Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager


img001

                                02 juin 1966 - 02 juin 2010
44 ans déjà que la cupidité et la bêtise de certains humains ont arraché à notre affection papy Emmanuel Bamba. Je me souviens et je me souviendrai encore pendant longtemps comme si c'était hier car au moment où j'écris ces mots, mes yeux se remplissent de larmes. Le corbeau dure longtemps mais la colombe, elle ne dure pas, c'est vrai car j'en ai la preuve.
 
Le brillant parcours de ce fils-né kongo, couronné par des actions de grandes valeurs et des réussites extraordinaires, ne peut pas me laisser indifférent le jour de l'anniversaire de son assassinat et de ses 3 compagnons d'infortune sur la place publique de pont Cabu.
 
Il a sacrifié sa vie et pourtant, il aurait pu choisir de vivre paisiblement sa vie de notable et d'homme d'église. Comme quoi, à CESAR ce qui est à CESAR et à MAMMON ce qui est à MAMMON.
 
Au ciel, où il se trouve, il nous entend crier douleurs, famines, maladies et pauvretés. Lui qui a motivé et aidé ses semblables avec ses propres deniers  ne manquera pas d'intercéder auprès du Père céleste pour que CELUI-CI s'occupe du CONGO.
 
Papy Emmanuel BAMBA avait l'habitude de chanter dans l'un de ses nombreux cantiques: "OH, Dieu, lorsque tu commenceras à distribuer les indépendances, n'oublies pas le Congo."
  
Paix à son âme.
 
Vicky KANDI
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Samuel Malonga 04/06/2010 23:24



Nous avons la photo d'Emmanuel Bamba. Manquent celles de ses compagnons d'infortune ( Anani, Kimba et Mahamba). Si pour le devoir de mémoire leurs familles pouvait les faire parvenir à
Mbokamosika.


Samuel Malonga