Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

Congo – Tanzanie, le match de la vérité

L’année 1967 est pour les Léopards celle de tous les dangers. Après le fiasco de la campagne tunisienne, deux ans plus tôt, Trouet Mokuna est remplacé par Csanadi. L’entraîneur hongrois a pour mission de qualifier l’équipe nationale à la CAN 1968 en Éthiopie. Dès sa prise de fonction, le nouveau sélectionneur fixe le cap. Pour affuter leurs armes, les fauves congolais s’offrent plusieurs sparring-partners dont le Santos FC du roi Pelé. 

La route qui conduit au tournoi final en Éthiopie est encore longue et parsemée d’embuches. En effet en match qualificatif de leur groupe, les Léopards se font une belle frayeur devant l’ogre soudanais. Si notre onze national remporte le match aller sur le score étriqué de 3 buts à 2, il perd la manche retour à Khartoum  par 1 – 0. Nos fauves ont la vie sauve grâce au match barrage joué quatre mois plus tard à Kampala à la mi- août 1967. La victoire (2 – 1) leur permet de rencontrer la Tanzanie qui a éliminé l’Île Maurice.

Un peu plus d’un mois après avoir défait les Soudanais, les Léopards doivent rencontrer les Tanzaniens dans deux rencontres dont l’issue est la qualification au tournoi final de la CAN éthiopienne. Le dimanche 17 septembre 1967 a lieu la manche aller à Kinshasa.   

Comme pour conjurer le sort, Les Léopards délaissent leur maillot traditionnel aux couleurs nationales. Pour la circonstance, ils portent une tenue immaculée comme pour s’attirer les faveurs du ciel. L’entraîneur Hongrois après les derniers réglages, lancent ses fauves dans l’arène du stade Tata Raphaël au bord de l’explosion.

 Les Tanzaniens qui n’ont pas fait le voyage de Kinshasa pour de la figuration donne du fil à retordre aux Congolais dont les assauts se butent à leur  défense. Leur gardien des buts, en véritable dernier rempart,  est presque sur toutes les balles. La victoire à Kinshasa semble échapper aux Léopards et avec elle les chances d’aller en Ethiopie. Un nul à domicile serait considéré comme une demi-défaite et amenuiserait les chances de qualification. Dans un cafouillage, Kembo charge le gardien tanzanien. Lorsqu’il quitte la ligne des buts que le ballon frappé au ras de sol touche son pied avant d’entrer dans les filets. L’avant-centre congolais vient de marquer de façon inattendue. L’arbitre valide le but malgré la protestation des visiteurs. C’est sur ce score étriqué d’un but à zéro que les Léopards remportent la partie. Ils peuvent envisager le match retour avec sérénité.

Trois semaines plus tard dans l’enfer de Dar es Salam, les Léopards confirment leur supériorité en battant l’équipe hôte sur le même score qu’au match aller. Si en 1965, la RDC était repêchée suite à la défection du Soudan, cette fois-ci, elle se qualifie honorablement pour la compétition la plus importante du football africain. C’était le 17 octobre 1967 dans la capitale tanzanienne.

Leur billet en poche et avant d’aller  en terre éthiopienne en janvier 1968, les Léopards livrent le 24 décembre 1967 leur dernier match de préparation contre l’équipe nationale de Roumanie. Il se solde par un nul. Le buteur congolais du jour s’appelait Raoul Kidumu.

Samuel Malonga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article