Publié par Messager

Pourquoi l'existence de MBOKA MOSIKA?

Parce que ,j'ai tendance à être d'accord avec le pronostic affligeant : «  la musique congolaise est  mort et enterré ». Les jeunes préfèrent cette musique avec de danse bruyante et passionnante. Malheureusement ceci a été réduit au bruit simplement déformé et  l'animation vocal des Atalakulu. De plus, le contenu lyrique  a transgressé dans l'obscénité et une prolifération de Mabanga.

Un grand pourcentage des cd  s'avère actuellement être une déception énorme. Les rumbas sont admirablement exécuté, mais ils ne sont pas trop différents du Rythme et du Blues américains modernes.  Je ne m'intéresse plus d'acheter parce que mon oreille  ne peux pas tolérer écouter nos musiciens gaspiller leur voix en citant le mabanga.

C' est pourquoi mon plaisir musicale tourne principalement autour de l'émission de  César Ngadi à
www.mangembo-fm.com/ ou encore la musique partagée ici à www.mbokamosika.com/
Ces deux lien m'incitent à re-apprécie et redécouvrir la véritablement grande musique congolaise des années '60s, '70s,’ 80s et '90s.
Longonia na  Kulutu Messager et  Kulutu Joseph Pululu pona idéologie pe initiative

Dio-Dio

Commenter cet article

la fifi 13/10/2008

Bonjour DIODIO, il se peut que vous ayez raison sur vos critiques de la musique congolaise.Mais seulement, nos critiques à nous les sixties ne sont ni accetables, ni acceptées par tous.A titre d'exemple, ceux qui glorifient la musique des années 60 ou 70, sont ceux-là mêmes qui l'ont critiquée dans les années 70 et 80 respectivement.En guise de conclusion, nous devons avoir  un minimum de réserve dans notre façon de chercher à imposer nos point de vue à d'autres générations.Merci bcp, c'est un sujet très intéressant et j'espère que je trouverai le temps pour pouvoir le développer dans ce site. 

koffi 26/07/2009

bonjour a tous,la chanson mualuke ça me souviens de plusieures choses j'aimerai l'ecouter chaque jour et qui peut m'aider a trouver le titre de cette chanson  je connais que les texte(bamonaka yo se na la vie ya gheto ovandaka wapi he  okima lemba ha bilamba ya bato odefaka a a lobi okomi bandal ee suka na kinsuka aa epayi azanga bisengo ooo wa na nde..... loyenge esilisa bato  kolanda marcele pempe mabe lata motindo okokaka liya motindo ozuaka........... merci et bonne journée a tous

OSSINONDE Clément 21/09/2010



Absolument d'accord avec Dio Dio, en dépit de l'opinion de Fifi, qui est du reste son droit, car les goûtset les couleurssemblent-t-il ne se discutent pas. Sans vouloir mettre tout le monde dans
le même sac, - car il y a encore de la bonne musique qui se fait par très peu d'individualités - il faut reconnaître que notre musique, la musique congolaise, telle qu'elle évolue actuellement,
il y a lieu de s'en inquieter.et de chercher à  redresser très vite la pente, si véritablement nous voulons avoir une place de choix au palmares des musiques du monde. Car il faut
reconnaître que notre musique n'a pas encore franchi le cap des musiques qui s'imposent dans les hits internationnaux. Longtemps dans les années 50 et 60, notre musique faisait la pluie et
le beau temps sur le continent. Notre musique n'avait aucun concurrent , en dehors de la musique afro-cubaine.


Aujourd'hui nous sommes en concurrence avec plusieurs musiques africaines qui ont su s'imposer sur la scène internationale, l'exemple du coupé decalé de la Côte d'Ivoire, pour lequel un groupe a
réussi à faire l'unanimité de toutes les scènes internatiionales, Youssou Ndour pour lequel pas une  seule manifestation internationale ne se déroule sans qu'il ne soit invité. Il est devenu
en quelque sorte le miroir de l'Afrique. Sans parler du Makosa, qui certes traverse les mêmes problèmes que notre musique, mais, la présence de MAnu DIBANGO est une garantie palpable.


Notre musique se meurt par l'esprit mercantile qui fait que lorsqu'on compose une chanson, la première préoccupation n'est plus son contenu, son organisation rythmique, son texte, sa construction
harmonique,  l'apport des instruments à vent, pour obtenir un morceau valable et équilibré, mais, hélas ! la première préoccupation c'est comment réunir le nombre des personnes à dédicacer
pour obtenir le gain qui convient.


Nos musiciens oublient que ces chansons dans lesquelles sont citées plusieurs noms des hommes politiques et autres sont vouées à la disparition, une fois que ces personnes ne seront plus au
pouvoir. l'exemple des chansons exécutées au temps de Mobutu est là, Leurs oeuvres ne pourrons pas faire  l'unanimité des peuples comme le sont aujourd'hui,  les oeuvres de WENDO,
BUKASA, Paul KAMBA, JHIMMY,  KABASELE,  FRANCO,  MOUNDANDA , BOWANE  et autres.


Nous devons absolument réorienter  notre musique vers la Mère RUMBA, quitte à apporter quelques nouvelles réalisations au niveau du genrze, du style et de la forme, lesquels peuvent varier
d'un groupe à un autre,et  en écartant systhématiquement les "dédicaces".



Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog