Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager


Bravo Kiku et bravo Messager.J´avais à peine 9 ou 10 ans quand cette chansons était en vogue.Je profite de l´occasion pour dénoncer l´oublie certainement involontaire dans laquelle est soumise une des formations dites intermédiaires de cette même époque.Il s´agit de l´orchestre Dynamic Jazz( Ebuka buka).C´était un des ces orchestres qu´on devait mettre hors circulation pour son succès croissant du jour au jour.Espérons qu´il y aie quelqu´un de bonne volonté en possession du matériel sonore qui peut nous aider à repêcher cet orchestre.Bravo et merci.    

Crispin-Régis Lukoki




Effectivement, nous n’avions pas encore parlé de l’orchestre Dynamic-Jazz à travers notre blog. Or, notre objectif est de présenter, en fonction des documents en notre possession, tous les ensembles musicaux et les artistes de la musique congolaise.

Cette tâche devient laborieuse dans la mesure où, en regard aux déclarations de Verckys Kiamwangana, notre patrimoine musicale est en péril. Sur les 3100 chansons pressées par son usine par exemple, il n’en dispose plus que de 500 . Les matrices des autres chansons ayant disparu entre les éditeurs et les usines de pressage en Europe.

Revenons à l’orchestre Dynamic-Jazz pour signaler que c’est l’ensemble duquel est issu Saak Saakul. Selon  Mfumu Fylla Saint-Eudes dans "La musique congolaise du 20 e siècle", Sinatra avait intégré  en 1964 l'orchestre Dynamique-Jazz du sorcier Kuleka (chef d'orchestre et guitariste) ,Desholey Dionso (guitariste), canadien (clarinettiste), Roger Mbala et Valentino(chanteurs).
 A la demande de Crispin, nous avons effectué des recherches rapides lesquelles ont abouti à la découverte de deux chansons de cet ensemble signés par Roger Simon.

 

Messager



1.MAMONA MBWA, par Roger Simon& DYNAMIC-JAZZ

2.BOLINGO CAMELITA,par Roger Simon & DYNAMIC-JAZZ
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Crispin Régis Lukoki 23/06/2009 17:08

Merci bien Messager.Tous ces orchestres moyens comptaient souvent avec des très bons éléments,mais par jalousie ou simplement peur des grands,ils disparaient après leur succès.Les quelques orchestres qui tenaient le coup étaient dépourvus de leur porte étendard.Ici on appliquait bien la loi du plus fort.Dans ces cas,revenant au thème de la fois passée,les musiciens concernés justifiaient cette situation par la phrase "Basaleli biso kisi po topanzana".Nous avons des liens  familiaux avec le chanteur Roger et je crois qu´il s´appelle Salomon au lieu de Simon.C´est son père qui est Simon Mpongo.Il se peut qu´il porte aussi le nom de son père comme cela se passe parfois,mais il est connu comme Salomon.Félicitations pour tout.