congo,

Mayi ya Kwuilu Kwango mayi ya Congo,

Kwanga ya Madimba kwanga ya Congo.., etc, etc.

Sur ces deux photos d’archives, Edo Clary Lutula , sa clarinette à la main, chante aux côtés de Kallé et de Roger Izeidi.

Messager

 

Les inédits de Bankolo Miziki du 1er avril 2008

 En 1970,Kallé fera encore appel à Manu Dibango pour monter à Paris le groupe Afro-Cubain,"l'African-Team,avec Edo Clary Lutula,le cubain Don Gonzalo,Essou Jean Serge,Kwamy Jean Musi,et Mujos.

Messager

Franco, une guitare et une voix se sont tues (12.10.2010)

NINO MALAPET, est le  premier saxophoniste de l’OK JAZZ comme l’a été ESSOUS, premier clarinettiste, voire de la musique congolaise d’orchestre, avant la présence de son concurrent, le  talentueux Edo Clary LUTULA (Jazz Africain, African Jazz, OK Jazz…)

Clément Ossinonde

Franklin Boukaka du 6 .09.2010

   La carrière musicale de Franklin commence en 1955 lorsqu’ il fait ses premiers pas dans le groupe « SEXY JAZZ »  fondé par Miguel  SAMBA, Siscala MOUANGA et Aubert NGANGA.  En 1957, alors que Miguel SAMBA et Siscala MOUANGA  intègrent l’orchestre Cercul Jazz, Franklin, lui choisit le groupe « Sympathic Jazz » et participe  à la tournée que fait cet ensemble au Cabinda et à Léopoldville. Mais, il n’y reste pas longtemps, car à Léopoldville, Franklin BOUKAKA, Michel BOYIBANDA et Jean MOKUNA « Baguin »  qui disposait d’un petit équipement musical,  forment  l’orchestre NEGRO BAND. Franklin BOUKAKA n’y passe que quelques mois, avant de se  joindre au clarinettiste EDO CLARY LUTULA, Jeannot BOBENGA, TABU LEY, MUTSHIPULE « Casino », André KAMBITE « Damoiseau », Papa BOUANGA, Charles KIBONGUE, et  autres au sein de l’orchestre JAZZ AFRICAIN  qui a le mérite d’exploiter merveilleusement  les toutes premières et  belles compositions de TABU LEY : « Mwana mawa », « Catalina cha cha et « Marie José » 

C. Ossinonde

Voici enfin Congo se ya biso, par Edo Clary et l’African-Jazz (8.06.2010)

L'union fait la force dit-on. Papa Toto  vient de nous procurer la chanson "Congo se ya biso" tant recherchée en cette prériode du cinquantenaire. Cette chanson composée par Lutula Edo Clary et interprétée par Kallé et l'African-jazz passait presque en boucle durant les premières heurs de notre indépendance, surtout lors des  troubles.

Messager

 

Numériser00014

 

5

Numériser0002

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

opamikami 28/05/2016 02:28

Je suis du comgo nrazzaville et ai passé 11 ans a leopoldville.Edo clari a evolué ds l'ok jazz vers 1961.Je suis a la recherche de la chanson

opamikami 28/05/2016 02:31

TELECLARI

Mwenzé 22/06/2011 12:28



Je confirme que Edouard Lutula alias Edo Clary fut ingénieur des Postes et Télécom.Nul besoin de vous plier en quatre,cher Papatoto, à rechercher l'interview audio de sa soeur Eugénie Lutula
alias Eugénie Lapet, pour le prouver.Avec Docteur Nico Kasanda,professeur des collèges en mécanique-auto, ils étaient des clercs,les seuls intellectuels de la musique congolaise sur la rive
gauche du fleuve Congo.



Papatoto 20/06/2011 21:30



Effectivement, Edo Clary Lutula avait étudié à l’université Lovanium précisément dans la faculté
polytechnique mais il avait parachevé ses études d’ingénieur en Poste et Télécom en France où il avait continué à jouer aussi sa clarinette.


J’ai un fichier audio où sa sœur parlait longuement de son frère. Malheureusement, je dois réécouter tous mes
fichiers audio pour retrouver l’interview de sa sœur.



Mwenzé 20/06/2011 10:15



S'il vous plaît,évitons les vocables "défunt","feu(e)",en évoquant un(e) musicien(ne) disparu(e).car L' ARTISTE NE MEURT JAMAIS.Avez-vous jamais lu "feu Mozart","défunt Picasso""défunt Tino
Rossi" ou "défunt Mickaël Jackson"?Je vient de vous en fournir l'explication.Merci.



Zéphyrin Kirika Nkumu 19/06/2011 15:54



Cette chanson CONGO SE YA BISO de Lutula me rappelle bien l'entrée de l'AFDL à Kinshasa. A cette époque, il nous était strictement interdit de jouer toutes les
chansons qui contenait le nom de Mobutu, Zaire  ou autres dignitaires de la 2eme république. La sonothèque était fouillée de fond en comble pour retrouver toutes les vieilles chansons
patriotiques comme Indépendance cha-cha, Table Ronde, Congo se ya biso et autres qui étaient jouées en boulce à longueur des journées.


J'aimerais aussi dire que j'ai travaillé personnellemnt avec la petite soeur de Lutula dont on parle ici. Il s'agit de maman Éugenie Lutula devenue Lutula  Mataso. Elle animait les
émissions en Lingala et elle a déjà pris sa retraite. Si je ne me trompe pas, elle a un fils qui jouait dans Victoria Élesion de King Kester Emeneya.



Clément OSSINONDE 19/06/2011 12:24



Mon cher MOKE, il y a lieu de reconnaître que Mnu DBANGO le camerounais (et non Ivoirien) n'a pas à ma connaissance été formé par LUTULA. Lorsque Joseph KABASELLE a découvert Manu DIBANGO à
Bruxelles  en 1960, évoluant dans une Boîte de nuit c&élèbre à l'époque  et avec les Anges Noirs, DIBANGO était déjà un grand organiste, confirmé ; jouant au piano et au saxo.
Certes, arrivé à Kinshasa au sein de l'African Jazz, il a surtou brillé au piono. Rappelons  nous, le grand succès "Mama na Mufanga" et autres de cette série... absolument merveilleuses.


Il est indéniable  que Manu DIBANGU a beaucoup appris auprès de Joseph KABASELLE et de l'African Jazz, quant à l'accompagnament des chansons congolaises, aussi son grand succès part de
cette époque., aumoment , bien sûr  LUTULA, ESSOUS (les deux plus grands clarinettiste de la musique congolaise) Nino MALAPET étaient suffisamment bien rodés  et grandes vedettes


(Une petite confidence à propos de LUTULA, : sa soeur, une des grandes animatrices à la Radio Kinshas fût l'épouse à Nino MALAPET, avec laquelle est née une fille "MICKY" que Nino à pour la
prostérité composé "Micky mi quiero" un des grands succès du Rock-A-Mambo. en 1957 aux éditions "Esengo"