Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

A propos des Gais Lurons,

Le groupe des Gais Lurons est l'un des groupes légendaires des petits chanteurs et danseurs "authentiquement kinois". En effet, dans ces années d'après indépendance, la plupart des groupes vocaux étaient "mbokatiers": les troubadours du Roi de Kamina ou les Petits chanteurs et danseurs de Kenge, créés par des prêtres catholiques, ont fortement marqués les congolais et par la même occasion, lors de leur passage à Kinshasa, touché les kinois dans leur orgueil.
Arthur Nyemba, alors enseignant à l'école Champagnard de Binza, touche à tout de talent, à la fois comédien, chef de chorale (à saint François) et un des rédacteurs de la Voix de Mangembo, va relever le défi et créer, bien avant le Père Van Den Boom, mettre sur pieds un groupe de Petits chanteurs et danseurs - les Gais Lurons. La particularité de ce groupe était d'être composé essentiellement des jeunes de Kintambo et Bandal.
Me Arthur, c'est ainsi que l'on s'habituera à l'appeler, a conduit son groupe dans des tournées mémorables en Europe, dont un passage à Sofia. Et l'on notera la discipline qu'il a inculqué à cette génération de petits chanteurs et danseurs: Albert Mabumba, Gomery, les Kokolo et bien d'autres Djagas Djamba Yohe pour ne citer que ceux là. j'ai une tendresse particulière pour Vincent, le jeune frère de Me Arthur Nyemba, Voix lead de ce groupe, dont la magistrale interprétation de Liwa ya Wetshi a marqué mon enfance - j'y ai fait moi même un passage au sein des Gais Lurons.
Parmi les hauts faits d'arme des Gais Lurons on peut citer le choeur d'accompagnement du Groupe à côté de Gérard Madiata, Myriam Makeba et Bella Bellow.
Mais Arthur Nyemba a également été un pont entre Kisangani et Kintambo - après avoir quitté les bords de la baie de Kintambo, il avait besoin d'une autre baie, celle de la Tshopo, où il va amener les Boyomais au 1er Festival d'animation politique de 1974, à côté de Ndongala, avec leur fameux "bango wana Bilombe bana haut Zaïre", chère à Alex Engwete. Les Boyomais n'ont pas oublié cette grande figure.

Muan’a mangembo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alus 09/08/2013 17:33


Que ceux qui disposent des quelques enregistrements puissent les envoyer à "Mbokamosika" pour avoir une idée de ce que fut ce groupe de voix angéliques. Aaah Kinshasa, tango tozalaka...!

muana leo 16/10/2009 19:48


Je voudrais tout simplement attirer votre attention sur le fait que certaines précisions sont nécessaires sur Me Artur Nyemba, de Kintambo à Kisangani, pour quelle raison doit-il abandonner BISENGO
YA CAPITALE pour le Haut-Zaire, deuxièment est-ce le même vieux Belafonte ce Artur Nyemba. En attendant, mes respects fraternels.
MUANA LEO


andochanga 13/07/2009 17:26

Muan'a Mangembo,Omoni likambo na lingaka epayi na yo ! Merci pour ces éléments historiques et sociologiques qui tu nous apportent concernant les gais lurons. Maintenant, il reste que quelques bonnes volontés puissent nous apporter des documents sonores (et visuels) de ce groupe. En effet, mon ami et frère Raphaël Kayi N'Ko était bien mwana ya Bandal.Tes chroniques ainsi que ceux de ndeko Kandolo sont un véritable régal pour ma mémoire très selective. Kimia, Mwinda mpe Bolingo Andochanga

Crispin Régis Lukoki 13/07/2009 11:41

Cher Messager,le père Van den Boom est le fondateur et directeur des Petits Chanteurs de Kenge.J´aimerais ajouter aussi le petit Emile Soki dans la famille Gais Lurons.Pour bien encadrer le groupe,notre ami Arthur avait le soutien de Me Maziku,juge des enfants à l´époque.Ce dernier était musicien aussi et jouait la clarinette dans l´orchestre de chambre du Conservatoire de musique et d´art dramatique.C´est grâce à Me Maziku qu´Emile avec ses 13 ans,participât au concours de chant organisé par le ministère de culture.Les Gais Lurons,ce groupe était très connu dans le milieu culturel Kinois et voir international.Je me rappelle encore de la chanson Femme noire,femme africaine.Sans soutient et sans moyens,ces groupes culturels finissent toujours par disparaître.Quel destin!