Publié par Messager

 

 

 

Après Ondekane, les rebelles Tutsi engagent Jean-Paul Epenge.

 

Empenge          

Jean-Paul Epenge, représentant du M23 en Europe


Les congolais se souviennent encore du commandant Ondekane, du RCD/Goma, que les rebelles Tutsi avaient hissé à la tête de leur mouvement pour lui conférer la légitimité d’être dirigé par un congolais de souche, donc incontestable. Ce dernier avait rapidement gravi les échelons de l’Armée jusqu’à être promu général et ministre de la défense, avant d’être déchu dès qu'on s’était servi de lui.

 

Voilà que les rebelles du M23, viennent de rééditer le scénario en désignant Jean-Paul Epenge(encore un congolais de souche), comme leur représentant en Europe. Si ces rebelles d'origine Tutsi se sentent totalement congolais, pourquoi s'arrangent-ils toujours à placer des congolais de souche "corrompus" à la tête de leurs mouvements. Likambo ya mabele.


Tout en reconnaissant à chacun des congolais la liberté d’agir selon sa conscience, il est quand même regrettable de constater la naïveté avec laquelle certains de nos frères se font embaucher par ces "Rwandais" dont le dessein est connu de tous.

 

L’histoire de la RDC évolue comme si le peuple n’a aucune mémoire . Nous avons l’impression que «  trahir » le pays est devenu le métier le plus « rentable » pour les congolais de l'intérieur et de l'extérieur, qui attendraient chacun son tour pour tirer profit de la vente aux enchères de la RDC.

 

Mbokamosika

.

Voici Epenge qui apparait sur cette séquence, à partir de 4min10sec (King) 

.

 

 

 

Comme une prémonition, regardez ces images de 0min35sec à 1min10sec (King) 

.

 

 

RDC : Le M23 s’explique…

Depuis plus de trois mois, la rébellion du M23 tient tête à l’armée congolaise dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC). Les rebelles progressent actuellement vers la ville de Goma, la capitale régionale du Nord-Kivu. Dans une interview accordée à Afrikarabia, le représentant du M23 en Europe, Jean-Paul Epenge analyse les raisons du conflit et les objectifs de la rébellion. Il revient également sur le rapport de l’ONU accusant le Rwanda de soutenir la rébellion et la possible prise de Goma.

JP Epenge 2.jpgLe Nord-Kivu renoue avec ses anciens démons. Depuis le mois de mai 2012, les rebelles du M23 affrontent l’armée régulière congolaise (FARDC) dans cette province de l’Est de la République démocratique du Congo. Une douzaine de localités tombent rapidement aux mains de la rébellion, qui menace maintenant de prendre Goma, la capitale provinciale. Le M23 est constitué d’anciens combattants de la rébellion tutsie congolaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), intégrés dans les FARDC dans le cadre d'un accord de paix avec Kinshasa signé le 23 mars 2009. Le M23 réclame la pleine application de ces accords et a commencé à prendre le maquis en avril. Mais le conflit est plus complexe. L’étincelle qui a mis le feu au poudre a été allumée par Kinshasa, qui a décidé sous la pression de la communauté internationale, d’arrêter Bosco Ntaganda, un ex-CNDP, intégré dans l’armée régulière et nommé général depuis les accords de paix 2009. Parallèlement, le Rwanda est accusé par les Nations unies et Human Rights Watch de soutenir la rébellion dans le Kivu, ce qui sème le trouble entre les deux états voisins, jusque là alliés pour traquer les « forces négatives » dans l’Est du pays.

- Afrikarabia : Le M23 a-t-il été créé pour protéger Bosco Ntaganda, recherché par la Cour pénale internationale (CPI) et que Kinshasa souhaite arrêter ?

- Jean-Paul Epenge : Je vais être très direct, Bosco Ntaganda n’a rien à voir avec le M23. Le sort personnel de Bosco Ntaganda ne nous concerne pas. Bosco n’est pas avec nous, le M23. C’est Kinshasa qui utilise ce prétexte pour nous attaquer. Je vais être clair. Je n’ai jamais entendu dire le président Kabila : « je vais arrêter Ntaganda ». Et de toute façon, ce sont des choses qui ne se disent pas. Si on veut arrêter quelqu’un, on fait comme avec Thomas Lubanga, Germain Katanga ou Mathieu Ngudjolo (détenus actuellement à la CPI, ndlr)… on les arrête sans prévenir personne. Si le gouvernement avait réglé le problème de Bosco Ntaganda « normalement », comme il avait réglé les cas de Bemba ou de Lubanga, il n’y aurait pas eu toutes ces histoires. Une chose me paraît étrange : Bosco Ntaganda se trouvait à Goma, au Nord-Kivu. Si Kabila voulait arrêter Ntaganda, pourquoi attaquer Sultani Makenga (le chef du M23, ndlr) qui se trouvait dans le Sud-Kivu ? Makenga n’a rien à voir avec l’affaire Ntaganda. En fait, la création du M23, c’est un sursaut tout simplement. Nous nous sommes dit, pourquoi le gouvernement nous attaque, alors que nous avions signé un accord avec eux en mars 2009 ? Ce sont les autorités congolaises qui ont rompu l’accord. Nous avons donc décidé de réoccuper militairement nos anciennes positions, celles que nous occupions du temps du CNDP, avant l’accord. Notre but est donc simplement de renégocier avec Kinshasa.
Le M23 n’est pas une nouvelle rébellion ou un nouveau mouvement, notre objectif est tout simplement de pousser le gouvernement à appliquer cet accord du 23 mars 2009. On ne demande pas le départ de Kabila, ni un nouvel accord. Nous n’avons pas de nouvelles exigences,  nous demandons juste le respect des textes.

- Afrikarabia : Justement, que trouve-t-on dans cet accord de 2009 (1), quels sont les points qui n’ont pas été respectés ?

- Jean-Paul Epenge : Nous demandons d’abord l’éradication des FDLR et des « forces négatives » (des rebelles hutus rwandais, mais aussi des milices d’auto-défense congolaises qui sèment la terreur dans l’Est du Congo, ndlr). Chaque jour, il y a des morts, on assassine, le Kivu a été décrété « capitale du viol »… Donnez-nous les moyens de combattre les FDLR. Nous avons fait 4 mémorandums au président Kabila pour avoir plus de moyens. Nous savons où sont les FDLR. Nous n’avons jamais eu les moyens financiers, humains et matériels de pouvoir lutter contre les « forces négatives » à l’Est de la RDC. Et pendant 3 longues années, malgré ce manque de moyen, nous sommes restés fidèles aux autorités congolaises… jusqu’à cette histoire de Bosco.

- Afrikarabia : Le M23 n’est donc pas là pour protéger Bosco Ntaganda ?

- Jean-Paul Epenge : Cela n’a jamais été le but de notre mouvement. Mettons nous un instant à la place de Kinshasa. Le gouvernement n’a pas respecté les accords. Il lui faut donc trouver un prétexte. Le prétexte est le suivant : ces gens (les ex-CNDP, ndlr) sont recherchés par la Cour pénale internationale et leur chef s’appelle Bosco Ntaganda. Cette histoire a été inventée pour cacher le non respect des accords de 2009 entre le CNDP et le gouvernement congolais. Autre chose : Kinshasa n’a aucun argument pour expliquer l’échec des accords.

- Afrikarabia : Quels sont les autres points de l’accord que vous revendiquez ?

- Jean-Paul Epenge : Il y avait premièrement, l’éradication des « forces négatives ». Deuxièmement, le retour des réfugiés. Il y a au moins 200.000 réfugiés congolais dans les pays frontaliers, en Tanzanie, en Angola, au Rwanda, au Burundi… Et il n’y a que la « bonne gouvernance » du pays qui pourrait faire revenir nos frères au pays. Troisièmement, la reconnaissance des grades des militaires intégrés dans l’armée congolaise (FARDC). Si certains grades ont été reconnus, tous n’ont pas touché la solde en conséquence. Nos militaires doivent être correctement payés. Quatrièmement, nous demandons l’application de la loi de décentralisation, prévue dans la constitution. La décentralisation prévoit une certaine autonomie aux provinces, avec une compensation financière du pouvoir central. Cela n’a jamais été fait. Kinshasa n’a en fait pas l’air très concerné par tous ces problèmes, ils sont tranquilles dans leurs salons feutrés…

- Afrikarabia : Un récent rapport de l’ONU accuse le Rwanda de soutenir votre rébellion, en hommes, en armes et en logistique. De nombreuses preuves qui jettent le trouble sur le rôle que joue le Rwanda dans ce conflit. Vous niez toujours toute implication des autorités rwandaises ?

- Jean-Paul Epenge : Comment expliquer que ce rapport soit sorti, comme par hasard, quelques jours seulement avant le renouvellement du mandat de la Monusco (la mission des Nations unies en RDC, ndlr) ?

- Afrikarabia : Ce serait un prétexte pour que la Monusco reste en République démocratique du Congo ?

- Jean-Paul Epenge : Entre autre, oui.

- Afrikarabia : Revenons au rapport de l’ONU…

- Jean-Paul Epenge : Il y a beaucoup d’incohérences dans ce rapport. Il y a notamment une note des renseignements congolais de janvier 2012 sur l’aide de l’armée rwandaise à Ntaganda… en janvier 2012 ! Alors que « l’affaire » Ntaganda n’a commencé qu’en avril… étonnant ! Car il faut rappeler que jusqu’en avril 2012, Bosco était encore l’allié et le partenaire de Kinshasa depuis les accords de 2009 !

- Afrikarabia : Vous dites toujours que le Rwanda ne vous soutient pas ?

- Jean-Paul Epenge : Non, le Rwanda ne nous soutient pas. La semaine dernière, nous en avons apporté une preuve. Quand Kinshasa a voulu nous contrer et nous prendre en tenaille pour créer deux fronts : un à Bunagana et l’autre à Rutshuru, notre puissance de feu les a repoussé et ils ont pu voir qu’il n’y avait pas de Rwandais. L’armée congolaise s’est retrouvée en Ouganda, en débandade générale, sans avoir croisé de Rwandais. Kinshasa n’a donc plus d’argument : il n’y a pas de soldats rwandais chez nous. Mais pour Kinshasa, chaque tutsi et chaque rwandophone est Rwandais, alors…

- Afrikarabia : Est-ce que vous ne craignez pas que la création de votre mouvement, la reprise de la guerre à l’Est et le rapport de l’ONU sur l’aide du Rwanda, ne ravivent pas le fort sentiment anti-tutsi en RDC ?

- Jean-Paul Epenge : C’est le but de Kinshasa et c’est ce qu’il fait. En 1998, j’étais à Kinshasa, aux commandes avec Laurent-Désiré Kabila. J’ai vu dans ma propre famille un oncle qui avait, selon les Congolais, une morphologie nilotique (tutsi, ndlr) se faire assassiné. Il n’était même pas du Kivu. Je pense tout simplement que si nous avions des bons dirigeants, rassembleurs, on pourrait tous vivre dans une même république unie. Mais lorsque l’on voit les derniers communiqués de Kinshasa sur les Rwandais qu’il faut « dégager »… je pense que tout cela peut très mal finir.

- Afrikarabia : Militairement, vos soldats occupent la ville frontière de Bunagana. Vous avez fait tomber la ville de Rutshuru, avant de la remettre entre les mains de la police congolaise. Vous êtes désormais à quelques dizaines de kilomètres de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu. La prise de la ville de Goma constitue-t-elle un objectif pour le M23 ?

- Jean-Paul Epenge : Nous avons même la force d’aller jusqu’à Kinshasa ! Cela peut vous paraître étonnant. Mais je peux vous tenir ce discours parce que je sais qu’en face (l’armée congolaise, ndlr)… il n’y a rien, il y a zéro ! Kabila a formé une brigade, une unité d’élite, avec des instructeurs belges, américains, à Lokando, Kindu… Au front, le M23 les a « dégommé », ils se sont retrouvés en Ouganda, réfugiés et désarmés. La porte est donc « ouverte » pour nous. On peut aller jusqu’à Goma, Kisangani, Kinshasa… mais là n’est pas notre but. Le président Kabila doit comprendre qu’il faut signer et appliquer les accords de 2009. Alors, on épargnera beaucoup de vies humaines.

- Afrikarabia : Beaucoup de Congolais craignent une « balkanisation » du Congo et pensent que vous souhaitez faire sécession et créer un Kivu « indépendant » ?

- Jean-Paul Epenge : C’est un mythe. Ce genre de discours démontre l’impuissance de Kinshasa. Quand les médias à Kinshasa parlent de « dépecer » le Congo, de « balkaniser » le Congo… On n’a pas besoin de « balkaniser » le Congo. Ce n’est pas le but, il n’y a pas d’agenda caché, je vous le jure, il n’y en a pas. Notre but c’est l’autonomie, comme la constitution le prévoit.

- Afrikarabia : L’épreuve de force entre le M23 et Kinshasa peut-elle durer encore longtemps ?

- Jean-Paul Epenge : Nous, nous pouvons tenir. Nous sommes préparés à toutes les éventualités. Nous avons voulu la paix en 2006, puis en 2009. Notre chef Laurent Nkunda (le patron du CNDP, ndlr) a été arrêté, mais il nous a demandé de faire confiance aux accords de paix de 2009. Les accords n’ont pas été respectés. Alors cette fois, on ne doit pas nous berner une nouvelle fois.

Propos recueillis par Christophe RIGAUD

.

Commenter cet article

Serge - Kongo na biso 14/07/2012


Mbote,


Story, Loisir !!!!  Encore
pour une énième fois on veut nous avaler toutes les bêtises politiques au RD Congo.  Quand (la Cour pénale d’Injustice) dite CPI en sigle lance un
mandat d’arrêt contre quelqu’un, qui est en charge d’arrêter le fugitif ou le coupable ?  Pourquoi ont-ils fait des bruits pour arrêter Bosco
Ntanganda alors que JP Bemba c’était sans tambour ni trompette ?  2 poids, 2 mesures.  Ils ont criés
haut et fort pour lui permettre de fuir car arrêter Bosco Ntaganda met en cause leurs propres jeux d’Hyppolite Kanambe (les oiseaux de même plumages, tous 2 assassins et génocidaire).  Ah, dites-moi un peu, où l’on est aujourd’hui avec le fameux Rapport Mapping ?  Nous attendons toujours les
pyromanes de venir éteindre le feu ? Quelle blague !!!  Ondekane a été remplacée par ONOSUMBA si je ne suis pas dans la confusion, mais qui
est Jean Paul Epenge ?  Est-ce que c’est l’ancien comédien de théâtre de Chez Nous ou un nobody qui lutte pour son gagne pain?  Qui peut m’éclairer sur cette personne ?  Cet Epenge veut se moquer de qui ?  Sa réponse à la dernière question il ouvre ses gardes et répond :  « -
Afrikarabia : L’épreuve de force entre le M23 et Kinshasa peut-elle durer encore longtemps
?


- Jean-Paul Epenge : Nous, nous pouvons tenir. Nous sommes préparés à toutes les éventualités. Nous avons
voulu la paix en 2006, puis en 2009. Notre chef Laurent Nkunda (le patron du CNDP, ndlr) a été arrêté, mais il nous a demandé de faire confiance aux accords de paix de 2009. Les accords n’ont pas été respectés. Alors cette fois, on ne doit pas nous
berner une nouvelle fois.»  


Laurent Nkunda (qui se dit Rwandais de souche lors de son arrestation au
Rwanda en exhibant sa carte militaire rwandais), alors que c’est Bosco qui était son « second in command » donc numéro 2 et qui a accepté l’intégration de ses troupes au FARDC mais
notre sieur Epenge dit qu’ils n’ont rien avoir avec Bosco Ntaganda, il cherche à tromper qui ?  …Sa
conscience peut être.


Boboto o mbokamosika.


Serge – Kongo na biso.   

historien 14/07/2012


EPENGE,yoka ata soni.congolais nionso oyo azali kosoutenir rebellion apesa biso exemple moko  ya changement operé par les rebelles dans tous les domaines.ONDEKANE,ozalaki capitaine.lokola
bozalaka na bino lokoso okomi ti general.otondi kaka te.sikoyo olingi okoma nanibotalaka bilili ya ba deplacés?soki bozalaki na mawa ya congo na ba congolais,b'interet na bino elingaki koleka
liboso.boyeba une chose,manso makoleka  kasi congo ekotikala

king 14/07/2012


Bonjour,


Le fameux Epenge était comédien dans le groupe Nzoy dans les années 86, 87, 88, ensemble avec sans souci, kimbaseke, mambrikoko, nsengo, kokondianzombo, bipendu, mavila, pembele, etc. regardez
les vieux films du groupe nzoy vous le retrouverz dedans

Buku 15/07/2012


Opposition ekomi wapi? Ezali wapi? po tomonaka makambo ya soni boye. Il faut ba manifestation ya kafukafu na mboka.
Boni kuna na Congo, il faut Congolais atelema, abima na balabala na ba provinces nionso asala manifestation. Azwa destin ya mboka tokotika yango na ba paya te. Mboka ezali kozika, bolali bongi.
Kaka ba interview na internet. Ca suffit!  Tokozela pe mindele te po ya kosalisa biso. Ba martyrs bawa pona mboka topesa bango lokumu.


« Tous ont compris que si le Congo meurt, toute l'Afrique bascule dans la nuit de la défaite et de la servitude.
Voilà, encore une fois, la preuve vivante de l'Unité Africaine, voilà la preuve concrète de cette Unité sans laquelle nous ne
pourrions vivre face aux appétits monstrueux de l'impérialisme. »Patrice Lumumba


 


« Peuple Zaïrois, moto akosa yo te, moto akoki kolinga Zaïre lokola yo moko azali te.
Soki omoni moto mosusu azali kolinga mboka na yo, tuna ye awuti wapi ? Aye koluka intérêt ya se ya mabele : cobalt, cuivre na Shaba, diamant ya Miba na Mbuji Mayi, bientôt petrole na Bas-Zaïre. »Luambo
Makiadi


Congolais tango yango oyo ya kolakisa na mokili pe na bana bakoya , te ozali kaka mutu ya maloba te.


Buku

king 15/07/2012


voici Epenge qui apparait sur cette séquence, à partir de 4min10sec: http://www.dailymotion.com/video/x4n1c9_groupe-nzoi-et-groupe-mangobo-dans_creation

king 15/07/2012


comme une prémonition, regardez sur ces images de 0min35sec à 1min10sec

king 15/07/2012


comme une prémonition, regardez ces images de 0min35sec à 1min10sec: http://www.dailymotion.com/video/x4n38h_groupe-nzoi-et-groupe-mangobo-dans_creation

Serge - Kongo na biso 15/07/2012


Mbote ba ndeko,


Donc ezali nango kaka Epenge Bitshakutshaku ya groupe Salongo pe Nzoyi, yango
balobaka ke « on decouvre la valeur d’un homme que devant un obstacle », voila son niveau.  Mais le cas Epenge azali kaka l’un des arbres
qui cache la forêt, mais en réalité ba traitres bazali ebele pe bazali partout kati na biso Z, yango nde tobengaka « kindoki » peut ye aza komona yango ke eza ki misu makasi mais ezali
ki bozoba, ki bolole, ozali ko aider bapaya po bayiba mama oyo abota yo « kindoki ».  Ba acteurs ya théâtre baza ko confondre kosekisa batu
na kokamba mboka, ba trahir mboka na biso mua mingi, moko na bango azalaki accuser ye na empoisonnement ya Cardinal Malula. Ba Masumu, Alinga, m¬ere Bip, Yandi mosi et autres… tomonaki bango na
bilili ndenge bazalaki ko venter ba bolamu « non existants » ya Kanambe na Congo na tango ya b’élections, ba participaki même na ba fraude. 
Une fois le prophète Muhammad (Paix sur lui) a dit que : « la pauvreté a faillit être une mécréance » azalaki na raison
po pona mbongo Zairois azali prêt à tout sacrifier, à tout faire.  Toza na musala munene ya ko conscientiser ba Zairo-congolais po Bob Marley aloba : « Emanticipate yourself from mental slavery » =
“omilongola na bizaleli ya bowumbu” = « none but yourself can free your mind » = « mutu mususu te ako liberer yo sauf yo moko »


Boboto o mbokamosika.


Serge – Kongo na biso.

Serge - Kongo na biso 15/07/2012


Mbote ba ndeko,


Na Kinshasa ba ndeko balamuki, batelemi, bolanda maloba ezuami na lien
oyo :  «http://www.youtube.com/watch?v=ccFU1VmCPsI&feature=youtu.be» 


 


Boboto o mbokamosika


Serge – Kongo na biso    

Buku 15/07/2012


VAILLANTS COMBATANTS!


VIVE LA REVOLUTION!


LA REVOLUTION MAINTENANT!


VIVE L'INDEPENDANCE MENTALE!


VIVE LE CONGO UNI ET INDIVISIBLE


VIVE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Bernard Manseka 16/07/2012


Le rwandais ou ougandais vient avec  une arme au Congo;  fais creuser les minerais par nos enfants, ouvre les comptoirs et  vend les minerais au rwanda, avec cet argent il
corropm les congolais. Lorsque le rwandais vient au Congo, il sait que le congolais naifs vont produire pour lui et etre corrompu par leur propre minerais. Les libanais, les indiens, les grecs,
les chinois et les pakistanais font de meme. Ils arrivent mains vides au Congo, font l’argent avec les minerais congolais et corrompent les congolais ave leur propres ressources. Paresse ou
ignorance, on ne sait pas, malediction, on ne sais pas, malade on ne sais pas ou quoi alors? Ce pauvre garcon est corrompu comme judas pour nuire aux congolais; demain il va demander pardon comme
Wamba, Ondekane, Zaidi Ngoma, Bazila Diatezwa, et autres fous.


Ils doivent etre fouetes un jour.

Mpaka Losako 16/07/2012


CE MR EPENGE A DES LIENS DE PARENTE AVEC MENDE, LE VUVUZELA DE KABILA,

Mpaka Losako 17/07/2012


CE MR PRETEND  QUE LEUR GROUPE A LA FORCE D'ALLER JUSQU'A KINSHASA ET  EN MEME TEMPS IL  DIT QU'IL DEMANDE  A KINSHASA DE" LEUR DONNER LES MOYENS POUR COMBATTRE LE FDLR ET
ANEANTIR LES FORCES NEGATIVES". LE M23 PEUT ARRIVER A KINSHASA MAIS SERAIT INCAPABLE DE COMBATTRE LES FDLR CETTE  INCOHERENCE MONTRE BIEN QU'IL ONT UN AGENDA CACHE. EN PLUS LES ACCORSDS ONT
ETE SIGNE ENTRE LE CNDP ET LE GOUVERNEMENT POUR NE PAS DIRE AVEC KABILA( LE CHEF-D;ETAT MAJOR N'ETAIT MEME PAS IMPLIQUE). POUR QUOI LE CNDP QUI COMME VOUS LE SAVEZ FAIT PARTI DE LA PLATE-FORME
POLITIQUE QUI SOUTIENT KABILA NE PORTERAIT ELLE PAS CES REVENDICATIONS AU NIVEAU DU PARLEMENT?


UNE AUTRE REVENDICATION SERAIENT LE RETOUR DES 200.000 REFUGIES CONGOLAIS. EST QUE CE PROBLEME SERAIT L'AFFAIRE D'UN DROUPE DE MILITAIRE EN L'OCCURENCE LES EX CNDP. LE PROBLEME DES REFUGIES C'EST
L'AFFAIRE DE LA CRIX ROUGE D, DU PAYS HOTE ET ET DE NOTRE GOUVERNEMENT


EN REALITE CE MOUVEMENT M23 N'EST QU'UNE REEDITION DU RWANDA POUR AVOIR LA MAIN MISE SUR LE KIVU.

James 20/07/2012


Chers tous,


Je viens à peine de lire cette interview et j'en déduis ce qui suit:


- D'abord honte sur cet opportuniste de colonel et sur toute sa descendance. à qui je demanderai de nous parler de sa carrière au sein de l'armée (sa promotion à l'EFO, sur son
avancement en grade jusqu' à celui du colonel aujourd'hui.)


- Ce mouvement rebelle (CNDP-M23) avait demandé à l'époque des moyens financiers, matériels et humains pour combattre les FDLR et les autres forces négatives. Pourquoi ne l'ont-ils pas fait une
fois intégrés dans les FARDC et au nom de celles-ci. Ces militaires du CNDP (Tutsis Rwandais) voulaient s'attaquer aux hutus Rwandais du FDLR réfugiés au Congo pour se venger du
génocide perpetré par ces derniers contre les tutsis.


Ils ont voulu que le gouvernement reconnaisse les grades des militaires ex CNDP integrés dans les FARDC. Donc tout civil oeuvrant au sein de ce mouvement  pouvait lors du brassage
et sur proposition devenir Lieutenant, Capitaine, Major, Colonel ou Général. Ici, nous oublions certaines notions propres aux formes armées concernant les avancements en grade. Que
fait-on du plan de carrière dans l'armée qui inclut les formations sur terrain et dans les academies militaires et autres, l'ancienneté dans l'armée. On gravit les echelons par rapport à certains
critères et non sur base d'une liste produite par un mouvement x ou y. Et c'est à partir de cette pratique que le Congo est le premier pays au monde qui compte plus des généraux.
Si vous n'avez pas assez du sel pour cuire un poulet, sauriez-vous alors cuire tout un boeuf? Les FDLR est un poulet càd un petit groupe que le CNDP-M23 n'arrive pas à combattre et comment
feront-ils pour vaincre les FARDC, un boeuf et ainsi atteindre Kinshasa où l'auto-défense populaire a déjà fait ses preuves en 1998.


Pour finir, je voudrais vous rappeler que le CNDP fut un mouvement rebelle qui s'est mué après des accords en parti politique proche de la majorité présidentielle, donc bénéficiant de toutes les
faveurs pour que leurs revendications soient acceptées.


Ce monsieur qui déclare dans son interview que Nkunda a été arrêté, peut-il nous dire dans quelle prison congolaise se trouve-t-il à ce jour? Est-ce le Rwanda a-t-il le droit de l'arrêter et de
le garder prisonnier chez eux au lieu d'une extradition étant donné qu'il a sévi au Congo et qu'il appartient à nous congolais de le juger. De qui se moque-t-on dans ce cas. Petit ya
confiance Epenge, pourquoi veux-tu imiter Juda? Je pense que toute ta famille vit à l'abri des besoins au Kivu ou à Kigali. Et le sort de ton frère Ondekane du RCD/GOMA ne t'a jamais édifié?
Peux-tu arrêter d'être encore le petit ya confiance des Rwandais comme avec Dave Mangobo?


Nous savons aussi qu'une armée ne se forme jamais par brassage car des sérieux problèmes se poseront au niveau du commandement et que des permutations ou mutations seront
difficiles comme tous les militaires ex CNDP qui n'ont jamais quitté l'est depuis leur intégration dans les Fardc.


Petit Epenge, au nom de toutes les victimes de l'est et de nos ancêtres, je te maudis toi et toute ta progéniture pour ta traîtrise. L'histoire te jugera comme les autres en tant qu'ennemi
du peuple congolais.


James

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog