Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Indicatif de l'African-Fiesta

Un des événements ayant marqué le début des années '60 est la naissance de l'African-Fiesta. Nous avons vu quel fut le climat en 1960 et comment le groupe s'était reconstitué en 1961. Finalement tous les musiciens finirent par abandonner  Kallé en allant former l'African-Fiesta en 1963.

Cette formation issue de la grande famille African-Jazz fit danser toute l'Afrique, avant de se scinder à son tour en African-Fiesta National et African-Fiesta-Sukisa. Jean Musi Kwamy , en désaccord avec Franco vint  la renforcer vers 1964.

Nous avons profiter de la présence de notre aîné Faugus pour lui soutirer quelques confidences sur l'éclatement de l'Afican-Jazz et la naissance de l'African-Fiesta.

Voici ses révélations:

 

Messager

 Les disputes dans des orchestres sont amusantes, parfois pour un rien ou pour cause d'argent, c'est pour cela qu'il y a très souvent des orchestres  qui se fond, défont et se refond, cette situation frappait régulièrement African jazz de Kallé, rappelez vous avant la table ronde, une fois encore, tout le monde était parti laissant Kallé et son ami Roger Izeidi quand ils avaient enregistrés les jamais kolonga, simba ngai makasi et autres, ils avaient utilisés Tino Barroza,  Dicki, Manu dibango et Edo clary en lieu et place de musiciens effectifs de l'African jazz, ces aventures n' ont pris fin que quand, les rebelles de l'African jazz ont pu séparé Roger Izeidi de son ami intime Kallé jeef, ne voyant pas dans leur rébellion qui pouvais être leur président manager et pourvoyeur, la bande des Nico, Dechaud, Willy, Mwena, Pascal Rochereau et de puissant, tous anciens de l'African Jazz après sa refondation, ont su convaincre Izeidi Roger l'héro dans l'ombre de l'African jazz, à se sépare de son ami Kabasele, pour devenir Président manager général et pourvoyeur des matériels du nouveau orchestre African Fiesta et ils se sont associés aux éditions VITA, quand à pourquoi ils ont préférés laissé tomber Kabasele, rappelez vous de la chanson de Tino Barozza dédiée à kabasele, il s'était moqué de Kabasele en lui faisant chantée ces paroles, '' oh mayele ma yo maleki mwasi, kitoko na yo lokola sanza ah, moninga olei biso mbongo wuta kala ''  Kallé aimait vivre en patron, la part des autres participait à sa vie luxueuse, était venu aussi le tour de Roger, Nico et Tabu ley de faire autant à leurs collègues.

   Faugus

 

Nous avons aussi voulu avoir des précisions sur le rôle véritable de Mukala au sein de l'African-Fiesta, voici ce qu'écrit Faugus à ce sujet.

 

Bonjour Messager,

 Mukala n'était que (petit ya confiance) de Rochereau
Pascal, à ce titre: tout le monde devait faire attention à sa femme, sinon le simple passage de Mukala à côté d'elle, elle sera détourner au profit de son maître, même celles des musiciens qui faisaient partie des orchestres où son maître était la vedette principale, il nous rendait aussi beaucoup de services dans son domaine, écoutez la chanson lui dédiée par son maître(makambo nionso yebisa Mukala ngai nayei na bar oyo na mbanda na yo, soki ayei ngai nakopesa ye adresse ya yaya na ngai,soki mpe photo souvenir? Nzoko Patrice '' photographe'' akopesa ye mpo ayebi ngai. Est ce que ce thème est Catholique? malheureusement, Mukala n a jamais voyagé avec l'orchestre à l'extérieur du pays malgré son ancienneté. Il était aussi un grand agent de renseignement de son maître, lui aussi payé en monnaie de singe malgré ses loyaux services de plusieurs années. 

 Faugus

 

1.Fiesta kombo ya sika

2.Toyei na nsango
3.Belinda
4.Mukala
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Muna mboa 26/06/2010 19:52



Faugus,


Kalle aimait la grande vie,c'est une des raisons Qui a conduit à l'éclatement de l'african jazz.Moi je crois aussi que Nico y est de beaucoup responsable.pour une question d'amour propre et de
fierté,ils a convaincu kes autres de partir.Rochereau ne voulait pas.mais quand   ils ont fini par mettre Roger de leur côté ,Tabu a fini par cédé.Ce qui est pénible c'est qie tout ce
qu'ils reprochaient à Kalle ,ils se sontmis à maltraité leurs musiciens.Tu en sais quelque chose car ce qui s'est passé kors de votre tournée en Uganda avecrochereau l'illustre très bien.Kalle
avait trop de respect pour ses collègues musiciens,je peux te citer le cas de Tino et celui de Manu,Il y avait du retard des fois dans les paiement des  salaires,mais payait à la fin
pour tout te dire: il était venu remettre ses droits mécaniques à Tino au Kamerun. Je me rappelle de la réaction de Roger du retour des états unies et trouvant deux african fiesta.Nico
qui reprochait à Kalle son absence durabt les concerts,ne venait même pas aux répétitions de son Sukisa,raison pour laquelle les Bopol l'ont quitté. Tu as raison:la plupart des groupes se
scindent à cause du despotisme de leurs leaders.mais comment s'en étonner avec kes politiciens que nous avons eus depuis 1960?


La situation de nos orchestre,reflète celle de nos gouvernants.C'est tout pour moi,rien au autres.Nos jeunes ne respectenr plus les vieux,le manque de morale est devenu monaie courante.je
pourrait en citer pendant des heures.


Je vous salut fraternellement:Muna Mboa