Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

 Chers amis, nous inaugurons une nouvelle rubrique baptisée "Débattons", à travers laquelle il nous sera soumis un sujet de discussion. L'occasion est donnée à tout le monde de s'exprimer dans la langue de son choix sur les aspects de notre vie au quotidien en occident. Des recherches seront menées sur le plan musical pour dénicher des chansons adaptées à chaque sujet.


Quelle éducation pour nos enfants en occident?

Quel mode d’éducation pour nos enfants en Occident ?

La bastonnade à l’africaine ou le principe de l’enfant-roi à l’occidental ?

Peut-on vraiment éduquer les enfants en occident en recourant aux punitions corporelles sans s’exposer aux poursuites judiciaires  pour maltraitance ?

Comment concilier les deux modes d’éducation ?

Exprimez-vous librement dans la langue de votre choix sur ce sujet qui nous concerne tous.

 

Messager



KOBOTA ELENGI, KOBOKOLO MPASI, par Bholen & Negro-Succès
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MANU 01/09/2009 20:55

Cher LELO, on ne s'improvise pas parent, on l'assume totallement. Comme nous le savons tous sauf  les concernés eux-mêmes, le métissage n'a jamais sa totale place dans les 2 sociétés. Qu'on le veuille ou non, ne nous cachons pas derrière le conformisme du monde occidental pour laisser libre court aux agissements que nos vieux parents auraient rejettés. Je ne sais pas quels sont vos dégrés d'affinités dans vos fréquentations, mais la mixité fraternelle n'a pas son droit de cité dans un milieu soi-disant toléré. Souvent nos enfants qui se prennent plus blancs que les blancs eux-mêmes, désenchantent. La mixité de façade affichée n'est qu'un leurre, ne sortons pas de nos quartiers, gardons nos valeurs en faisant des leurs une valeur ajoutée dans l'éducation de nos enfants. 75 à 80% des mariages mixtes se terminent en queue de poisson, ce qui laisse croire que la cohabitation n'est jamais (source associations) aisée. Votre 1ère question est de toute interrogation: avons-nous les mêmes valeurs que l'occident? malheureusement non! vivez l'expérience dans une famille noble et vous comprendrez le fossé qui sépare les idées reçue de la réalité. Les enfants des familles nobles sont souvent menés à la baquette comme en afrique, l'esprit de famille prime, le respect des anciens et j'en passe. Croire que dans des familles occidentales s'embrasser devant les parents ne gênerait personne est faux. Qu'est-ce qui ont fait introduire ces moeurs sinon les enfants des familles aisées frustrés par ce nombre d'interdits se révolteront dans la suite de mai 68. La nudité à la télé n'est autorisée qu'en milieu des années 70. La liberté sans restriction vire à la dépravation des moeurs. Ce que nous sommes en train de vivre au sein de nos familles congolaises. Pensons faire du bien à nos enfants en faisant une place large à la liberté. Un enfant doit rester un enfant tant qu'il est sous votre toit.

MANU 01/09/2009 19:35

ni le bastonage, ni l'enfant roi. La seule éducation que l'on peut donner à son enfant est ta présence à ses côtés, ton regard au quotidien sur son évolution, lui faire comprendre qu'il peut compter sur toi sans pour autant envahir son espace. Ne pas jouer le papa qui a toujours été le premier de la classe, éviter de faire des comparaisons tout en l'incitant à faire mieux. L'exemple vient d'en haut; comment veux-tu d'un enfant exemplaire lorsque toi parent tu es l'archétype même de la délinquance? quand toi maman, tu racontes tes mésaventures extraconjugales en présence de ta fille? tu fais profiter à ton enfant les fruits de tes vols à l'étallage et voir même qu'il te sert de complice. L'enfant à 10 ans a sa cléf et peut rentrer à n'importe quelle heure sachant très bien que les parents ne sont jamais à la maison avant le dernier bus de 23h parce qu'ils aiment bien leur travail et se faire des bons salaires au détriment de l'éducation de son enfant. Un enfant reste un enfant, ne jamais en faire un copain, qui aime bien chatie bien, n'hésite pas à le punir s'il le faut. Parents, arrêtons de mentir à nos chers enfants et de leur faire croire qu'on gagne plus, or vous passez le plus de votre temps à écumer les magasins , à piller les boutiques des dégriffés. Montrons de l'amour, faisons preuve de responsabilité car leur avenir dépend des valeurs que nous leur léguerons. CE QU'IL FAUT EVITER CHERS COLLEGUES PARENTS: LA VENERATION DES ANTIS VALEURS. POURQUOI NE PAS LEUR MONTRER L'EVANGILE?  

LELO 23/07/2009 18:58

Boniati penza. Merci pour le choix du sujet. Puisque si nous ne penchons pas sur l'éducation de nos enfants, personne ne pourra le faire pour nous. Sauf qu'éduquer un individu n'est pas chose facile. Puisque dans l'éducation, il y a des éléments qui viennent de l'extérieur, d'origine sociétale et des éléments intérieurs, propres à l'éduqué: les prédispositions personnelles. Un enfant en réalité ne reproduit en général que ce qu'on lui a donné, ce qu'il a reçu. Et aucun adulte ne peut éduquer si lui-même n'a pas été éduqué. La question de l'éducation de nos enfants ne peut pas se poser en dehors de la société dans laquelle nous les élevons. Pour raccourcir, l'éducation est un savoir, un ensemble des acquisitions morales d'une personne.Une première question à se poser. Avons-nous les mêmes valeurs morales que la société occidentale. Comme dirait DELARUE, sériusement ça se discute.A douze ans avec une bande des copains on faisait l'apprentissage de fumer en seroulant des feuilles de LUMVUMVU. Une feuille qui n'était pas du tout nocif, mais qu'on aimait bruler à cause de son odeur qu'on trouvait agréable.Manque de bol, mon oncle paternel de passage derrière notre fumoir, m'a surpris. Impossible de fuir, ni de cacher la marchandise. Je me suis ramassé une giboulé de claques qui m'ont fait halluciller et ont transformé mon monde en un enfer au ciel étoilé. L'histoire ne s'arrête pas là vous vous en doutez bien. Il est allé faire son rapport à son frère,mon père. Le LUMVUMVU s'est transformé en LUMVUKI, DIAMBA, DIATON. Mon père m'a fait un accueil musclé digne d'une brigade anti-gang qui fait la descente chez des crimenels. J'ai bien mangé mon NKUBA, digne du nom, et quarante plus tard je m'en souviens encore. Le LUMVUMVU et moi sommes devenus deux et aujourd'hui je suis un nom fumeur invétéré. Cela m'amène à la notion de punition, de la sanction. Aucune faute, aussi minime soit-elle ne peut rester impuni au risque d'annuler chez la personne la notion morale des choses. La notion de ce qui est respectable ou pas. S'asseoir sur un divan, s'embrasser tendrement avec sa copine ne dérange personne dans ue famille occidentale. Cela est impassable chez nous, mieux vaut mourrir, que d'oser. Sous prétexte de liberté pourrions-nous ou non permettre cela à nos enfants? Piste de réflexion.Toutes société quelle que soit sa forme d'organisation s'efforce d'accorder une importance particulière d'inculquer à l'enfant tout ce qu'elle a de plus cher en valeurs morales. Les premières personnes qui en ont la charge pour assurer la transmission de ces valeurs, ce sont les parents. S'il y a défaillance à leur niveau, la société supplée à cette carence.D'où la nécessité d'un code qui détermine la faute et la punition convenable. Nous entrons là en plein à la place de l'enfant dans la société. Quelle place la société occidentale accorde-t-elle à l'enfant? Cette plece est-elle la même que chez nous? Je n'en suis pas certain. La société pour se réguler a besoin de LA LOI, or le problème de l'éducation est un problème moral, ce qui n'est pas le point fort de la loi. Si la loi n'est pas en mesure de légiférer sur les sanctions, les punitions adaptées pour les manquements commis par les enfants aux règles morales édictées par les éducateurs qui sont les parents, l'appréciation est ici alors laissée à l'initiative individuelle. Ce qui nous pousse à dire que punition corporelle ou pas ne constitue en aucune manière une règle d'éducation d'un enfant.La limite que je me refuserais à ce niveau de ma réflexion de dépasser ou de taire, c'est celle de la maltraitence qui est le propre des parents malades, qui sont à soigner, à plaindre qu'à condamner ou à blamer.Punition corporelle ou non, la question demeure dans la limite. Qu'on le vuille ou pas l'éducation de nos enfants qui grandissent en occident est heureusement condamnée au métissage Je dis heureusement parce que je suis convaincu de la richesse contenue dans le métissage. Mais la société d'accueil, quelle place nous laisse-t-elle afin qe nous puissions transmettre à nos enfants la part morale de sociétés d'origne. Si elle nous a laissé une place prenons-là et faisons de nos enfants ni des enfants-roi, ni des enfants élevés à la baguette, mais des enfants baignés à l'eau de ces deux formes d'éducations qui ont fait leur preuve depuis que le monde est monde. Par contre si elle nous refuse la place, nous devons la prendre de gré ou de force. Autrement, cela nous affaiblirait dans notre rôle de parents, puisque frustrés de voir que nos enfants sont devenus porteurs des seules valeurs morales du pays d'accueil et tournent le dos aux valeurs qui ont constitué notre propre éducation. Un bout de bois laissé cent ans dans l'eau ne devient jamais Caïman.Et pourquoi laisserions-nous les nôtres le devenir au bout de quelques décénnies. Merci pour votre tribune, et de tout  coeur je souhaite longue vie à Mboka Mosika. Persistons ensemble, l'avenir nous donnera raison. Fraternellement LELO