Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Hier, nous avons diffusé une partie des chansons revisitées que notre ami Dom Munsiensi a bien voulu soumettre à l'appréciation des amis de Mbokamosika. Aujourd'hui, nous mettons en ligne deux chansons qui n'ont pu l'être hier à cause des certaines difficultés techniques.
En nous envoyant des chansons revisitées, Dom Munsiensi nous oblige d'aborder un sujet qui traînait dans nos tiroirs depuis un certain moment, à savoir l'interprétation.
Presque toutes les chansons que nous avons titrées "le répertoire de Dom Muniensi" sont des interprétations des oeuvres très réussies de nos artistes musiciens. La reprise ou l'interprétation d'une oeuvre est une façon de rendre hommage à son auteur. De mettre en valeur son talent, en y apportant un plus artistique. Notre musique regorge des chansons classiques, mythiques, qui peuvent être exploitées par les nouveaux artistes musiciens, en ayant soin de citer leurs auteurs, comme c'est le cas avec les chanson que nous a envoyées Dom Munsiensi.
Des chansons comme:"La Bamba", "Guantanamera", ont été interprétées des milliers de fois par divers artistes à travers le monde.
 Nos artistes devraient faire autant avec toutes les oeuvres "classiques" de notre musique. C'est pourquoi nous reprendrons volontiers à travers notre blog, toutes les chansons revisitées afin d'encourager cette pratique. Prenons l'exemple de la chanson "Tambola na Mokili", un succès incontestable de la fin des années 1960 de Johnny Bokelo, celui qui l'a revisitée:Pombon Kuleta,un ancien musicien de l'Afrisa ,décédé depuis le 17 Août 1997, rend hommage à son auteur tout en  mettant  en valeur ses propres qualités artistiques.
(Messager).



1.NDAYA MON AMOUR, de Tabu Ley Rochereau, interprété par Abby Surya Djai


2.Tambola na Mokili,de Johnny Bokelo, revisité par Jeanpy & Pompon Kuleta
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Crispin-Régis Lukoki 23/05/2009 19:38

Très cher ami,je crois qu´ici nos ministres de culture ne peuvent obliger personne.La seule chose que les institutions peuvent faire n´est autre que créer un orchestrenational bien encadré avec des éléments serieux,qui pourra s´occuper de ce thème. Merci très cher ami.   

Crispin-Régis Lukoki 23/05/2009 19:27

Bonjour à tous.Aujourd´hui,j´ai quelques commentaires à faire au sujet des chansonsNdaya et Tambola na mokili.Pour Ndaya,j´admire la personne qui a oser reprendre et enregistrer dite chanson.Au Congo cette pratique n´est pas très remarquée,car dans notre culture d´auteur,cela était mal vu.Seul un orchestre interprétait  et enregistrait une chanson d´un auteurcongolais.Il y a eu très peu d´oeuvres reprises par d´autres orchestres,à part celles considérées comme propres du répértoire folcklorique.Seules,les formations de statuts différents pouvaient se permettre cette pratique.Ici,il faut remarquer que le congolais est un compositeur inné,et,c´est peut-être pour cette raison là qu´il n´ose pas reprendre les chansons d´un autre congolais.Mais au contraire,il peut chanter ou enregistrer les chansons des compositeurs étrangers.Je suis persuadé qu´il est question d´orgueil et pas dégoïsme car jusqu´aujourd´hui,il y a encore des musiciens qui ne connaissent pas la valeur,voir le rôle du droit d´auteur.Sur la chanson Tambola na mokili,je vais faire le commentaire suivant:Par iniciative de Pablo Atanley qui résidait sur Goffin à Gombe,on a créé l´orchestreRythmo Africa,dont la composition ci-après;Nymi,Bokisukila,Kobi Johnny,Panzu Nicolas et Pablo Atanley comme chanteurs.Nsimba Alphonse(batteur),Raphaël Raky(bassiste),le benjamin Kanda et Jackson Malukisa(accompagnateurs)et Crispin-Régis Lukoki comme soliste.Donc,dans le même quartier on avait les orchestres Thu-Zaina et le Rythmo Africa(Les Corsaires).Comme on avait pas des instruments propres, Pablo le fondateur de l´orchestre,va louer les instruments de Johnny Bokelo(nous étions en période des grandes vacances de l´année 1967.Le concert était un succès, et Bokelo nous félicitat pour la réussite.Mais,arrivé le mois de septembre,nous allons au studio à Limete pour notre premier enregistrement,fut notre surprise d´y trouverBokelo et son orchestre en train d´enregistrer.Nous étions vraiment déçus après avoir constaté que le solo de guitare de la chanson Tambola na mokili était exactement leplagiat de celui de la chanson Odile de notre bassiste Raky.La chanson Tambola namokili était un Tube de grand succès.Bokelo visitait souvent une famille Sakata quietait voisine à nous sur Oshwé et un jour une des filles de la famille qui connaissaitnos chansons le lui remarquat.Croyant que cela venait de moi,Bokelo me retira laparole et moi,sans savoir pourquoi.Mais après tout,un jour que j´ignore,la fille lui fait savoir que je n´y étais pour rien,sans hésiter,Bokelo se justifiat et me parlait de nouveau.Il était quand même un Gentleman:                                                 

Messager 19/05/2009 20:05

Parfait comme réaction Jérôme. Qui n'a pas apprécié la façon dont le duo Wemba- Reddy Amisi a interprété la chanson "Dieu voit tout de Koffi?, en y ajoutant la marque de Viva. Une exprérience à réitérer .Messager

Jérôme Nzembelé 19/05/2009 18:14

Bonjour Messager,Quelle bonne idée, celle d'avoir pensé ainsi!Je pense que nos ministres de culture devraient s'en inspirer en imposant à nos artistes musiciens actuellement en vogue d'introduire moyenant bien sûr reconnaissance légale et paiement des droit d'auteurs à leurs compositeurs, dans tout leurs nouveaux albums, au moins une chansons mythique de la belle époque. Se faisant, chaque jeune congolais se rendra compte de la richesse et des qualités poètiques de nos aînés. Imaginez-vous Koffi interprêtant le très riche poème Parafifi avec sa voix, ses propres qualités frivoles et le tout  dans un très un bon arrangement musical comme seul lui-même sait le faire ? Que du bonheur pour notre culture.Cette idée peut paraître utopique pour certains de nos concitoyens et restrictives de liberté pour d'autres, mais je pense qu'elle est réalisable avec les volontés cojuguées de nos politiques et de nos musiciens.