Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Commentaires

Portrait : Papa Noël Nedule Montswet, le dernier des fédérés et dernier des "Rock-a-Mambo".

Le nom de Rock-a-Mambo est aujourd’hui tombé dans l’oubli. Très peu de personnes s’en souviennent encore aujourd’hui. Même Manda Tchebwa, dans son excellent ouvrage « Terre de la chanson » consacré à toute la musique congolaise moderne, ne consacre à ce célèbre groupe, que deux pauvres paragraphes au détour d’une évocation de la figure de Grand Kallé. Les maîtres de cette classe de surdoués de la musique congolaise moderne, ont pour noms, au départ Essous Jean Serge, Papa Noèl Nedule et Rossignol Cantador. Dans la généalogie de la musique congolaise moderne, cette branche n’a pas connu l’heureux parcours des écoles Ok Jazz et African Jazz. Presque tous les groupes issus de ce style n’ont pas survécu à la vague des jeunes des années 70/80 : Signalons que le Rock-a-mambo véritable école de la musique congolaise, au même titre que l’African Jazz et l’OK Jazz, est un orchestre de studio, dans lequel passeront même le Grand kallé, Nico Kassanda et son frère Déchaud Mongala Mwamba, Dewayon Ebengo Isenge et son frère Johnny Bokelo, Vicky Longomba et bien d’autres. Seul Franco semnle ne pas avoir succombé aux charmes de ce groupe de créateurs. La plupart des groupes qui en sortiront, n’ont pas survécu à la vague dévastatrice de la musique jeune des années 70/80 : Vox Africa, Bamboula, Cobantou et Conga, Dynamic Jazz  et, de l’autre côté du fleuve, à Brazzaville, le Congo Jazz, les bantous et les Négro band. Leurs leaders ne connaitront pas non plus le destin heureux de Rochereau et Franco – Bombenga, Dewayon, Essous, Bokelo, Rossignol Cantador.

Rescapé de ce naufrage, l’insubmersible Papa Noèl, qui tel le phénix, se fait un malin plaisir de renaître à chaque décade pour marquer notre espace musical de ses solos et riffs.
 
Papa Noèl Nedule est donc, le dernier des fédérés, à l’instar de ces cow-boys, qui revenaient de nulle part, croyant que la guerre de sécession n’était pas fini, alors qu’elle l’était depuis  belle lurette. Dernier des Rock-a-Mambo, alors qu’Essous Jean Serge « 3S » a posé son sax, Papa Noèl continue de travailler ses accords, de créer de nouvelles sonorités comme celui qu’il nous propose avec son dernier album salsa « Patchanga » Café Noir.
Le dernier dépositaire du style Rock-a-mambo a encore beaucoup à dire. Même s’il a eu le temps de faire la jonction entre ce qui reste de son école, avec la fiesta de l’African Jazz et l’Odemba de Franco et l’OK jazz. Son album Tangawisi joué avec l’Ok jazz et Baninga interprété avec le groupe Kékélé, produit sur la place de Paris, à des décennies d’intervalle, sont certifiés.
Chacune de ses créations porte la marque « Rock et Mambo », ce saccadé particulier made in Lipopo.
Depuis la place de Paris, avec Kékélé, il a revalorisé la guitare sèche et remis au goût du jour les sons d'origine de la rumba congolaise.
A Près de 70 ans, Papa Noël reste un « catalogue » (mannequin dirait-on aujourd’hui). Bien sûr qu'à certains moments, il arbore un crâne rasé, à la Ray Lema ou à la Manu Dibango. Dernière coquetterie, pour ce Molobo de Lipopo qui a longtemps arboré une coiffure à la "Djonal" – une influence de Johnny Halliday -  son signe distinctif pendant longtemps dans la galaxie musicale congolaise.
L’artiste Nedule Montswet Papa Noël reste un témoin et un combattant – le dernier des fédérés – a encore des choses à nous dire, sur la genèse de la rumba congolaise, sur ses accointances avec Béa la Capitale (Brazzaville), mais aussi sur son statut de « pousseur » et de bâtisseur de styles musicaux : les Bantous de la capitale naissant, feront appel à lui, pour se démarquer du style Odemba. Grand Kallé lui a donné l'occasion d'expérimenter le style Fiesta, avec le tube Moselebende, et Bamboula, son groupe, lui a permis de mettre sur pied un orchestre au style original, avec lequel il a représenté le Congo au Festival d'Alger en 1968.
Mais l’homme n’a pas que des qualités. On lui prête une certaine instabilité artistique.  Papa Noèl partage avec Sam Mangwana, le statut peu envié de  "pigeon voyageur". Cela n’empêche qu’il est, en tout cas, l'un des rares artistes a avoir prolongé sa carrière aussi bien dans la vieille école de l'OK Jazz, qu'avec les artistes de la nouvelle génération comme Papa Wemba ou Carlyto qu'il a accompagnés en studio.
C’est ce vénérable monstre, dernier des Nganga (dépositaire de savoirs) de notre musique que Maman Hortense et Joseph Pululu, reçoivent dans leur émission « LISOLO YA BANGANGA », dimanche 8 mars 2009 en direct à partir de 15h00
Joseph Pululu


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Richard Kasongo 29/06/2009 11:25

Bien cher Pululu merci de votre article sur Papa Nedule , papa Noel...Mais papa Noel il est de tribu de BANUNU  dans la province de bandundu.-Merci.-

YA MOTI 26/02/2009 16:48

Chers Amis et Compatriotes du blog,Mes salutations!A la suite de cette reconnaissance rélevée par mwana mangembo sur ce vieux Papa NONO, l'un des monuments de la musique congolaise moderne, formateur de certains grands artistes musiciens de deux rives qui ont fait la fierté de notre musique.J'ai eu à cotoyer certaines stars de la musique qui ont toujours affirmé le caractère professionnel de ce vieux, qui a en outre donner la chance à beaucoup de ses jeunes collègues qu'il a formé de s'épanouir dans d'autres ensembles musicaux sans qu'il s'en vante.Cher Mwana mangembo et Mama Hortense, savez-vous seulement que le fameux orchestre "KIAM" est le derivé de BAMBOULA, cette réalité mérite d'évoquer lors de l'émission, c'est au cours de séances d'enregistrement au studio Vévé, que le dit Verkys a détourné de jeunes talentueux musiciens de Bamboula pour ainsi collé à la nouvelle ossature formée le dimunitif de son son KIAM, laissant Papa NONO seul, il en a souffert, il pourra vous raconter cette réalité surtout les agissements de Verkys à son égard.Pour ce vieux, il a la chance d'être à la fois un bon guitariste et bon compositeur, il a su mettre ses talents en solo d'abord malgré l'ingratitude de ses pairs, par la suite au sein de l'OK JAZZ; Pépé KALLE, BOZI, KANZA Germain etc...ont essuyé la planche de l'école musicale Papa NONO; tel est l'hommage que nous pouvons rendre aujourd'hui à ce vieux Barumbois, la fierté de SANTA CUBA.YA MOTI 

BZIKY 25/02/2009 13:29

Pas grand chose à rajouter à cette contribution.J'informe juste le frère Pululu que ESSOUS "3S" est toujours en activité,même affaibli.J'ai eu le plaisir de le voir jouer avec les Bantous de la capitale, au mois de Novembre dernier(2008) ,au centre culturel français de Brazzaville.Si tout se passe bien, il doit être à Paris, dans peu de temps ,avec les Bantous pour quelques représentations(éventuellement l'Olympia)

Dodo 25/02/2009 03:43

Evidemment, dans la musique Congolaise, il y a pas mal de trésors disparus ou meconnus. Comme un peu ce que Joseph Pululu appelle ici le rythme et style Rock-A-Mambo: seraient-ce ces roulements de guitare de Damoiseaux (un autre genie meconnue de la guitare) avec Vox Africa ou ces battements syncopé de tambour qu'on a plus revu depuis le tournant des années 69-70? Comme aussi cet Odemba pur de l'orchestre Veve original avec Verckys, Sinatra, Mario, Djeskin et autres. En fait, le style Rock-A-Mambo n'est-il pas l'expression musicale des jeunes au milieu des annees 60? Un melange du traditionnel (tambour), de l'Odemba, du mambo et du Rock-N-Roll naissant. Le tout, dans un decor BA BILLS OYE et CHEVEUX BOUGIS d'apres les independances. Ce style a la mode vers la fin des annees 60, meme l'OK Jazz et l'African-Jazz (de BB-69) ne s'en priveront de temps a autres. Question de paraitre un tant soit peu jeune et branché, et par ricochet, derouter la compétition montante. Mais, une chose est sure: la generation Rock-A-Mambo créa le solo dansant, rocailleux et saccadé. Qui, de la tete aux epaules, caracterise et domine encore la musique Congolaise jusqu'a ce jour. A la fin, on retiendra que Bozi Boziana joua dans le BAMBOULA au tout debut de sa carriere. Que beaucoup associent a jamais Papa Noel avec Infidelite Mado, (OK Jazz, 1971) une des meilleures chansons de la musique Congolaise.