Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

Mobutu fête ses 35 ans avec les artistes

 

Le jeudi 14 octobre 1965, le général Mobutu fête ses 35 ans d’âge. L’occasion est bonne pour commémorer cet anniversaire avec des amis. Pour la circonstance, le commandant en chef de l’armée se fait entourer de quelques grands noms de la musique congolaise moderne. Se trouve aussi à ses côtés le journaliste Jean Lema qui annonça à la radio l’indépendance du Congo le 30 juin 1960.

 

Autour de l’officier sont attablés ses invités de marque pour sabler le champagne. Cette soirée bien arrosée se passe dans la bonne humeur comme entre copains. Personne ne sait encore que cet anniversaire est le dernier que Mobutu fête comme commandant en chef de l’armée.

 

Les rires et la joie qui accompagnent la sobriété de cette fête ne laissent rien entrevoir de grave pour le pays. Mobutu est serein et détendu avec ses amis artistes qui ne sont pas au courant du plan politique qu’il mijote dans sa tête. Mais le mercredi 24 novembre 1965 soit six semaines plus tard, l’officier va réussir son coup d’État militaire pour devenir président de la République.

 

Samuel Malonga

Extrait de “Congo, une histoire“ de David van Reybrouck

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

C. Kim 18/10/2020 03:41

Encore une fois merci. Bavard, nous pouvons le dire. Quant à conscient ou inconscient, difficile à dire. C'est comme quand Sankara dit aux gens " « Le jour où vous apprendrez que Blaise prépare un coup d’Etat contre moi… Ce ne sera pas la peine de chercher à vous y opposer ou même de me prévenir. Ça voudra dire que c’est trop tard et que ce sera imparable. ». Le Président Kasa Vubu se trouvait-il dans cette situation? Ou se trouvail-il dans la situation du Shah d'Iran qui ne savait plus quel Conseiller lui disait la vérité.

Messager 18/10/2020 12:15

C.Kim
Effectivement, dans le domaine de la conquête du pouvoir, ce sont les plus rusés et les plus cyniques qui finissent par s’imposer : De Gaule a éclipsé les autres dont Jean Moulin durant la résistance française ; Staline a éclipsé Lénine, Sasou Ngwesso a écrasé et éclipsé Marie Nguabi, Massamba Debat, Yombi Opango, Lisuba ; Mobutu a écrasé Lumumba, Kasa-Vubu, Tshombé, Mulamba, Adoula ; Baise Campaoré a éliminé Thomas Sankara.
En politique, il faut éviter d’être naîf. Mao avait dit que « la révolution n’est pas un dîner de gala » .Nous assistons au même scénario en RDC. Les congolais se font berner par les rwandais, sans réaction. Cette attitude coûtera cher au pays durant des générations.

Nathan Limbaya 15/10/2020 17:08

Dans le livre Congo,une histoire de David Reybrouk ,le futur président Mobutu aurait confié à Jamais Kolonga au cours de cette soirée anniversaire du 14 Octobre 1965 qu"Il sera président de la République dans un mois.Avais t il livré cette confidence conscienment ou c(était sous l'effet de l"Alcool ? Une certitude,il sera président dans la République un mois et 10 Jours plus tard

Samuel Malonga 15/10/2020 21:34

J'ai lu quelque part que Victor Nendaka, l'administrateur de la sécurité, avait dit à Kasa-Vubu que Mobutu voulait le destituer. Mais le président étant trop naïf avait répondu à son interlocuteur que Joseph-Désiré était son fils et qu'il ne ferait rien.

Messager 15/10/2020 20:00

À propos du coup d’état du 24 novembre 1965, je peux avancer avec du recul, que Mobutu fut bavard. En dehors du témoignage de Jamais Kolonga, j’avais personnellement été informé en 1986 par une dame asiatique dont le mari travaillait à la PLZ, qui habitait non loin du cimetière de la Gombe.
Lors d’une visite dans la soirée, elle nous avait exhibé un autographe de Mobutu datant du début novembre 1965. A cette dame, Mobutu avait révélé qu’il fera comme Nasser dans un avenir proche. Tenant compte de ces deux témoignages, il y a lieu de déduire que les services de renseignements de Kasa-Vubu étaient soit complices, soit très défaillants. Il était possible de procéder à l’arrestation de Mobutu et de tous les commandants régiments réunis à son domicile la nuit du 24 novembre 1965.

Messager

Samuel Malonga 15/10/2020 17:20

Tu as raison cher Nathan Limbaya. Au cours de cette soirée au restaurant du zoo, Mobutu avait soufflé a Jamais Kolonga quelques mots sur son projet. J'ai ce livre et je viens de retrouver ce passage que je vais envoyer à Messager afin qu'il le place dans l'article.

Emile de Kinshasa 11/10/2020 01:04

Merci beaucoup la rédaction de Mbokamosika, une belle page de notre histoire en une photo. Si je peux demander à Mbokamosika de nous parler de Mujos et Musekiwa; le premier a le malheur d'être parti très tôt (on a pas même une vidéo où on voit Mujos chanter) et le second on en parle presque par les anciens dont le cercle se referme de plus en plus. Merci et bon week-end

Samuel Malonga 11/10/2020 03:22

Mbokamosika a déjà écrit des articles sur les deux artistes. Pour Musekiwa, il suffit de cliquer sur ce lien :
http://www.mbokamosika.com/2016/09/isaac-musekiwa-le-zimbabween-qui-a-donne-des-ailes-au-saxo-dans-la-musique-congolaise.html
Et pour Mujos : http://www.mbokamosika.com/article-12276141.html, http://www.mbokamosika.com/2018/02/enfin-la-veritable-voix-de-mujos.html