Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Traduction de « Biloko bimati ntalo »,  pour clôturer la 31ème commémoration de la mort de François Luambo

12 octobre 1989-12 octobre 2020, il y a 31 ans, jour pour jour, depuis que le grand artiste congolais François Lwambo nous avait quittés. En marge de cet événement et compte tenu de la dimension de Franco, notre site a été associé depuis une année, à la réalisation d’un double album exclusivement en vinyle  de 24 titres boléros de l’OK-Jazz, initiée par l’éditeur Planet Ilunga, en traduisant quelques œuvres choisies en français.

Comme déjà annoncé à travers : http://www.mbokamosika.com/2020/09/planet-ilunga-presente-l-orchestre-ok-jazz-les-boleros-de-l-ok-jazz-de-1957-77.html , ce double album sortira ce 12 octobre 2020. Vous pouvez encore le commander en vous référant aux coordonnées fournies par l’éditeur dans sa publication ci-dessus.

En ce qui nous concerne, nous poursuivons, avec l'autorisation de l'éditeur,  la diffusion de quelques œuvres traduites en français par nos soins. Ces traductions sont illustrées par des photos inédites, fournies par l’éditeur  Planet Ilunga. En guise d’hommage à Franco en cette 31ème commémoration de sa disparition, nous avons  choisi un titre qui cadre avec ses thèmes favoris, en jetant un regard critique sur la société. En fait, "Biloko bimati ntalo" stigmatise non seulement l’inflation galopante et la hausse des prix à l’époque, mais pointe du doigt ceux qui détenaient le monopole de certains produits.

Vu le nombre considérable de chansons traduites, il va de soi que leur diffusion aille au-delà du 12 octobre.  C’est une manière  de prolonger l'hommage à Franco sur mbokamosika, en permettant à nos lecteurs francophones de saisir  le message véhiculé à travers le double album dont les traductions contenues dans le livret sont seulement en  anglais.

Messager

.

Traduction de « Biloko bimati ntalo », de Franco et l’OK-JAZZ  (1964 )

Likambo ya pneu (piné) ekomi ntalo na Kinshasa ooo

Les pneus coûtent chers à  Kinshasa

Baninga botuna ngai te, bokenda na Ville ooo

Les amis ne m’interrogez pas, rendez-vous en ville

Likambo ya pneu (piné) ekomi mpasi na Kinshasa ooo,

Les pneus coûtent chers à  Kinshasa

Ba voitures ekoti bandako eee, baninga botuna ngai te

Les véhicules sont immobilisés devant les domiciles, les amis ne m’interrogez  pas.

Likambo ya mboto emati ntalo na kati ya zando

Le poisson coûte cher  sur les marchés

Baninga botuna ngai te, botuna ba Popo

Les amis ne m’interrogez pas, demandez aux Ouest-africains.

Likambo ya wax ekomi ntalo na Kinshasa

Les pièces wax  coûtent chères à Kinshasa

Baninga botuna ngai te, botuna ba Popo

Les amis ne m’interrogez pas, demandez aux Ouest-africains

Likambo ya sapato ekomi mpasi na Kinshasa ooo

Les souliers coûtent chers à Kinshasa

Baninga botuna ngai te, botuna na BATA

Les amis ne m’interrogez  pas, demandez à BATA

Likambo ya biloko emati ntalo na Kinshasa ooo

Les denrées coûtent chères à Kinshasa

Baninga botuna ngai te, botuna ba commerçants

Les amis ne m’interrogez pas, demandez aux commerçants

Likambo ya Primus ekomi ntalo na Kinshasa ooo

La bière Primus coûte chère à Kinshasa

Baninga botuna ngai te, botuna Raymond Franck

Les amis ne m’interrogez pas, demandez à Raymond Franck (1)

Likambo ya ST. PAULI ekomi ntalo na Kinshasa ooo

La bière St PAULI devient chère à Kinshasa

Baninga botuna ngai te, botuna PETIT-BOIS ooo (2)

Les amis ne m’interrogez pas , demandez à PETIT-BOIS

Likambo biloko ekomi pasi na Kinshasa ooo

Les denrées deviennent chères à Kinshasa

Baninga botuna ngai te, bokenda na zando

Les amis ne m’interrogez pas, rendez-vous au marché

(1) : Raymond Franck est l'ancien soliste de Congo-Jazz  et auteur de la chanson « La belle Lucie Botayi » merveilleusement interprétée par Gérard Madaita .  Pourquoi Franco se réfère-t-il à lui pour justifier la hausse du prix de la bière Primus? C’est possible qu’il ait été associé à l'enregistrement de cette œuvre.

(2) : Quant à PETIT-BOIS, c’est le nom d’un célèbre Dancing de Léopoldville à l’époque.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nyanguila 13/10/2020 03:48

Chers Messager et Samuel Malonga,je ne cesserai de vous remercier pour cet énorme travail que vous réalisez pour le rappel et l'entretien de la culture. Ce rappel de Franco sur la hausse des prix,qui date entre 1961-62,se base sur la conséquence de notre accès à l'indépendance et il le dit bien en lingala que:" Banda tozwa lipanda na biso"et à l'opposé de"Ebotamaki ngayi"ce qui veut dire que"Quand j'étais né"!On sait que Franco est né en 1938. Alors,Franco dit qu'à son enfance la vie était moins chère et on pouvait bien se nourrir à partir des centimes de francs congolais! Enfin,Franco,à travers cette chanson,n'avait fait que prédire ce qu'il nous avait conté,lors d'une journée de 1984,à Bruxelles,dans un Bar parce que ce jour-là il avait beaucoup plu,comment dans sa jeunesse le Congo était émergent et plein des bonnes perspectives d'avenir car il a dit avoir vu émerger des cités comme Bandalungwa,Lemba,Matete et autres à partir de la savane boisée ou forêt! En fait,il faisait la critique sur cette période qui était caractérisée par la stagnation socio-économique qui mène au rabaissement de l'Etat! En attente,bien à vous.