Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Le règne de la musique religieuse.

 

Chers amis de « mbokamosika », comme vous l’avez remarqué, j’étais absent de mon domicile durant plus d’une semaine. Nous étions, moi et mon épouse en Allemagne où nous avons participé aux funérailles de notre chère nièce. Que la terre lui soit légère. Au mois d’octobre de l’an passé, nous étions encore dans la même ville, cette fois pour le mariage de la fille d’une autre nièce.

Durant ces deux événements particuliers, la musique religieuse a fait tabac. Les festivités du mariage et la méditation durant le deuil se sont déroulés au rythme des cantiques. Je ne sais pas si ce constat se limite à la ville de Munich et à mon pays de résidence ? Mais à l’allure où vont les choses, la musique religieuse risque de détrôner la musique moderne. Un des points forts de la musique religieuse actuellement étant la symbiose entre l’inspiration et le recours au rythme du terroir.

 

Le retour d’Alain Moloto

 

Parmi les cantiques qui ont retenu mon attention, je peux vous citer le nouvel album d’Alain Moloto : « Les fruits de mes lèvres » , à travers lequel ce chantre de l’Eternel, rescapé de la mort, remercie Jésus Christ tout en lui réitérant son appartenance. Les chansons d’Alain Moloto ont toujours été poétiques, celles du présent album les sont davantage. Évidemment, sa maladie au lieu de l’effrayer, l’a stimulé plus que jamais.

Je vous propose deux chansons d’ALAIN MOLOTO ainsi qu’une chanson du frère Moïse MATUTA, tiré de son album intitulé Na nko !





 

Messager




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Joseph Pululu 12/02/2009 11:53

HARO SUR LA DOMINATION DES MUSIQUES RELIGIEUSESS'il est incontestable que la musique religieuse plait de plus en plus au sein de la diaspora congolaise, je suis des ceux qui estiment qu'on ne doit pas la laisser tout régir, phagociter, sinon envahir à la manière d'un cancer.De passage à Kinshasa, je suis allé à un deuil où d'un bout à l'autre on diffusait des chansons religieuses : adoration et louange, où les pasteurs se succédaient pour déclamer leurs prières, surtout en français, si ce n'était pas en "langue". mais je suis parti de là sans savoir qui était le défunt. Comment s'appelait-il? de quelle région du Congo était-il originaire, toutes ces questions auxquelles le mode de deuil à l'ancienne répondait immédiatement.rappelez-vous mon évocation de Tekele , un nom qui est rentré dans ma mémoire le jour où, tout gamin, je suis allé à un deuil. Tout le monde pleurait Tekele en reprenant en coeur "Tekele okendeke". Je ne parle pas des ceux ou celle qui pleurent dans nos langues maternelles, qui reprennent la généalogie du défunt dans sa langue maternelle - pour annoncer à ses ancêtres qu'il arrive". Ce système de deuil n'était pas anonyme. il renseignait aussi bien le passant que les voisins sur les origines de la famille et du défunt.N'en déplaise à notre ami qui s'extasie sur la qualité des chansons religieuses, j'estime qu'il est dangereux de le laisser envahir l'espace de nos traditions, avec cette propension à nous rendre anonyme. Un peu comme si nous avions traversé cette terre des hommes sans laisser des traces, sinon, comme le souligne notre lecteur, d'avoir fait de notre deuil, un lieu de promotion pour les "frères Moloto, Matope et autres Soeurs Mbongo".Il faut bien sûr laisser cette musique religieuse s'épanouir, mais elle ne doit, en aucun cas, détruire notre identité culturelle. Car si nous perdons celle là, plus rien ne pourra empêcher que de projets funestes de dépéçage de notre pays ne se réalisent.Ma remarque vaut aussi pour le mariage. il est temps que l'on laisse les congolais se réjouir avec les rumba, ndombolo ou boléro dans nos mariages. Il faut en finir avec le dictat des musiques religieuses, comme si la communauté congolaise était devenue un vaste couvent où à longueur de journée, on passerait son temps à dire des louanges et à faire des adorations. Demain, nos enfants et petis enfants nous demanderons, à la manière de ce groupe de jeunes de la Diaspora "NKa" (descendants), nous ont interpellé avec leur chanson "Lopango ya ba Nka: Ces traditions, nous les avons reçus de nos aînés et ascendants, nous devons les transmettre à notre descendance, tous comme les peuples de la Bible ont transmis, jusqu'à nous leur traditions, qui ne sont pas les nôtres, jusqu'à preuve du contraire.

Messager 10/02/2009 08:30

Kula,Merci pour tes condoléances. Comment se porte ta famille ? Depuis ton retour du pays tu te fais rare.Messager

Messager 10/02/2009 08:26

Bien sûr Kula, les deux premières chansons appartiennent au groupe Gael, tandis que la dernière est de notre frère Moïse Matuta, qui a adopté le style du groupe Gael. Prochainement, je compte diffuser un petit concert religieux avec touls les succès du moment.Messager

Kula 10/02/2009 06:13

Mes condoleances Mukubwa.En effet, aujourd'hui la musique "chretienne" redonne des lettres de noblesse a la Musique de chez nous,un patrimoine qui nous est cher...Quel bonheur que d'ecouter le Groupe Gael...n'est-ce pas ????