Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

Denis Boyau et la revue Jeunes pour jeunes

 

 

En marge de la disparition de Denis Boyau Loyongo, ancien dessinateur et illustrateur de la célèbre revue Jeunes pour jeunes, nous proposons à nos lecteurs cet article pour lui rendre hommage. Ce grand artiste du 9e art est celui qui avait donné très tôt ses lettres de noblesse à la BD dont on ne saurait parler sans citer son nom qui y est intimement lié. Boyau avait suscité par son travail bien des vocations. De Jeunes pour jeunes en passant par la maison Saint Paul au journal Salongo ou à l’Unibra, l’homme avait été égal à lui-même. Le géniteur de Sinatra, Apolosa et Tonton Skol qui nous avait longtemps tenu en haleine par ses histoires savoureuses et ses personnages rocambolesques s’en est allé le vendredi 11 septembre dernier.

 

Nous remercions notre ami Serge Diantantu qui nous a autorisé de publier les dessins sortis de ses archives que Denis Boyau avait réalisés dans la revue Jeunes pour jeunes.

 

L’histoire de la BD au Congo indépendant a commencé en 1965 avec la revue en stencil Gento Oyé créée par le journaliste Achile-Flor Ngoie. Les dessins étaient assurés par le boxeur César Sinda champion d’Afrique et Denis Boyau Loyongo. En 1968, elle était reprise par le footballeur Freddy Mulongo sous le nom de Jeunes pour jeunes. Pendant une décade, ce mensuel était devenu le magazine préféré des jeunes.

 

Jeunes pour jeunes sortait en deux versions distinctes : une BD et un magazine consacré à la chanson congolaise appelé Hit-parade. Avec la politique de recours à l’authenticité, la BD devint Kake (foudre) tandis que son pendant musical prit le nom de Likembe jusqu’à leur disparition en 1979 non sans avoir boosté le 9e art au Congo.

Les bédéistes de JPJ

Dans l’ordre chronologique, après Albert Mongita qui avait écrit Mokuwa Pamba, la première série congolaise de BD scénarisée publiée dans la revue Antilope aux éditions Saint Paul en 1958, Denis Boyau Loyongo vient en deuxième position. Il était celui qui avait planté le décor dans la maison Jeunes pour jeunes en créant la quasi-totalité des personnages de cette BD (Sinatra, Errol, Durango, Kikwata, Apolosa, Coco, Didi, brigadier Mungala, Wabuza). Boyau avait joué un rôle clé dans cette revue dont les histoires attiraient de plus en plus de lecteurs.

 

Après le départ de Boyau, d’autres bédéistes reprirent le flambeau en continuant l’œuvre qu’il avait commencée notamment Gérard Sima Lukombo, Lepa Mabile Saye et Bernard Mayo Nke.

 

 Les personnages créés par Boyau

  1. JEUNES POUR JEUNES
  1. 1.1. Sinatra, Molok et Errol

Des garçons que tout opposait. Sinatra jouait le Zorro tandis que Molok le gladiateur, et Errol Le Ntambu Mabe créaient la désolation. Dans leur passage Toujours reconnaissable par sa casquette et sa chemise à carreaux, Sinatra Le Nkasaduma défiait ses adversaires qu’il corrigeait pour le bonheur des badauds. Sinatra jouait dans la société le rôle de défenseur des faibles.  

  1.  1.2. Apolosa et Kikwata

Dès leur première rencontre chez leur patron blanc où il travaillaient, une inimitié manifeste s’installa entre le barbu Apolosa et Kikwata. Emporté un jour par cette colère dont il avait seul le secret, Apolosa avait failli étrangler Kikwata. Ce dernier appela le patron au secours en ces termes : « Lungula ye patron, je mort. » Les deux protagonistes aimaient beaucoup parler la langue de Molière. S’adressant à son vis-à-vis, le célèbre barbu répondit à une question : « Moi, je ne cupe pas ça.» Si Kikwata avait toujours joué le figurant, Apolosa par contre fut l’homme à tout faire au Congo. Il avait tour à tour été mécanicien, cycliste, footballeur (il avait été Léopard), boxeur, policier de circulation, infirmier etc.

 

 

  1.  1.3. Brigadier Mungala

Un flic tenace à qui l’on donnait les missions les plus difficiles. Cet agent des services secrets congolais travaillait au CND (Centre national de documentation). Le mystère de tombeau de Kalina (Gombe) était une de ces enquêtes périlleuses qui lui était confiées.

 

 

  1. 1.4. Durango


  2.  

 2. JOURNAL SALONGO

Boyau informait et éduquait par ses caricatures. Celles qui avaient trait au football sortaient le lundi. Il y croquait les dirigeants sportifs en illustrant avec son crayon le match de la veille. Les buts encaissés par une équipe se transformaient en bosses sur les têtes des personnages qui représentaient les clubs qui s’étaient affrontés.   Très comiques, les caricatures sportives faisaient souvent vendre le journal comme des petits pains.

3. BRASSERIE UNIBRA

Dans les annés 80, Boyau créa le personnage de Tonton Skol pour le compte du brasseur Unibra aujourd’hui Bracongo. Le nouveau logo avait accompagné la bière pendant de longues années. Il avait été un grand succès commercial.

 

Qui était Denis Boyau Loyongo

Né le 22 décembre 1950 à Boende dans l’ancienne province de l’Équateur, il grandit à Kinshasa à partir de 1954.

Ses œuvres dans la BD
http://afribd.africultures.com/personne.php?no=12145

a)  Jeunes pour jeunes :
Apolosa et Kikwata, Coco et Didi, Wabuza, Molok, Durango, Sinatra, le brigadier Mongala, Errol...

b) Quotidien du matin Salongo :
- Les aventures de Tonton Skol

c) Planches in "Kin Label"

Albums publiés:
Livres illustrés pour enfants.

a) Albums BD pour les Editions St-Paul :
- Jésus des jeunes (1980),
- Marie, la mère de Jésus (1986)
- Jésus des jeunes: il n'est pas un homme : BD. (1996)

b) Éditions Kangu-Mayumbe : B.E.R.P.S. 3 tomes, 1990
- Santé et maladies

Magazines:
- Hello les Copains
- Gento Oyé
- Jeunes pour Jeunes
- Mokwa Pamba
- Sambolé
- Molendé

- Salongo
- YE
- Doppel Mimik
- Kin Label

Samuel Malonga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article