Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

RAPPORT EXPLOSIF DE l'AUTOPSIE DU CORPS DU JUGE YANYI

 

Les Mbokatiers attentifs auront remarqué notre extrême prudence dans l'annonce du décès subit du juge Yanyi. Notre annonce se voulait simplement factuelle. Et cette prudence, si nous osons dire, était amplement justifiée.

Le premier rapport d'autopsie de l'équipe médicale constituée à cet effet conclut à ''une mort non naturelle'', probablement ''due à un empoisonnement'' :  https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2020/05/31/rdc-selon-le-rapport-de-le-juge-raphael-yanyi-a-ete-empoisonne.html/62207/

 Ce rapport se trouve d'ores et déjà sur le bureau du procureur de la République près le tribunal de Kinshasa/Gombe.

Une seconde autopsie, probablement et de préférence internationale, va être demandée aux fins d'établir la nature exacte de l'éventuelle substance toxique à l'origine de la mort de Raphaël Yanyi Ovungu. Pour l'instant, c'est la première certitude scientifique.

Mais même à ce stade, Mbokamosika, qui se veut un organe responsable, se contente de relater les faits, rien que les faits. Il sera toujours temps de prendre position lorsque tous les éléments de ce dossier hyper-explosif seront sur la table.

Observons simplement que cette révélation stupéfiante tombe ce 1er juin 2020, 10 ans jour pour jour après l'assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana.

 

Messager

Cette affaire est quand même extraordinaire. Extraordinaire au sens le plus strict du terme. Elle sort de l'ordinaire. Ses contours, ses attendus mais surtout ses éventuelles conséquences sur la vie politique et institutionnelle en RDC sont si énormes qu'il convient, pour le moment, d'observer la plus grande retenue. Et Mbokamosika a mille fois raison de faire preuve d'une grande prudence dans l'exposé des faits.
Une preuve supplémentaire? Le bureau du procureur explique que, pour ''des raisons de procédure'', ce rapport prélinimaire d'autopsie ne sera pas rendu public dans l'immédiat. Ah bon? On peut être en droit de se demander le pourquoi? Car, dès lors que sa certification par l'équipe des médecins légistes assermentés est attestée et authentifiée, rien, à priori, ne saurait s'opposer à sa publication.
Une chose est sûre! Dans cette affaire (la mort inopinée du juge Yanyi) dans l'affaire Kamerhe, tout le monde semble marcher sur des oeufs. Chacun semble avoir peur de son ombre.
Conclusion, si respect de procédure il doit y avoir, il impose deux étapes: 1. La publication immédiate de l'actuel rapport d'autopsie, quelque soient ses conclusions. 2. La commande urgente d'une contre-autopsie dont le rapport devra lui aussi être rendu public. Ce n'est pas plus compliqué que çà.
Mais plus que jamais, le terme ''explosif'' est approprié. Attendons et faisons toujours confiance à la justice.

Simba Ndaye

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

euphrem 03/06/2020 16:12

tres tres bien

euphrem 03/06/2020 16:13

congo matata

Simba Ndaye 02/06/2020 09:51

Cette affaire est quand même extraordinaire. Extraordinaire au sens le plus strict du terme. Elle sort de l'ordinaire. Ses contours, ses attendus mais surtout ses éventuelles conséquences sur la vie politique et institutionnelle en RDC sont si énormes qu'il convient, pour le moment, d'observer la plus grande retenue. Et Mbokamosika a mille fois raison de faire preuve d'une grande prudence dans l'exposé des faits.
Une preuve supplémentaire? Le bureau du procureur explique que, pour ''des raisons de procédure'', ce rapport prélinimaire d'autopsie ne sera pas rendu public dans l'immédiat. Ah bon? On peut être en droit de se demander le pourquoi? Car, dès lors que sa certification par l'équipe des médecins légistes assermentés est attestée et authentifiée, rien, à priori, ne saurait s'opposer à sa publication.
Une chose est sûre! Dans cette affaire (la mort inopinée du juge Yanyi) dans l'affaire Kamerhe, tout le monde semble marcher sur des oeufs. Chacun semble avoir peur de son ombre.
Conclusion, si respect de procédure il doit y avoir, il impose deux étapes: 1. La publication immédiate de l'actuel rapport d'autopsie, quelque soient ses conclusions. 2. La commande urgente d'une contre-autopsie dont le rapport devra lui aussi être rendu public. Ce n'est pas plus compliqué que çà.
Mais plus que jamais, le terme ''explosif'' est approprié. Attendons et faisons toujours confiance à la justice.
Simba Ndaye