Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

UNE CHANSON, DEUX DIFFÉRENTS COMPOSITEURS ET DEUX DIFFÉRENTS ORCHESTRES

Bonjour Messager, 

Dans la série des compilations des Editions Ngoma, il y a une chanson de Dynamic Jazz intitulée "Keba Na Mboka Ya Ngele" une composition de Victor (Ngoma N° 72).

 

La même chanson avec comme titre "Mboka Ya Ngele" composée par Jojo a été jouée par l'orchestre Bantous Jazz (Bantous Jazz - Les Merveilles du passe vol 1 1962-1964 Edition African 360.146)

 

DAVID

 

Après vérifications dans nos archives, il s’avère que la version originale de la chanson « KEBA NA MBOKA YA NGELE » est une œuvre de VICTOR et l’orchestre DYNAMIC-JAZZ, enregistrée le 20.11.1962 et éditée par la maison Ngoma.

En ce qui concerne le titre « MBOKA YA NGELE », signé vers 1963 ou ‘64 par JOJO au sein de l’orchestre BANTOU-JAZZ, qui n’est autre que l’orchestre Bantou de la Capitale , il nous semble que c’est une simple interprétation qui ne mentionne pas le nom du véritable auteur « Victor ».

L’audition de la chanson révèle que toutes les paroles sont presque identiques, sauf quelques ajouts  dans les couplets de l’orchestre Bantou. Par ailleurs JOJO, autrefois sociétaire de l'orchestre Bantou, avait aussi évolué en tant guitariste dans l'OK-Jazz, où il avait composé quelques oeuvres.

Pour nos amis africains, nous avons essayé de traduire rapidement la version originale, afin de leur permettre de comprendre le sens de la chanson.

 

Messager

 

TRADUCTION DE « KEBA NA MBOKA YA NGELE (1) » « SOIS PRUDENT DANS UNE VILLE COSMOPOLITE »

 

refrain

Mawa ngoya ozali kokende

Mboka ya ngele mboka  mama ya makambo

 

Couplet

Mboka ya ngele se boye tata

Eloko yozui kolakisaka te

Bakotuka babebisa ba nzela nionso

Esika nayo obatelaka

Mboka ya ngele se kolukana

Moninga ya motema nde moloki

Akowiyer yo na koseke tata

Oyebi te alingi kobuaka  yo ndobo

 

Instrument

 

Couplet

Mboka ya ngele pe boye tata

Eloko yozui kolakisaka te

Bakotuka babebisa nzela nionso

Esika nayo obatelaka

Mboka ya ngele se kolukana

Moninga ya motema nde moloki

Akowiyer yo na koseke tata

Oyebi te alingi kobuaka  yo ndobo

 

 

Refrain

Mawa ngoya ozali kokende

Mboka ya ngele mboka mama ya makambo

 

Couplet

 

Mboka ya ngele se boye tata

Eloko yozui kolakisaka te

Bakotuka babebisa nzela nionso

Esika nayo obatelaka

 

Refrain

 

Mawa ngoya ozali kokende

Mboka ya ngele mboka  mama ya makambo

 

Couplet

 

Mboka ya ngele se kolukana

Moninga ya motema nde moloki

Akowiyer yo na koseke tata

Oyebi te alingi kobuaka  yo ndobo

 

Refrain

Mawa ngoya ozali kokende

Mboka ya ngele mboka  mama ya makambo

 

 

 

Désolé que tu t’en ailles

Dans une ville cosmopolite, pleine d'intrigues.

 

 

Une ville cosmopolite est étrange

Ne jamais exhiber ton bien

Sinon ils feront tout pour saborder  tes voies

Cherche à protéger  ton activité

La rivalité est rude en ville

L’ami intime c’est ton pire ennemi

Il t’endort par son faux rire

Tu ne sauras pas qu’il veut te couler

 

 

 

 

Une ville cosmopolite est étrange

Ne jamais exhiber ton bien

Sinon ils feront tout pour saborder  tes voies

Cherche à protéger  ton activité

La rivalité est rude en ville

L’ami intime c’est ton pire ennemi

Il t’endort par son faux rire

Tu ne sauras pas qu’il veut te couler

 

 

 

Désolé que tu t’en ailles

Dans une ville cosmopolite, pleine d'intrigues.

 

 

 

Une ville cosmopolite est étrange

Ne jamais exhiber ton bien

Sinon ils feront tout pour saborder  tes voies

Cherche à protéger  ton activité

 

 

 

Désolé que tu t’en ailles

Dans une ville cosmopolite, pleine d'intrigues.

 

 

 

La rivalité est rude en ville

L’ami intime c’est ton pire ennemi

Il t’endort par son faux rire

Tu ne sauras pas qu’il veut te couler

 

 

Désolé que tu t’en ailles

Dans une ville cosmopolite, pleine d'intrigues.

 

 

 

  1. Ngele : signifie le SUD en lingala. Mais nous avons traduit « Mboka ya ngele » par « Ville cosmopolite » selon le contexte de la chanson.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article