Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

 

  1953 – Création des Editions Musicales  C. E .F. A

 

                                  (Compagnie D’enregistrement du folklore africain)

 

-        Sortie de la chanson « Mama é »

 

 

 

 1LE GROUPE CEFA 1953

 

 

         

 

 

Le groupe CEFA : Moniania « Roitelet » Bill Alexandre, Marcelle Ebibi et Guy Léon Fylla (au cours de l’enregistrement « Mama é » en 1953)

 

 

 

1953 – C’est à Guillaume Alexandre alias « Bill Alexandre », musicien belge que l’on doit la création de la cinquième grande firme phonographique de Léopoldville, dénommé C.E.F.A. (compagnie d’enregistrement du folklore africain)

 

Comme il était de coutume à l’époque pour toute nouvelle maison de disque de se doter au préalable d’une équipe des musiciens professionnels évoluant en studio, Bill Alexandre s’entoure aussitôt des musiciens expérimentés, auteurs et compositeurs pour accompagner les potentiels candidats aux enregistrements et réalisés également leurs propres œuvres. Se sont :

 

-                     Maurice Evans (bassiste de nationalité belge)

-                     Augustin Moniania « Roitelet » (bassiste)

-                     Antoine Armando « Brazzos » (guitariste)

-                     Roger Izeidi (chanteur marcassite)

-                     Victor Longomba « Vicky », chanteur

-                      François Egwondu « Franco, chanteur

 

Sous l’étiquette « Les trois Caballeros » (Roger-Victor-Franco) effectuent en Juillet 1953 leur premier enregistrement et plusieurs autres par la suite. Les trois Caballeros (Roger Izeidi-Victor Longomba Franco Egwondu) - vont constituer les vedettes de base de cette firme

 

Bill Alexandre, excellent guitariste, arrangeur exigeant trouve dans son approche de l’instrument qu’il a choisi, une étonnante variété rythmique, beaucoup de relief et quelques audaces harmoniques qui lui ont permis d’introduire en 1953, pour la première fois dans la musique congolaise la guitare électrique  qui à cette époque était  de la marque très réputée, la marque  « Gibson »

 

C’est à ce moment qu’arrivent de Brazzaville, et sous la houlette de l’incontournable impresario et musicien Henri Bowane, le guitariste  Guy Léon Fylla et son épouse camerounaise, la chanteuse Marcelle Ebibi

 

Guy Léon Fylla qui maîtrise parfaitement le solfège se fait connaître comme une référence et s’impose par son travail, auprès de tous les musiciens de l’écurie.

 

Guy-Léon Fylla est de ces musiciens dont on éprouve davantage ses mérites pour avoir atteint après une longue carrière, une parfaite et passionnante maturité. Pour ceux qui ne le connaissent pas, il fait partie des artistes venus à la musique par le chant avant de se familiariser à la guitare dont il s’est inspiré autrefois du belge Bill Alexandre, Grâce à celle-ci, la chanteuse camerounaise Marcelle Ebibi (épouse Guy-Léon Fylla) a sorti l’une des plus belles chansons de la musique congolaise, intitulée « Mama é » chantée en 1953 par le duo Marcelle Ebibi et Guy Léon Fylla. Cette chanson compte parmi les plus belles mélodies de la musique congolaise de tous les temps

 

Quant à Marcelle Ebibi, c’est une étrange voix limpide, naturelle un « timing » sans défaut, beaucoup de spontanéité et de fraîcheur. Elle s’explose dans la superbe chanson, « Mama é » qui la propulse au rang des meilleures chanteuses de la musique congolaise.  La conception orchestrale de la guitare de Bill Alexandre dans « Mama é », dans laquelle d’ailleurs Guy Léon Fylla fait le contre chant est particulièrement féconde. La chanson est plébiscitée en 1953 par la RTBF (Radio Télévision Belge francophone)

Cette chanson compte parmi les plus belles mélodies de la musique congolaise de tous les temps.

 

 

                     Guy Leon Fillya

 

 

                  Guy-Léon Fylla au bar Amouzou à Léopold ville 12 Février 1958

 

 

 

 

 

Clément Ossinondé

 

.

Commenter cet article

Messager 16/01/2014 19:59


@Jeannot Tshisekedi,


Merci pour votre suggestion. Si les amis de la Suède nous lisent y compris la famille Malu Malu, qu'ils veuillent bien nous renseigner sur Maman Marcelle Abibi.


 


 


Messager

MWENZE 16/01/2014 10:54


"Pomba" CLEMENT OSSINONDE mboté!


Juste l'occasion de signaler ici que l'auteur-compositeur de cette chanson,effectivement considérée et à juste titre comme l'une des plus belles de la musique congolaise,j'ai nommé "MAMA
E",est bel et bien Guy-Léon FYLLA.Son épouse (de l'époque) Marcelle EBIBI en avait simplement assuré le chant.


Merci.


MWENZE

Jeannot Tshisekedi 16/01/2014 10:13


Il y a une dame en Suède (scandinavie) épouse de Mr. Malu-Malu, qui est la fille de Franck Lassan et Marcelle Ebibi, en son temps ici même au blog Mboka-Mosika, un intervenant avait dit que
Marcelle Ebibi était l´épouse de Franck Lassan. Si les africains de la Suède nous lisent, peuvent demander soit à Mr. Malu-Malu ou à elle-même, la propre fille de Ebibi Marcelle, de nous
éclairer. Si mes souvenirs sont bons à la mort du musicien-chanteur de l´Ok Jazz Checain Lola Djangi - petit-frère de vieux Franck Lassan -, il avait étè organisé  un MATANGA en Suède et
c´est Papa Wemba, Reddy Amisi, Stino, De Mukuse et autres musiciens de Viva la Musica qui étaient venus agrémenter les festivités de retrait de deuil.


En Suède un certain vieux FIFI, ancien de la société MAZADIS, je ne sais pas si ce monsieur avait emmené avec lui toute la conservation discographique de Mazadis, puisqu´il avait toutes les
chansons africaines, et comme la fille de Mama Ebibi Marcelle cherchait juste la chanson de sa mère, on l´avait conseillé de prendre contact à vieux Fifi.


Je précise bien pendant cette période j´étais Ngounda en Suède, je sais de quoi je parle.


C´est clair, Papa Messager et Papa Clément, il suffit de lancer un appel à nos frères habitant la Suède pour retrouver le Couple Malu-Malu et la fille de vieux Franck Lassan et toute la lumière
jaillira.


Nabanzi boyoki ngai.


 


Jeannot Tshisekedi

CLEMENT 15/01/2014 21:06


LE MESSAGER : Pour ton information, Marcelle Ebibi était devenue l'épouse de Fran Lassan jusqu'à sa mort . A moins qu'elle soit repartie au Cameroun entre-temps. Sinon elle était devenue plus
congoaise que camerounaise. Enfin , que les mbokatiers qui ont l'information puissent intervenir pour nous renseigner - Merci

Messager 15/01/2014 18:51


Cher aîné Clément,


A ce que je sache Marcelle Abibi est d'origine camerounaise. Vous croyez qu'elle soit toujours à Kinshasa en ce moment ?


 


Messager

CLEMENT 15/01/2014 13:55


Cher Nyanguila, encore une fois merci pour votre témoignage. Ace que je sache, Marcelle Ebibi avait cessé d'être l'épouse de Guy Léon Fylla depuis très longtemps , aussi elle doit habiter encore
Kinshasa. Quant à Guy Léon Fylla , il est bien en vie à Brazzavilloe (après avoir opté pour le saxo, puis chef de l'orchestre Maquina Loca 1959-1961) Il est démeuré aussi grand peintre de
rénommée continentale. Moniania Roitelet est bien en vie à Kinshasa. Pour les autres je ne dispose d'aucune information.

Longindo 15/01/2014 13:32


A notre époque ce sont Lucie Eyenga et Kuyena Munzita qui interprètaient le plus souvent cette chanson, c'est normal que nous les considerions comme en étant les compositeurs.

Nyanguila 15/01/2014 03:23


Bonjour,notre Cher Clément Ossinondé,merci pour cette nouvelle mise en relief de l'histoire des éditions"CEFA" et de la fameuse chanson,Maman eh,exprimant la tristesse d'une Maman pour le
sentiment de revoir son fils!De tout le temps,j'avais toujours cru que cette chanson-mélodie était celle de la voix d'Eyenga!Mais,non,c'était celle d'EBibi!!Pour cette découverte que je viens de
faire,je ne peux que confirmer ce que je pense de vous en disant que:vous êtes un des gardiens de notre culture et que vous soyez encore longtemps parmi nous et bien en vie.Enfin,que sont devenus
Guy léon-Fylla,sa femme EBibi,Franco-Egwondu et Guillaume-Alexandre?Bien à vous et bon voyage.